Passer au contenu principal

Œuvres d’art faisant partie d'un édifice

Archive

Archive de Don Maynard. Plus d’informations sur l'œuvre d'art sont inclus dans le paragraphe suivant

Titre : Archive
Artiste : Don Maynard              
Date : 2011
Média : acier inoxydable, pierre, DEL
Nom du site : Le Centre James-Bartleman
Adresse du site : 100, promenade Tallwood       
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2011-0005

Comme par magie, une maison en acier inoxydable flotte vingt pieds au-dessus de la place. Attachée par des cordes et des roches, la maison est bien arrimée au sol, l’empêchant ainsi de partir à la dérive. Archive aborde la difficulté et l’importance de développer et de préserver notre mémoire et notre histoire collectives pour les générations futures, afin d’éviter qu’elles ne partent à la dérive tout comme la maison.

Illuminée de l’intérieur, l’œuvre d’art sert de balise accueillant le public dans le Centre James-Bartleman, l’édifice des Archives centrales et du Centre de documents de la Bibliothèque publique d’Ottawa. Des motifs irréguliers de lettres sont découpés dans les murs de la maison, éléments de construction d’une narration à partir desquels la lumière brille.

Don Maynard est un artiste qui vit et travaille à Kingston, en Ontario. On retrouve certaines de ses œuvres dans les collections de la Ville d’Ottawa, de la Banque  d’œuvres d’art du Conseil des arts du Canada, du Centre d’art Agnes-Etherington et de la Galerie d’art Robert-McLaughlin.

Bain à Champagne

Mimi Cabri et Jill Elder, Bain à Champagne, 1990

Titre : Bain à Champagne
Artiste : Mimi Cabri et Jill Elder
Date : 1990
Média : tuiles de céramique sur le mur de la piscine
Nom du site : Centre de conditionnement physique Champagne
Adresse du site : 321, avenue King Edward
Collection d'art de la Ville d'Ottawa : 1990-0001

Bain à Champagne est une série de tuiles de céramique peints à la main et badigeonnés, que Mimi Cabri et Jill Elder ont conçu et installé sur la terrasse, les piliers et le mur intérieur du prolongement du Centre, sous une lumière naturelle. La mosaïque principale, qui s'étend sur quatorze pieds et représente un trio de baigneuses du tournant du XXe siècle, est encadrée de petites scènes en images disposées sur deux murs carrelés plus grands. Les motifs balnéaires en tons pastel et les baigneuses des années 1920, en tenue de bain et chaussures de plage aux pieds, évoquent clarté et légèreté. La disposition de l'ensemble est inspirée du carrelage de la piscine d'origine et des éléments architecturaux de l'édifice. Importés d'Angleterre sans glaçure, les tuiles ont été ornés des dessins de l'artiste selon la technique de la majolique, puis vernissés et cuits au studio de Mimi Cabri à Ottawa.

Les tortues mouchetées des hautes terres de South March

Les tortues mouchetées des hautes terres de South March à la succursale du secteur ouest de la Bibliothèque publique d’Ottawa.

Titre : Les tortues mouchetées des hautes terres de South March           
Artiste : Christopher Griffin
Date : 2014      
Média : béton
Nom du site : La succursale Beaverbrook, Bibliothèque publique d’Ottawa 
Adresse du site : 2500, promenade Campeau
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2014-0103                                   

Inspirées des écosystèmes naturels de Kanata et des hautes terres de South March, les sculptures murales gestuelles en béton de Christopher Griffin représentent la tortue mouchetée, importante espèce locale, ainsi que d'autres espèces de la flore et de la faune indigènes. Treize sculptures en béton représentant des tortues occupent le terrain de la bibliothèque, offrant des endroits où s'asseoir, lire ou se reposer. Sur chacune d'elles est gravé le nom d'un mois du calendrier algonquin, soulignant la croyance selon laquelle chacune des treize plaques de la carapace d'une tortue représente une lune d'une année de lune bleue.

