Passer au contenu principal

Maladies transmissibles

Hépatite A

Qu'est-ce que l'hépatite A?

L'hépatite A est une infection du foie causée par le virus de l'hépatite A. Les personnes qui sont atteintes de la maladie présentent souvent de la fièvre, une perte d'appétit, des nausées, des douleurs abdominales, et se elles se sentent mal en général. Après quelques jours, leur peau et le blanc de leurs yeux deviennent parfois jaunâtres, une affection appelée jaunisse. Beaucoup de bébés et de jeunes enfants infectés par le virus de l'hépatite A ne manifestent pas de signes de maladie. La maladie peut s'avérer plus grave chez les adultes, notamment ceux atteints d'une maladie sous-jacente du foie. Il est rare que l'hépatite A cause des dommages permanents au foie.

Comment se propage l'hépatite A?

L'hépatite A se propage par voie oro-fécale, c'est-à-dire que les selles d'une personne atteinte doivent se retrouver dans la bouche d'une autre personne pour que l'infection se propage.
Cela peut se produire lorsque :

  • Les mains sont contaminées par le virus provenant des selles; 
  • Les aliments et l'eau consommés ont été contaminés par le virus provenant des selles; 
  • Une personne vit avec une personne infectée ou a des relations sexuelles avec celle-ci; 
  • Une personne partage une seringue pour la consommation de drogues injectables. 

La contamination des aliments et de l'eau est plus fréquente dans les pays où l'hépatite A est chose commune. L'infection peut se propager avant l'apparition de symptômes ou elle peut être propagée par des personnes qui ne présenteront jamais les symptômes.

Il faut combien de temps avant que les symptômes se manifestent et comment la maladie est-elle diagnostiquée?

Les symptômes de l'hépatite A peuvent prendre de 15 à 50 jours à se manifester depuis le moment de l'exposition. Généralement, les symptômes apparaissent à l'intérieur d'un mois environ. Le diagnostic de l'hépatite A se fait par prise de sang. Si vous manifestez les symptômes, présentez-vous chez votre fournisseur de soins de santé.

Quel est le traitement pour l'hépatite A?

Il n'y a pas de médicaments pour traiter l'hépatite A. La majorité des personnes sont malades pendant une à deux semaines. Les personnes infectées devraient rester chez elles et se reposer jusqu'à ce qu'elles se sentent mieux. Il est préférable de s'abstenir de consommer de l'alcool pendant quelques mois pour donner au foie une meilleure chance de récupérer. Une fois guérie de la maladie, une personne est considérée comme immunisée contre l'hépatite A et l'infection ne peut pas survenir une deuxième fois.

Que devrais-je faire si j'ai été en contact avec une personne atteinte de l'hépatite A?

Lorsqu'une personne a été en contact étroit avec une personne infectée par le virus de l'hépatite A, l'infection peut être prévenue en lui administrant un vaccin contre l'hépatite A dès que possible après son exposition. Santé publique Ottawa fournira gratuitement la première dose du vaccin. Une deuxième dose devrait être administrée de six à 12 mois plus tard par votre fournisseur de soins de santé pour assurer votre protection à long terme contre d'autres expositions. Par exemple, si vous devez voyager dans des pays où l'hépatite A est chose commune. Veuillez prendre noter que vous aurez peut-être à débourser un certain montant pour la deuxième dose.

Comment peut-on prévenir l'hépatite A?

Bien se laver les mains avec de l'eau et du savon ou utiliser un désinfectant pour les mains à base d'alcool après être allé aux toilettes, après avoir changé une couche et avant de préparer des aliments est très important pour prévenir la propagation de l'hépatite A et celle d'autres infections. Les personnes atteintes d'hépatite A devraient éviter de préparer des aliments pour d'autres personnes.
Le vaccin contre l'hépatite A est le meilleur moyen de se prémunir contre l'hépatite A.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Santé publique Ottawa au 613-580-6744.

Fiche de renseignements sur le vaccin contre l’hépatite A [ PDF - 105 Ko ]

Hépatite B

Santé publique Ottawa

L'hépatite B est une infection virale qui s'attaque au foie. Les personnes dont le foie est infecté sont susceptibles d'avoir des maladies du foie chroniques, une cirrhose ou un cancer du foie. L'hépatite B est transmise par le sang contaminé et autres liquides organiques tels que plaies ouvertes, lait maternel, larmes, salive, sperme et sécrétions vaginales.

Si vous recevez un vaccin sûr et efficace, vous serez protégé de l'hépatite B. Le ministère de la Santé de l'Ontario offre le vaccin contre l'hépatite B aux élèves de 7e année. Ce vaccin est administré gratuitement à l'école. Certains groupes de personnes peuvent également recevoir ce vaccin gratuitement. Pour de plus amples renseignements, appelez le 613-580-6744

Qu'est-ce que l'hépatite B?

L'hépatite B est une très grave infection virale du foie. Parmi les symptômes de la maladie, mentionnons la fatigue, la faiblesse, la perte d'appétit, les maux de tête, les vomissements, la fièvre, la coloration noire de l'urine, des douleurs abdominales et la jaunisse. Bon nombre de personnes ayant contracté l'hépatite B ne présentent aucun de ces symptômes. On peut prévenir l'hépatite B.

Que signifie être porteur du virus de l'hépatite B?

Malades ou pas, les personnes infectées peuvent transmettre le virus à d'autres personnes. Environ neuf pour cent des personnes porteuses de l'hépatite B deviennent des porteurs chroniques et transportent le virus dans leur sang et autres liquides organiques pendant toute leur vie. Les porteurs semblent en bonne santé, mais ils sont susceptibles d'avoir un jour une cirrhose ou un cancer du foie. Il est important que les porteurs du virus de l'hépatite B fassent l'objet d'un suivi médical constant.

Quatre-vingt-dix pour cent des personnes ayant contracté l'hépatite B s'en remettent, mais elles peuvent être malades pendant de nombreuses semaines. Un pour cent en meurt en l'espace de quelques semaines.

Comment le virus de l'hépatite B se propage-t-il?

Le virus de l'hépatite B peut se propager lors de rapports sexuels, de contacts avec le sang et par la voie de certains fluides organiques. Vous pouvez contracter l'hépatite B d'une personne infectée si vous partagez avec elle des aiguilles et d'autre équipement servant à percer la peau. Le contact avec le sang, la salive, le sperme ou les sécrétions vaginales d'une personne infectée vous expose également à certains risques. Les femmes enceintes peuvent également transmettre l'hépatite B au fœtus.

L'hépatite B ne peut être transmise par la toux, les éternuements, l'eau, les aliments ou les contacts habituels. Les liquides infectés peuvent également pénétrer par un orifice de la peau ou être absorbés par une muqueuse.

Pourquoi est-il important de recevoir le vaccin?

L'efficacité du vaccin contre l'hépatite B est supérieure à 90 pour cent. Le vaccin contre l'hépatite B vous protège donc efficacement.

Afin d'avoir une protection complète contre l'hépatite B, la première injection du vaccin doit être suivie d'une seconde un mois plus tard; la deuxième doit ensuite être suivie d'une troisième cinq mois plus tard.

Le vaccin a-t-il des effets secondaires?

Les effets secondaires du vaccin les plus courants sont la douleur et le gonflement résultant de l'injection.

Pendant un jour ou deux, quelques rares personnes ont les symptômes suivants : fatigue, maux de tête, fièvre, nausées ou douleurs musculaires ou dans les articulations.

Qui devrait être vacciné contre l'hépatite B?

Presque tout le monde devrait être vacciné contre l'hépatite B. Les personnes ayant de la fièvre, des symptômes s'apparentant à ceux de la grippe ou toute maladie plus grave qu'un simple rhume devraient toutefois attendre d'être rétablies. Les femmes enceintes qui ne courent pas de risque immédiat d'infection souhaiteront peut-être attendre que leur enfant soit né avant de recevoir le vaccin.

Qui ne devrait pas recevoir le vaccin?

Quiconque a une allergie grave à la levure, au mercure (thimérosal) ou à l'aluminium ne devrait pas recevoir le vaccin.

Pourquoi les élèves de 7e année reçoivent-ils le vaccin?

Le ministère de la Santé de l'Ontario a mis en œuvre un programme de prévention de l'hépatite B à l'intention des enfants de 7e année. On offre le vaccin à ces enfants parce qu'ils n'ont vraisemblablement pas été exposés au virus. Les infirmières de la Santé publique Ottawa offrent gratuitement des cliniques de vaccination en milieu scolaire et des cliniques de vaccination communautaires (Cliniques de rattrapage).

