Passer au contenu principal

Prix et reconnaissances

  • Prix du mérite civique (remplacé en 2011 par le Prix de bâtisseur de la Ville)
  • Désignation de rues en l’honneur d’anciens combattants
  • Droit de cité
  • Clé de la ville
  • Prix de bâtisseur de la Ville
  • Ordre d’Ottawa et prix Brian-Kilrea pour l’excellence chez les entraîneurs

Lauréats du Prix du mérite civique selon l’année (remplacé en 2011 par le Prix de bâtisseur de la Ville)

Les Prix du mérite civique de la Ville d'Ottawa ont été créé en 2002 pour saluer les bénévoles de la collectivité et souligner leurs précieuses contributions à la qualité de vie à Ottawa. Il a été décerné jusqu’en 2010, pour être remplacé, depuis 2011, par le Prix de bâtisseur de la ville attribué par le maire.

Lauréats du Prix du mérite civique selon l’année

2002

Citoyen de l’année

Heather Colls –Adulte

Graham Ball – Aîné

Prix pour services distingués à la collectivité

Keith Brown – Sports et loisirs

Roy Cooper – Santé

Elizabeth Gross – Action humanitaire

Mark Inman – Sports et loisirs

Lily Komenda –  Action humanitaire

Michel Lamoureux –  Éducation

Becky Marr Johnson –  Arts et culture

Giovanna Panico –  Patrimoine

Robert Philips –  Patrimoine

Robert Rodney –  Environnement

Barbara Vance –  Agriculture

Prix de l'action communautaire

Eleanor Elliott – Adultes

Ann Crain – Aînés

Alf Gunter –  Aînés

Meghan Martin – Jeunes

2003

Citoyen de l’année

Denis St-Denis – Adultes

Marian Chapman –  Aînés

Rahana Adam – Jeunes

Prix pour services distingués à la collectivité

Mike Christie –  Environnement

Ron and Betty Eastman –  Vie rurale/Agriculture

 Larry Ellis –  Patrimoine

David Lowe –  Sports et loisirs

Beryl McKale –  Santé

Bob Rainboth –  Action humanitaire

Asoka Weerasinghe –  Arts et culture

Gary Whitten –  Éducation

Prix de l'action communautaire

Chris Hughes –   Adultes

Marion Gullock –   Aînés

Céline Philippe –   Jeunes

2004

Citoyen de l’année

Anne-Marie Philippe –   Adultes

Margaret Finley –   Aînés

Rebecca Dixon –   Jeunes

 Prix Brian-Kilrea soulignant l’excellence d’un entraîneur

Darrell Campbell

 Prix pour services distingués à la collectivité

Lillian Cousen –   Santé

Richard Fraser –   Vie rurale/Agriculture

Diane George –   Action humanitaire

Cathy Kerr –   Santé

Joan Klenavic – Arts et culture

Robert Lockwood – Sports et loisirs

Kathy Nihei –   Environnement

Linda Paolozzi –   Éducation

Carolyn Quinn –   Patrimoine

Prix de l'action communautaire

Bonnie Gray –  Adultes

Bertillia Christian –  Adultes

Pansy Waterman –   Aînés

Candice and Ryan Dekker –   Jeunes

Ottawa Distress Centre “Elite Volunteer Group” –   Groupe

2005

Citoyen de l’année

Margaret MacNeill –   Adultes

Christine Easton –   Aînés

Lliam Hayes –   Jeunes

Prix Brian-Kilrea soulignant l’excellence d’un entraîneur

Bill Heikkila

Prix pour services distingués à la collectivité

Edith Carty –  Action humanitaire

Greg Dumont  –  Arts et culture

Brian Finch –  Environnement

Anthony Keith –  Patrimoine

Dr. Emdad Khan –  Éducation

Ken and Betty Kingsbury  –  Vie rurale/Agriculture

Patrick Reid – Sports et loisirs

Donald Shultz – Santé

Prix de l'action communautaire

Charlotte Alain – Adultes

Betty Dowd – Aînés

Bill Robinson –  Aînés

Katie Tam – Jeunes

HOPE Volleyball Planning Team 2004 – Holly Tarrison – Groupe

2006

Citoyen de l’année

Tanya Thompson –  Adultes

Don Lawlor – Aînés

Jeremy Dias – Jeunes

Prix Brian-Kilrea soulignant l’excellence d’un entraîneur

Joseph Sandulo

Prix pour services distingués à la collectivité

John Balint –  Sports et loisirs

Gwen Bell –  Action humanitaire

Karen Eck – Santé

Anna Kyle – Santé

Fiona Reid – Éducation

Archie Smith – Arts et culture

Philip Sweetnam – Environnement

Georgina Tupper –  Patrimoine

Madeline Whalen – Vie rurale/Agriculture

Prix de l'action communautaire

Joe Zadzora – Adultes

Paul Greer – Aînés

Natasha Rupani – Jeunes

MedVent Medical Venturers – Groupe

2007

Citoyen de l’année

Allan Hubley –Adultes

Harold Moore –Aînés

Jessica Weihrich –Jeunes

Prix Brian-Kilrea soulignant l’excellence d’un entraîneur

Margaret Jones

Patrick Reid

Prix pour services distingués à la collectivité

Bill Anderson –  Sports et loisirs

Lenora Crowe – Arts et culture

Nancy and David Hayley –  Environnement

Michele LeBoldus – Patrimoine

Karen Leskinen –  Éducation

 Mirwais Nahzat –  Action humanitaire

Cecil Reaney –  Vie rurale/Agriculture

Nina Saab – Santé

Prix de l'action communautaire

Rod Vanier –  Adultes

Nazira Tareen –  Aînés

Megan Ellwood –  Jeunes

Birth and Parent Companion Program, Canadian Mothercraft –  Groupe

2008

Citoyen de l’année

Paulette Dozois – Adultes

Joy Bergeron – Aînés

Julina Throop – Jeunes

Prix Brian-Kilrea soulignant l’excellence d’un entraîneur

Jim Wagdin

Pat Messner

 Prix pour services distingués à la collectivité

Arlene Anderson –   Arts et culture

Monique and John Benfield –   Sports et loisirs

 Molly Bruce –  Action humanitaire

Richard Fleming –  Sports et loisirs

John J. Heney –  Patrimoine

Michael Machargo –  Santé

Lynda McCuaig –  Vie rurale/Agriculture

Jennifer Mix –  Environnement

James Valitchka –  Éducation

Prix de l'action communautaire

David Ellis and Matthew Ellis –   Adultes

Allen Holtz –   Aînés

Jasmine Renaud –   Jeunes

Salvation Army Disaster Services Volunteers – Groupe

2009

Citoyen de l’année

