Ce site utilise JavaScript. Veuillez activer la fonction JavaScript dans votre navigateur et recharger la page pour voir le site complet.

Recommandations du Comité

Le Comité d'examen du design urbain se réunit le premier jeudi de chaque mois (sauf au mois d'août entre les années 2010-2012), à l'hôtel de ville, 110, avenue Laurier Ouest, Ottawa. Les recommandations du Comité sont fournies ici.

Le 2 et 3 juillet 2020

1330, avenue Carling et 815, rue Archibald | Examen officiel | Modification du Règlement de zonage et demande d’approbation du plan d’implantation | Collectif d’architectes Figurr; Fotenn Planning + Design

Résumé

  • Le Comité reconnaît l’importance du site et le besoin de changement dans le secteur. Par contre, il est préoccupé par la hauteur proposée du bâtiment au vu de la taille du site et de l’absence de transition avec le quartier adjacent.
  • Le Comité est satisfait des différents retraits, mais insiste fortement sur l’importance d’adopter l’approche de conception du socle, du milieu et du sommet et recommande d’avoir un socle solide. Il s’inquiète aussi de l’utilisation de matériaux foncés et de la couleur orange vif.

Hauteur et transition

  • Le Comité croit fermement que la hauteur et le volume du bâtiment proposé sont de trop grande échelle pour le site, et que la transition vers le quartier adjacent est inadéquate. L’acquisition d’une autre propriété pourrait améliorer le projet.
  • Le Comité doute que l’aménagement proposé contribuera à l’ambiance de quartier que la Ville veut créer sur l’avenue Carling à long terme.
  • Le stationnement en surface devrait être fermé et ceint d’un socle d’un ou deux étages pour bien se fusionner avec le quartier.

Forme bâtie

  • Le Comité recommande d’établir un lien plus fort avec la rue et de distinguer le socle de la tour dans sa facture.
  • Il faudrait une meilleure transition sur la rue Archibald, là où le trottoir est très étroit, comme la tour proposée a 24 étages et aucun retrait. La conception devrait comprendre un plus grand retrait, ainsi qu’un aménagement de finition et des arbres. Le retrait de la tour devrait être reculé de trois mètres en hauteur afin que la taille soit appropriée pour la rue Archibald.
  • Un membre du Comité mentionne que l’acquisition d’une autre propriété au sud pourrait aider à faire une transition en plan incliné.
  • Il est louable de considérer le socle et la tour comme un seul élément en forme de « L », mais il est difficile d’avoir un certain degré de précision avec des panneaux de métal, à moins d’utiliser des plaques de métal, qui coûtent très cher. Il est extrêmement ardu de revêtir la structure sur laquelle repose la conception présentée.
  • Le rez-de-chaussée semble conçu à une échelle inférieure par rapport au reste du bâtiment.
  • Le comité suggère de placer des installations le long du toit de sorte qu’il y ait une deuxième sortie à partir de la terrasse. Ainsi, le toit servirait entièrement d’aire d’agrément.

Expression architecturale et matériaux

  • Le Comité ne conseille pas l’utilisation de panneaux de métal, puisqu’ils peuvent poser problème en présence de plusieurs conditions météorologiques différentes.
  • La palette de couleurs pour le bâtiment est sombre et austère; elle devrait plutôt contribuer à créer une ambiance de quartier. Il serait avisé d’utiliser des éléments de facture résidentielle, comme la brique.
  • L’unité du coin nord-ouest du bâtiment sera exposée au soleil de fin d’après-midi; la conception devrait en tirer profit. Il faudrait explorer la possibilité de construire une façade vitrée.

1995, avenue Carling | Examen officiel | Modification du Règlement de zonage et demande d’approbation du plan d’implantation | Claridge Homes; EVOQ Architecture Inc.; Fotenn Planning + Design

Résumé

  • Le Comité a de sérieuses réserves quant à la densité du bâtiment proposé, la distance depuis la tour et les répercussions sur le paysage avoisinant existant et futur. De façon générale, le Comité est préoccupé par la densité et l’échelle de l’aménagement proposé, et est d’avis qu’un bâtiment de neuf étages – ce qui est autorisé par le zonage – serait approprié.
  • Le Comité indique que l’espace public autour du bâtiment pourrait être amélioré considérablement, et que la base du bâtiment gagnerait à adopter une expression plus forte dans les coins.