Quelles sont les personnes susceptibles de contracter l'hépatite B?

Les personnes qui risquent d'être en contact avec le sang ou les liquides organiques d'une personne infectée courent le risque d'avoir l'hépatite B. Il s'agit notamment :

  • des personnes ayant plus d'un partenaire sexuel;
  • des hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes;
  • des utilisateurs de drogues injectables;
  • des personnes qui reçoivent des infusions répétées de sang ou certains produits sanguins;
  • des bébés dont la mère est porteuse du virus d'hépatite B;
  • des patients faisant l'objet d'hémodialyses;
  • des professionnels de la santé constamment exposés au sang ou aux produits sanguins;
  • des personnes qui risquent de se blesser avec des pointes d'aiguilles;
  • des dentistes, assistants dentaires et hygiénistes dentaires;
  • des bénéficiaires et du personnel des établissements pour personnes ayant un retard de développement;
  • des personnes ayant des contacts sexuels ou vivant avec des porteurs du virus de l'hépatite B;
  • des embaumeurs;
  • des voyageurs qui résident plus de six mois dans des régions où les niveaux d'hépatite B endémiques sont élevés;
  • des gens qui ont eu des contacts avec le sang ou des liquides organiques des résidents de ces régions.

Quels moyens peut-on prendre pour se protéger contre l'hépatite B?

Mesures permettant de prévenir l'hépatite B:

  • recevoir le vaccin contre l'hépatite B;
  • utiliser des condoms ou limiter le nombre de ses partenaires sexuels;
  • ne jamais partager d'aiguilles, de seringues ou de matériel lié à la drogue;
  • ne jamais prêter sa brosse à dents, son rasoir, ses limes à ongles ou d'autres articles personnels sur lesquels il peut y avoir du sang (le virus peut vivre jusqu'à sept jours dans le sang séché);
  • stériliser le matériel servant à couper la peau (tatouage ou perçage du corps);
  • prendre toutes les précautions usuelles dans les cas où le sang ou les fluides organiques sont en cause; et
  • porter des gants de latex.

Où puis-je recevoir le vaccin contre l'hépatite B?

Votre médecin de famille peut vous administrer le vaccin contre l'hépatite B. Le Centre de santé-sexualité et le programme SITE offrent également le test de dépistage de l'hépatite B, du counselling à cet égard ainsi que le vaccin. Le vaccin contre l'hépatite B est offert gratuitement en Ontario aux personnes qui répondent aux critères suivants :

  • les enfants nés de mères porteuses du virus d'hépatite B;
  • les personnes ayant eu des rapports sexuels avec des porteurs chroniques du virus;
  • personnes qui ont des contacts sexuels avec des cas aigus d'hépatite B et les personnes faisant partie de ces ménages;
  • les patients qui font l'objet d'une dialyse rénale;
  • les personnes ayant des maladies qui les obligent à recevoir fréquemment des produits sanguins;
  • les personnes qui s'administrent des drogues par voie intraveineuse;
  • les homosexuels;
  • les hétérosexuels ayant plusieurs partenaires sexuels;
  • les personnes susceptibles de se blesser avec la pointe d'aiguilles;
  • les enfants de plus de sept ans dont les familles ont émigré de pays où la prévalence de l'hépatite B est élevée et dont des membres de la famille élargie sont porteurs du VHB;
  • les élèves de 7e année (dans le cadre du Programme d'immunisation contre l'hépatite B offert dans les écoles).

Coqueluche

Qu’est-ce que la coqueluche?

La coqueluche est une infection fortement contagieuse des voies respiratoires, provoquée par une bactérie appelée Bordetella pertussis. Cette infection se rencontre plus souvent chez les enfants et les adolescents, mais les adultes peuvent aussi attraper la coqueluche.

Quels sont les symptômes de la coqueluche?

La coqueluche commence comme un rhume ordinaire, avec des éternuements, un écoulement nasal, une légère fièvre et une faible toux, puis se transforme en violentes quintes de toux qui peuvent durer entre 6 et 12 semaines. La maladie tire son nom du son semblable au « chant du coq » qu’émettent souvent les personnes après une quinte de toux pour reprendre leur souffle. Les quintes de toux commencent très subitement et se terminent parfois par des vomissements.

Le son caractéristique de la toux coquelucheuse n’est pas toujours présent chez les nourrissons de moins de 6 mois de même que chez les adolescents et les adultes, et c’est pourquoi toute personne aux prises avec une toux persistante devrait consulter un médecin pour s’assurer qu’il ne s’agit pas de la coqueluche.

Comment attrape-t-on la coqueluche?

N’importe qui peut attraper la coqueluche, à tout âge. La coqueluche se répand lorsqu’une personne infectée, en toussant ou en éternuant, projette dans l’air les germes de la coqueluche et que d’autres personnes les respirent. Le virus de la coqueluche peut également se transmettre par contact direct avec des sécrétions provenant du nez ou de la bouche d’une personne infectée. Si vous n’êtes pas protégé contre la coqueluche par la vaccination, vous pouvez contracter la maladie.

Les risques d’attraper la coqueluche sont plus grands si vous êtes en contact étroit avec quelqu’un qui a la maladie. La coqueluche se propage souvent entre les membres d’une même famille, dans les écoles et dans d’autres situations où il y a des contacts très étroits entre les individus.

À quel moment la coqueluche est-elle contagieuse?

La coqueluche est contagieuse au stade précoce de la maladie, avant l’apparition des quintes de toux, et pendant trois semaines après le début des quintes de toux. La personne qui reçoit un traitement (antibiotiques) cesse d’être contagieuse après cinq jours de traitement.

Les enfants qui ont la coqueluche doivent attendre cinq jours après le début du traitement avant de retourner à l’école ou à la garderie.

Y a-t-il un traitement contre la coqueluche?

Les personnes atteintes de coqueluche reçoivent généralement un antibiotique, appelé erythromycine. Ce médicament peut aussi être administré à l’entourage proche de la personne malade, c’est-à-dire les gens qui vivent dans la même maison ainsi que les autres personnes avec qui elle est en contact à la garderie ou à la maison. Le traitement dure habituellement sept jours. D’autres antibiotiques peuvent être prescrits par le médecin dans les cas d’allergie ou d’intolérance à l’erythromycine.

La coqueluche est-elle dangereuse?

Les jeunes enfants qui n’ont pas été vaccinés sont plus susceptibles que les enfants plus âgés et les adultes de développer des complications graves. Parfois, quoique rarement, la coqueluche peut causer une pneumonie, des convulsions ou une encéphalopathie (lésions cérébrales). Au Canada, la coqueluche tue entre un et trois nourrissons par année, généralement des nourrissons non vaccinés ou qui n’ont pas reçu tous les vaccins.

Comment puis-je me protéger et protéger ma famille?

La meilleure façon de protéger vos enfants contre la coqueluche est de les faire vacciner. Le vaccin contre la coqueluche fait partie du calendrier des vaccins de routine administrés aux enfants. Il est donné à 2 mois, 4 mois, 6 mois et 18 mois, puis de nouveau entre l’âge de 4 et 6 ans et entre 14 et 16 ans. Si la coqueluche circule à l’école ou à la garderie de votre enfant, soyez vigilant et consultez votre médecin dès l’apparition de symptômes.

Pour un complément d’information, appelez le service Info-santé publique Ottawa au 580-6744, ou consultez l’un des sites Web énumérés ci-dessous :

Société canadienne de pédiatrie : Soins de nos enfants - Le vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche acellulaire (dTca)
Ministère de la Santé de l’Ontario - SantéOntario.com
Santé Canada

Conjonctivite (oeil rouge)

Qu’est-ce que la conjonctivite?

La conjonctivite est une inflammation de la membrane qui recouvre l’œil. Elle est souvent appelée « œil rouge ». Les enfants de moins de 5 ans risquent davantage de souffrir d’une conjonctivite en raison de leurs mauvaises habitudes d’hygiène.

Quels sont les symptômes de la conjonctivite?

La conjonctivite est caractérisée par une sensation de démangeaison ou de douleur à l’œil. Une personne souffrant de conjonctivite peut présenter un écoulement de larmes ou une accumulation de pus, une substance jaunâtre qui fait en sorte que les paupières collent l’une à l’autre.