Tanya Smith –  Adultes

Alice Campbell –  Aînés

Mélissa Brunet –  Jeunes

Prix Brian-Kilrea soulignant l’excellence d’un entraîneur

Charles Chamberlin

Prix pour services distingués à la collectivité

Michael Ashman –   Sports et loisirs

Bob Gowan –   Santé

Khadija Haffajee –   Action humanitaire

Jenniferann Heward-Eastham –   Éducation

Elaina Martin –  Arts et culture

Michael More – Patrimoine

Betty Prophet -  Vie rurale/Agriculture

Wayne Roddick –Environnement

Alain Vachon – Patrimonine

Prix de l'action communautaire

Claudio Escobar – Adultes

Joan Schrier – Adultes

Gary Kyer – Aînés

Melody Andrews –Jeunes

Board of Directors Volunteer Ottawa – Groupe

2010

Citoyen de l’année

Dr. Nalin Bhargava –Adultes

Clarence Maheral –Aînés

LaDorna Penteluk –Aînés

Megan Ellwood –Jeunes

Prix Brian-Kilrea soulignant l’excellence d’un entraîneur

Bill Foster

Prix pour services distingués à la collectivité

Kelvin Burnett –Vie rurale/Agriculture

Robert Clarke –Arts et culture

David B. Flemming –Patrimoine

Pat Lamanna –Éducation

John Leroux –Sports et loisirs

Gary Lum –Environnement

Judy Madaire –Santé

James McCracken –Action humanitaire

Tom O. Wright –Environnement

Prix de l'action communautaire

Chris Tessier –Adultes

Helen M. Sutherland –Aînés

Jane Au –Jeunes

Stage Coordinators – Ottawa International Jazz Festival –Groupe

Désignation de rues en l'honneur d'anciens combattants

Renseignements généraux

En 2005, dans le cadre des célébrations de l’Année de l’ancien combattant, la Ville d'Ottawa a lancé une initiative de désignation de rues en l’honneur d’anciens combattants de notre région. Cette initiative est le fruit d’un partenariat entre la Ville d’Ottawa, le ministère des Anciens Combattants, la Légion royale canadienne et des promoteurs immobiliers locaux.

Toutes les candidatures sont soumises au processus d'attribution de noms commémoratifs et, lorsqu'elles sont approuvées, le Bureau du protocole entre en contact avec le ministère des Anciens Combattants et le Comité du Coquelicot et Souvenir de la Légion royale canadienne afin d'obtenir la permission de reproduire le coquelicot sur l'enseigne de rue approuvée.

Les promoteurs immobiliers locaux participent à cette initiative en attribuant volontairement à des rues de nouveaux lotissements le nom d’anciens combattants. L'enseigne de rue permanente qui est installée aux derniers stades de l'aménagement du lotissement porte un coquelicot, symbole du souvenir par excellence.

La présentation des enseignes de rue a lieu pendant la Cérémonie à la chandelle en l’honneur des anciens combattants qui se déroule chaque année en novembre. L’événement, au cours duquel assistent près de 800 invités, est animé conjointement par la Ville d’Ottawa et le ministère des Anciens Combattants. Dans le cadre de la cérémonie, le maire offre aux familles une réplique de l’enseigne de rue approuvée. 

2016 – Caporal Eric Maloney

De gauche à droite : Michael Qaqish, conseiller municipal, Mme Melissa Côté, Tartan Land Consultants Inc., Mme Cynthia Maloney, Son honneur le maire Jim Watson et M. Andy Adams

De gauche à droite : Michael Qaqish, conseiller municipal, Mme Melissa Côté, Tartan Land Consultants Inc., Mme Cynthia Maloney, Son honneur le maire Jim Watson et M. Andy Adams

Le caporal Eric Maloney, originaire de Douglastown, au Québec, a montré son courage et son dévouement à l’égard du Canada en s’enrôlant dans l’Armée canadienne à l’âge de 18 ans, lors de l’appel aux armes au début de la Deuxième Guerre mondiale. Membre de la force « C » du régiment des Royal Rifles of Canada, il est parti défendre la colonie de Hong Kong avec ses camarades d’armes. Privés de renforts et de ravitaillements, ils ont tenu tête pendant dix-huit jours à la force d’invasion japonaise dont les effectifs étaient largement supérieurs. 

Première unité canadienne à combattre lors de la Deuxième Guerre mondiale, la force « C » a mérité de multiples distinctions honorifiques, dont la première Croix de Victoria décernée à des Canadiens.

Le caporal Maloney et ses camarades ont dû se rendre à l’ennemi le jour de Noël 1941 et sont restés prisonniers de guerre pendant quatre ans et huit mois, quatre ans et huit mois d’esclavage puisque le Japon n’avait pas signé la Convention de Genève. Durant leur captivité, ils n’ont reculé devant rien pour nuire à l’effort de guerre de l’ennemi, risquant leur vie pour accomplir des actes de sabotage.

De retour au pays, Eric a retrouvé sa petite amie, Elizabeth (Betty) Ebsary, qui l’attendait à Terre-Neuve. Leur mariage a duré 58 ans, jusqu’en avril 2005, lorsqu’Elizabeth est décédée.

Eric avait toujours rêvé de devenir chef. Aiguillonné, sans doute, par les privations qu’il avait connues comme prisonnier de guerre, il a acquis des connaissances de base en cuisine en travaillant ici et là pour pouvoir se payer une formation en bonne et due forme.

Après avoir obtenu le certificat de chef de l’Université McGill, il a continué à servir son pays en utilisant ses compétences aux stations du Réseau d’alerte avancé du NORAD dans l’Arctique canadien en 1954 et en 1955, puis de 1959 à 1963. Vu les limites qu’imposait cette situation géographique sur ses proches, Éric a décidé de déménager toute la famille à Toronto, où il est devenu chef de cuisine dans plusieurs établissements, puis dans d’autres endroits en Ontario, ce qui lui a permis d’élargir son répertoire.