Intensité, distance et transition

  • Le Comité est d’avis qu’un bâtiment de cette taille à cet emplacement amène de sérieux problèmes d’aménagement et de design urbain. Le gros du problème, c’est que l’aménagement est trop dense pour le site; il serait plus approprié dans un centre-ville.
  • Quelques membres du Comité considèrent que le site correspond à une construction de hauteur moyenne vu les difficultés posées par la distance depuis la tour et le manque de séparation et de transition avec les bâtiments de faible hauteur au nord.
  • La proposition actuelle ne respecte pas l’intention décrite dans les Lignes directrices sur l’esthétique urbaine des édifices de grande hauteur.

Espace public

  • Le trottoir devrait être plus large, et il devrait y avoir de l’espace pour des arbres de rue.
  • La conception du rez-de-chaussée se trouverait grandement améliorée si le socle était inversé : il y aurait alors une entrée au coin, avec une petite avant-cour. Pour l’instant, l’entrée est cachée loin du coin, et on perd l’idée de recouvrir ce dernier.

Expression architecturale

  • Il faudrait, en plus de réduire considérablement la taille du bâtiment, raffiner l’expression architecturale de la tour en portant davantage attention au socle, au milieu et au sommet.
  • Le Comité a des réserves quant aux matériaux proposés et à l’articulation du bâtiment. Il est souvent utile de diviser le bâtiment et de grouper des étages plutôt que de le considérer comme un tout. Des éléments d’architecture pourraient être mis en évidence, et absents de certains étages.
  • La couleur foncée et l’effet d’îlot thermique urbain en découlant font aussi l’objet de réserves.
  • Il faudrait travailler davantage le socle du bâtiment pour qu’il soit plus près du sol, à échelle humaine. La conception actuelle donne l’impression que le bâtiment flotte.

6301, promenade Campeau | Examen officiel | Modification du Règlement de zonage et demande d’approbation du plan d’implantation | Bayview Hospitality Group; API Development

Résumé

Le Comité appuie les utilisations proposées, mais s’entend pour dire qu’il y a trop de stationnements en surface. Les membres sont plutôt en faveur de stationnements sur les rues privées ou les allées adjacentes au parc, mais pas de stationnements perpendiculaires le long de l’aménagement. La conception devrait se concentrer davantage sur l’expérience piéton, bonifiée par le paysage, afin de créer un sentiment d’appartenance par l’intégration de l’aménagement au parc.

Plan d’implantation et forme bâtie

  • Il s’agit d’un site unique, et l’aménagement proposé gagnerait à avoir des retraits graduels, des trottoirs larges et des arbres pour s’amalgamer à l’environnement.
  • L’interface avec le parc pourrait être améliorée au moyen d’un lien piétonnier sur la limite de propriété adjacente au parc.
  • Le terrain à vocation de parc est un atout pour le site. Il faudrait songer à moduler le 6e étage des bâtiments faisant face au parc en les haussant dans certaines zones, et en les abaissant dans d’autres. Cela créerait un mouvement dans le mur continu longeant le parc et contribuerait à intégrer le projet à son environnement.
  • Le Comité suggère d’examiner des exemples récents de conceptions de cours scandinaves, et d’envisager diverses formes bâties, comme des bâtiments en « L » qui permettraient d’avoir une cour qui s’ouvrirait sur le parc.
  • Le Comité propose de revoir l’accès à partir de la rue Cordillera, afin qu’il y ait une entrée qui ne donne pas sur le droit de passage. Il serait bon de penser à des approches de réduction de la circulation routière, plutôt que d’avoir deux entrées croisées.
  • À l’angle de la promenade Campeau et de la rue Cordillera, l’aménagement des unités ne devrait pas créer de mur sur Cordillera, mais peut-être faire en sorte que les coins soient articulés pour que le bâtiment donne sur la promenade Campeau et la rue Cordillera.

Parc de stationnement en surface

  • Voilà une occasion extraordinaire d’intégrer le bâtiment, le paysage et la circulation piétonnière à l’étape de conception du site afin de réduire la prédominance des voitures.
  • Une analyse de l’expérience des piétons sur le site contribuera à l’aspect communautaire du projet d’aménagement.
  • Il faudrait réduire l’espace de stationnement au coin nord-ouest et installer une petite esplanade avec de la végétation entre les habitations en rangée situées face à la promenade Campeau et l’entrée de cour à l’ouest.
  • Le demandeur est invité à examiner de plus près le lien entre la pente du terrain et la circulation routière pour améliorer la cohésion entre les habitations en rangée et l’espace ouvert adjacent, en évitant, idéalement, qu’ils donnent sur le parc de stationnement.

