Ce site utilise JavaScript. Veuillez activer la fonction JavaScript dans votre navigateur et recharger la page pour voir le site complet.

Réseau de collecte et installations de gestion des eaux pluviales

Réseau de collecte des eaux pluviales

Les égouts pluviaux acheminent les eaux pluviales et les autres eaux de ruissellement de surface, traitées de manière restreinte ou sans traitement, directement dans la rivière, le ruisseau ou le cours d’eau le plus près. Tout le monde a son rôle à jouer pour empêcher les polluants de contaminer le réseau d’égouts pluviaux et les écosystèmes aquatiques. Avec le temps, le réseau de collecte des eaux pluviales est passé d’un système qui avait pour seul objectif d’évacuer les excédents d’eau aussi rapidement que possible à un réseau qui sert aussi à prévenir les inondations et l’érosion, et à assainir l’eau avant de la déverser dans les cours d’eau à proximité.

On utilise différentes méthodes de gestion des eaux pluviales tout au long de leur parcours vers les cours d’eau. Dès qu’il commence à pleuvoir, on utilise des mesures de contrôle individuel ou à la source, puis des mesures de contrôle de l’adduction des eaux pluviales pour faciliter leur transport. Enfin, les mesures liées au point de rejet permettent de traiter les eaux pluviales avant de les déverser dans les cours d’eau locaux.

La Ville d’Ottawa possède un réseau de ponceaux, d’égouts pluviaux et de drains municipaux qui acheminent les eaux pluviales vers les rivières, les ruisseaux ou les lacs les plus près. Le réseau d’Ottawa comprend :

  • plus de 2 700 km d’égouts pluviaux;
  • plus de 300 installations de gestion des eaux pluviales : 133 bassins de retenue, 100 étangs secs, 12 stations de pompage des eaux pluviales, des réservoirs de stockage souterrains, des rigoles biologiques et des désableurs-déshuileurs;
  • 1 200 km de drains municipaux dans les secteurs ruraux.

Contrôle individuel ou à la source

Les mesures de contrôle individuel sont appliquées sur les terrains privés et publics pour aider à réduire le volume d’eau de ruissellement provenant des propriétés et la quantité de polluants qu’elles contiennent. Une gestion des eaux pluviales efficace et durable commence à la source, à l’endroit où la pluie tombe. Pour nous aider à protéger notre approvisionnement en eau, consultez la page Web expliquant comment réduire votre incidence sur les eaux pluviales.

Voici les principales mesures de contrôle individuel :

  • Réorientation des tuyaux de descente pluviale : Elle permet de rediriger l’eau des toits vers le gazon, le gravier ou les tranchées d’infiltration : ainsi, on réduit la quantité d’eaux pluviales à traiter en les empêchant de ruisseler sur les surfaces imperméables, comme les entrées, et de s’écouler directement dans le réseau d’égouts pluviaux.
  • Tonneaux à eau de pluie et citernes pluviales : Ils servent à recueillir l’eau des toits et à la conserver temporairement en vue d’une utilisation ultérieure. Ces mesures permettent de réduire le ruissellement et la quantité de polluants, ainsi que la consommation d’eau.
  • Jardins de pluie et autres mesures d’aménagement qui absorbent les eaux pluviales : Ils sont conçus pour capturer, absorber et nettoyer les eaux pluviales à l’aide de dénivelés aménagés qui sont recouverts de plantes qui demandent beaucoup d’eau (plantes hydrophiles), et dont le sol favorise l’infiltration d’eau. Cette mesure de contrôle individuel permet de réduire les débits de pointe par le stockage sur place, et de diminuer la quantité de polluants dans le réseau d’égouts pluviaux par l’absorption de l’eau par les plantes et le sol.

Contrôle par adduction des eaux

Les mesures de contrôle par adduction des eaux servent à traiter les eaux pluviales, à en limiter le volume et à les contrôler avant qu’elles n’atteignent les égouts pluviaux municipaux. Voici les principales mesures de contrôle par adduction des eaux :