En 1987, Eric est venu exercer ses talents à Ottawa en tant que chef responsable de la salle à manger du corps professoral de l’Université Carleton jusqu’à son départ à la retraite en 1991, à l’âge de 70 ans. Eric s’est vraiment senti chez lui à Ottawa; il a apporté un soutien financier à plusieurs organismes de bienfaisance de sa ville d’adoption, et particulièrement au Musée de Nepean.

Eric aimait les gens, et surtout les jeunes. Il leur parlait en détail des combats livrés par les alliés en Extrême-Orient durant la Deuxième Guerre mondiale et captivait son auditoire en ponctuant d’anecdotes personnelles son récit de l’histoire nationale.

Eric Maloney est décédé le 11 mars 2015.

Les entreprises Tartan Homes et Tamarack Homes ont bien voulu nommer « voie Eric Maloney Way » une rue de leur lotissement de Findlay Creek dans le secteur Sud d’Ottawa.

2015 – Vice-amiral Ralph Hennessy

photo de groupe

De gauche à droite : le lieutenant-général Guy Thibault, le chanoine David Clunie, la colonel Dorothy Cooper, le conseiller Jody Mitic, le conseiller Riley Brockington, le maire Jim Watson, Mme Diana Hennessy, le vice-amiral Mark Norman, Mme Leslie Lahey, M. Michael Hennessy, Mme Carol Matson, M. Angus Gray, le conseiller Eli El-Chantiry, le conseiller George Darouze, le lieutenant Gordon Gray, l’honorable Kent Hehr, le conseiller Jean Cloutier, le conseiller Michael Qaqish, Mme Chantal Schryer et le général Walter Natynczyk. 

Le vice-amiral Ralph Hennessy, CD (5 septembre 1918 – 13 juin 2014), est l’aîné du colonel Patrick Hennessy et d’Ellen Robb. Son grand-père, son arrière-grand-père et son arrière-arrière-grand-père ont tous trois été soldats.

En août 1936, en s’enrôlant dans la Marine royale canadienne en tant qu’élève-officier, il devient le premier Hennessy en quatre générations à ne pas servir dans l’armée britannique en temps de guerre.

Entre 1936 et 1939, il suit sa formation dans la Marine royale, durant laquelle il participe aux patrouilles dans le cadre de la politique de non-intervention pendant la guerre civile espagnole. Il est également en service à la station africaine, où il fera face, pour la première fois, aux tirs ennemis.

Au moment où la Seconde Guerre mondiale éclate, il vient tout juste d’être nommé sous-lieutenant et affecté à l’équipage de mise en service du NCSM ASSINIBOINE, sur lequel il passe presque quatre ans durant la guerre.

En août 1942, il se voit décerner la Croix du service distingué pour sa victoire en surface contre le U-boot allemand U-210. C’est Sa Majesté le roi George VI en personne qui lui remet la Croix le 11 mai 1943.

Pendant sa carrière, Ralph Hennessy sert sur plusieurs navires et occupe de nombreuses fonctions en mer et sur terre, notamment celles de contrôleur général des Forces armées canadiennes et de chef du Personnel. Il prend sa retraite en 1971 après 35 ans de service.

Après sa retraite des Forces canadiennes, il est nommé directeur général fondateur du Conseil canadien des normes. Il est également le premier Canadien à occuper le poste de vice-président de l’Organisation internationale de normalisation.

Le vice-amiral Hennessy s’implique aussi activement dans Le Corps canadien des commissionnaires pour Ottawa. Il est également président, et membre pendant de nombreuses années, du Club de golf Royal Ottawa. Avide de savoir, il obtient un baccalauréat en histoire à l’Université de Waterloo en mai 1995.

Urbandale Corporation et Richcraft ont accepté d’intégrer l’« avenue Ralph Hennessy » dans leur projet de Riverside-Sud dans le quartier sud d’Ottawa.

2014 – La sergente de section Helen Rapp

Des membres de la famille Rapp et des dignitaires tenant l’enseigne de la voie Helen Rapp

De gauche à droite : Greg Bowen, Michelle Taggart, Kathleen (Rapp) Murdie, Melissa Côté, Patsy (Rapp) St. Denis, Amy Cheff, Sharon (Rapp) Halayko, Gerry Bowen, John Rapp, son honneur Jim Watson, le conseiller Steve Desroches.

Helen Rapp (25 juillet 1925 – 22 août 2013), ancienne combattante de la Seconde Guerre mondiale, appartenait au Service féminin de l’Armée canadienne.

Helen Rapp a servi à la Direction des transmissions, à Ottawa, de 1942 à 1946. Ayant fait partie des « bomb girls » (filles aux obus), elle était aussi membre de l’Association des retraités des Forces armées.

Elle a épousé Frank Rapp et le couple a eu cinq enfants. Après le décès de M. Rapp, alors qu’elle avait environ 75 ans, Mme Rapp s’est mariée avec M. Gerry Bowen et est devenue la belle-mère de trois garçons.

Helen Rapp défendait ardemment les droits des anciens combattants, et de façon plus particulière ceux des veuves de militaires. Elle faisait aussi du bénévolat à l’Hôpital Queensway Carleton, auquel elle apportait son soutien.

Mme Rapp est la première femme à voir son nom attribué à une rue par la Ville d’Ottawa dans le cadre du Programme de désignation de rues de nouveaux aménagements à la mémoire d’anciens combattants à l’occasion de la Semaine des anciens combattants.

Les sociétés Tartan Land Consultants Inc. et Tamarack Homes ont accepté la désignation de la voie Helen Rapp dans le lotissement de Findlay Creek qu’elles aménagent actuellement dans le sud d’Ottawa. 

2013 - Major W. Barry Helman

Des membres de la famille Helman et des dignitaires tenant l’enseigne du croissant Barry-Helman

De gauche à droite : La conseillère Marianne Wilkinson, le lieutenant-général Guy Thibault, le conseiller Keith Egli, l'honorable Robert Nicholson, M. Bruce Nicol, Mme Melissa Côté, M. Scott Helman, Mme Elizabeth (Betty) Helman, Son Honneur Jim Watson, Mme Katherine Kenny, M. Thomas Schweiger, Mme Ann Kenny, Mme Kimberley Helman, M. Patrick Mason, Mme Linda Thompson et l'honorable Julian Fantino.