Rue principale

  • La rue principale doit être étudiée et peaufinée. Telle qu’elle est conçue, elle sera très achalandée, et l’expérience des piétons doit être bonifiée. Un terrain ou une aire d’agrément surélevée en parallèle avec la rue pourrait aider à définir l’espace.

390-394, rue Bank | Examen officiel | Demande de modification du Règlement de zonage | Urban Capital; RAW Design; Fotenn Planning + Design

Résumé

Le Comité félicite le requérant pour le design raffiné de sa proposition. Il y aurait toutefois matière à améliorer celle-ci en harmonisant la hauteur du mur de rue (plan horizontal de référence) du 4e étage avec l’emprise étroite de la rue Bank et la forme bâtie existante de la rue.

Forme bâtie et matériaux

  • Le Comité recommande la réalisation d’une étude approfondie en vue de créer un mur de rue adapté au contexte. Il préconise plus précisément de renforcer le plan horizontal de référence du 4e étage pour qu’il s’intègre mieux à la forme bâtie et aux hauteurs observées sur cette rue principale.
  • La forme du bâtiment est très recherchée, mais il y aurait lieu d’améliorer l’intersection avec la rue James en réduisant la façade de briques côté rue Bank pour créer un angle en verre, et en abaissant la hauteur de l’angle à quatre étages pour l’aligner sur la façade sud.
  • Si les étages supérieurs étaient gris au lieu de noirs, ils se fondraient davantage dans le décor et contribueraient au renforcement du plan horizontal de référence sur la rue Bank. 
  • Il faudrait envisager de réduire les ouvertures de l’élévation sud, puisque le bâtiment jouxte un terrain vague.

5506, rue Manotick Main | Demande d’approbation du plan d’implantation | Examen officiel | Lloyd Phillips and Associates Ltd.

Résumé

Dans l’ensemble, le Comité est favorable à cet ajout positif à la rue Manotick Main, en ce lieu qui constitue un point d’accès. Il recommande toutefois plusieurs améliorations, entre autres la simplification des matériaux et de l’expression architecturale du bâtiment et la reconfiguration du parc de stationnement.

Contexte

  • Le Comité appuie la démarche du requérant visant à faire de cet aménagement un point d’accès, et approuve la configuration des lieux, soit le bâtiment en bordure de rue et le stationnement derrière.
  • Sur une rue principale éclectique comme la rue Manotick Main, l’élément qui unifie le mieux les aménagements est le paysage de rue. Il sera donc primordial d’harmoniser l’espace public pour qu’au fil du temps, celui-ci contribue de manière positive au caractère de la rue.

Conception du bâtiment et matériaux

  • Le Comité approuve la taille du bâtiment dans ce contexte.
  • Il faudrait envisager d’accroître la hauteur du rez-de-chaussée et de renforcer les éléments verticaux de l’expression architecturale plutôt que ses éléments horizontaux. Le Comité recommande de supprimer le mur incliné qui donne sur la terrasse pour que le bâtiment s’intègre mieux au contexte de rue principale traditionnelle.
  • Le Comité suggère de créer une fenestration plus harmonieuse en uniformisant la hauteur et la taille des fenêtres et en abandonnant le bandeau vitré.
  • Il faudrait envisager de tracer des angles droits aux coins du bâtiment, ce qui pourrait réduire les frais de construction.
  • Le Comité recommande fortement de simplifier le traitement de la façade et d’atténuer l’expression du bâtiment en réduisant la palette de matériaux à un ou deux éléments. Vu le contexte et la taille du bâtiment, il préconise la pierre et la brique rouge et déconseille le stuc à cause de sa mauvaise durabilité.
  • Toujours concernant les matériaux, le Comité propose les idées suivantes :
    • Il y aurait lieu de mettre verticalement en valeur la partie centrale de la façade avant en la prolongeant du sommet au sol avec un seul matériau. On pourrait utiliser un matériau pour les parties intercalaires et un autre matériau pour le reste.
    • Cmme l’édifice de la banque qui se trouve en face, il serait intéressant de créer une solide fondation en pierre, surmontée d’une façade en briques.
    • Le traitement d’angle saillant qui fait éch à l’édifice de la banque contribue à l’effet « point d’accès » quand on entre dans le village. Il y a lieu de renforcer cet effet en utilisant un seul matériau pour l’angle, comme décrit ci-dessus.
    • Si la façade est en pierre, il faudrait la prlonger sur toute la hauteur du bâtiment, compte tenu de son apparence structurale.