Christopher Griffin a été inspiré par les œuvres d'art anciennes qui ornent les murs des grottes et a créé toutes ses sculptures murales à la main, gravant les images directement sur le béton humide. Ne laissant aucune place à l'hésitation, la production de l'œuvre s'est transformée en une performance célébrant les trésors naturels locaux, favorisant l'inspiration et stimulant la fierté envers la région.

Christopher a sculpté un « ensemble » (groupe) de 13 tortues en mousse de polystyrène et les bénévoles ont ajouté des couches de béton pour que les sculptures survivent aux éléments. Plus d’une cinquantaine de bénévoles locaux se sont joints à l’artiste Christopher Griffin pour une série de séances en soirée afin d’achever les œuvres d’art.

Les tortues mouchetées des hautes terres de South March sont le résultat d'une commande passée par la Ville d’Ottawa dans le cadre de rénovations effectuées à la succursale Beaverbrook, tout près du Centre John G Mlacak. Les œuvres d'art et la bibliothèque rénovée sont officiellement ouvertes au public depuis le 23 août 2014.

Plus d’une cinquantaine de bénévoles locaux se sont joints à l’artiste Christopher Griffin pour une série de séances en soirée afin d’achever les œuvres d’art.

La chasse

la chase la chasse deux

Titre : La chasse
Artiste : Erin Robertson et Anna Williams
Date : 2013
Média : bronze, acier inoxydable
Nom du site : Complexe récréatif Richcraft - Kanata
Adresse du site : 4101, promenade Innovation
Collection d'art de la Ville d'Ottawa : 2013-0069

La chasse est une sculpture de bronze représentant le parcours d'un renard roux poursuivant une balle. La chasse reproduit la gestuelle de l'animal interrompu dans son mouvement, offrant à l'observateur une vue soutenue sur une action habituellement trop rapide pour être perçu par l'œil humain.

La chasse communique la grâce et la beauté athlétiques enracinées dans notre relation fluctuante et en perpétuel changement avec le monde naturel. Cette œuvre favorise des relations plus étroites et plus actives avec l'art, les animaux, l'activité et nos environnements partagés, en créant un lien interactif continu avec le sujet.

Erin Robertson et Anna Williams font appel à des éléments conceptuels et visuels pour apporter une touche énergisante et lyrique à l'espace, qui s'étend à l'environnement régional et au boisé Trillium, situé à proximité du Complexe.

Voie communautaire

Voie communautaire à l'aube

Titre : Voie communautaire
Artiste : Andrew O'Malley
Date : 2014
Média : DEL et panneaux acryliques
Nom du site : Le Centre Bronson
Adresse du site : 211, avenue Bronson
Collection d'art de la Ville d'Ottawa : 2014-0105

Perchée sur l'auvent surplombant les portes principales, l'œuvre Community Channel (Voie communautaire) est composée de plusieurs silhouettes représentant, pour l'artiste, la diversité de la collectivité qui converge vers le Centre Bronson. L'artiste, Andrew O'Malley, a programmé à l'intérieur de chaque personnage des diodes électroluminescentes (DEL) qui diffusent des combinaisons de couleurs variant selon les saisons et au fil des journées. Par cette utilisation de la lumière, O'Malley explore et donne vie à des notions d'individualité et de communauté.

Ingénieur de formation, Andrew O'Malley explore la relation entre la technologie et l'art, en créant des expériences et des situations.

L'œuvre Community Channel (Voie communautaire) a été commandée par la Ville d'Ottawa, conjointement avec le Centre Bronson et les Grey Sisters of the Immaculate Conception, dans le cadre de la réfection de l'avenue Bronson.

Curtain time

Rideau ! en haut Rideau ! en bas

Titre : Rideau !
Artiste : Lynda Cronin et Michèle Provost          
Date : 2010
Média : verre    
Nom du site : Les Théâtres Centrepointe
Adresse du site : 101, promenade Centrepointe
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2011-0004 

Les deux artistes ont intégré dans les murs des couloirs et du hall d’entrée des Théâtres Centrepointe deux œuvres murales en carreaux de verre brillants. Des milliers de petits carreaux de verre chatoyants réfléchissent les couleurs et la lumière et les font briller comme s’ils étaient illuminés, révélant lentement au spectateur les lignes d’un texte.