Causes fréquentes de la conjonctivite

La conjonctivite est souvent causée par un virus ou une bactérie mais peut aussi être causée par des allergies des irritants chimiques ou des blessures.

Virus

La plupart du temps la conjonctivite est causée par un virus et est associée à une infection des voies respiratoires supérieures (un rhume). Une personne souffrant de conjonctivite virale ne présente qu’une petite quantité de pus. Le traitement se limite à enlever les croûtes sur les paupières. Il n’est pas nécessaire d’administrer des médicaments puisque l’infection se guérit d’elle-même.

Bactérie

La conjonctivite bactérienne est souvent caractérisée par un écoulement de pus qui colle les paupières l’une à l’autre. Ce type de conjonctivite doit être traité au moyen d’antibiotiques.

Comment la conjonctivite est-elle transmise?

La conjonctivite se transmet facilement d’une personne à une autre. Il suffit que la personne atteinte touche d’abord son œil infecté puis une autre personne. L’infection se propage alors d’une personne à l’autre au simple contact main-œil. La maladie peut aussi être transmise en touchant des objets qui ont été utilisés par une personne infectée.

Comment puis-je empêcher la propagation de la conjonctivite?

  • Lavez-vous les mains après avoir nettoyé ou touché un œil infecté
  • Chaque fois que l’enfant touche son oeil infecté, lavez-lui les mains
  • Encouragez l’enfant à ne pas toucher l’œil infecté
  • Gardez l’œil propre à l’aide d’une compresse tiède et humide, en commençant par la partie intérieure de l’œil, vers le bas et vers l’extérieur, loin de l’autre œil
  • Jetez tout matériel contaminé qui a pu entrer en contact avec l’œil infecté

Est-ce que l’enfant peut fréquenter l’établissement de garde d’enfants ou l’école?

Si le médecin détermine la cause de l’infection comme étant bactérienne ou peut-être bactérienne, l’enfant est exclu jusqu’à ce qu’il ait subi un traitement aux antibiotiques pendant 24 heures. Si la cause est virale, il n’est pas nécessaire d’exclure l’enfant, mais l’encourager à se laver les mains souvent.

Infections communautaires attribuables au Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (IC SARM)

Que sont les infections communautaires attribuables au Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline?

Le Staphylococcus aureus est une bactérie commune que l'on trouve normalement dans le nez, sur la peau ou dans la partie inférieure de l'intestin des êtres humains. Le Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) est un type de Staphylococcus aureus qui a développé une résistance à un antibiotique appelé méthicilline, ainsi qu’à d’autres antibiotiques utilisés couramment.

Environ 25 à 30 pour cent des gens portent en eux cette bactérie sans avoir d’infection. Ces personnes sont considérées comme étant « colonisées » par la bactérie. Auparavant, les infections à SARM se retrouvaient surtout chez les personnes qui avaient été hospitalisées. À présent, toutefois, on dénombre de plus en plus de cas dans la communauté en général.

Dernièrement, on a observé des infections causées par le SARM chez des personnes qui n’avaient pas été admises ou traitées à l’hôpital : ces cas sont ceux que l’on appelle infections communautaires attribuables au SARM (IC-SARM). Les IC-SARM causent le plus souvent des infections de la peau qui se manifestent entre autres par des boutons, des furoncles (clous) ou des abcès. Il peut arriver, quoique rarement, que les IC-SARM soient plus graves.

Comment se transmettent les IC-SARM?

Les IC-SARM se transmettent généralement par contact direct peau à peau. La bactérie peut aussi se propager par le contact avec des surfaces ou des objets contaminés, utilisés par d’autres personnes (p. ex., des serviettes, des vêtements, des poignées de porte, etc.). Les IC-SARM se transmettent aussi couramment par les mains d’une personne contaminée qui aurait négligé de se laver les mains.

Quelles personnes sont le plus à risque?

Les personnes dont le système immunitaire est affaibli ou qui ont des plaies ouvertes sont plus susceptibles de développer une infection communautaire attribuable au SARM. Les IC-SARM peuvent aussi toucher certaines personnes à risque, comme celles qui vivent dans des refuges ou des centres de détention, celles qui s’injectent des drogues ou consomment d’autres substances, les athlètes qui prennent part à des sports de contact, les enfants de moins de deux ans, et les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes.

Facteurs associés à la propagation des IC-SARM affectant la peau :

  • Contact direct peau à peau
  • Coupures ou abrasions de la peau
  • Surfaces et objets contaminés
  • Conditions de vie dans des espaces surpeuplés
  • Hygiène inadéquate

Ces facteurs peuvent être présents dans les écoles, les dortoirs, les casernes militaires, les maisons, les centres de détention et les garderies.

Comment puis-je me protéger et protéger les autres contre le SARM?

Une bonne hygiène personnelle est la meilleure façon de prévenir la propagation de cette bactérie. Il faut notamment suivre les consignes suivantes :

  • Se laver les mains régulièrement et fréquemment à l’eau et au savon, ou à l’aide d’un désinfectant à base d’alcool pour les mains, après tout contact personnel, en particulier après tout contact avec une peau portant des lésions ou des plaies;
  • Se laver régulièrement dans le bain ou la douche avec du savon;
  • Recouvrir les plaies ou les lésions cutanées à l’aide de bandages ou de pansements propres pour minimiser les écoulements;
  • Ne pas partager les articles que l’on utilise pour son hygiène personnelle (savons, peignes, rasoirs, serviettes) et autres articles personnels (boissons, cigarettes, produits de beauté);
  • Nettoyer les aires communes et l’équipement commun avant et après usage.

Comment traite-t-on les infections causées par le SARM?

La plupart des infections causées par le Staphylococcus aureus et par le SARM peuvent être traitées à l’aide d’antibiotiques. Dans certains cas d’IC-SARM affectant la peau, on peut drainer les abcès ou les furoncles (clous), et les antibiotiques ne sont alors pas requis. Si l’on vous prescrit un antibiotique, il est important que vous preniez toutes les doses que vous donne votre médecin, même si votre infection s’améliore.

Liens utiles

Centers for Disease Control and Prevention : CA_MRSA (anglais et espagnol)
Alberta Health and Wellness: MRSA (anglais seulement)

Légionellose

La légionellose est une maladie respiratoire causée par la bactérie Legionella, qui peut causer la fièvre de Pontiac (maladie semblable à la grippe) ou la maladie du légionnaire (pneumonie).

La maladie du légionnaire apparaît dans les 14 jours de l’aspiration de la bactérie. Ses symptômes comprennent une forte fièvre, des frissons, la toux, l’essoufflement, des douleurs à la poitrine, des douleurs musculaires et des maux de tête. La plupart des cas peuvent être traités au moyen d’antibiotiques et les personnes en santé se remettent habituellement de leur infection.

Le même type de bactérie Legionella cause une infection moins sévère sans pneumonie appelée fièvre de Pontiac. Les symptômes de la fièvre de Pontiac, qui durent habituellement de deux à cinq jours et peuvent inclure de la fièvre, des maux de tête et des douleurs musculaires, disparaissent sans traitement.

Cette maladie ne se transmet pas de personne à personne.

Les personnes les plus susceptibles de contracter la maladie après avoir aspiré la bactérie Legionella sont :

  • Les personnes âgées de 65 ans ou plus;
  • Les fumeurs;
  • Les personnes ayant une maladie pulmonaire chronique;
  • Les personnes ayant un système immunitaire affaibli.

Les bactéries du genre Legionella sont présentes à l’état naturel dans la plupart des sources d’eau douce, y compris les lacs, les étangs et les rivières. Les gens contractent la légionellose en aspirant des gouttelettes d’eau en suspension ou de la vapeur contenant des bactéries de spas ou de douches, d’appareils d’inhalothérapie, de fontaines décoratives, d’humidificateurs et de tours de refroidissement de grands systèmes de conditionnement d’air (p. ex. d’immeubles commerciaux, d’hôtels et d’hôpitaux) mal entretenus.

Prévention 

Les gestionnaires immobiliers sont responsables d’entretenir les systèmes d’approvisionnement en eau et de ventilation de leurs immeubles conformément aux normes de l’industrie.

À la maison, réduisez les risques au minimum en entretenant bien tous les appareils dégageant des gouttelettes d'eau en suspension, comme les pommes de douche, les spas, les baignoires à remous et les humidificateurs. Nettoyez et désinfectez régulièrement ces appareils selon les instructions du fabricant.

Vous devriez maintenir la température de votre chauffe-eau à au moins 60 °C.