Configuration des lieux

  • Dans l’ensemble, le Comité est favorable à la configuration des lieux, notamment le fait qu’il y ait une terrasse à l’angle et que le parc de stationnement et son entrée soient situés à l’arrière.
  • Il y aurait lieu de revoir la configuration du parc de stationnement qui, pour l’instant, est quelque peu inefficace et inaboutie. Il faudrait simplifier cette configuration et accroître la surface consacrée aux aménagements paysagers, peut-être en augmentant la taille des îlots de verdure. L’espace serait également amélioré par l’installation de pavés.
  • Le Comité recommande de déplacer la remise à poubelles au coin arrière du site pour améliorer l’entrée arrière du bâtiment et faciliter l’accès des véhicules de collecte des déchets.

Terrasse d’angle

  • Le Comité est très favorable à la terrasse d’angle, surtout le fait qu’elle soit intégrée au paysage et abritée par le mur de soutènement. Cet effet pourrait d’ailleurs être amplifié par l’ajout d’un treillis. 
  • Sans perdre l’effet « abri », il serait de bon ton de renforcer la présence de la terrasse à l’angle. Une plus grande ouverture viendrait en effet dynamiser l’intersection et l’espace public.

1040, rue Bank | Demande d’approbation du plan d’implantation | Windmill Development Group Ltd.; Hobin Architecture; Lloyd Phillips and Associates Ltd.

Résumé

Le Comité est très favorable à ce projet et suggère surtout des améliorations d’ordre architectural. Le plan d’implantation et la volumétrie sont bien pensés et aboutiront à un très bel aménagement.

Contexte

  • Dans l’intérêt du personnel, le promoteur devrait produire des rendus hivernaux du point de vue du canal. Selon la saison, le couvert feuillu ne sera pas toujours présent, et dans ce cas, la façade sera plus visible.
  • Il faudrait continuer à se pencher sur l’éclairage du bâtiment et ses effets sur les rues voisines – notamment le degré de luminosité qui proviendra des balcons –, et envisager de recourir à l’éclairage des bornes de protection, des éléments paysagers et des entrées pour illuminer le paysage de rue.

Conception du bâtiment

  • Le Comité recommande de réduire l’incidence de l’escalier extérieur et de rehausser l’aménagement paysager de l’avenue Aylmer.
  • Il faudrait envisager de remplacer les entrées doubles des habitations en rangée par des entrées individuelles et de réorienter l’habitation de coin pour que son entrée avant donne sur la rue Galt, afin d’animer davantage la façade côté Galt et augmenter la surface consacrée aux aménagements paysagers côté Aylmer.
  • Le début de la pente des garages pourrait être déplacé à la limite de propriété, ce qui permettra d’abaisser légèrement les garages, et possiblement de supprimer quelques marches sur Aylmer.
  • Il se peut que les balcons en saillie soient une distraction fortuite. On pourrait relier les quatre piliers de la façade côté Galt du bâtiment de six étages par un linteau en pierre.

Référence à l’église

  • Dans l’ensemble, le Comité approuve la référence contemporaine à l’église voisine et recommande de parfaire la proposition pour renforcer ce lien.
  • Il faudrait continuer à étudier les matériaux du pignon des habitations en rangée et envisager de les harmoniser davantage à ceux du pignon de l’église. Il se peut que le matériau noir proposé pour l’instant soit trop dominant.
  • Les habitations en rangée s’agencent bien à l’église, mais elles devraient aussi avoir un caractère qui leur est propre. Il faudrait par exemple revoir les arcs qui surplombent les entrées.

Aménagements paysagers

  • Les pavés de l’entrée de cour devront être conservés dans la proposition.
  • Il y aurait lieu de prolonger la jardinière qui borde la façade côté Galt des habitations en rangée vers l’entrée de cour pour mieux cacher les garages.