L’œuvre célèbre le rôle crucial que le public joue dans le domaine des arts en faisant du public et de son expérience le thème principal. Écrit sous la forme d’un scénario de théâtre minimaliste, avec personnages, indications scéniques et lignes, ce texte multilingue dévoilé à l’entrée de la scène montre des membres du public assistant au théâtre. En haut, la mention SHHHHH, carrelée en rouge vif, rappelle le rideau d’un théâtre invitant le public à garder le silence avant un spectacle.

À chacun son jardin

Deborah Margo, À chacun son jardin. Plus d’informations sur l’œuvre d’art sont inclus dans le paragraphe suivant.

Titre : À chacun son jardin
Artiste : Deborah Margo
Date : 2011
Média : cuivre
Nom du site : Centre communautaire d'Ottawa-Sud
Adresse du site : 260, avenue Sunnyside          
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2011-0102

En collaboration avec les membres de la collectivité d’Ottawa-Sud, Margo a élaboré l’imagerie qui a été estampée et perforée sur des panneaux de cuivre. Recueillies dans les archives jointes, les images sources de la maquette portent principalement sur les jardins et les espaces récréationnels des environs. Les images, les artéfacts et les histoires proviennent de résidents de la collectivité d’Ottawa-Sud. Cette dernière décrit en ces mots la sculpture commandée : C’est la célébration de la conversation entre l’identité architecturale passée et présente du Centre communautaire d’Ottawa-Sud.

Glacier

Jean-Yves Vigneau, Glacier, 1991

Titre : Glacier
Artiste : Jean-Yves Vigneau
Date : 1991
Média : aluminium et verre
Nom du site : Centre récréatif Jim-Durrell
Adresse du site : 1265, chemin Walkley
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 1991-0040 

La base en aluminium de la sculpture fait 16 pieds sur 6 pieds. La cime de la pyramide de verre, d’environ 4 pieds de haut, atteint une hauteur totale de 18 pieds. Tout comme une montagne et son sommet de glace.                                

La Ville d’Ottawa (OTT) a discuté avec l’artiste Jean-Yves Vigneau (JYV) en mars 2015 à l’occasion du 24e anniversaire du Glacier.

OTT : Quels sont vos souvenirs de fabrication de l'œuvre « Glacier » à partir il ya 24 ans ? 

JYV : L'image de cette sculpture m'est apparue en route vers Boston alors que je roulais sur la route qui contourne les White Mountains. C'était un gros projet en terme de volume. Je me souviens d'avoir retenu mon souffle en suivant le camion qui transportait la sculpture et qui passait sous les viaducs à Ottawa; on était à la limite de la hauteur permise. La pyramide en plexiglass au sommet de la sculpture a été construit dans mon atelier. Après toutes les tentatives de la sortir par la porte, il a fallu démonter une fenêtre de l'atelier pour la sortir.

OTT : Est-ce que votre perception de l'œuvre a changé depuis qu'il a été installé? Si oui, comment voyez-vous la sculpture présentement ? 

JYV : C'est une sculpture qui vieillit bien et qui est toujours pertinente en relation avec son lieu d'installation. Elle me semble avoir bien vieilli. Pour réaliser cette sculpture aujourd'hui, il en coûterait entre deux et trois fois le prix qu'elle a coûté lors de sa réalisation.

OTT : Pouvez-vous articuler un souhait d'anniversaire pour « Glacier » ?

JYV : J'espère qu'elle pourra vivre encore au moins 24 ans et que la Ville d'Ottawa continuera à faire le nécessaire pour la maintenir en bon état.

OTT : Sur quels projets travaillez-vous actuellement ?

JYV : Je travaille actuellement à quelques projets de recherche personnels grâce au soutien du Conseil des Arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec. Je réalise aussi une oeuvre permanente qui sera installée devant une caserne de pompiers à Gatineau en mai ou juin 2015.

