Passer au contenu principal

Prix Karsh

Célébrer la photographie

À propos du prix Karsh

Fière d'honorer Yousuf et Malak Karsh, la Ville d'Ottawa a créé un prix commémoratif de 7 500 $ qui ira à un artiste professionnel établi pour souligner le caractère exceptionnel d'œuvres réalisées principalement au moyen de techniques photographiques. Le Prix est décerné tous les deux ans à un artiste d'Ottawa qui s'est engagé sérieusement à poursuivre l'excellence artistique dans cette discipline.

""

À propos des frères Karsh

En 1932, Yousuf Karsh ouvre son premier studio à Ottawa, sur la rue Sparks où il reste pendant 40 ans. En 1937, le frère de Yousuf, Malak, immigre au Canada pour étudier la photographie auprès de son frère. En savoir plus sur ces photographes emblématiques.

Yousuf Karsh

""

Yousuf Karsh naît en 1908 à Mardin, en Arménie (Turquie), et s'établit au Canada en 1924. Après avoir effectué de brèves études à Sherbrooke, au Québec, il reçoit pendant trois ans une formation de John Garo, un éminent photographe portraitiste de l'époque, originaire de Boston. En 1932, il ouvre son premier studio à Ottawa, sur la rue Sparks où il reste pendant 40 ans. Il déménage à l’hôtel Château Laurier en 1972. Tandis que son œuvre gagne en renommée, des membres du gouvernement, des hommes d'État en visite au Canada et d'autres dignitaires se présentent à lui afin qu'il les photographie.

Le portrait de Winston Churchill réalisé par Yousuf Karsh à Ottawa en 1941 conférera à l'artiste une grande notoriété sur la scène internationale. Cette photo deviendra d'ailleurs l'un des portraits les plus largement reproduits dans toute l'histoire de la photographie. Parmi les autres personnalités qu'il immortalisera sur pellicule au cours de sa carrière, notons Nelson Mandella, les présidents Kennedy et Clinton ainsi que leur épouse, Lester Pearson, Pierre Elliot Trudeau, le pape Jean Paul II, Eleanor Roosevelt et Albert Einstein. Des artistes tels que Pablo Picasso, Georgia O'Keefe, Andy Warhol, Stephen Leacock, Ernest Hemmingway, Luciano Pavarotti et Glenn Gould poseront également devant son objectif.

Yousuf Karsh publiera plus de dix livres entre 1946 et 2003 et collaborera à l'illustration de nombreux autres ouvrages. Nombre de ses portraits sont accompagnés d'un texte dans lequel il explique ses impressions sur le sujet photographié et l'expérience qu'il a vécue avec ce dernier. Yousuf Karsh nous quitte en 2002 tandis qu'il prépare son livre intitulé Karsh: A Biography in Images, qui fut publié en 2003 par le Musée des beaux-arts de Boston.

Tout au long de sa vie, Yousuf Karsh tiendra d'importantes expositions solos dans de grandes villes du monde entier. Certaines de ses œuvres font aujourd'hui partie des collections permanentes du Musée des beaux arts du Canada, du Museum of Modern Art et du Metropolitan Museum of Art de New York, du Chicago Art Institute, du Boston Museum of Fine Arts, de la National Portrait Gallery de Londres, de la Bibliothèque nationale à Paris, de la National Portrait Gallery d'Australie et de nombreux autres musées et galeries d'art du Canada et de pays étrangers.

En 1999, l'International Who's Who choisit Yousuf Karsh comme l'une des 100 personnalités les plus influentes du XXe siècle. Parmi les autres personnes figurant au palmarès, plus de la moitié ont été photographiées par Yousuf Karsh lui même. Ce dernier déclarera un jour : « Ma plus grande joie est de photographier des êtres d'exception, qu'ils soient humbles ou célèbres. »

Malak Karsh

""

Malak Karsh naît le 1er mars 1915 à Mardin, en Arménie (Turquie). En 1937, il émigre au Canada pour devenir l'apprenti de son frère, le célèbre photographe portraitiste Yousuf Karsh, qui lui apprendra les rudiments de la photographie. Malak Karsh se spécialisera ensuite en photographie industrielle et en journalisme d'illustration. En 1941, il ouvre son premier studio sur la rue Sparks à Ottawa, avec l'aide de sa secrétaire et assistante, Barbara Holmes, qui deviendra plus tard son épouse, son associée en affaires, sa compagne de vie et la mère de leurs quatre enfants. Tout au long de sa vie, Malak Karsh utilisera son prénom seulement pour nommer son entreprise et signer ses œuvres.

Les photos de Malak Karsh illustrant la capitale nationale submergée par une mer de tulipes vaudront à l'artiste une renommée internationale. En 1952, sa fascination pour ces fleurs l'amène à fonder le Festival canadien des tulipes d'Ottawa. Ses œuvres paraîtront dans de nombreuses publications internationales, y compris le Canadian Geographic et le New York Times. En outre, plusieurs de ses créations seront reproduites sur des timbres, le plus récent étant un timbre canadien représentant une tulipe. L'une de ses photos servira également à illustrer le billet canadien de un dollar. En 2000, Malak Karsh reçoit la clé de la Ville d'Ottawa et une rue est nommée en son honneur. Cette récompense s'ajoute à l'Ordre du Canada, au prix Charlotte-Whitton et à la médaille d'or de l'Office national du film du Canada déjà décernés à l'artiste.