Le 5 juin 2020

Plan secondaire du secteur de la Station Gladstone | Examen officiel | Modification du Plan officiel | Ville d’Ottawa

Résumé

  • Le Comité était heureux d’avoir l’occasion d’examiner le plan et est conscient de l’occasion prometteuse qu’offre ce projet pour repenser à long terme un secteur négligé de la ville.
  • Le Comité appuie l’idée de mettre l’accent sur les piétons et les cyclistes, mais croit que le plan gagnerait à prévoir des liaisons plus solides et directes pour tous les moyens de transport, entre autres en offrant un réseau routier plus régulier et en diminuant le nombre de culs-de-sac.
  • Bien qu’il soit généralement en faveur d’une densification du secteur, particulièrement le long du corridor de transport en commun, le Comité a des réserves quant au nombre de tours et à la hauteur prévue des bâtiments.

Densité et forme bâtie

  • Le Comité est généralement d’avis que la densité proposée est trop importante pour ce secteur. Il appuie l’objectif d’une densification plus marquée le long du corridor de l’O-Train et près des stations de transport en commun, mais le nombre de tours et leur hauteur suscitent des réserves. Les objectifs de débit piétonnier et concernant les rues principales seraient atteignables par la création d’un quartier principalement de moyenne hauteur, parsemé de quelques immeubles de grande hauteur.
  • Le Comité recommande de nuancer davantage la stratégie concernant la forme bâtie le long de la rue Preston et de l’avenue Gladstone afin de mieux respecter l’échelle des bâtiments existants et la répartition diversifiée actuelle des utilisations. Une série d’immeubles de six étages pourrait éroder la personnalité de ces voies que distinguent des façades de terrain étroites et des bâtiments de faible hauteur.
  • La façade des bâtiments sur le sentier longeant le corridor de l’O-Train ne devrait pas avoir l’apparence de l’arrière d’un bâtiment. Elles devraient donner sur les espaces piétonniers et contribuer à les animer.
  • L’impression générale est que la densité visée nécessite des installations supplémentaires.

Réseau routier et intégration des voies

  • Le Comité est d’avis que la proposition serait plus solide si elle évitait les « méga-îlots » et les culs-de-sac, et privilégiait un réseau plus régulier de voies aux utilisations plus finement calibrées.
  • Le Comité recommande des liaisons plus directes qui traversent le quartier, et des voies plus accessibles par tous les moyens de transport – y compris les voitures. Le Comité salue la stratégie visant à décourager la circulation de transit, mais croit tout de même que compte tenu de la densité visée, il serait préférable de prévoir des voies de transport plus solides, plus directes et moins restrictives.
    • Renfrcer la liaison est-ouest entre la rue Laurel et la passerelle. Il faudrait privilégier une promenade de type woonerf qui priorise les piétons, mais permet tout de même une circulation automobile lente.
    • Il serait préférable que la liaisn nord-sud passant sous le pont Somerset soit prolongée vers le sud plutôt que de s’interrompre brusquement.
    • Il faudrait prlonger la rue B vers le nord plutôt que de l’interrompre.
    • Examiner la pssibilité d’aménager une rue au nord du parc pour scinder le méga-îlot.
  • Le Comité appuie les liaisons piétonnes et cyclistes proposées, mais recommande d’améliorer leur représentation graphique : il est essentiel de les conserver dans le plan, et elles sont actuellement difficiles à voir.

Espace ouvert

  • L’esplanade ou l’espace public appartenant à des intérêts privés sur l’avenue Gladstone sera importante. L’espace devra être d’une taille au moins équivalente à celle de l’esplanade du World Exchange Plaza.
  • Le Comité comprend les motivations derrière la concentration du parc en un seul bloc, mais craint que la configuration actuelle ne limite la circulation entre les rues du quartier et Somerset.

 

450, rue Rochester et 367, 369, 371, rue Preston | Examen officiel | Modification du Plan officiel, modification du Règlement de zonage, et demande d’approbation du plan d’implantation | Aberdeen-Preston Holdings ltée; Arnon; Hobin Architecture

Résumé

  • Le Comité s’est montré très favorable à cet aménagement de grande qualité, surtout pour ce qui est de l’enveloppe de bâtiment, de l’architecture et de la stratégie de plantation d’arbres. Les commentaires vont généralement dans le sens d’une meilleure gestion de l’espace public et d’un peaufinage de l’architecture.