Si vous pensez avoir la légionellose, consultez votre médecin.

Pour plus d’information, appelez Santé publique Ottawa au 613-580-6744 (ATS : 613-580-9656).

Salmonellose

Qu’est-ce que la salmonellose?

La salmonellose est une infection d’origine alimentaire causée par des bactéries du genre Salmonella, ou « salmonelle ». C’est l’une des principales causes de maladie d’origine alimentaire dans le monde. Les salmonelles croissent dans le petit intestin et envahissent la paroi intestinale.

Symptômes et durée : Les symptômes types de la salmonellose comprennent des crampes soudaines accompagnées de diarrhée, de nausée, de fièvre, de frissons, de maux de tête et de vomissements. La déshydratation est possible en cas de diarrhée sévère. La maladie peut durer de plusieurs jours à plusieurs semaines. La plupart du temps, les symptômes durent de quatre à sept jours, puis disparaissent sans traitement.

Période d’incubation : Les symptômes apparaissent généralement de 6 à 72 heures, mais plus souvent de 12 à 36 heures, après l’ingestion de la bactérie.

Rétablissement, effets à long terme et immunité : Certaines souches de salmonelle peuvent causer des maladies plus graves, comme la fièvre typhoïde. La salmonellose est dangereuse dans un petit nombre de cas; elle peut être fatale pour les bébés, les enfants, les aînés et les personnes dont le système immunitaire est affaibli. La plupart des infections n’ont pas besoin d’être traitées. Certains malades se rétablissent, mais demeurent porteurs. Un petit nombre finissent par souffrir du syndrome de Reiter, qui se caractérise par des douleurs articulaires, une irritation oculaire et une miction douloureuse. Les antibiotiques ne semblent pas avoir d’effet sur le développement de ce syndrome.

Comment la salmonellose se transmet-elle?

On trouve fréquemment des salmonelles dans les intestins d’animaux comme le bétail, la volaille, les chats, les chiens, les rats, les tortues et les animaux exotiques gardés comme animaux familiers (les iguanes, par exemple). On en trouve aussi dans les œufs et les produits d’œufs, ainsi que sur les fruits et les légumes non lavés. En général, on contracte la salmonellose lorsqu’on mange des aliments contaminés par la bactérie. La contamination peut avoir lieu entre personnes: des bactéries se trouvant dans les selles (fèces) sont transmises par des mains non lavées, ou des aliments ou objets contaminés. Les salmonelles peuvent alors être avalées et causer la maladie. La viande crue peut aussi contenir des salmonelles. Si elle n’est pas bien cuite, les bactéries peuvent survivre et causer la maladie après avoir été ingérées.

Comment peut-on prévenir la salmonellose?

  • La meilleure méthode de prévention consiste à bien se laver les mains. Faites-le chaque fois que vous allez aux toilettes, que vous changez une couche ou que vous touchez à des animaux, de même qu’avant de préparer des aliments.
  • Nettoyez et désinfectez les comptoirs et les ustensiles qui ont été en contact avec de la viande ou de la volaille crue.
  • Lavez bien les fruits et les légumes avant de les manger. 
  • Faites bien cuire la viande, la volaille et les produits d’œufs. Faites cuire la farce et les sauces séparément. 
  • Ne buvez que du lait pasteurisé. Ne laissez jamais les enfants boire du lait cru directement d’un animal. 
  • Évitez de faire des préparations à base d’œufs crus, comme des laits de poule maison, et n’utilisez jamais d’œufs sales ou craqués. 
  • Conservez les aliments réfrigérés à 4 ºC ou à une température inférieure. Conservez les aliments chauds à 60 ºC ou à une température supérieure. 
  • Buvez de l’eau potable provenant d’une source sûre. Si vous avez un puits, faites-en analyser l’eau pour vous assurer qu’elle est potable. 
  • Si vous avez la diarrhée, ne préparez pas et ne manipulez pas d’aliments. 
  • Les tortues, les poussins, les canards et les animaux exotiques gardés comme animaux familiers, tels que les iguanes, les salamandres et les hérissons, peuvent être porteurs de salmonelles. Ce ne sont pas des animaux qui conviennent aux enfants.

Adaptation d’un texte de l’Institut canadien des inspecteurs en santé publique

Entérocoques résistants à la vancomycine (ERV)

Qu’est-ce que les entérocoques résistants à la vancomycine (ERV)?

Les entérocoques sont des bactéries qui se retrouvent normalement dans le système intestinal des humains. Ces bactéries peuvent parfois causer une infection. La vancomycine est un antibiotique utilisé pour combattre l’infection causée par des entérocoques. Une souche particulière d’entérocoque, connue sous le nom d’entérocoque résistant à la vancomycine (ERV), a développé une résistance à la vancomycine.

Quels sont les signes et les symptômes de l’infection à l’ERV?

L’infection due à l’ERV se produit quand la bactérie envahit une partie du corps et se multiplie dans les tissus. Selon la région infectée, la personne peut présenter divers signes et symptômes de maladie tels que :

  • fièvre;
  • infection de plaies;
  • inflammation/rougeur;
  • infection des voies urinaires;
  • pneumonie.

Comment se transmet l’infection à l’ERV?

L’infection à l’ERV se transmet généralement d’une personne à l’autre par contact direct avec des selles, de l’urine ou du sang contenant des ERV. Les personnes colonisées par les ERV peuvent transmettre l’infection à d’autres lorsqu’elles oublient de se laver les mains après être allées aux toilettes. D’autres personnes risquent alors de contracter l’infection en touchant les surfaces contaminées, comme les toilettes, les éviers ou d’autres objets, puis en portant la main à leur bouche ou en mangeant sans s’être lavée les mains au préalable. Comme les ERV peuvent survivre jusqu’à 7 jours dans l’environnement, les surfaces touchées fréquemment deviennent donc une source majeure de transmission des ERV. Les ERV ne se propagent pas dans l’air par la toux et les éternuements.

Qui est à risque?

Le risque d’infection touche surtout les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les personnes gravement malades, celles qui sont hospitalisées ou souffrent de problèmes médicaux sous-jacents sérieux, ainsi que les personnes qui consomment beaucoup d’antibiotiques.

Comment me protéger et protéger les autres contre l’infection à l’ERV?

L’application des pratiques de base, comme le nettoyage des mains à l’eau savonneuse ou avec un produit désinfectant pour les mains à base d’alcool après être allé aux toilettes et avant de préparer les repas, constitue le meilleur moyen de prévenir la propagation de n’importe quelle bactérie. Il est donc important de se laver les mains après un contact étroit avec une personne colonisée par les ERV. Le nettoyage et la désinfection systématique des salles de bains et surfaces fréquemment touchées peuvent aussi réduire ou éliminer le risque de contamination et la propagation des infections à l’ERV. Portez des gants si vous risquez d’entrer en contact avec des liquides organiques pouvant contenir des ERV.

Comment traite-t-on l’infection à l’ERV?

Les infections à l’ERV peuvent être traitées à l’aide d’antibiotiques très spécifiques. En général, des tests en laboratoire sont requis pour déterminer quel antibiotique permettra de combattre efficacement une infection spécifique à l’ERV. Certaines personnes sont capables de se débarrasser d’elles-mêmes des ERV à mesure que leur santé s’améliore. Une infection sans traitement antibiotique peut prendre plusieurs mois à disparaître.

Pour obtenir d’autres renseignements, téléphonez Santé publique Ottawa au 613-580-6744, ou consultez un des sites Web suivants :

Community and Hospital Infection Control Association-Canada: Antibiotic-Resistant Organisms (AROs) (en anglais seulement)
Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail : Réponses SST

La méningite

Qu'est-ce que la méningite?

La méningite est une infection de l'enveloppe du cerveau et de la moelle épinière qui est généralement causée par la présence d'un grand nombre de bactéries ou de virus différents.

Il existe deux types principaux de méningite : la méningite virale et la méningite bactérienne. Dans les deux cas, les symptômes sont très semblables de sorte que des examens médicaux sont nécessaires pour déterminer de quel type de méningite il s'agit.

La méningite virale est la forme de méningite la plus fréquente et la moins grave. Elle peut être causée par une grande diversité de virus courants. Les antibiotiques n'ont aucun effet et la presque totalité des personnes qui en sont atteintes se rétablissent entièrement sans aucun traitement.