Malak Karsh s'éteint en 2001, nous léguant tout un héritage de beauté dans ses ouvrages : Ottawa et la région de la capitale nationale; Canadian Museum of Civilization; Canada: The Land That Shapes Us, A Capital of Tulips; Les édifices du Parlement;Tulips et Malak's Canada.

01, leaving a legacy of beauty in his books: Ottawa and the National Capital Regions; Canadian Museum of Civilization; Canada: The Land That Shapes UsA Capital of TulipsThe Parliament BuildingsTulips; and, Malak's Canada.

Date limite pour la présentation de candidature

La date limite pour soumettre une présentation de candidature pour le prix Karsh de 2018 est le lundi 8 janvier 2018.

Formulaires de présentation de candidature

Veuillez nous contacter pour une copie des lignes directrices et des formulaires appropriés.

Coordonnées

Renseignements sur le programme

Pour obtenir des renseignements particuliers sur votre demande ou pour discuter de votre admissibilité, communiquez avec:

Marie-Christine Feraud 613-580-2424, poste 23915

Renseignements généraux

Pour des renseignements généraux ou pour commander les formulaires de demande :

Infoculture 613-580-2424, poste 29404

2017 Karsh - Continuum (Exposition spéciale)

Continuum – Des artistes du Prix Karsh accueillent une nouvelle génération

Commissaire : Melissa Rombout

Du 14 septembre au 22 octobre 2017

Afin de créer une chaîne intergénérationnelle de mentorat favorisant l’innovation basée sur des techniques photographiques, d’anciens lauréats du Prix Karsh ont sélectionné sept artistes émergents : Joi T. Arcand, AM Dumouchel, Leslie Hossack, Olivia Johnston, Julia Martin, Meryl McMaster et Ruth Steinberg. Présentée dans le cadre du 150e anniversaire du Canada, cette exposition célèbre l’avenir de l’art issu de la photographie.

Événement spécial et vernissage

Maire Jim Watson ouvrira officiellement l’exposition à la Galerie Karsh-Masson lors d’un événement spécial qui aura lieu le jeudi 14 septembre 2017 de 17 h 30 à 19 h 30, à l’Hôtel de Ville d'Ottawa, Place Jean Pigott, 110, av. Laurier Ouest. Cet événement ainsi que le vernissage sont ouverts au public. Nous espérons que vous serez en mesure de vous joindre à nous pour cette célébration d’excellence artistique.

Parcours avec le commissaire : le dimanche 24 septembre à 14 h

 

Le Prix Karsh 2016

Lauréat

La Ville d’Ottawa a le plaisir d’annoncer que le Prix Karsh 2016 a été attribué à Michael Schreier.

Communiqué de presse : L’artiste d’Ottawa Michael Schreier remporte le Prix Karsh 2016 

Michael Schreier, Self-Portrait for Dave, June 27, 2016

 

 

 

 

 


 

Michael Schreier, Self-Portrait for Dave, 27 juin 2016

Exposition

La Galerie Karsh-Masson a présenté l’exposition Le Prix Karsh 2016: Michael Schreier – Camera Obscura du 8 septembre au 16 octobre 2016.

Cérémonie de remise du Prix Karsh

Le prix a été remis le jeudi 15 septembre à la Galerie Karsh-Masson.

Untitled, 2016, digital print, 32 x 43 cm. Courtesy of the artist
Untitled, 2016, épreuve numérique, 32 x 43 cm. Gracieuseté de l’artiste

Untitled, 2016, digital print, 32 x 43 cm. Courtesy of the artist
Untitled, 2016, épreuve numérique, 32 x 43 cm. Gracieuseté de l’artiste

Commentaire du jury

C’est avec plaisir que le jury du Prix Karsh 2016 nomme Michael Schreier lauréat de cette prestigieuse distinction. L’artiste a grandement contribué à la scène photographique d’Ottawa par son exploration rigoureuse mais poétique du potentiel expressif de l’image photographique, et par l’enseignement et le mentorat qu’il offre aux jeunes artistes prometteurs. 

Son approche réfléchie de l’art a toujours été centrée autant sur l’acte de photographier que sur l’image elle-même. Schreier a sa façon bien à lui de dénicher pour ses portraits des sujets insolites, bien qu’ordinaires, ce qui permet à l’observateur de se concentrer sur la valeur expressive des images elles-mêmes, sans être biaisé par l’éventuelle notoriété des sujets. Le photographe a créé des séries de clichés, regroupés sous des titres aussi évocateurs que Tears for an Empty Desert, en 2004, et Comedy of Postures, en 1996, qui poussent l’observateur à chercher ce qui relie chaque image à la série et au titre. 

Dans son blogue Camera Obscura, il explore le lien entre les photos et la mémoire en amenant l’observateur à formuler une trame narrative qui accompagnerait les images, ainsi qu’en suscitant une réflexion sur le caractère éphémère de la photo (pourquoi ce moment plutôt que l’instant d’après?). Il juxtapose poésie, musique et images, créant ainsi une légère variation de l’essence de la photographie. Comment résumer la quête de sens dans les images que s’est donnée Michael Schreier? Il n’y aurait meilleure réponse que le titre et le contenu de sa série de 2009, Storyteller/Waiting for Words. 

Membres du jury : Eva Major-Marothy, Alain Paiement et Jeff Thomas