  • Puisards de rue : Ouvertures en bordure de la chaussée et dans les parcs de stationnement qui permettent aux eaux pluviales de s’écouler dans le réseau d’égouts tout en retenant les gros débris et le sable. Habituellement les grilles des puisards de rue sont ornées d’un poisson pour rappeler aux résidents que leur contenu finit par atteindre les cours d’eau à proximité.
  • Rigoles biologiques : Canaux de végétation ouverts et peu profonds conçus pour acheminer et traiter les eaux de ruissellement s’écoulant notamment sur la chaussée. La végétation des rigoles gazonnées peut réduire le volume d’eau de ruissellement et de polluants en les filtrant. Les plantes sont habituellement sélectionnées en fonction de leur capacité à filtrer les sédiments et les nutriments.
  • Tranchées d’infiltration : Longues tranchées étroites remplies de pierres qui reçoivent les eaux de ruissellement des routes et des espaces paysagés. Elles sont utiles pour filtrer les particules fines et les polluants.
  • Réseaux de tuyaux perforés : Tuyaux perforés de petits trous qui permettent à l’eau de s’infiltrer dans le sol. Cette mesure permet de réduire le volume d’eau de ruissellement dans le réseau de collecte des eaux pluviales.
  • Désableurs-déshuileurs : Dispositifs dotés de deux compartiments séparés qui servent à retirer les gros sédiments (sable), l’huile et les autres polluants flottants.
  • Dispositifs de contrôle du débit : Un peu comme des sabliers, ces dispositifs sont conçus pour laisser passer seulement une petite quantité d’eaux pluviales. Installés à différents points d’entrée, ils aident à gérer le volume d’eau pluviale lorsque les égouts ont dépassé leur capacité maximale. Les dispositifs de contrôle du débit empêchent les eaux pluviales de s’écouler lors de moments critiques et les redirigent vers des parcs de stationnement, des parcs ou des réservoirs de stockage souterrains.
  • Nettoyage des rues : Les routes contribuent largement à la pollution des eaux de ruissellement, mais le nettoyage peut contribuer à réduire leur incidence. La Ville d’Ottawa utilise des véhicules de nettoyage à deux balais équipés d’aspirateurs pour empêcher les débris d’entrer dans le réseau de collecte des eaux pluviales.
  • Programme d’application intelligente du sel : En hiver, la Ville restreint l’utilisation du sel de voiries sur les chaussées et dans les parcs de stationnement. Les hivers sont instables à Ottawa et c’est pourquoi le sel solide est indispensable sur les routes et les trottoirs. Toutefois, il faut tenir compte de l’incidence d’une utilisation abusive du sel. La Ville s’est donc jointe au Conseil pour l’application intelligente du sel pour collaborer activement au programme d’application intelligente du sel (lien externe) (en anglais seulement).

Mesures liées au point de rejet

Les mesures liées au point de rejet servent à traiter ou à contrôler les eaux pluviales avant qu’elles n’atteignent les cours d’eau naturels. Voici quelques mesures utilisées à Ottawa :

  • Biofiltres : Dispositif comprenant du gazon et d’autres plantes denses qui filtrent les sédiments et les nutriments avant que les eaux n’atteignent les cours d’eau locaux. Lorsque l’eau traverse les plantes, les polluants en sont retirés. Ils sont une mesure d’assainissement efficace, mais on ne peut contrôler le volume d’eau pluviale qui les traverse.
    photo d'un biofiltre
  • Réservoirs de stockage souterrains : Réservoirs qui permettent de contrôler le débit des eaux pluviales et de prévenir les inondations, l’érosion et les surverses d’égouts unitaires. L’eau emmagasinée est déversée dans le réseau d’égouts pluviaux à un débit réduit, ce qui permet de réduire la pression exercée sur les infrastructures d’égouts pluviaux en aval.
  • Bassins de rétention des eaux pluviales : Bassins qui reçoivent les eaux de ruissellement, et qui les retiennent pendant un certain temps pour laisser les polluants se déposer, après quoi l’eau est déversée dans un cours d’eau. De plus, le débit contrôlé permet de prévenir les inondations et l’érosion.

Votre bassin de retention des eaux pluviales

photo d'un bassin de rétention des eaux pluviales

Il y a trois types de bassins de rétention des eaux pluviales à Ottawa :

  1. Étangs secs : Conçus pour rester secs la plupart du temps, ces étangs retiennent temporairement l’eau afin d’éviter la surcharge du réseau d’égouts pluviaux lors de pluies abondantes. L’eau emmagasinée est ensuite déversée dans le réseau à un débit réduit, ce qui permet de prévenir les inondations en aval. Ces installations forment habituellement des dénivelés dans les parcs ou en bordure de la chaussée.
  2. Étangs d’infiltration : L’eau pluviale recueillie par ces étangs est filtrée en passant lentement à travers le sol; la qualité de l’eau s’en trouve améliorée. Ils ont également la capacité de réapprovisionner la surface libre de la nappe. Comme ces étangs doivent être aménagés dans un sol sablonneux, ils sont peu répandus dans la région d’Ottawa.
  3. Bassins avec retenue permanente : Le niveau de l’eau de ces bassins monte et descend en fonction des précipitations, mais ils contiennent toujours une certaine quantité d’eau, et on y aménage parfois un milieu humide artificiel. Les bassins avec retenue permanente ont pour objectif d’imiter les lacs naturels et abritent souvent des écosystèmes aquatiques sains où vivent notamment des poissons et des oiseaux. Il ne faut jamais consommer les poissons provenant d’un bassin de rétention des eaux pluviales.

