Ce site utilise JavaScript. Veuillez activer la fonction JavaScript dans votre navigateur et recharger la page pour voir le site complet.

Archivée - L’application des règlements à l’ère de la COVID-19

Nous avons archivé cette page et elle ne sera plus mise à jour. Vous pouvez la consulter à des fins de recherche ou à titre de référence. Il est possible que certains liens ne fonctionnent plus.
3 avril 2020
Articles en vedette

Pour les employés de la Direction générale des Services des règlements municipaux, ce n’est pas nouveau de travailler d’arrache-pied afin d’assurer la protection notre communauté. Mais protéger notre communauté pendant une pandémie mondiale, c’est une autre paire de manches.

Kris Haarbosch est superviseur aux Services des règlements municipaux. Son rôle consiste essentiellement à assurer la sécurité des résidents pendant cette pandémie. Il a pris quelques instants pour faire la lumière sur la manière dont son travail a évolué depuis l’arrivée de la COVID-19 à Ottawa.

Un homme debout devant une voiture, portant un uniforme.
Les superviseurs et les agents des Services des règlements municipaux contribuent à sensibiliser les résidents sur la manière de rester en sécurité. Rester à la maison, se distancier physiquement et ne pas se rassembler en groupes de plus de cinq personnes – voilà comment nous pouvons tous réduire les risques d’attraper et de propager la COVID-19.

À quoi ressemble la vie d’un superviseur ou d’un agent des Services des règlements municipaux à Ottawa en ce moment?

Nous sommes toujours occupés, mais le volume des appels a vraiment augmenté depuis l’arrivée de la pandémie à Ottawa, et la province nous a ordonné de restreindre les rassemblements, tant dans les lieux publics que privés.

De plus, nous répondons toujours à nos appels réguliers. Les habitants ont compris que nous étions très occupés, ils se rendent compte que c’est une période sans précédent dans notre ville.

Quel est votre principal objectif en tant que superviseur/agent des Services des règlements municipaux à l’heure actuelle?

Notre priorité absolue en ce moment c’est de protéger la santé et la sécurité de chacun. Nous travaillons également d’arrache-pied pour sensibiliser les résidents sur la manière dont les règlements dont nous assurons l’application aident les gens à éviter d’attraper et de propager le virus.

Je sais que c’est difficile, surtout avec le beau temps, mais c’est tellement important que tout le monde respecte les règles mises en place par la province et la ville. Cela signifie se distancier physiquement, de rester à la maison et de ne pas se rassembler en groupes de plus de cinq personnes.

Quelles sont les choses courantes auxquelles vous répondez en ce moment en lien avec la pandémie?

Toutes les installations et tous les équipements des parcs municipaux sont fermés jusqu’à nouvel ordre, nous avons donc dû répondre à des appels concernant les rassemblements dans les parcs. Nous voyons des enfants sur des structures de jeu, des groupes de gens pratiquant des sports, des gens qui utilisent les planchodromes et de grands groupes rassemblés sur des bancs.

Nous avons aussi reçu des appels sur de grands rassemblements dans les arrière-cours et des gens qui se rassemblent en grands groupes pour des célébrations, comme les anniversaires.

Y a-t-il des protocoles spéciaux en place pour assurer votre sécurité au travail?

Nous avons tous désinfecté nos postes de travail, nous portons des gants et nous nous lavons les mains ou utilisons un désinfectant à main le plus possible. Nous faisons preuve d’une grande vigilance pour ce qui est de nettoyer et de désinfecter l’équipement que nous utilisons.

Nous désinfectons l’intérieur de nos véhicules au début et à la fin de chaque quart de travail, puisque normalement, plusieurs personnes les conduisent chaque jour. Nous avons commencé à tenir nos séances d’information de début et de fin de quart dans notre garage plutôt qu’au bureau afin de pouvoir continuer de pratiquer la distanciation physique, et nous ne montons plus deux agents dans un véhicule pendant les quarts de nuit.

Nous avons également commencé à organiser des réunions virtuelles pour que nous puissions tous rester à jour sans devoir être au même endroit.

Qu’arrive-t-il lorsque vous répondez à des appels?

La première chose que nous faisons c’est d’évaluer l’appel pour voir s’il est sécuritaire d’y aller. Lorsque nous y rendons, nous maintenons nos distances, nous utilisons l’équipement de protection individuelle approprié et nous faisons savoir aux gens ce qui est sécuritaire et ce qui ne l’est pas.

Si vous pouviez donner des conseils aux résidents en ce moment, que diriez-vous?

Nous voulons rappeler aux gens de respecter les directives relatives à la distanciation physique. C’est bien que les gens sortent, mais le simple fait d’être dehors ne signifie pas que vous êtes à l’abri du virus. Vous pouvez quand même l’attraper.

Que faites-vous différemment pour assurer la sécurité de votre foyer?

La première chose que j’ai changée, c’est de ne plus covoiturer pour me rendre au travail ou en revenir. Je laisse aussi mon uniforme au bureau, de cette manière je ne rapporte rien à la maison du travail que je n’ai pas apporté avec moi le matin. Quand je rentre à la maison, la première chose que je fais c’est de prendre une douche. J’essuie aussi souvent que possible mon téléphone portable, ce que les gens ont tendance à oublier.

Comment restez-vous en contact avec votre famille tout en respectant ces lignes directrices sur la distanciation physique?

Mon frère et moi avons initié nos parents aux appels vidéo FaceTime parce que nous ne pouvons pas aller les visiter. Après quelques difficultés techniques (comme tourner la caméra du bon côté), nous avons finalement réussi à tout faire fonctionner. En général, il ne nous faut pas beaucoup de temps, à mon frère ou à moi, avant de commencer à faire des blagues avec la caméra, habituellement aux dépens de mes parents.

Nous faisons également des livraisons les uns pour les autres. Je ne peux pas me passer trop longtemps de la cuisine de ma mère, et heureusement, mes parents font des plats à emporter, et peut-être même la livraison, même s’ils ne font que déposer la livraison sur le porche et retournent en courant à leur voiture.

Articles liés:

Grand public

311

Médias

613-580-2450