Le major W. Barry Helman (1er décembre 1929 – 30 janvier 2013) était un ancien combattant de la guerre de Corée et un officier à la retraite des Forces armées canadiennes.

Après sa retraite du service actif, le major Helman est devenu un bénévole dévoué au nom des anciens combattants. Il était membre actif de l'Association canadienne des Vétérans des Forces de Paix des Nations Unies (ACVFPNU), ainsi que le dernier ancien président de la succursale d'Ottawa de cette Association, un poste qu'il a occupé pendant six ans.

Jusqu'à son décès, le major Helman a continué de représenter l'Association dans le cadre d'une grande variété de fonctions militaires, civiles et gouvernementales et de donner des présentations sur demande.

Le major Helman a personnellement initié des collectes de fonds pour l'engagement de la succursale auprès du Centre de santé Perley-Rideau pour anciens combattants à Ottawa et jusqu'à présent, des milliers de dollars ont été amassés pour aider les anciens combattants qui y résident.

En plus de son travail de bénévolat auprès de l'Association canadienne des vétérans des Forces de la paix pour les Nations Unies, le major Helman était également membre de l'Association canadienne des vétérans de la Corée et de la Légion royale canadienne.

La société Tartan Land Consultants Inc. a accepté d'ajouter le « croissant Barry-Helman Crescent » à leur projet domiciliaire Havencrest dans le sud d'Ottawa.

2012 - Matelot de 2e classe Jerome (Jerry) Jodoin

 le vice-amiral P.A. Maddison; la conseillère Marianne Wilkinson; M. Gus Este; son Honneur, le maire Jim Watson; M. Gary Jodoin; le conseiller Rick Chiarelli; Mme Fran Jodoin; la conseillère Diane Holmes; le conseiller Keith Egli; la conseillère Katherine Hobbs et l’Honorable Stephen Blaney.

De gauche à droite : le vice-amiral P.A. Maddison; la conseillère Marianne Wilkinson; M. Gus Este; son Honneur, le maire Jim Watson; M. Gary Jodoin; le conseiller Rick Chiarelli; Mme Fran Jodoin; la conseillère Diane Holmes; le conseiller Keith Egli; la conseillère Katherine Hobbs et l’Honorable Stephen Blaney.

Le matelot de 2e classe Jerome (Jerry) Jodoin (1923-2011) fut l’un des derniers anciens combattants survivants de la Marine du Canada de la Seconde Guerre mondiale.

Né à Ottawa le 30 septembre 1923, M. Jodoin est un ancien de la Maxwell Public School et l’Ottawa Technical School.

M. Jodoin s’est joint à la Marine royale du Canada en 1942 et a servi au cours de la Seconde Guerre mondiale dans les océans Atlantique, Pacifique et Arctique. Les convois de l’Arctique de la Seconde Guerre mondiale étaient composés de navires océaniques navigant du Royaume-Uni, de l’Islande et de l’Amérique du Nord vers les ports du Nord de l’Union soviétique, soit Arkhangelsk et Mourmansk surtout, tous deux faisant maintenant partie de la Russie moderne.

M. Jodoin a été décoré des médailles suivantes :

  • Étoile de 1939-1945;
  • Étoile de l'Atlantique;
  • Étoile du Pacifique;
  • Médaille canadienne du volontaire;
  • Médaille de la guerre de 1939-1945;
  • Il a également reçu une médaille du gouvernement de la Russie pour avoir participé aux activités de convoi visant à soutenir l’effort de guerre de ce pays.

M. Jodoin a quitté la Marine royale du Canada en 1945 et a été à l’emploi de Postes Canada et de l’Imprimerie d’Ottawa pendant de nombreuses années, avant de démarrer sa propre entreprise, Jeroniga du Canada, une société de gestion immobilière.

Le Groupe Minto inc. a accepté d’ajouter la « Promenade Jerome-Jodoin/Jerome Jodoin Drive » à son lotissement Avalon, dans l’Est d’Ottawa. 

2011 - Soldat Ferdinand Riendeau et Garde Ferdinand Paul-Émile Riendeau

 Ian MacPherson (Mattamy Homes), Al Karkkainen, chef adjoint du Service des incendies, grand-mère Rose Martin, M. Marc Anthony Riendeau, Mme Jacqueline Verville-Riendeau, M. James Richard Riendeau,  M. Jean-Pierre Riendeau, M. Richard Marshall, Mme Hélène Riendeau-Marshall, son honneur le maire Jim Watson, l’honorable Steven Blaney, Mme Helga Alwine Heidenreich-Riendeau, le général Walter Natynczyk.

De gauche à droite : Ian MacPherson (Mattamy Homes), Al Karkkainen, chef adjoint du Service des incendies,
grand-mère Rose Martin, M. Marc Anthony Riendeau, Mme Jacqueline Verville-Riendeau, M. James Richard Riendeau,
M. Jean-Pierre Riendeau, M. Richard Marshall, Mme Hélène Riendeau-Marshall, son honneur le maire Jim Watson,
l’honorable Steven Blaney, Mme Helga Alwine Heidenreich-Riendeau, le général Walter Natynczyk.

Le soldat Ferdinand Riendeau (1883-1950) du 227e Bataillon est un ancien combattant de la Première Guerre mondiale qui s’est battu en France aux côtés du 58e Bataillon d’outre-mer pendant les cent jours du Canada.

M. Riendeau s’est enrôlé le 28 mars 1916 et a été démobilisé le 25 avril 1919. À son retour au Canada, il s’est établi à Ottawa, où il a rejoint la Garde à pied du Gouverneur général et épousé Mederise Sorel, avec qui il a eu huit enfants, dont un garçon. Son unique fils, Ferdinand Paul-Emile, a suivi ses traces et a été appelé sous les drapeaux pendant la Seconde Guerre mondiale. Soulignons que six de ses filles ont épousé d’anciens combattants.