Rappel :

  • Restez hors des bassins de rétention des eaux pluviales. Pour votre propre sécurité, les activités comme la baignade et la pêche sont interdites. Ces bassins contiennent des polluants de surface comme de l’huile, des métaux et des excréments.
  • En hiver, ne vous aventurez pas sur la glace : le niveau de l’eau change rapidement, ce qui rend les activités comme le patinage très dangereuses.
  • Pour protéger la santé de votre animal de compagnie, ne le laissez pas s’approcher des bassins de rétention des eaux pluviales.

Comment réduire votre incidence sur les eaux pluviales

La réduction de la contamination eaux pluviales est l’affaire de tous. Pour apporter votre contribution, suivez ces quelques conseils :

  • Utilisez un aspirateur, un balai, des chiffons ou des matières absorbantes sèches pour nettoyer votre entrée : n’utilisez pas d’eau.
  • Pour réduire le ruissellement contaminé, choisissez des plantes indigènes et bien adaptées qui demandent peu d’engrais.
  • Utilisez peu de produits chimiques pour la pelouse et les jardins, et respectez les instructions. La réglementation ontarienne sur les pesticides interdit la vente et l’utilisation de pesticides dans un but esthétique pour les pelouses, les jardins, les parcs et les cours d’école.
  • Pour éviter d’obstruer les puisards de rue, jetez les résidus de jardinage dans votre bac vert.
  • Lavez votre véhicule dans un lave-auto pour éviter de déverser les produits de nettoyage dans les égouts pluviaux ou les fossés.
  • Assurez-vous qu’il n’y a pas de fuite de liquide sous votre véhicule.
  • Suivez les conseils de la Ville sur l’entretien des piscines au moment de jeter les eaux usées des piscines à l’eau chlorée et des piscines à l’électrolyse au sel.
  • Ne jetez pas les déchets, les excréments d’animaux et les débris dans les caniveaux, les puisards de rue et les fossés pour éviter qu’ils se retrouvent dans les cours d’eau, les rivières, les lacs et les terres humides.
  • Ramassez les excréments de vos animaux de compagnie : lorsque les eaux pluviales entraînent les excréments dans les cours d’eau locaux, ils font augmenter leur taux de bactéries E. coli.
  • Déposez l’huile, l’antigel, la peinture et les autres produits ménagers à un dépôt de déchets ménagers dangereux, ou retournez-les à un détaillant Rapportez-les! : ne les jetez pas dans les bassins ou les fossés.
  • Si vous ne savez pas comment vous débarrasser de produits chimiques ou de déchets ménagers dangereux ou si vour cherchez un détaillant Rapportez-les!, consultez le Navigateur de déchets de la Ville.
  • Participez à des initiatives de nettoyage comme le Grand nettoyage des rivages canadiens ou le Grand ménage de la capitale, qui a lieu à Ottawa deux fois par année.
  • Si vous voyez quelqu’un déverser des produits dangereux dans un puisard de rue, appelez le 3-1-1.
  • Jetez les mégots de cigarette dans un lieu sécuritaire désigné. 
  • Ne donnez pas de nourriture aux oies et aux autres animaux sauvages. Les excréments d’un seul oiseau peuvent contaminer jusqu’à un acre d’eau.

Favorisez l’infiltration et réduisez le débit :

  • Favoriser l’infiltration de la pluie dans le sol pour ainsi réalimenter et protéger les aquifères souterrains pour l’avenir.
  • Atténuez les débits de pointe élevés en recueillant des eaux pluviales et en réalisant un aménagement paysager adéquat : nourrissez votre jardin, pas les égouts pluviaux!
  • Réorientez votre tuyau de descente pluviale pour éloigner les eaux de ruissellement des surfaces solides (asphalte, dalles de terrasse, etc.) et les diriger vers le gazon, le jardin ou les tranchées d’infiltration.
  • Recueillez l’eau dans un tonneau à eau de pluie pour l’utiliser plus tard.
  • Plantez des arbres, des buissons et des tapis végétaux pour freiner l’érosion du sol et absorber davantage l’eau.
  • Conservez les eaux de pluie sur votre terrain en utilisant des aménagements appropriés, comme un jardin de pluie ou une fosse d’infiltration.
  • Réduisez le nombre de surfaces imperméables de votre propriété, comme les dalles de terrasse et l’asphalte, et remplacez-les par des éléments perméables, comme le pavé autobloquant, le gravier ou le gazon.

Pour trouver d’autres façons de protéger les cours d’eau, consultez les ressources suivantes :