Par contre, la méningite bactérienne est une infection très grave. Elle peut être à l'origine de complications à long terme comme la surdité ou les lésions cérébrales et peut même provoquer la mort. Il faut intervenir immédiatement auprès du patient et lui administrer des antibiotiques. Ce type de méningite est plutôt rare. La méningite bactérienne revêt principalement deux formes : la méningococcie et la méningite à pneumocoques.

Quels sont les signes et les symptômes?

La méningite provoque de graves réactions qui peuvent se manifester en un ou deux jours ou même, en l'espace de quelques heures.

Voici les symptômes les plus courants de la méningite :

  • violents maux de tête;
  • forte fièvre;
  • vomissement;
  • photophobie (crainte de la lumière vive);
  • raideur de la nuque et douleur aux articulations;
  • somnolence, confusion;
  • éruption de taches violacées ou ecchymoses quelque part sur le corps.

Les bébés atteints de méningite peuvent présenter les symptômes suivants :

  • réveil difficile;
  • forte fièvre;
  • irritabilité;
  • perte d'appétit;
  • vomissement;
  • pleurs aigus ou gémissements;
  • teint pâle ou blafard;
  • éruption de tâches violacées ou ecchymoses quelque part sur le corps.

Dès l'apparition de ces symptômes, communiquez immédiatement avec votre médecin ou rendez vous à l'urgence d'un centre hospitalier.

Comment la méningite se propage-t-elle?

Le virus ou la bactérie à l'origine de la méningite se propage habituellement lorsque les gens toussent, éternuent ou s'embrassent. La maladie peut se transmettre également par la salive d'une personne infectée au contact d'objets tels que :

  • cigarettes;
  • rouge à lèvres;
  • tasses, bouteilles d'eau, cannettes de boisson gazeuse, etc.;
  • brosses à dent;
  • instruments musicaux à bec;
  • protège-dents;
  • aliments ou boissons.

Comment peut-on empêcher la méningite de se propager?

La meilleure façon d'empêcher la méningite de se propager est de ne pas utiliser un objet qu'une autre personne s'est mise dans la bouche ou qui a été en contact avec sa salive.

On peut aussi prendre la bonne habitude de se laver souvent les mains, de se couvrir la bouche lorsque l'on tousse ou éternue et de jeter immédiatement tout mouchoir de papier dont on s'est servi.

Les gens qui ont pu être en contact avec une personne atteinte de méningite virale n'ont pas besoin de soins médicaux. Un simple contact, comme le fait d'être dans la même salle de classe ou de s'asseoir à la même table que la personne infectée, n'augmente pas les risques d'infection. Par contre, dans le cas d'une personne qui a eu un contact direct avec une personne atteinte de méningite bactérienne, la prise d'antibiotiques pourrait être nécessaire pour empêcher l'infection, selon le type de bactérie.

Y a-t-il un vaccin?

Il n'y a aucun vaccin qui permet de se prémunir contre toutes les causes de la méningite. L'immunisation contre les maladies infantiles a aidé à éliminer une forme particulière de méningite bactérienne. On encourage les adolescents à se faire vacciner contre le méningocoque du groupe C. Des vaccins méningococciques sont administrés lors d'une flambée de cas de méningite dans une collectivité ou aux personnes séjournant dans des pays où les risques de contracter cette maladie sont élevés.

Clostridium difficile (C. difficile)

Qu’est-ce que le Clostridium difficile (C. difficile)?

Le Clostridium difficile (ou C. difficile) est une bactérie sporulée qui peut vivre sans problème dans la flore intestinale de certaines personnes. Parfois, l’utilisation prolongée d’antibiotiques peut rompre l’équilibre de la flore normale de l’intestin et permettre à la bactérie C. difficile de se développer et de produire des toxines susceptibles d’endommager les parois de l’intestin et de causer de la diarrhée.

Quels sont les symptômes du C. difficile?

Les principaux symptômes du C. difficile sont les suivants :

  • diarrhée aqueuse;
  • fièvre;
  • sensibilité ou crampes abdominales;
  • perte d’appétit;
  • nausée.

Une infection au C. difficile peut se manifester de diverses façons, depuis l’absence totale de symptômes jusqu’à la diarrhée sévère pouvant dégénérer en colite fulminante, qui peut être fatale.

Comment se transmet l’infection au C. difficile?

La bactérie C. difficile est présente dans l’intestin et dans les selles des personnes infectées, qui peuvent transmettre l’infection à d’autres lorsqu’elles oublient de se laver les mains après être allées aux toilettes. D’autres personnes peuvent également contracter l’infection en touchant les surfaces contaminées, comme les toilettes, les éviers ou d’autres objets, puis en portant la main à leur bouche ou en mangeant sans s’être lavée les mains au préalable. Le C. difficile ne se propagent pas dans l’air par la toux et les éternuements.

Qui est le plus à risque?

Les personnes en bonne santé sont généralement à l’abri des infections associées au C. difficile. Les personnes qui prennent des antibiotiques, qui sont hospitalisées ou dont le système immunitaire est affaibli sont à risque. Les personnes âgées présentent un risque accru d’infection au C. difficile.

Comment puis-je me protéger et protéger les autres contre l’infection au C. difficile?

Le meilleur moyen de prévenir la propagation de cette infection est de vous laver les mains fréquemment, surtout après être allé aux toilettes, avant de manger et après tout contact avec une surface pouvant être contaminée. Le lavage des mains sous un jet d’eau tiède avec un savon liquide pendant 15 secondes est la méthode d’hygiène des mains la plus efficace. Les produits désinfectants à base d’alcool pour les mains ne détruisent pas les spores du C. difficile. Il est essentiel de procéder systématiquement au nettoyage et à la désinfection des aires communes et des surfaces touchées fréquemment.

Comment traite-t-on l’infection au C. difficile?

Les personnes qui présentent des symptômes bénins de diarrhée n’ont généralement pas besoin d’un traitement, car les symptômes disparaissent d’eux-mêmes une fois que la prise de l’antibiotique en faute est interrompue. Pour les patients gravement atteints, un traitement antibiotique spécifique, une réhydratation intraveineuse ou une chirurgie peuvent être nécessaires. Il est important de boire beaucoup de liquides clairs pendant la maladie.

Pour obtenir d’autres renseignements, téléphonez Santé publique Ottawa au 613-580-6744, poste 24179, ou consultez un des sites Web suivants :

Agence de la santé publique du Canada :
Centers for Disease Control and Prevention (en anglais seulement)
Santé Canada
Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail : Réponses SST
BC Health Guide: Clostridium Difficile Colitis (an anglais seulement)

La cinquième maladie - Parvovirus B 19

Qu'est-ce que la cinquième maladie?

La cinquième maladie, aussi appelée « syndrome des joues giflées » et érythème infectieux, est une maladie virale causée par le parvovirus B 19. La cinquième maladie touche généralement les enfants, mais des personnes de tous les âges peuvent aussi l'attraper. Dans la plupart des cas, la maladie est bénigne. On croit que plus de 50 % des adultes ont déjà été infectés par le parvovirus B 19 et sont maintenant immunisés.

Quels sont les symptômes de la cinquième maladie?

La personne infectée par le parvovirus B 19 peut présenter de légers symptômes s'apparentant à ceux de la grippe dans les quatre à 21 jours après avoir été en contact avec le virus. Dès lors, une éruption très rouge apparaît sur les joues, un peu comme si la personne avait reçu une gifle. Au bout d'un à quatre jours, une éruption rouge formant des réseaux apparaît sur le reste du corps. Cette éruption pouvant causer une démangeaison peut durer jusqu'à trois semaines, et elle peut disparaître et réapparaître subitement après une exposition à la chaleur ou au froid. Chez l'adulte, la maladie peut être plus grave et s'accompagner d'une fièvre et de douleurs articulaires. Cependant, environ 20 % des personnes qui sont infectées peuvent ne présenter que des symptômes légers de la maladie. Dans certains cas, aucun symptôme ne se manifeste.

Comment attrape-t-on la cinquième maladie?

Les éclosions de la cinquième maladie surviennent le plus souvent en hiver et au printemps, mais on peut l'attraper à tout moment de l'année. Le virus se transmet de personne à personne comme le rhume banal. La maladie s'attrape au contact des gouttelettes de salive ou des sécrétions nasales (p. ex., éternuement, partage d'ustensiles ou de verres) d'une personne infectée. Lorsqu'un grand nombre de personnes sont infectées dans un milieu donné, comme une école ou une garderie, cela signifie généralement que le virus est présent dans l'ensemble de la collectivité.