Le garde Ferdinand Paul-Emile Riendeau (1920-1975), originaire d’Ottawa, est un ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale (1942 1946). Il a fréquenté l’école Guigue et la Ottawa Technical High School, puis s’est enrôlé dans les Cameron Highlanders of Ottawa, où il est devenu sergent instructeur à Cornwall. Il a par la suite quitté le corps blindé pour se joindre à la Garde à pied du Gouverneur général en tant qu’opérateur d’artillerie en Angleterre et dans le nord ouest de l’Europe.

Le roi George lui a remis la Citation militaire britannique en reconnaissance de son service exceptionnel. Cette récompense a été officialisée par la London Gazette no 37138 du 21 juin 1945 et par la Gazette du Canada no 13 du 31 mars 1945. Il est aussi décoré de l’Étoile de 1939 1945, de l’Étoile France Allemagne, de la Médaille de la Défense, de la Médaille canadienne du volontaire et de la Médaille de la guerre de 1939 1945.

À son retour au Canada, il a épousé Jacqueline Verville, avec qui il a eu une fille et un garçon. Il a terminé sa carrière au sein du Service des incendies d’Ottawa et, lorsqu’il a pris sa retraite, il occupait le rang de sergent. Son fils et son petit fils ont aussi servi au sein des Cameron Highlanders of Ottawa.

La rue des Soldats-Riendeau sera située dans la phase 3 du lotissement Sud de Half Moon Bay de Mattamy Homes.

2010 - Matelot de 2e classe Jean Frédérick André Audet

 Emily Audet, Baylie McIntyre, Callia McIntyre.

Rangée du fond, de gauche à droite : Cory Matthews, Tanya Matthews, Caroline Audet, Peter Audet,
Amanda McIntyre, Chris McIntyre, Ashley McIntyre, Kathy Audet, Rob Audet, le maire Larry O’Brien,
Phil Matthews, Gram Audet, Sue Matthews, Andrea McIntyre, Jean Audet, Jim McIntyre, Michelle Audet,
le contre-amiral Andrew Smith, Dan Audet.
Première rangée, de gauche à droite : Emily Audet, Baylie McIntyre, Callia McIntyre

Jean Frédérick André Audet s’est enrôlé dans la Marine royale du Canada le 4 mai 1942 à titre de matelot de 3e classe.

M. Audet a servi sur de nombreux navires, y compris le NCSM Athabaskan sur lequel il a passé 26 mois en mer en tant que matelot de 2e classe durant la Seconde Guerre mondiale. Blessé lors du naufrage de l’Athabaskan dans la Manche le 29 avril 1944, il peut s’estimer très chanceux d’avoir survécu, puisque 128 membres de l’équipage ont péri.

En reconnaissance de ses services, M. Audet a reçu l’Étoile de 1939-1945, l’Étoile de l’Atlantique, la Médaille canadienne du volontaire, la barrette d’argent ainsi que la Médaille de la guerre de 1939-1945.

Il a épousé Gram Tergie en 1952 et laissé derrière lui six enfants, Cathy, Jean, Susan, Andrea, Rob et Peter, 12 petits-enfants et 5 arrière-petits-enfants.

Ce fut un honneur pour l’entreprise Mattamy Homes d’inclure la « rue André Audet » à la première phase de son projet visant Half Moon Bay, à Barrhaven-Sud.

2009 - Cavalier Brian Richard Good
 Mme. Jessica Good, Mme. Sandra Good, Mme. Kayla Good, Mme. Jeanne Pusztai,  Mme. Geraldine Legault

À l'arrière:.M. Steve Good, M. James Good, M. Mark Pusztai, Mme. Linda Good, Maire Larry O'Brien,
À l'avant : Mme. Jessica Good, Mme. Sandra Good, Mme. Kayla Good, Mme. Jeanne Pusztai,
Mme. Geraldine Legault

Le cavalier Good s’est enrôlé dans les Forces canadiennes le 21 octobre 2005 à l’âge de 39 ans. Il était membre des Royal Canadian Dragoons, de la Base des Forces canadiennes de Petawawa, et avait été affecté à la Force opérationnelle interarmée en Afghanistan - Brigade d’infanterie, à Kandahar (Afghanistan) en tant qu’artilleur le 29 septembre 2008.

L’affectation du cavalier Good a pris fin abruptement le 7 janvier 2009, jour où il a été tué par l’explosion d’une bombe artisanale plantée en bordure de la route dans le district de Shah Wali, en Afghanistan. Le cavalier Good n’avait que 43 ans. 

Le cavalier Good a laissé dans le deuil sa femme Sandra et ses deux jeunes filles adolescentes, Jessica et Kayla. La famille Good a toujours habité le secteur de Barrhaven.

La Riverside South Development Corporation (Société d’aménagement de Riverside-Sud), partenariat formé des sociétés Urbandale Incorporated et Richcraft Homes, a accepté de désigner « avenue Brian-Good » une des rues de la phase 9 de son lotissement de Riverside-Sud.

2008 - Artilleur Frederick Richard Paine
paine_en

À l'arrière: M. Jack Stirling, Minto Group Incorporated, Mme. Paula Paine,
Mme. Christine Lavergne, Maire Larry O'Brien, Mme. Catherine Maddigan, M. Scott Paine.
À l'avant : Madame. Mary Eileen Paine

Le canonnier Frederick Richard Paine a servi dans le 4th Canadian Field Regiment de la Royal Canadian Artillery (4e régiment de l’Artillerie royale canadienne).

Peu après son retour de la guerre, M. Paine entreprend une carrière dans l’immobilier. Une de ses premières interventions comme courtier concerne la vente de la ferme Hopewell, aujourd’hui connue sous le nom de Crystal Beach. Il travaillera ensuite pour la société Rhodes Real Estate, prestigieuse entreprise du centre-ville, intervenant dans la vente de propriétés importantes à Ottawa. Pendant le boum de l’immobilier, dans les années 1950, il occupe le poste de directeur des Ventes à la société Minto Construction, où il joue un rôle clé dans le développement de collectivités importantes, telles que Parkwood Hills, Meadowlands, Glen Cairn et Hawthorne Meadows. M. Paine se joint ensuite à la société A.B. Taylor Construction Incorporated et vend des maisons dans le secteur du parc Copeland, où il s’installera avec sa famille.