Espace public et architecture paysagiste

  • Les espaces publics et privés doivent être coordonnés de telle façon qu’ils offrent le plus d’espace possible au plus grand nombre – un souci d’autant plus important si on tient compte des besoins qui émergeront dans l’après-COVID-19.
  • Le Comité recommande de peaufiner la conception de l’espace public de la rue Aberdeen et de mieux définir le chemin piétonnier de propriété publique menant vers le complexe de la rue Booth.
    • La planche de culture n’est pas l’apprche recommandée; elle réduirait l’espace disponible pour un trottoir et nuirait à l’accessibilité.
    • La gémétrie de la bordure est également problématique à cet égard.
    • Il faudrait déplacer les buches d’aération aux coins du woonerf, ou à tout le moins les aligner avec la bordure du bâtiment.
  • Il faudrait envisager un aménagement paysager plus cohérent : sur la rue Beech, déplacer les quatre arbres en face de la pharmacie et du marché d’alimentation vers la bordure de la rue pour les aligner sur les autres et leur permettre de mieux pousser.
  • L’esplanade en coin sur la rue Preston est un bel ajout à l’aménagement. Le Comité recommande d’inviter les résidents du secteur à participer à la programmation (et à celle de l’espace qui en déborde) pour améliorer sa popularité. Il faudra veiller à ce que la qualité et l’emplacement des feux de circulation et des poteaux électriques ne nuisent pas à la qualité de l’espace.
  • L’esplanade en coin sur la rue Preston doit être clairement conçue comme un réel lieu public et ne pas risquer d’être confondue avec une terrasse de restaurant. Elle doit être ouverte sur l’espace public.
  • La conception de la rue de type woonerf est excellente; on pourrait toutefois envisager d’en faire une rue à sens unique, au moins au sud de l’entrée du garage.

Conception du bâtiment

  • Le Comité est généralement favorable à la forme bâtie et à l’architecture proposées, surtout pour ce qui est de l’approche de volumétrie en niveaux décalés et l’expression architecturale de la base.
  • La conception et le choix des matériaux du socle en brique donnent un très beau résultat; toutefois, le soffite au coin des rues Preston et Beech pourrait être amélioré.
  • Le Comité recommande de reculer le hall et l’entrée de la partie résidentielle, voire tout le passage de sept étages, plus loin que la ligne des tours dans l’élévation de la rue Aberdeen afin de dégager plus d’espace pour les piétons dans l’espace public, et interrompre quelque peu la suite de façades.
  • Les édifices historiques du complexe de la rue Booth présentent une esthétique particulière dont pourrait s’inspirer le présent projet. Plutôt que d’avoir de la brique rouge aux étages supérieurs, on pourrait utiliser des matériaux faisant écho à ceux des édifices voisins pour la base du côté de la rue Rochester.
  • Il faudrait trouver des occasions de faire un peu descendre la brique des étages supérieurs vers la base, de façon à lier visuellement les deux niveaux et d’éviter l’effet des briques flottant sur une base de verre.
  • Le Comité recommande d’explorer la possibilité de scinder en trois ou en quatre la façade sur la rue Preston afin de mieux respecter le rythme et l’échelle de la rue.
  • Il faudrait repenser l’emplacement de l’entrée du garage public et du marché d’alimentation de la rue Beech, ou les reculer et les intégrer au marché d’alimentation pour dégager plus d’espace public.
  • Les logements d’une chambre situés dans les coins intérieurs du bâtiment en U posent problème et reçoivent peu de lumière. Le Comité recommande de les reconvertir en espaces de rangement, ou de les intégrer aux autres logements.
  • En alternant les logements de chaque côté de la cour intérieure, on pourrait réduire les problèmes d’intimité créés par l’aménagement d’unités face à face.
  • Les éléments architecturaux du toit de la tour devront être pensés avec soin, car ils seront visibles de la route.
  • On pourrait envisager l’intégration de toits verts dans les endroits où ne sont pas prévues des aires d’agrément; on favoriserait ainsi l’émergence d’un microclimat favorable entre autres aux abeilles.

 

112, chemin de Montréal et 314, rue Gardner | Examen officiel | Modification mineure du Règlement de zonage et demande d’approbation du plan d’implantation | Manor Park Management inc.; Woodman Architect & Associates; Levstek Consultants; Momentum Planning and Communications

Résumé

  • Le Comité n’a pas offert son soutien au projet tel qu’il est proposé actuellement, ce qui tranche beaucoup avec les résultats de la séance précédente d’examen approfondi de la conception. Les principaux commentaires sont axés sur la réduction de la superficie au sol des tours, la réduction de la hauteur du socle, la réorganisation et la simplification de la circulation sur le site et la simplification de l’expression architecturale des bâtiments.
  • Le Comité recommande une séance d’examen approfondi de la conception réunissant le personnel, l’équipe de conception et quelques membres du Comité pour retravailler la conception.

