Ce site utilise JavaScript. Veuillez activer la fonction JavaScript dans votre navigateur et recharger la page pour voir le site complet.

Archivée - La formation des chauffeurs de Para Transpo se poursuit afin d’appuyer les personnes les plus vulnérables d’Ottawa pendant la pandémie.

Nous avons archivé cette page et elle ne sera plus mise à jour. Vous pouvez la consulter à des fins de recherche ou à titre de référence. Il est possible que certains liens ne fonctionnent plus.
20 avril 2020
Articles en vedette

Parmi les passagers de Para Transpo figurent certains des résidents les plus vulnérables de la Ville – des gens qui ont besoin d’aide aujourd’hui, pendant cette crise, plus que jamais. Para Transpo est un réseau vital pour tous ceux et celles qui dépendent de ce service, dont les aînés et les personnes à mobilité réduite. En effet, nos chauffeurs permettent aux passagers de se rendre à l’épicerie, à la pharmacie et à un rendez-vous médical important, comme une dialyse, qu’ils ne peuvent tout simplement pas rater.

Para Transpo est un service précieux pour ceux et celles qui ne peuvent utiliser les services de transport en commun conventionnels. Nous devons continuer à enseigner aux nouveaux conducteurs les qualifications spécialisées dont ils ont besoin. Pour Raymundo Olivares, instructeur de conduite à Para Transpo, les choses ne se passent pas exactement comme d’habitude, mais les cours en classe se poursuivent. Ray a pris quelques minutes pour parler des répercussions de la pandémie de COVID-19 sur son travail et sur les opérations générales de Para Transpo.

Un homme aux lunettes et à la moustache assis devant son ordinateur.
La COVID-19 a obligé Ray Olivares et ses collègues de Para Transpo à s’adapter à une nouvelle réalité, mais leur mission principale reste la même : aider les résidents d’Ottawa qui dépendent d’eux à se rendre à destination.

Quelles conséquences la COVID-19 a-t-elle eues sur votre travail d’instructeur?

Quand les premiers cas de COVID-19 sont apparus à Ottawa, nous avons tout de suite su que nous devions apporter des changements.

Habituellement, nous accueillons quatre à cinq personnes par classe, mais en ce moment, nous n’en avons pas plus de deux, de façon à nous conformer aux règles de distanciation physique.

Le travail d’un chauffeur consiste en bonne partie à aider les passagers à mobilité réduite à monter et à descendre du véhicule, ce qui rend l’éloignement physique particulièrement difficile à respecter. Dans notre formation, nous veillons donc maintenant à expliquer les manières d’atténuer les risques.

J’ai pu constater à quel point il est difficile de respecter la distanciation physique dans un autobus Para Transpo. Que faites-vous pour préserver la sécurité des passagers et des chauffeurs?

Les véhicules sont désinfectés tous les jours et nos chauffeurs ont des produits à portée de la main pour désinfecter les points de contact, comme les poignées de fauteuil roulant, les boucles de ceinture, etc. Nous leur fournissons également des gants jetables et ils sont nombreux aussi à porter un masque.

L’achalandage est faible car les gens sortent seulement quand c’est absolument nécessaire. Cela veut dire qu’il y a suffisamment d’espace pour s’assurer que le passager est assis loin du conducteur.

Un homme en formation vêtu d’un bonnet gris et d’un gilet de sécurité s’exerce à attacher un fauteuil roulant dans un autobus de Para Transpo.
Le programme de formation des chauffeurs de Para Transpo continue, mais des changements ont dû y être apportés en raison de la COVID-19. Tout en apprenant aux stagiaires à fixer un fauteuil roulant, comme cet homme en formation s’y exerce, les instructeurs vérifient également les points de contact à désinfecter afin de réduire les risques que le virus se propage.

Que vous disent les conducteurs?

Je suis toujours impressionné par le dévouement et la bienveillance dont font preuve nos chauffeurs. Faire un travail de première ligne est difficile en ce moment, mais je n’ai entendu personne exprimer des doutes quant à la poursuite de ses activités. Bien des chauffeurs font ce métier depuis plusieurs décennies à tel point qu’ils sont nombreux à connaître le nom de leurs passagers réguliers maintenant. Je pense que pour la plupart, aujourd’hui, ces liens sont encore plus significatifs que jamais. Nos chauffeurs comprennent mieux que quiconque combien leurs passagers comptent sur eux.

Comment le public peut-il aider Para Transpo à préserver la sécurité des conducteurs et des passagers?

Tous les employés de première ligne prennent un certain risque en se rendant au travail tous les jours pour assurer la prestation de services essentiels en ces temps de crise. Je sais que cela dure depuis un mois et que ça devient pénible, mais nous le leur devons, à eux et aux travailleurs de la santé, de faire notre part et de rester à la maison autant que possible.

Articles liés:

Grand public

311

Médias

613-580-2450