Quand la cinquième maladie est-elle contagieuse?

On croit que la personne infectée est contagieuse pendant une semaine avant l'apparition de l'éruption. Une fois que l'éruption est apparue, cette personne risque peu de transmettre la maladie à d'autres. Par conséquent, il n'y a pas lieu d'exclure de l'école ou de la garderie les enfants qui ont la cinquième maladie s'ils se sentent assez bien pour participer aux activités normales de l'établissement. De même, les adultes infectés par le virus peuvent continuer d'aller au travail.

Existe-t-il un traitement contre la cinquième maladie?

La cinquième maladie est causée par un virus. Il n'existe aucun traitement spécifique.

La cinquième maladie est-elle dangereuse?

Dans la plupart des cas, la cinquième maladie provoque une éruption bénigne. Cependant, elle peut causer de graves problèmes de santé chez les femmes enceintes, les personnes qui souffrent d'une hémopathie chronique, comme la drépanocytose ou la leucémie, de même que les personnes qui ont un système immunitaire faible. Si elles ont été en contact avec un enfant ou un adulte ayant la cinquième maladie, ces personnes devraient consulter leur médecin.

L'infection peut être plus grave pour les femmes enceintes, car il y a un très faible risque que leur bébé développe une anémie avant la naissance. Les femmes qui envisagent une grossesse à l'avenir et qui travaillent en milieu scolaire ou dans un établissement de garde d'enfants devraient demander à leur médecin de subir un test pour déterminer si elles sont immunisées contre la maladie. Les personnes immunisées n'attraperont pas la cinquième maladie si elles sont exposées de nouveau au virus.

Comment puis-je me protéger?

La meilleure façon de vous protéger contre la cinquième maladie consiste à :

  • Jeter tout papier-mouchoir immédiatement après usage.
  • Bien laver vos mains fréquemment.
  • Éviter de partager les verres ou ustensiles avec d'autres personnes.

Demander à votre médecin de subir une analyse sanguine pour déterminer votre immunité à la maladie si vous êtes enceinte ou envisagez une grossesse, si vous souffrez d'anémie hémolytique chronique, ou encore si vous avez une immunodéficience.

Que faire si je développe la cinquième maladie?

La plupart des gens qui développent la cinquième maladie s'en remettent sans soins particuliers. Les femmes enceintes et les personnes qui souffrent d'anémie hémolytique chronique ou qui ont une immunodéficience devraient consulter leur médecin si elles ont été exposées au virus ou en sont infectées.

Pour plus d'information

Pour plus d'information, appelez Info-santé publique Ottawa, au 613-580-6744.

Vous pouvez aussi obtenir plus de renseignements sur la cinquième maladie en vous adressant à votre médecin ou en consultant le site Web de l'Association canadienne de pédiatrie, à la Société canadienne de pédiatrie.

Liens

Information générale :

La Société canadienne de pédiatrie : Soins de nos enfants - La cinquième maladie (érythème infectieux)
Centers for Disease Control and Prevention [disponible en anglais seulement]

La cinquième maladie et les risques et la femme enceinte:

Centers for Disease Control and Prevention [disponible en anglais seulement]

Infection au streptocoque du groupe A invasif (SGA)

Qu’est-ce que le streptocoque du groupe A?

Le streptocoque du groupe A (SGA) également appelé Streptococcus pyogenes, est une bactérie que l'on trouve couramment dans la gorge et sur la peau de personnes en santé. Les personnes qui ne présentent pas de symptômes, mais qui ont toutefois la bactérie SGA sont des « porteurs ». Le SGA peut causer des maladies bénignes accompagnées de légers symptômes dont des maux de gorge (fréquemment appelée « angine streptococcique »), la scarlatine, l'impétigo ou d'autres infections cutanées. Il peut toutefois provoquer une infection grave s’il est invasif.

Comment se propage le SGA?

La bactérie SGA se propage par contact direct avec les sécrétions provenant du nez et de la gorge d'une personne atteinte ou par contact direct avec les sécrétions d'une lésion cutanée ou d'une plaie infectée. La période de contagion est de 10 à 21 jours dans les cas simples non traités et de plusieurs semaines ou plusieurs mois dans les cas non traités avec écoulements purulents (accumulation de pus).

Qu'est-ce qu'une infection au streptocoque du groupe A invasif (SGA)?

L'infection à SGA est considérée invasive lorsqu'elle est située dans des endroits inhabituels du corps, qui sont normalement stériles, p.ex. dans le sang, dans les fluides entourant le cerveau ou dans les membranes des articulations ou des muscles. Elle est également considérée comme invasive si elle est à l'origine d'infections graves, notamment :

  • La fasciite nécrosante (FN), appelée communément « maladie dévoreuse de chair »  (destruction de la peau et des tissus adipeux);
  • La myosite (destruction des tissus musculaires);
  • La méningite (inflammation des membranes entourant le cerveau);
  • Le syndrome du choc toxique streptococcique (SCTS), une affection virtuellement mortelle qui cause l'hypotension artérielle et  la défaillance de multiples organes.

Quels sont les premiers symptômes d'une infection à SGA?

  • Les premiers symptômes de fasciite nécrosante et de myosite sont la fièvre, une douleur aiguë localisée et, dans certains cas, une rougeur et un œdème. La rougeur peut se répandre rapidement - jusqu'à 3 cm (1 po) à l'heure.
  • Les premiers symptômes de la méningite sont le mal de tête, des raideurs dans le cou, une sensibilité aux lumières vives, des vomissements et la  confusion.  
  • Les premiers symptômes du syndrome du choc toxique streptococcique sont l'apparition rapide d'une douleur aiguë localisée ou généralisée, l'étourdissement, des symptômes liés à la grippe, de la confusion et parfois un rash. 

Qui est le plus à risque de contracter une infection à SGA?

Les personnes dont le système immunitaire est affaibli sont celles qui courent le plus grand risque de contracter une infection à SGA, notamment : 

  • Les personnes de 65 ans et plus, particulièrement les personnes fragiles;
  • Les très jeunes enfants;
  • Les femmes enceintes:
  • Les personnes qui ont un système immunitaire affaibli, dont celles qui suivent un traitement aux stéroïdes ou de chimiothérapie, ou qui sont atteintes du VIH; 
  • Les personnes atteintes de maladies chroniques, comme le diabète, les maladies cardiaques ou pulmonaires, ou le cancer;
  • Les utilisateurs de drogues injectables;
  • Les personnes ayant un problème de consommation d'alcool;
  • Les personnes qui ont des lésions et des craquelures cutanées chroniques, y compris la varicelle.

On recommande fortement de surveiller les symptômes de SGA chez les enfants atteints de varicelle. Si la fièvre dure plus de trois jours ou qu'elle réapparaît, ou si une rougeur, un œdème ou une douleur aiguë se manifestent autour d'une lésion de varicelle, consulter un médecin sans tarder.

Comment soigne-t-on une infection à SGA?

Toutes les infections confirmées à SGA sont traitées aux antibiotiques. (Remarque : la majorité des maux de gorge sont causés par un virus, et non par la bactérie SGA et ne requièrent pas de traitement aux antibiotiques.) Dans les cas d'infection à SGA, il est essentiel de débuter le traitement dès que possible pour réduire le risque de complications et de mort.

Comment peut-on prévenir une infection à SGA?

  • On peut réduire la transmission du SGA en se lavant bien les mains, surtout après avoir toussé ou éternué, avant de préparer et de consommer de la nourriture et avant de désinfecter une coupure ou une plaie ainsi qu'après une telle intervention.
  • Toute plaie doit toujours être propre et il faut surveiller les signes d'infection. Ceux-ci comprennent la rougeur, l'œdème, l'écoulement et la douleur. Il faut voir le médecin immédiatement si une plaie semble infectée, surtout si l'on constate de la fièvre.
  • Rester à la maison au moins 24 heures après le début du traitement aux antibiotiques pour l'angine streptococcique ou l'impétigo.

Quel est le rôle de Santé publique Ottawa?

Tous les cas d'infection à SGA doivent être signalés à la santé publique pour suivi. Les responsables du Programme de contrôle des maladies transmissibles reçoivent un rapport du cas, ils recensent et préviennent les personnes ayant des contacts étroits avec la personne infectée et évaluent la nécessité d'une thérapie préventive au moyen d'antibiotiques.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Info-santé publique Ottawa au 613-580-6744.