Dans les années 1970, M. Paine entre au service de la fonction publique. Il travaillera au ministère des Anciens combattants, plus précisément à la résidence Rideau pour les anciens combattants. Malgré le fait qu’il exerce son travail dans les magasins des commissaires, il accorde une attention particulière aux anciens combattants, spécialement ceux de la Première Guerre mondiale.

Le canonnier Frederick Paine a reçu les médailles suivantes : Étoile de 1939-1945, Étoile France-Allemagne, Médaille de la Défense, Médaille canadienne du volontaire avec agrafe et Médaille de la guerre 1939-1945.

La société Minto Communities Incorporated a accepté de désigner « avenue Paine » une rue de son nouveau lotissement Arcadia de Kanata. Situé immédiatement au nord de la Place Banque Scotia, ce lotissement comptera 1 400 habitations.

2007 - Soldat Francisco (Frank) Mancuso

Maire Larry O'Brien, M. Frank Mancuso and Mme. Mary Jarvis, Urbandale Corporation
Maire Larry O'Brien, M. Bob Mancuso and Mme. Mary Jarvis, Urbandale Corporation

Le soldat Francisco (Frank) Mancuso a servi dans le Royal Canadian Ordnance Corps (Corps royal des magasins militaires de l’Armée canadienne). Il s’est enrôlé à Ottawa le 29 avril 1941 et a servi au Royaume-Uni, dans la région du centre de la Méditerranée et en Europe continentale du 6 octobre 1941 au 14 septembre 1945.

Le soldat Mancuso a reçu les médailles suivantes : Étoile de 1939-1945, Étoile d’Italie, Étoile France-Allemagne, Médaille de la Défense, Médaille canadienne du volontaire avec agrafe et Médaille de la guerre 1939-1945.

La société KNL Developments Incorporated, partenariat formé des sociétés Urbandale Corporation et Richcraft Homes, a décidé d’attribuer à une rue de son lotissement de Kanata Lakes le nom de « cour Mancuso ». La phase 5 de ce lotissement sera enregistrée en 2008.

2006 - Capitaine William LeBoutillier

M. Eric Maloney et le maire Bob Chiarelli
M. Eric Maloney et le maire Bob Chiarelli

Le capitaine LeBoutillier, qui appartenait à la compagnie D des Royal Rifles of Canada, a participé à la tristement célèbre bataille du village de Stanley, à Hong-Kong, en 1941. Au cours de cette bataille, les soldats canadiens réussirent à contre-attaquer, en traversant le cimetière et en délogeant l’ennemi de ses positions. Malheureusement, les Japonais apportèrent des renforts et, par des tirs de mortiers nourris, repoussèrent les Canadiens à leurs positions d’origine.

Pour le leadership et le courage dont il avait fait preuve au cours des 17 jours de la bataille de Hong-Kong, le capitaine LeBoutillier fut promu sur place au grade d’adjudant des Royal Rifles of Canada. Il s’est également vu attribuer le titre de membre de l’Empire britannique.

La société Valecraft Home Incorporated, avec la collaboration de la Société immobilière du Canada, propriétaire des terrains contigus, a accepté d'inclure l'avenue LeBoutillier dans son lotissement appelé Aviation Private.

2005 - Artilleur Paul Antonio Métivier

Madame Justice Monique Métivier et le maire Bob Chiarelli
Madame Justice Monique Métivier et le maire Bob Chiarelli

M. Paul Métivier est l’un des anciens combattants canadiens de la Première Guerre mondiale qui a survécu le plus longtemps. Ayant longtemps habité la région d’Ottawa (ancienne ville de Nepean), M. Métivier est décédé en décembre 2004. Il a été le premier récipiendaire de la Mention élogieuse du ministre des Anciens combattants, en 2002. Il a également reçu la Médaille de guerre britannique, la Médaille de la Victoire (1921) et l’insigne de guerre Classe A (1918). Il avait aussi été décoré de la Légion d’honneur française pour les services qu’il a rendus en France. M. Métivier acceptait toujours les invitations à représenter les anciens combattants de la Première Guerre mondiale et il assistait souvent aux cérémonies du jour du Souvenir au Musée canadien de la guerre et au Monument commémoratif de guerre du Canada.

La société Minto Developments Incorporated a accepté de participer à la toute première initiative et a désigné une rue à cette fin dans l’un de ses nouveaux lotissements, à Nepean-Sud. La promenade P.-A.-Métivier se trouve dans le secteur Chapman Mills de Nepean-Sud. La première phase du lotissement a été achevée à l’été 2006. Située dans l’axe est-ouest, la promenade P.-A.-Métivier possède une longueur approximative de deux kilomètres et se situe entre l’avenue Woodroffe et la promenade Longfields.

Prix de bâtisseur de la Ville décerné par le maire

Le Prix de bâtisseur de la Ville décerné par le maire est une distinction civile qui vise à reconnaître un particulier, un groupe ou un organisme qui, par ses services bénévoles exceptionnels ou ses initiatives exemplaires, a fait preuve d’un engagement profond envers notre Ville afin d’en faire un meilleur endroit aujourd’hui et pour l’avenir. Le Prix peut récompenser l’ensemble des réalisations, des actes de bonté remarquables, des activités de bienfaisance inspirantes, de développement d’une conscience communautaire ou tout autre réalisation exemplaire.

Le Prix sera présenté au début de chaque réunion du Conseil municipal d’Ottawa.

Lauréats antérieurs

Mise en candidature

Des particuliers, des groupes ou des organismes peuvent être mis en nomination par les membres du Conseil municipal ou par le public. Pour soumettre une candidature, le proposant doit remplir le formulaire où il décrira les initiatives et les réalisations du candidat.

Les candidatures doivent être envoyées à :

Will Bulmer
Adjointe spécial au maire
Bureau du maire Jim Watson
Ville d’Ottawa
110, avenue Laurier Ouest
Ottawa (Ontario) K1P 1J1
Tél. : 613-580-2424, poste 25426
Téléc. : 613-580-2509
william.bulmer@ottawa.ca

Sélection

Le récipiendaire du Prix recevra un certificat de la part du maire et du conseiller de son quartier. Le bureau du maire veillera à ce que le récipiendaire soit présent à la réunion du Conseil. Les lauréats seront choisis par le maire et informés par le bureau de celui-ci. Les candidatures seront valides pendant l’année qui suit la date de leur soumission, période pendant laquelle le candidat peut être choisi aux fins de reconnaissance.