Volumétrie et conception du bâtiment

  • Le Comité a de sérieuses réserves quant à la volumétrie des bâtiments tels qu’ils sont proposés.
    • La densité ttale est beaucoup trop importante pour le site, et la superficie au sol des tours est beaucoup trop étendue. Toute l’échelle du projet devrait être réduite.
    • Le scle est actuellement trop haut, et on recommande fortement de le limiter au plus à six étages. À huit étages, le bâtiment sera perçu comme un simple bâtiment de moyenne hauteur, et l’effet de socle disparaîtra.
    • C’est surtut près de la limite ouest de la propriété que la volumétrie doit être réduite. Le retrait actuel de 10,6 m n’offre pas une transition suffisante vers les rues environnantes.
  • Les matériaux et les formes curvilinéaires des bâtiments (autant sur le plan que sur l’élévation) laissent une impression d’espace institutionnel plutôt que résidentiel et tranchent avec le style de Vanier. On recommande que seuls les socles soient de forme courbe et que les tours elles-mêmes soient rectilinéaires.
  • Le Comité recommande de revenir à l’approche de design urbain adoptée précédemment pour la proposition, en réduisant le nombre de tours de quatre à trois (sans pour autant augmenter la superficie au sol de chacune). L’aménagement est certes passé à trois tours, mais la densité globale du projet a augmenté.

Espace ouvert et aménagement paysager

  • Les volutes et le coloris du paysagement sont intéressants, mais pourraient être plus cohérents. Les couleurs pourraient par exemple servir d’élément organisateur pour délimiter certaines installations, comme les terrains de jeu et les stationnements pour vélos.
  • Le Comité pourrait se rallier à l’idée d’un miniparc au sud du site, le long de la promenade Vanier, mais il lui faudrait avoir une idée plus claire de ce qui est proposé. Pour l’instant, on pourrait croire qu’il s’agit simplement d’un espace oublié et sous-aménagé.
  • La promenade Vanier se démarque par sa végétation abondante, et le Comité appuie la stratégie d’un retrait paysagé dans cette zone. On recommande toutefois d’y rétrécir la largeur des chemins menant aux bâtiments, et de les parsemer de quelques arbres pour assurer une meilleure continuité.

Circulation

  • Il faudrait regrouper et éliminer certains éléments de circulation au coin sud-ouest du site pour simplifier l’organisation de l’espace. Actuellement, l’aire de débarquement, le carrefour giratoire et l’entrée du garage de stationnement compliquent la circulation et le passage des piétons.
  • Le Comité recommande fortement d’intégrer la rampe d’accès au stationnement à la base du bâtiment pour éviter qu’elle n’entrave les déplacements piétonniers.
  • Le lien piétonnier qui part de la promenade Vanier et longe le bâtiment jusqu’à la cour centrale sera probablement trop sombre et trop long pour être un espace agréable.
  • L’échelle de la volumétrie et la géométrie du bâtiment produiront probablement un couloir de vent qui posera problème pour les espaces piétonniers.

1357, chemin Baseline | Examen officiel | Demande d’approbation du plan d’implantation et dérogation mineure | Smart Centres REIT; Groupe Sélection; ACDF Architecture

Résumé

  • Le Comité appuie ce projet et croit qu’il donnera un élan positif à la rue.
  • Le Comité souligne que le traitement des matériaux au moment de la construction devra être très minutieux pour produire l’effet présenté dans les rendus.
  • Le Comité a soumis plusieurs recommandations visant à rendre l’espace public appartenant à des intérêts privés plus accueillant, à permettre aux arbres d’atteindre la taille qu’on voit dans les rendus et à bâtir des espaces sécuritaires et accessibles à tous.

Conception du bâtiment

  • Le Comité aime l’apparence du bâtiment et l’effet qu’il crée, et salue l’excellence de la conception des balcons courbés. L’architecture répond bien à la fonction du bâtiment.
  • Il sera important de choisir les matériaux avec soin et de les travailler minutieusement au moment de la construction pour parvenir à produire l’effet présenté dans les rendus. Par exemple, il faudra veiller à appliquer un enduit blanc sur le béton sous les balcons, ou alors le teindre, pour obtenir un résultat qui soit aussi vif et net que sur les rendus. Le dessous des balcons sera bien visible depuis la rue.
  • Il faudra éviter d’utiliser des panneaux d’aluminium ondulés pour les séparateurs de balcon : il serait alors nécessaire d’installer des cadres sur et sous les panneaux, ce qui nuirait au style épuré du design. On suggère de recourir à des panneaux de métal courbés pour atteindre l’effet des rendus.
  • Le Comité reconnaît la nécessité de distinguer les façades commerciale et résidentielle, mais il lui semble que le côté résidentiel est mal défini. Les étages qui touchent au niveau du sol doivent être traités plus soigneusement.
  • Il faudrait envisager de placer les entrées du principal espace commercial exclusivement du côté ouest, pour permettre d’abaisser l’esplanade et d’en améliorer l’accessibilité.

