Ce site utilise JavaScript. Veuillez activer la fonction JavaScript dans votre navigateur et recharger la page pour voir le site complet.

L’histoire de la Roue d’orientation algonquine, un symbole de création qui se perpétue depuis des milliers d’années

21 juin 2021
Articles en vedette

Un symbole unique du territoire algonquin traditionnel, de son histoire et de sa culture

Créée par l’artiste algonquin Simon Brascoupé, Anishinabe de Kitigan Zibi, et inspirée par les quatre directions sacrées traditionnelles, la Roue d’orientation est un symbole unique du territoire algonquin traditionnel, de son histoire et de sa culture.

La Roue d’orientation algonquine installée à la station Pimisi.
La Roue d’orientation algonquine installée à la station Pimisi.

 

Les roues honorent l’histoire algonquine et sont fixées aux rochers appelés grands-pères que l’on trouve dans le territoire algonquin depuis la nuit des temps. Elles comprennent des représentations des quatre points cardinaux ainsi qu’une flèche d’orientation pointant vers le nord afin d’aider les voyageurs durant leur périple.

Installées dans les stations de l’O-Train et à l’hôtel de ville

Ces symboles distinctifs, accompagnés de plaques décrivant l’importance des animaux et signes dépeints pour les peuples algonquins, seront installés dans toutes les stations de l’O-Train ainsi qu’à l’hôtel de ville d’Ottawa. Les symboles comprennent le canoë pour le transport et les animaux qui sont de première importance pour les peuples algonquins, notamment l’orignal au cœur du dessin symbolisant la nourriture et la force.

La Roue d’orientation a été créée dans le cadre d’une démarche participative à laquelle les aînés algonquins ont pris part ainsi que des membres des Algonquins de la Première Nation de Pikwàkanagàn, des Anishinabes de Kitigan Zibi et des représentants de l’organisation des Algonquins de l’Ontario.

La première Roue d’orientation a été installée à la station Pimisi près de la chute des Chaudières, connue également comme la chute Kana:tso ou Akikodjiwans. Le secteur environnant a été un point de rencontre majeur entre les peuples de la région pendant des millénaires et la conception de la station reflète l’importance historique et actuelle des peuples algonquins. « Pimisi » est le mot algonquin (Omàmiwininìmowin) pour « anguille », laquelle est sacrée et a été considérée comme une source de spiritualité, de médecine et de nutrition pendant des milliers d’années.

Claire Brascoupé, fille de Simom, interprète un chant d’honneur après l’installation de la Roue d’orientation à la station Pimisi.
Claire Brascoupé, fille de Simon, interprète un chant d’honneur après l’installation de la Roue d’orientation à la station Pimisi.

Ressources audiovisuelles :

L’artiste Simon Brascoupé fait la narration d’une visite virtuelle de la Roue d’orientation algonquine et transmet son savoir à propos de l’importance des animaux et des symboles dépeints dans la conception.

La conversation communautaire avec des membres des communautés autochtones témoigne de l’importance de la présence du symbole partout à Ottawa.

Veuillez prendre note que les ressources audiovisuelles ont été élaborées avant la pandémiede COVID-19.

Pour plus de renseignements sur les programmes et services de la Ville, veuillez consulter ottawa.ca ou téléphoner au 3-1-1 (ATS : 613-580-2401). Vous pouvez également nous suivre sur Facebook, Twitter et Instagram.

Grand public

311

Médias

613-580-2450