Travail autonome

Qu’est-ce que le Travail autonome?

Le programme de Travail autonome offre du soutien aux participants au programme Ontario au travail qui ont un projet d’entreprise réaliste. Bien qu’on s’attende à ce que l’activité envisagée soit une activité à plein temps, il peut arriver que, dans certaines circonstances, des projets de travail autonome à temps partiel soient acceptés.

Qui peut participer au programme de Travail autonome?

Les participants d’Ontario au travail qui conviennent à cette activité sont ceux:

  • qui ont le droit d’exploiter une entreprise au Canada;

  • qui ont un projet d’entreprise viable et réaliste;

  • dont le projet ne nécessite que des frais de démarrage minimes;

  • qui ont pensé sérieusement à un projet d’entreprise et ont commencé à faire des recherches à son sujet;

  • qui comprennent les besoins du marché que leur produit ou service va combler;

  • qui peuvent se consacrer à leur entreprise au moins 30 heures par semaine pendant 60 semaines;

  • qui n’ont pas de problèmes de santé qui les empêcheraient de concrétiser leur projet;

  • qui ont un logement stable, ont accès à un moyen de transport, à des services de garde d’enfants ou qui sont en voie d’y avoir accéder.

     

Comment cela fonctionne-t-il?

Les participants d’Ontario au travail qui sont intéressés au programme de Travail autonome doivent faire les démarches suivantes:

  • discuter, avec leur coordonnateur de cas, de leur intention de se lancer en affaires;

  • assister à une séance d’information obligatoire sur le Travail autonome, où l’on expliquera la façon de remplir une demande et les exigences du programme;

  • remplir un formulaire d’application qui les aidera à déterminer si leur profile et leur projet d’entreprise conviennent au programme;

  • Une fois accepté dans le programme, les participants travailleront de près avec des coordonnateurs de cas spécialisés dans le Travail autonome.

     

Soutien supplémentaire

En participant au programme de Travail autonome, vous pourriez bénéficier des formes de soutien supplémentaire suivantes:

  • Le soutien d’un coordonateur de cas spécialisé dans le travail autonome;

  • Aiguillage vers des ressources communautaires spécialisées en matière de travail autonome. 

[ haut ]