Méningococcie invasive

Qu'est-ce que la méningococcie?

Neisseria meningitidis est le nom de la bactérie responsable de la méningite à méningocoques (inflammation des membranes entourant le cerveau) et de la méningococcémie (forme grave de septicémie). Les deux formes de la maladie sont communément appelées méningococcie invasive (MI). Jusqu’à 10 % des gens sont porteurs de la bactérie responsable de la MI, qui se loge dans le nez ou la gorge. Par porteur, on entend une personne chez qui la bactérie est présente, mais qui ne montre aucun symptôme.

Quels sont les symptômes de la méningococcie invasive?

La MI est une maladie très grave qui peut se développer rapidement. Si votre enfant ou vous montrez l’un des symptômes suivants, consultez immédiatement un médecin :

  • Poussée soudaine de fièvre, mal de tête, raideur au cou, nausées, vomissements, sensibilité à la lumière vive et étourdissements, confusion ou coma – ces symptômes pourraient indiquer un cas de méningite à méningocoques
  • Poussée soudaine de fièvre, frissons, malaises, douleur musculaire, éruption de petits boutons rouge pourpre ou apparition d’ecchymoses n’importe où sur le corps – ces symptômes pourraient indiquer un cas de méningococcémie
  • Poussée soudaine de fièvre, irritabilité, difficulté à se réveiller, difficulté à téter, vomissements, raideur au cou et bombement de la fontanelle – chez le nourrisson, ces symptômes pourraient indiquer un cas de MI

Comment la méningococcie invasive se transmet-elle?

La bactérie responsable de la MI se propage par contact direct avec les sécrétions du nez ou de la gorge d’une personne infectée ou porteuse. Elle peut aussi se transmettre par sa salive, que ce soit par un baiser ou le partage de certains articles, comme des cigarettes, une brosse à dents, des ustensiles ou une bouteille. La MI est contagieuse à partir de 7 jours avant l’apparition des symptômes et jusqu’à 24 heures après le début du traitement antibiotique. Un porteur est contagieux tant que la bactérie est présente dans ses secrétions.

Quel est le traitement contre la méningococcie invasive?

Tous les cas confirmés de MI sont traités à l’aide d’antibiotiques. Il est essentiel de donner un traitement médical précoce pour réduire le risque de complications et de mort.

Qui sont les personnes les plus susceptibles de contracter la méningococcie invasive?

Parmi les personnes les plus susceptibles de contracter la MI, mentionnons les suivantes :

  • Les très jeunes enfants, les adolescents et les jeunes adultes
  • Les personnes dont le système immunitaire est compromis, comme celles atteintes du VIH
  • Les personnes atteintes d’une maladie chronique, comme la drépanocytose
  • Les personnes qui ont été en contact avec une personne infectée ou porteuse, comme celles qui vivent sous le même toit ou qui ont partagé des articles avec elle (contact avec ses secrétions)

Les personnes qui n’ont eu que de simples contacts avec une personne infectée ou porteuse, par exemple à l’école, au travail ou dans les transports en commun, et qui ne sont pas entrées en contact avec des secrétions qui proviennent de son nez ou de sa gorge, ne courent aucun risque majeur.

Comment peut-on se protéger contre la méningococcie invasive?

Se laver les mains adéquatement, surtout après avoir toussé ou éternué, avant et après la préparation des repas et avant de manger permet de limiter les risques de transmission. En règle générale, il vaut mieux éviter de partager certains articles, comme des cigarettes, une brosse à dents, des ustensiles et une bouteille.

La vaccination est une autre façon de se protéger contre la MI. Le vaccin contre le méningocoque de souche C figure au calendrier d’immunisation de routine et est généralement administré aux nourrissons à l’âge de 12 mois, afin de les protéger contre cette souche. Quant au vaccin quadrivalent ACYW-135, il est offert aux élèves de septième année de l’Ontario et protège la population contre les types A, C, Y et W-135 de la MI.

Quel rôle joue Santé publique Ottawa?

En tant que maladie à déclaration obligatoire, la MI demande un suivi immédiat de la santé publique. Après avoir reçu une déclaration de cas, le Programme de contrôle des maladies transmissibles trouve et avertit les personnes qui sont entrées en contact avec le malade et évalue les besoins en matière de traitement antibiotique préventif, y compris la possibilité de leur administrer le vaccin contre le méningocoque.

Pour obtenir un complément d’information, communiquez avec Santé publique Ottawa, au 613?580?6744, ou consultez ottawa.ca/sante.

Les oreillons

Qu'est-ce que les oreillons?

Les oreillons sont une infection qui est causée par le virus des oreillons. Cette infection est plus fréquent chez les jeunes enfants, mais les adolescents et les adultes peuvent aussi attraper les oreillons.

Quels sont les symptômes des oreillons?

Les oreillons sont caractérisés par de la fièvre et par une inflammation et une sensibilité d’au moins une glande salivaire, habituellement la parotide. La glande parotide est située sous les oreilles.

Comment attrape-t-on les oreillons?

On peut contracter les oreillons si l’on entre en contact avec une personne infectée. Le virus se propage par les gouttelettes provenant du nez, de la bouche ou de la gorge d’une personne infectée qui tousse, éternue, partage une boisson ou embrasse une autre personne. Une personne peut être contaminée en touchant une surface sur laquelle se trouvent des gouttelettes provenant d’une personne infectée.

À quel moment les oreillons sont-ils contagieux? 

L’infection peut être contagieuse dans les 7 jours précédant l’apparition des symptômes et jusqu’à 5 jours après l’apparition des symptômes. Les enfants chez qui on diagnostique les oreillons devraient être retirés de l’école ou du service de garde et attendre 5 jours après l’apparition des symptômes pour y retourner.

Les oreillons sont-ils dangereux?

Les oreillons entraînent rarement des complications, mais celles-ci peuvent être dangereuses. Les oreillons peuvent causer la méningite, c’est-à-dire une infection du liquide et de la membrane qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière. Les oreillons peuvent provoquer une méningite chez environ une personne malade sur dix. L’inflammation des testicules (un seul ou les deux) survient également chez 20 à 30 % des adolescents ou des hommes adultes, ce qui peut causer l’infertilité dans de rares cas. Parmi les autres complications rares, il y a le gonflement des ovaires chez la femme, le gonflement du pancréas ou la perte de l’ouïe. Les femmes qui contractent les oreillons pendant le premier trimestre de leur grossesse présentent un risque accru d’avortement spontané. 

Y a-t-il un traitement contre les oreillons?

Il n’existe aucun traitement spécifique contre les oreillons. Par contre, les personnes qui développent des complications graves peuvent nécessiter un traitement ou une hospitalisation.

Comment puis-je me protéger contre les oreillons?

La vaccination contre les oreillons est la meilleure façon de se protéger. Ce vaccin est combiné aux vaccins contre la rougeole et la rubéole et est appelé le ROR. Le ROR est un vaccin très sécuritaire. Une seule dose du vaccin contre les oreillons assure une immunité dans 62 à 91 % des cas, et une deuxième dose accroît le niveau d’immunité à 95 %. Le vaccin est administré aux enfants à l’âge de 12 mois, et de nouveau entre l’âge de 4 et 6 ans.

Comment savoir si je suis protégé(e) contre les oreillons?

Une personne qui a déjà eu les oreillons est généralement immunisée pour la vie. Deux doses du vaccin contre les oreillons offrent une protection de près de 100 % contre la maladie. On présume que les adultes nés avant 1970 ont acquis une immunité naturelle contre les oreillons. Les adultes nés à partir de 1970 qui n’ont pas de preuve d’immunité sur papier devraient recevoir 2 doses du vaccin ROR. Toute personne incertaine de son statut immunitaire devrait communiquer avec son fournisseur de soins de santé.

Que dois-je faire en cas d’exposition aux oreillons?

Évitez les baisers et abstenez-vous de partager tout élément qui entre en contact avec la bouche, comme de la nourriture, des boissons et des pailles, pendant une période de 25 jours suivant l’exposition aux oreillons. La maladie peut prendre jusqu’à 25 jours à se développer après une exposition au virus.

Que dois-je faire si je présente les symptômes des oreillons?

Si vous présentez des symptômes d’oreillons, vous devez consulter un médecin et prévenir le cabinet du médecin ou l’établissement de santé de vos symptômes avant de vous rendre sur place. Entre?temps, restez à la maison afin d’éviter d’exposer d’autres personnes au virus (isolement à domicile). Le diagnostic est établi à partir d’une analyse sanguine, d’un échantillon d’urine et d’un écouvillonnage buccal.