Où le cœur aime, là est le foyer

Pat Durr, Où le cœur aime, là est le foyer, 1990

Titre : Où le cœur aime, là est le foyer
Artiste : Pat Durr
Date : 1990
Média : acrylique sur toile
Nom du site : Centre communautaire Heron
Adresse du site : 1480, rue Heron
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 1990-0030 

Au 3e étage du centre, l’artiste Pat Durr a créé une murale incurvée longue de 18 pieds. Essentiellement abstraite, l’œuvre fait appel à des couleurs enjouées et à des symboles abstraits qui l’associent à l’environnementalisme et aux complexités de l’existence. Le destin de la terre est une préoccupation constante pour Pat Durr. La grenouille est un indicateur environnemental important qui attire l’attention sur les dommages causés par l’activité humaine. La grenouille apprivoisée de son fils Sean a servi de modèle dans bon nombre de ses peintures. Les espoirs et les rêves que l’artiste entretient pour ses enfants sont représentés par ces images d’un monde naturel opulent. 

Depuis plus de 40 ans, Pat Durr consacre son énergie à la création d’œuvres en utilisant diverses techniques, allant de la peinture à la gravure, en passant par la vidéo. On perçoit dans toutes ses œuvres une exploration de la vie contemporaine et de ses répercussions sur l’environnement. Pat Durr a été élue nommée à l’Académie royale des arts du Canada en 1983 et s’est jointe à son conseil d’administration en 1984. Elle défend les droits des artistes au Canada depuis la fin des années 1960 et continue de jouer un rôle clé dans le développement des arts et de la culture à Ottawa.

Domaine du grand héron

Christopher Griffin, Domaine du grand héron (à l’extérieur). Plus d’informations sur l’œuvre d’art sont inclus dans le paragraphe suivant

Titre : Domaine du grand héron
Artiste : Christopher Griffin                   
Date :
2015
Média : béton
Nom du site :
 Le garage de stationnement du Glebe
Adresse du site : 170, avenue Second
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2016-0002 

Les animaux gravés et sculptés dans le béton des murs, des colonnes et du plafond nous guident à travers le bâtiment. Christopher Griffin a travaillé avec l’Ottawa Field-Naturalists' Club et le Musée canadien de la nature en vue de dresser une liste des espèces naturelles qui habitent dans les cours d’eau du Glebe, ou tout près. Chaque étage du garage de stationnement s’inspire d’un thème particulier et dispose d’un système d’orientation qui lui est propre.

  • 1er étage Poissons : lac Dow
  • 2e étage Amphibiens et reptiles : ruisseau Patterson
  • 3e étage Oiseaux : canal Rideau
  • 4e étage Mammifères : étang Brown 

Christopher Griffin, Domaine du grand héron (à l’intérieur). Plus d’informations sur l’œuvre d’art sont inclus dans le paragraphe suivant
Chaque animal est une espèce indigène du Glebe et représente la diversité des espèces et des écosystèmes qui existent au centre-ville. On oublie souvent que les citadins cohabitent de très près avec de nombreux animaux sauvages. Les œuvres de Griffin nous rappellent de faire attention à ces espèces et de célébrer la richesse du milieu naturel qui nous entoure.

Résident du Glebe, Christopher Griffin crée des murales et des sculptures uniques en béton depuis de nombreuses années. Le style de ses dessins s’inspire de l’art ancien que l’on retrouve sur les murs des cavernes. Ses images d’oiseaux, de poissons et de mammifères ont une signification toute particulière pour cet artiste et font souvent référence à la biodiversité.

Inflorescence

hanging sculture by Deborah Margo

Titre : L’Inflorescence
Artiste : Deborah Margo                        
Date :
2015
Média : cuivre
Nom du site :
 Service à la clientèle d’OC Transpo et Centre d’assignation de Para Transpo
Adresse du site : 925, chemin Belfast, Ottawa
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2016-0001

L’Inflorescence est une œuvre composée de cinq sculptures inspirées par les petites plantes qui poussent sur la tige centrale de la plante-araignée, appelées inflorescences. Pour l’artiste, Deborah Margo, L’Inflorescence représente l’interdépendance, principe qui s’harmonise bien aux valeurs d’OC Transpo.

