Ce site utilise JavaScript. Veuillez activer la fonction JavaScript dans votre navigateur et recharger la page pour voir le site complet.

Archivée - Pandémie ou autre événement, le parc automobile de la Ville d’Ottawa est toujours en bon état de marche

Nous avons archivé cette page et elle ne sera plus mise à jour. Vous pouvez la consulter à des fins de recherche ou à titre de référence. Il est possible que certains liens ne fonctionnent plus.
7 mai 2020
Articles en vedette

Huit semaines après la déclaration de l’état d’urgence en raison de la COVID-19, le message des politiciens et des représentants de la santé publique reste le même. Restez à la maison. Ne rendez pas visite à votre mère. Préoccupez-vous de la santé de parfaits étrangers et résistez à l’envie de vous rendre au chalet.

Nous devons nous plier à de nombreuses exigences durant la pandémie. Pourquoi ne pas profiter de ce moment idéal pour apprendre à connaître le personnel des services essentiels que nous protégeons en restant à la maison. Qu’ils évoluent à l’avant-plan ou dans l’ombre, ces membres du personnel accomplissent un travail qui est essentiel à notre vie quotidienne. Prenons par exemple les mécaniciens qui s’occupent de l’entretien du parc automobile de la Ville d’Ottawa.

Le travail que font le superviseur de l’entretien Jason Scholar et ses collègues est toujours essentiel, mais l’est encore davantage dans une situation d’état d’urgence. Jason Scholar supervise des équipes de mécaniciens hautement spécialisés responsables de l’entretien des véhicules qu’utilisent nos pompiers et nos paramédics pour accomplir leur travail, en l’occurrence sauver des vies.

Un homme barbu portant une chemise boutonnée, un jeans et des bottes et un homme arborant une barbiche et revêtu d’un uniforme avec des bandes réfléchissantes sont debout devant une ambulance dans un garage.
Le travail se poursuit pour des techniciens spécialisés comme Jon McCorkell (droite) qui assure l’entretien des véhicules d’urgence permettant d’intervenir sans délai dans les situations d’urgence. La Ville d’Ottawa étant actuellement touchée par la COVID-19, le superviseur de l’entretien Jason Scholar (gauche) affirme qu’il est plus important que jamais que les membres des équipes qui soutiennent les premiers répondants et les services essentiels soient en santé.

M. Scholar, pouvez-vous me décrire le soutien que vous et vos collègues apportez aux services essentiels de la Ville?

Je vais vous donner un exemple un peu extrême. Supposons que le pire arrive. Votre conjoint o votre conjointe ressent des douleurs à la poitrine ou votre enfant fait une chute grave. Il est important que les pompiers ou les paramédics soient en bonne santé pour pouvoir vous aider rapidement. Cependant, leurs véhicules doivent également être en bon état de marche pour leur permettre d’intervenir rapidement. Dans un scénario d’urgence, une défaillance mécanique d’un camion d’incendie, d’une ambulance ou des véhicules de la police est tout simplement inconcevable.

Les enjeux dont nous parlons ici sont très élevés

Cela ne peut tout simplement se produire. Même s’ils travaillent dans les coulisses, nos mécaniciens et nos personnes de métier sont en première ligne dans la lutte contre la COVID-19. À la Ville, nous dépendons d’eux pour l’entretien d’à peu près tous les véhicules, allant des camions à ordures aux bateaux, motocyclettes et voitures du Service de police d’Ottawa.

Si par exemple, un mécanicien qui travaillait sur un camion d’incendie tombe malade, nous avons un problème, car ce type de compétences est très spécialisé. Ces mécaniciens ne font pas que l’entretien du moteur, des freins et des différentes pièces du camion d’incendie pour veiller à ce que ce dernier soit en état de marche. Ils font également l’entretien des échelles, des sirènes, des parties hydrauliques, bref, de chacune des pièces d’équipement et de machinerie dont dépendent nos pompiers lorsqu’ils répondent à un appel.

Le même principe s’applique aux ambulances, aux véhicules de police et aux camions d’ordures. Pour être fonctionnels, tous ces véhicules ont besoin des compétences très spécialisées de nos mécaniciens. Ceux-ci sont tout simplement irremplaçables.

Dans la mesure du possible, nous respectons les mesures d’éloignement et nous avons décalé les heures de travail afin qu’il y ait moins de personnes dans l’atelier en même temps. Toutefois, nous devons également compter sur la participation des citoyens qui contribuent au bien-être de tous.

Que peuvent faire les membres du public pour aider à assurer votre sécurité?

En raison de la COVID-19, nous entendons tous les jours des rappels concernant notre responsabilité envers les travailleurs de première ligne qui assurent le fonctionnement de nos services essentiels. Restez à la maison, lavez-vous les mains. Cela peut sembler fastidieux, je le comprends très bien, mais c’est toujours très important. Ces travailleurs n’ont pas la possibilité de rester à la maison, j’espère donc que ceux qui en ont la possibilité continueront de le faire, pour le bien des travailleurs essentiels qui se rendent au boulot tous les jours pour assurer le bon fonctionnement de notre ville pendant la pandémie.

Qu’est-ce qui est le plus difficile dans votre travail de ces temps-ci?

Si l’on tient compte des véhicules du Service de police, du Service des règlements municipaux, du Service des incendies et du Service paramédic, tous les jours, nous recevons environ 25 véhicules différents dans le cadre de notre processus d’entretien régulier. Afin d’assurer notre sécurité, nous présumons que chaque véhicule pris en charge peut avoir transporté une personne atteinte de la COVID-19. Nous devons donc tous les nettoyer et désinfecter un à un. Notre travail est ralenti, c’est sûr, mais nous faisons ce qu’il faut.

 

Grand public

311

Médias

613-580-2450