L'octroi de Droit de cité

L’octroi du Droit de cité par une municipalité est l’un des honneurs les plus estimés pouvant être conférés à une unité militaire. Cette tradition est née en Angleterre au XVe siècle, soit à l’époque de la guerre des Deux-Roses, au cours de laquelle des unités militaires se livrant à la maraude mettaient les villes en danger. Avant qu’une ville n’autorise une unité militaire à pénétrer à l’intérieur de ses murs, le chef de police exigeait de connaître la raison pour laquelle les soldats souhaitaient entrer dans la ville. Le chef de police escortait alors le commandant de l’unité jusqu’à la salle du conseil municipal afin de savoir si les responsables municipaux pouvaient faire confiance à l’unité. Si elle s’avérait digne de confiance, l’unité se voyait conférer le privilège connu sous le nom de « Droit de cité ».

Cette désignation autorisait l’unité à « défiler dans les rues tambours battant, drapeaux au vent et baïonnettes aux canons. » Cet honneur était irrévocable. Au XVIIe siècle, il devint plus courant d’accorder le Droit de cité aux unités militaires qui avaient protégé des villages des envahisseurs en temps de guerre.

Au Canada, cette cérémonie traditionnelle revêt une valeur symbolique et l’honneur est conféré aux unités militaires canadiennes dont les origines remontent aux milices formées dans une ville ou un village particulier ou qui ont remporté des honneurs de guerre à l’étranger. La ville d’Ottawa a octroyé le droit de cité aux unités militaires suivantes :

Le Droit de cité
Année Unité militaire

1894

14e Bataillon of Kingston  –  Remis par Son Honneur George Cox

1953

1er Bataillon, Royal Canadian Regiment  –  Remis par Son Honneur Charlotte Whitton

1964

2e Bataillon Canadian Guards  – Remis par Son Honneur Charlotte Whitton

1965 – 1968

30e Régiment d’artillerie de campagne, ARC  –  Remis par Son Honneur Don Reid

1968

1e Batailon Canadian Guards  – Remis par Son Honneur Don Reid

1969

The Cameron Highlanders of Ottawa  –  Remis par Son Honneur Don Reid

1972

The Governor General’s Foot Guards – Remis par Son Honneur Pierre Benoit

1977

3e Régiment du genie de combat – Remis par Son Honneur Lorrie Greenberg

1978

Régiment des transmissions, Royal Canadian Corps of Signals – Remis par Son Honneur Marion Dewar

1979

Canadian Grenadier Guards – Remis par Son Honneur Marion Dewar

1980

Navire canadien de Sa Majesté « Carleton » –  Remis par Son Honneur Marion Dewar

1981

4e Princess Louise Dragoon Guards – Remis par Son Honneur Marion Dewar

1981

28e Bataillon de Service – Remis par Son Honneur Marion Dewar

1985

Princess Patricia’s Canadian Light Infantry – Remis par Son Honneur Marion Dewar

1995

Corps de Cadets Faulkland de la Marine royale  du Canada – Remis par Son Honneur Jacquelin Holzman

1996

Navire canadian de Sa Majesté « Ottawa » – Remis par Son Honneur Jacquelin Holzman

1999

3e Bataillon The Royal Canadian Regiment – Remis par Son Honneur Jim Watson

2013

33e Groupe-brigade de Canada – Remis par Son Honneur Jim Watson

La clé de la ville

La clé de la ville est le plus important et prestigieux honneur que décerne la Ville d’Ottawa.

La clé de la ville est remise aux personnalités de marque ainsi qu’aux invités d’honneur de la Ville d’Ottawa. La coutume consistant à remettre une clé remonte au Moyen Âge, où des restrictions légales limitaient l’accès aux villes, sans parler des murs et des portes verrouillées. La clé symbolisait le libre accès. Vers le milieu des années 1800, il devint courant de remettre la clé de la ville pour signifier au récipiendaire son droit d’aller et venir à sa guise.

Récipiendaires de la clé de la ville

La clé de la ville décernée par le maire Stanley Lewis
Date Récipiendaire

4 novembre 1935

Lord et lady Tweedsmuir

10 mars 1937

Cecilia Colledge

19 juin 1937

L’équipe sud-africaine de boulingrin

23 janvier 1938

M. et Mme A.J. Freiman

6 mai 1940

Walter D. Head

9 mars 1948

Barbara Ann Scott

La clé de la ville décernée pa la mairesse Charlotte Whitton
Date Récipiendaire

10 septembre 1951

Sir Denys Lowson

10 octobre 1951

Son Altesse Royale la princesse Élizabeth

13 février 1952

Le feld-maréchal lord Alexander

1954

Sa Majesté la Reine Élizabeth, reine mère

14 septembre 1955

Son Excellence Hubert Guérin

5 octobre 1955

La conférence fédérale-provinciale

11 octobre 1955

Son Altesse Royale la princesse Mary, princesse royale et la comtesse de Harewood

27 juin 1956

Son Excellence sir Archibald Nye

12 décembre 1956

L’honorable George Drew

La clé de la ville décernée par le maire George Nelms
Date Récipiendaire

10 mars 1960

Anne Heggtveit

La clé de la ville décernée par la mairesse Charlotte Whitton
Date Récipiendaire

10 avril 1961

Le très honorable Harold MacMillan

3 avril 1962

Son Excellence l’honorable Francis Lacoste

10 octobre 1963

Son Excellence le très honorable vicomte Amory

La clé de la ville décernée par le maire Donald Reid
Date Récipiendaire

22 février 1968

Nancy Greene

22 novembre 1969

Russell (Russ) Jackson

La clé de la ville décernée par le maire Pierre Benoit
Date Récipiendaire

25 août 1972

Paul Anka

24 octobre 1973

William George Westwick

6 novembre 1973

L’orchestre du Centre national des Arts

7 août 1974

Rich Little

20 octobre 1974

Mœ Racine

La clé de la ville décernée par le maire Lorry Greenberg
Date Récipiendaire

9 octobre 1976

Le Navire canadien de Sa Majesté Carleton

4 novembre 1977

Frank Radford "Budge" Crawley

La clé de la ville décernée par la mairesse Marion Dewar
Date Récipiendaire

26 août 1980

Ken Taylor

15 octobre 1983

Lorne Green

5 septembre 1984

Sue Holloway

5 septembre 1984

Linda Thom

11 novembre 1984

William Hutt

10 décembre 1984

Marc Garneau

1984

Gaétan Boucher

La clé de la ville décernée par le maire James Durrell
Date Récipiendaire

28 août 1986

Richard Beercroft

27 octobre 1986

Rick Hansen

2 mars 1988

Elizabeth Manley

13 janvier 1989

Brian Kilrea

4 mai 1989

Frank Clair

6 novembre 1989

La présidente Corazon Aquino

24 octobre 1990

Brian Law et l’orchestre du Centre national des Arts

La clé décernée par le maire Marc Laviolette
Date Récipiendaire

10 mai 1991

L’Ordre militaire et hospitalier de St-Lazare de Jérusalem, Grand Prieuré du Canada