À la main, l’artiste a taillé, martelé, puis assemblé des feuilles de cuivre pour créer diverses formes apparentées à des plantes. Le cuivre richement coloré et texturé reflète la lumière artificielle et naturelle.

Deborah Margo travaille à Ottawa à titre de sculpteure, d’écrivaine, de professeure et de jardinière depuis 25 ans. Bon nombre de ses œuvres s’articulent autour de la croissance et du changement, deux thèmes environnementaux au cœur de sa démarche.

Métabolisme de la paix : Triptyque vidéo

 A Video TriptychInstallation vidéo et techniques mixtes, 2011

Titre : Métabolisme de la paix : Triptyque vidéo
Artiste : c j Fleury                     
Date : 2011
Média : installation de médias numériques
Nom du site : Centre communautaire de Greenboro
Adresse du site : 363, promenade Lorry-Greenberg
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2011-0008

Le métabolisme est l’ensemble des processus chimiques qui assurent le maintien de la vie. Au-delà de la survie physique, cette œuvre d’art explore le corps et les idées énergétiques liés au bien-être et à l’esprit.

Créée avec l’aide de plus d’une centaine de participants de Greenboro, cette œuvre illustre différents âges et de nombreuses silhouettes et activités au moyen d’images en évolution. En manipulant les angles de la caméra, la vitesse et les couleurs, l’artiste a créé des compositions abstraites et familières, qui parlent de la beauté du corps en mouvement. L’œuvre de Fleury est une méditation sur la quête de la paix intérieure à l’aide de l’exercice et de la danse.

c j Fleury travaille avec différentes techniques, et elle est reconnue pour ses projets novateurs qui visent à faire participer le public au processus d’art créatif.

 A Video TriptychInstallation vidéo et techniques mixtes, 2011

M. Kurokawa

Daniel Young & Christian Giroux, M. Kurokawa (vue de l’aréna), 2014

Titre : M. Kurokawa
Artiste : Daniel Young & Christian Giroux
Date : 2015
Média : aluminium
Nom du site : Complexe récréatif Minto – Barrhaven
Adresse du site : 3500, chemin Cambrian
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2015-0002                       

Les deux sculptures modulaires suspendues au-dessus de notre tête, inspirées de l’œuvre du regretté architecte japonais très apprécié Kisho Kurokawa, proposent une vision utopique de l’avenir en exprimant des idéaux du passé dans un cadre contemporain. La dimension rétrofuturiste de M. Kurokawa agrémente l’espace en favorisant un dialogue entre l’ancien et le nouveau. Les nacelles suspendues au grillage de tubes d’aluminium reflètent les couleurs et les textures des surfaces présentes dans l’édifice. L’œuvre d’apparence à la fois industrielle et organique donne l’impression qu’elle continuera de croître dans l’espace.

Les artistes de renommée nationale Daniel Young et Christian Giroux collaborent depuis 2002 à la production d’œuvres sur l’architecture, l’aménagement urbain et l’espace public, en combinant leur connaissance de l’histoire de l’art et des plus récentes technologies industrielles.

Daniel Young & Christian Giroux, M. Kurokawa, 2014

Nautilus

Nautilus de Paula Murray. Plus d’informations sur l’œuvre d’art sont inclus dans le paragraphe suivant.