Pour obtenir de plus amples renseignements

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Santé publique Ottawa au 613-580-6744 ou consulter le site ottawa.ca/sante ou l’un des sites Web ci-dessous :

Rubéole

Qu'est-ce que la rubéole ?

Aussi appelée « rougeole allemande », la rubéole est une infection très contagieuse causée par le virus de la rubéole. 

Quels sont les symptômes de la rubéole ?

Les symptômes les plus courants de la rubéole sont une fièvre légère, une éruption cutanée, des maux de tête, une sensation de malaise, un écoulement nasal, des douleurs articulaires, une conjonctivite (infection de l’oeil) et un gonflement des ganglions. Les symptômes de la rubéole peuvent se manifester de 14 à 21 jours après l’exposition au virus. La rubéole est généralement bénigne chez les enfants, jusqu’à la moitié des cas n’ayant pas d’éruption cutanée. Il est à noter que jusqu’à 50% des cas de rubéole sont asymptomatiques.

Comment attrape-t-on la rubéole ?

On attrape la rubéole lorsqu’on entre en contact avec les gouttelettes provenant du nez, de la bouche ou de la gorge d’une personne infectée, alors que celle?ci parle, tousse ou éternue.

Quand la rubéole est-elle contagieuse ?

La rubéole est très contagieuse de sept (7) jours avant jusqu’à quatre (4) jours après l’apparition de l’éruption cutanée. Les personnes qui ont la rubéole doivent être exclues des milieux de travail, écoles, garderies et autres lieux d’activité jusqu’à sept (7) jours après l’apparition de l’éruption cutanée.

La rubéole est-elle dangereuse?

La rubéole ne cause habituellement qu’une maladie bénigne chez les enfants. Cependant, elle peut entraîner de graves conséquences chez les femmes enceintes, surtout au cours du premier trimestre de la grossesse. Une femme enceinte infectée par le virus de la rubéole au cours des 5 premiers mois de grossesse peut transmettre la maladie au fœtus. Dans 8 cas sur 10, l’infection est transmise au fœtus avant la naissance. La rubéole peut toucher tous les organes du fœtus et causer une fausse couche, la mort fœtale et des anomalies congénitales. Jusqu’à 90 % des bébés dont la mère a été infectée au cours des 11 premières semaines de gestation vont présenter un ensemble d’anomalies congénitales appelé « syndrome de rubéole congénitale ».

Existe-il un traitement pour la rubéole ?

Il n’existe pas de traitement spécifique contre la rubéole. Cependant, en cas de complications graves, un traitement ou l’hospitalisation peuvent s’avérer nécessaires. 

Comment puis-je me protéger contre la rubéole ?

Le vaccin contre la rubéole demeure la meilleure protection. Il s’agit d’un vaccin associé à ceux contre la rougeole et les oreillons, connu sous le nom de vaccin ROR (rougeole-oreillons-rubéole). C’est un vaccin très sûr, dont une seule dose confère l’immunité dans 85 % à 95 % des cas, et une seconde dose, dans 99 % des cas. Il est administré aux enfants à 12 mois et entre 4 et 6 ans.

Comment savoir si je suis protégé contre la rubéole ?

En général, une personne qui a eu la rubéole est immunisée à vie. Deux doses du vaccin contre la rubéole confèrent une protection de presque 100 %. Vous pouvez vérifier votre état immunitaire auprès de votre fournisseur de soins de santé.

Que faire si je présente les symptômes de la rubéole?

Si vous présentez les symptômes de la rubéole, consultez un médecin après avoir pris soin de signaler vos symptômes au personnel de l’établissement de santé avant de vous y rendre. Entre-temps, restez chez vous pour éviter de contaminer d’autres personnes (isolement à domicile). On diagnostique la rubéole au moyen d’une analyse sanguine et d’un écouvillonnage du nasopharynx.

Pour de plus amples renseignements

Veuillez communiquer avec Santé publique Ottawa au 613?580?6744 ou visiter le site ottawa.ca/sante ou l’un des sites Web ci-dessous:

La rougeole

(Première Maladie)

Qu’est-ce que la rougeole?Enfant atteint de rougeole

La rougeole, aussi appelée première maladie, est une infection extrêmement contagieuse causée par un virus. Cette maladie est généralement plus grave chez les nourrissons et les adultes que chez les enfants.

Quels sont les symptômes de la rougeole?

Les symptômes de la rougeole se manifestent généralement dans les 7 à 21 jours suivant le contact avec une personne atteinte. Parmi les symptômes, citons une forte fièvre, l’écoulement nasal, la toux, la somnolence, l’irritabilité et la rougeur des yeux. De petites taches blanches peuvent également apparaître dans la bouche et la gorge. De trois à sept jours après l’apparition des premiers symptômes, des plaques rouges apparaissent sur le visage, avant de s’étendre jusqu’aux bras et aux jambes. Cette éruption dure en moyenne de quatre à sept jours, alors que les autres symptômes durent généralement d’une à deux semaines.Enfant atteint de rougeole

Comment la rougeole se transmet-elle?

La rougeole est transmise par le contact avec une personne atteinte. Le virus se propage par les gouttelettes expulsées du nez, de la bouche ou de la gorge d’une personne infectée lorsque cette dernière tousse, éternue ou parle. La rougeole est une des maladies les plus contagieuses.

À quel moment la rougeole est-elle contagieuse?

La rougeole est très contagieuse la journée précédant l’apparition de la fièvre ainsi que les quatre jours avant l’apparition de l’éruption cutanée. Elle demeure contagieuse dans les quatre jours suivant l’apparition de l’éruption. Les enfants qui reçoivent un diagnostic de rougeole devraient être retirés de l’école ou du service de garde jusqu’à ce que quatre jours se soient écoulés après l’apparition de l’éruption.

La rougeole est-elle dangereuse?

Les complications de la rougeole sont rares, mais potentiellement dangereuses. Les infections de l’oreille sont une des complications courantes. La pneumonie est une complication qui survient dans un dixième des cas, alors qu’une personne atteinte sur mille peut présenter un œdème cérébral; une personne sur trois mille décède des complications de la maladie. La pneumonie est la cause de 60 % des décès attribuables à la rougeole, surtout chez les nourrissons.

Existe-t-il un traitement pour la rougeole?

Il n’existe pas de traitement particulier pour la rougeole. Néanmoins, les personnes atteintes peuvent avoir besoin de soins médicaux, voire d’être hospitalisées, si elles présentent des complications graves des suites de la rougeole.

Comment puis-je me protéger contre la rougeole?

La meilleure façon de se protéger est de recevoir le vaccin contre la rougeole. Ce vaccin est combiné avec les vaccins contre les oreillons et la rubéole, et connu sous le nom de vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (vaccin ROR). Il s’agit d’un vaccin très sûr. Une dose du vaccin contre la rougeole assure l’immunité de 85 % à 95 % des personnes qui la reçoivent, et la seconde dose accroît cette proportion à 99 %. La première dose du vaccin est administrée aux enfants de 12 mois, et la dose de rappel aux enfants de 4 à 6 ans.

Comment savoir si je suis immunisé contre la rougeole?

Un individu ayant déjà été infecté par la rougeole acquis une immunité permanente au virus. L’administration de deux doses du vaccin fournit quant à elle une protection presque totale contre la maladie. On peut considérer que les adultes nés avant 1970 ont acquis une immunité naturelle à la rougeole, alors que ceux nés en 1970 ou après et qui n’ont pas de preuve de leur immunisation devraient recevoir une dose du vaccin ROR. En cas d’incertitude quant à votre statut d’immunisation, veuillez communiquer avec votre fournisseur de soins de santé.

Que dois-je faire si je présente des symptômes de rougeole?

Si vous présentez des symptômes de rougeole, vous devez être examiné par un médecin. Avant de vous rendre sur place, communiquez avec l’établissement de santé afin d’aviser le personnel que vous pourriez être atteint de rougeole. Entretemps, restez à la maison pour éviter de contaminer d’autres personnes (isolement à domicile). Le diagnostic de rougeole est confirmé par une prise de sang, une analyse d’urine et un écouvillonnage du nasopharynx. 

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Info-santé publique Ottawa, au 613-580-6744, ou consulter les sites Web ci-dessous :

Agence de la santé publique du Canada

Ministère de la Santé de l'Ontario