21 juin 1991

Le commodore Ken Summers

La clé de la ville décernée par la mairesse Jacqueline Holzman
Date Récipiendaire

13 octobre 1994

Dan Aykroyd

3 mars 1996

Alanis Morissette

7 juillet 1997

Angela Hewitt

22 août 1997

Bruce Cockburn

La clé de la ville décernée par le maire Jim Watson
Date Récipiendaire

12 février 1998

Bryan Adams

20 février 1998

Peter Jennings

25 septembre  1998

L’Université d’Ottawa

19 février 1999

Peter Mansbridge

12 novembre 1999

Dave Smith

17 mai 2000

Yousuf et Malak Karsh

La clé de la ville décernée par M. Richard Cannings
Date Récipiendaire

2 août 2000

Jim Watson

La clé de la ville décernée par M. Allan Higdon
Date Récipiendaire

20 septembre 2000

Margaret Atwood

6 décembre 2000

Max Keeping

La clé de la ville décernée par le maire Larry O'Brien
Date Récipiendaire

29 mai 2007

Le commandant du NCSM Ottawa

26 novembre 2008

Pierre G. Pagé

18 février 2010

Le rabbin Reuven P. Bulka

La clé de la ville décernée par le maire Jim Watson
Date Récipiendaire

23 janvier 2012

Le maestro David Currie

19 novembre 2012

La Fondation communautaire d’Ottawa

8 juillet 2013

Sandra Oh

3 mars 2015

Daniel Alfredsson

22 mars 2016

la très honorable Beverley McLachlin, C.P., Juge en chef du Canada

5 mai 2016

Alex Trebek

L’Ordre d’Ottawa

l'order d'ottawa

L'Ordre d'Ottawa est un prix remis aux résidents méritants de la ville d'Ottawa. Ce prix municipal prestigieux vise à célébrer les contributions exceptionnelles des résidents dans de nombreux domaines de la vie dans notre ville, tels que les arts et la culture, les affaires, les œuvres de bienfaisance, les soins de santé, l'éducation, le service public, le monde du travail, les communications et les médias, les sciences, les sports, les loisirs ou d'autres domaines contribuant au bien-être des résidents d'Ottawa.

Veuillez prendre un moment pour proposer la candidature d'un résident d'Ottawa dont le travail et le dévouement extraordinaires ont contribué à faire d'Ottawa un endroit où il fait bon vivre.

Admissibilité

Tout résident de la ville d'Ottawa qui a, dans le cadre de ses fonctions professionnelles, apporté une contribution importante à la communauté est admissible à ce prix.

Les candidatures fondées exclusivement sur une contribution bénévole ne seront pas retenues. Ces candidatures pourraient toutefois être retenues pour le Prix de bâtisseur de la Ville décerné par le maire, une distinction civile créée pour souligner des services bénévoles exceptionnels.

Les mises en candidature par des membres de la famille, les autonominations et les nominations posthumes seront rejetées. Les représentants municipaux, provinciaux et fédéraux ne sont pas admissibles au prix tant qu'ils sont titulaires de leur charge.

Les nominations seront considérées chaque année, pendant cinq années consécutives, à partir de la date de soumission.

Processus de candidature

Les candidatures pour l’Ordre d’Ottawa ou le prix Brian?Kilrea pour l’excellence chez les entraîneurs peuvent être soumises en ligne ou au moyen du formulaire de mise en candidature que contient le dépliant distribué dans les centres communautaires, les succursales de la Bibliothèque d’Ottawa et les centres du service à la clientèle.

Vous pouvez aussi télécharger et imprimer une copie du formulaire de mise en candidature. 

Envoyer à :

Ville d'Ottawa
Comité de sélection de l'Ordre d'Ottawa, a/s du Bureau du protocole
110, avenue Laurier Ouest
Ottawa (Ontario) K1P 1J1

Date limite de présentation des candidatures

Il n’est désormais plus possible de mettre en nomination pour l’Ordre d’Ottawa 2016. Les nominations reçues après 11 h 59 (heure de l’Est) le 9 septembre seront examinées en 2017.

Sélection

Toutes les candidatures sont examinées par un comité de sélection formé du maire ou du maire suppléant, du greffier municipal et chef du contentieux, du chef de police, de la chef du protocole, de l'archiviste de la Ville et de la directrice générale des Services de bibliothèque.

Investiture

Le maire de la Ville d’Ottawa procédera à la remise de l’Ordre d'Ottawa à l’occasion d’une cérémonie d’investiture annuelle à laquelle seront conviés les lauréats et les personnes ayant soumis leur candidature.

Lauréats antérieurs

Remise des prix

Le maire d'Ottawa remet les prix aux lauréats au cours d'une cérémonie civique annuelle. Les lauréats et les personnes responsables de leur nomination sont avisés à l'avance de la tenue de la cérémonie. 

Prix Brian-Kilrea

Créé en 2003 en l'honneur de la millième victoire en carrière de Brian Kilrea, ce prix décerné par la Ville d'Ottawa récompense un entraîneur amateur incarnant les qualités de leadership et de détermination si manifestes dans toute la carrière du célèbre entraîneur. Le prix Brian-Kilrea sera décerné lors de la cérémonie de remise de l'Ordre d'Ottawa.

Les candidatures de résidents hors du commun peuvent être soumises pour l'Ordre d'Ottawa ou le Prix Brian-Kilrea.

 Renseignement