Titre : Nautilus
Artiste : Paula Murray
Date : 1990
Média : aluminium givré, céramique translucide
Nom du site : Hôtel de ville
Adresse du site : 110, avenue Laurier Ouest (œuvre suspendue au plafond à l’entrée de la rue Lisgar)
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2001-0361       

S'inspirant de la coquille en spirale du nautile, Paula Murray célèbre dans Nautilus le rythme simultané qui anime la nature et la société. La composition mathématiquement précise de la spirale symbolique déploie une énergie, une force et une unité remarquables dans l'œuvre. Vu d'en dessous du rez-de-chaussée ou sous l'angle normal au deuxième étage Nautilus révèle un sens aérien du mouvement grâce au jeu continu de la lumière et de l'ombre. L'aspect brillant et délicat de l'œuvre est obtenu par l'emploi d'arcs en porcelaine translucide. Chaque arc a été moulé séparément et cuit à 2 400 oF dans un four électrique pour obtenir la translucidité. Œuvrant dans son atelier de Chelsea (Québec), Paula Murray est une céramiste d'art depuis plus de vingt ans. Paula Murray est une des chefs de file des métiers d'art au Canada.

Patrouille de nuit

Erin Robertson, "Night Patrol" (Patrouille de nuit), 2009, techniques mixtes – peinture acrylique, résine durcie

Titre : Patrouille de nuit
Artiste : Erin Robertson
Date :
2009
Média : peinture acrylique, résine durcie
Nom du site :
 Poste de police - Ouest
Adresse du site : 211, promenade Huntmar
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2009-0053          

Patrouille de nuit orne le hall de l’entrée principale du poste de police. L’œuvre reflète le rôle du nouveau poste dans la communauté au moyen d’une scène représentant une voiture de police qui se déplace dans une rue par une nuit pluvieuse. Composition de complexes couches de peinture acrylique et de résine durcie, l’oeuvre crée une impression d’espace et de profondeur. Elle est peinte sur 16 panneaux de quatre pieds sur huit pieds chacun qui occuperont la quasi-totalité de la superficie de l’un des murs principaux du hall.

L’artiste dit avoir voulu « bien rendre l’énergie, la lumière et les mouvements qui sont propres à l’atmosphère d’une patrouille durant une nuit pluvieuse. » La surface très lustrée qu’Erin Robertson a créée au moyen de la résine époxy séchée ajoute une dimension de plus à son œuvre, car elle capte l’image des personnes qui entrent dans la station, faisant momentanément d’elles une partie intégrante de la murale.

Mémoire objective

polar bear

Titre : Mémoire objective
Artiste : Catherine Widgery
Date : 1993
Média : fonte en bronze et aluminium
Nom du site : L'édifice John G. Diefenbaker
Adresse du site : 111, promenade Sussex (cour)
Collection d'art de la Ville d'Ottawa : 1994-0005

Cette oeuvre de Widgery, une sculpture extérieure en bronze coulé et en aluminium composée de trois segments, jette un regard fantaisiste sur la relation entre la nature et l'ordre des choses imposé par l'homme. Un ours polaire au sommet d'une pyramide de constellations d'étoiles, un homme à bord d'un cône semblable à une fusée spatiale et un arbre coincé dans un cylindre de métal complètent le design de l'édifice, invitant avec espièglerie les observateurs à réfléchir à l'éternel équilibre entre l'homme et la nature. Le meilleur endroit où admirer cette œuvre est depuis l'arrière de l'ancien Hôtel de ville, au 111, promenade Sussex.

Resonance

Image de la sculpture de Maskull Lasserre, intitulé Resonance Image de la sculpture de Maskull Lasserre, intitulé Resonance

Titre : Resonance         
Artiste : Maskull Lasserre
Date : 2009
Média : bronze, acier inoxydable et calcaire
Nom du site : Centre des arts Shenkman
Adresse du site : 245, boulevard Centrum
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2009-0016

Resonance représente un piano droit fait de bronze martelé et d’acier inoxydable et un banc de piano partiellement sculpté dans un bloc de calcaire. Ce rocher, mis au jour lors de la construction du Centre des Arts Shenkman, constitue le trait d’union entre l’histoire naturelle du lieu et l’essence même du Centre en tant que foyer pour les arts. Le piano et le bloc reposeront sur une plateforme cimentée en forme de scène. Selon l’artiste, la scène encourage les visiteurs à participer à l’œuvre qui se veut un site de méditation matérielle ou un accessoire permanent de concert extérieur. Une reproduction de bronze et d’acier inoxydable du bloc original se trouve également aux côtés de l’œuvre sur la place.        

The Second Story

Kenneth Emig, The Second Story. Plus d’informations sur l’œuvre d’art sont inclus dans le paragraphe suivant

Titre : The Second Story
Artiste : Kenneth Emig             
Date : 2004
Média : bois, miroir, lampe fluorescente
Nom du site : Centre commémoratif Eva-James
Adresse du site : 65, promenade Stonehaven
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2004-0004       

Kenneth Emig, artiste visuel et multiartiste local, a réalisé les trois oeuvres encadrées constituées de lampes et de miroirs qui sont situées dans la rotonde. Par le jeu des multiples reflets, l'ensemble donne l'impression d'élargir l'espace architectural.  L'artiste espère susciter la curiosité et vous faire voir le monde avec une sensibilité et un regard neufs. Cette œuvre de commande intègre la vision de l'architecte, qui a tenu compte de la présence de collectivités rurales et d'entreprises de haute technologie dans la région au moment de concevoir l'immeuble et de choisir les matériaux qui le composent. Kenneth  Emig approfondit les notions d'optique, d'acoustique et de mouvement que lui inspirent son expérience comme multiartiste et ses travaux de recherche-développement en haute technologie.

L’étagère : 759-760

 759-760, 2004

Titre : L’étagère : 759-760
Artiste : Adrian Göllner 
Date :
2004
Média : aluminium et verre teinté
Nom du site :
 Bibliothèque publique d’Ottawa, Succursale Greenboro
Adresse du site : 363, promenade Lorry Greenberg, étage 2
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2006-0005                                   

Shelf: 759-760 est une composition abstraite dans laquelle la couleur, la texture et la position des morceaux de verre sont dictées par la reliure du premier livre sur chaque tablette de l'étagère portant les livres d'art à la succursale Greenboro. Le résultat est une grille à travers laquelle on peut voir et apprécier le rythme quotidien et le calme ordonné de la bibliothèque.

Artiste contemporain vivant à Ottawa, Adrian Göllner utilise divers styles et techniques pour créer des œuvres conçues pour leur emplacement propre, stimulantes tout en étant accessibles.

L’esprit d’OC Transpo

L'esprit d'OC Transpo de Bhat Boy

Titre : L’esprit d’OC Transpo     
Artiste : Bhat Boy
Date :
2014
Média : acrylique sur toile
Nom du site :
 Édifice administratif d’OC Transpo          
Adresse du site : 1500, boulevard St-Laurent    
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2015-0001                                             

L'artiste local Bhat Boy s'est inspiré des traditions de peinture médiévales et a tiré parti de sa passion pour l'histoire et la cartographie pour créer une image fantaisiste du réseau de transport en commun d'Ottawa. La peinture de 4,6 m de long présente 28 différents véhicules ayant servi au transport en commun au cours des 125 dernières années, tous rassemblés sous un magnifique ciel hivernal étoilé.

Afin de mettre en évidence le brillant avenir du transport en commun d'Ottawa, il a judicieusement fait apparaître le réseau de train léger sur rail à des croisements clés de sa peinture, en utilisant pour ce faire des jaunes et des roses chauds. Bhat Boy a travaillé à la planification, à la peinture et à l'installation de son œuvre alors même que se poursuivaient les travaux de construction de la Ligne de la Confédération.

Bhat Boy est reconnu pour sa contribution dynamique en tant que peintre, professeur et organisateur communautaire. Avec son style de peinture bien à lui, il ajoute à Ottawa une dimension fantaisiste inusitée. Voyageur infatigable, il emprunte les réseaux de transport en commun de partout dans le monde et divise son temps entre deux capitales : Ottawa, au Canada, et Londres, en Angleterre.  

L'esprit d'OC Transpo de Bhat Boy (détail).

Les marcheurs sur échasses

Stephen Brathwaite, Les marcheurs sur échasses. Plus d’informations sur l’œuvre d’art sont inclus dans le paragraphe suivant.

Titre : Les marcheurs sur échasses
Artiste : Stephen Brathwaite                  
Date :
2007      
Média : bronze 
Nom du site :
 Le complexe communautaire de West Carleton
Adresse du site : 5670, chemin Carp
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2008-0005

Au printemps 2008, Stephen Brathwaite, artiste de la région, installait deux marcheurs en échasses à West Carleton. Ces marcheurs vacillants, fabriqués en partie avec des moulages de personnes réelles, sont très détaillés par endroits et uniquement définis par des feuilles sur certaines parties de leur corps. Grâce à l’imagerie naturelle, notamment par la présence des feuilles et l’utilisation de jeunes arbres pour mouler les échasses, l’artiste associe ces silhouettes à la terre, évoquant ainsi la relation particulière qui unit la collectivité de West Carleton à son environnement rural.       

Toile de vision

Thoma Ewen et Gabriel Ewen, Toile de vision, 2010

Titre : Toile de vision    
Artiste : Thoma Ewen et Gabriel Ewen
Date : 2010
Média : tapisserie de tissus multiple et bois
Nom du site : Centre récréatif Albion-Heatherington
Adresse du site : 1560, chemin Heatherington   
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2010-0081                      

Toile de vision, projet dirigé par les artistes Thoma Ewen et Gabriel Ewen, est l’expression visuelle d’une collaboration créative interculturelle et intergénérationnelle. Plus de cent « messages de vision » du présent et de l’avenir, écrits par les membres de la collectivité d’Heatherington, sont cachés à l’intérieur de ces bannières de laine tissée suspendues au plafond du foyer.

L’équipe d’artistes a installé son métier à tisser portable au l’événement « Better Beginnings Better Futures » (Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur) du mois de juin 2010 et dans le Centre tout au long du mois de juillet 2010 afin d’enseigner le tissage, d’animer, de communiquer et de diriger le projet Toile de vision en collaboration avec les membres de tous âges de la collectivité. Ces derniers ont exprimé et partagé leurs espoirs, leurs rêves et leurs visions d’une collectivité pleine de vie, paisible et créative sur des morceaux de rubans et de tissus entrelacés un peu partout parmi les textiles.

Thoma Ewen est directrice artistique du Centre Moon Rain et Gabriel Ewen, coordonnatrice de projet au même endroit. Artiste tisserande primée et ancienne professeure à l’École d’art d’Ottawa, Thoma dirige des projets communautaires au Canada et en Europe. Gabriel, adjointe au Centre Moon Rain depuis plus de 12 ans, a étudié à l’Académie de Dessin de Mode Richard Robinson, à l’école Canterbury au programme des arts et à l’École d’art d’Ottawa.

Journée communautaire de tissage, 2010

Eau

Eau par Jennifer Stead, intègre au Centre récréatif François-Dupuis

Titre : Eau       
Artiste : Jennifer Stead
Date : 2013
Média : blocs de béton glacés
Nom du site : Centre récréatif François-Dupuis
Adresse du site : 2263, boulevard Portobello
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2013-0001                       

Eau fait entrer la force de la nature au centre récréatif François-Dupuis en explorant les différentes expressions et dispositions caractéristiques de l’eau. Cette œuvre, tout en soulignant les activités et les objectifs du centre aquatique, enrichit notre expérience de la piscine et notre relation avec l’eau.    

L’artiste s’est inspirée de dessins au fusain pour intégrer de larges espaces ouverts et des motifs abstraits aux panneaux en aluminium, afin de créer une composition dynamique qui décrit les mouvements et les reflets de l’eau, ainsi que quelques-unes des formes de vie qu’elle soutient.

Jennifer Stead peint des paysages depuis maintenant une vingtaine d’années. Ses œuvres se retrouvent dans diverses collections privées, publiques et d’entreprises partout au pays. Titulaire d’un baccalauréat en beaux-arts du Nova Scotia College of Arts and Design d’Halifax, elle possède également une maîtrise en beaux-arts de l’Université de Calgary.