Espace public appartenant à des intérêts privés et aménagement paysager

  • La conception en jardins de l’espace public appartenant à des intérêts privés est élégante et offrira une vue agréable depuis les balcons, mais le Comité craint que l’espace ne soit pas assez accueillant pour le grand public et qu’une trop grande partie en soit pensée comme une avant-cour. Il faudrait rapprocher du bâtiment les sections de jardins les plus denses, s’assurer qu’elles soient visibles de la rue, et offrir plus d’endroits où s’asseoir, plus bas et plus près de la rue.
  • Plutôt que de faire descendre l’esplanade en pente graduelle jusqu’à la rue, on pourrait concevoir des terrasses étagées.
  • L’espace public appartenant à des intérêts privés serait beaucoup plus attrayant s’il était orienté vers l’intérieur du terrain (tout en demeurant accessible à tous). Dans le contexte, des terrasses orientées vers la rue seraient sans doute peu fréquentées. On ferait de cet espace public un endroit spécial, et il faudrait installer des bancs y faisant face.
  • Comme le garage de stationnement sous l’espace public appartenant à des intérêts privés n’est pas creusé très en profondeur, il est peu probable que les arbres atteignent la taille qu’on voit dans les rendus. Il faudrait envisager de réduire un peu la superficie du niveau P1 du garage pour laisser assez d’espace à la terre et aux systèmes racinaires.
  • Les arbres de rue sur le chemin Baseline devraient longer le coin et suivre l’avenue Clyde.
  • Le Comité a plusieurs préoccupations liées à l’accessibilité du bâtiment et à l’espace public appartenant à des intérêts privés, surtout avec la maison de retraite projetée. Il faudrait peut-être ajouter des rampes aux marches à vocation de bancs, sur l’esplanade en coin, ce qui risque de gâcher l’effet recherché. La question nécessite réflexion. Il pourrait être préférable de créer une simple pente ou de plus petits îlots de marches.
  • Il faudra réfléchir aux liaisons avec le réseau routier extérieur en ayant en tête les besoins d’accessibilité des résidents du bâtiment. Il faudra prévoir des liaisons solides et sécuritaires pour permettre aux résidents à mobilité réduite de se rendre à pied au centre commercial voisin, aux arrêts d’autobus, etc.

 

100, croissant Bayshore | Examen officiel | Modification du Plan officiel, modification du Règlement de zonage, et demande d’approbation du plan d’implantation | Ivanhoé Cambridge et KingSett Capital; Lloyd Phillips & Assoc.; Hobin Architecture

Résumé

  • Bien que la conception élégante du bâtiment plaise au Comité, celui-ci a généralement l’impression que la densité proposée réduirait trop la distance de séparation des tours, compliquerait les opérations sur le site et empiéterait sur de possibles aires d’agrément et espaces verts.
  • Le Comité a recommandé de modifier l’orientation des tours et d’en diminuer le volume, de rendre l’avant-cour conviviale pour les piétons, et d’élaborer une stratégie d’aménagement et de liaisons pour le secteur environnant.

Contexte

  • Le Comité recommande que la Ville lance un plan global de coordination du secteur environnant pour savoir comment coordonner les chemins et les liaisons entre ces quartiers et l’aménagement proposé.
  • Il faudrait étudier la possibilité de partager l’entrée de cour avec le terrain adjacent à l’ouest lorsque celui-ci sera aménagé. Il y aura potentiellement, à terme, de nombreux bateaux de trottoir et entrées de cour le long de cette rue.

Espace public

  • La conception de l’espace public est, selon le Comité, le principal point faible de la proposition.
  • On recommande fortement de repenser l’avant-cour, qui n’est essentiellement qu’une voie d’arrêt et un stationnement. Une partie du stationnement en surface devrait être éliminée et convertie en esplanade ou en jardin d’agrément plus conviviaux pour les piétons.

Volumétrie

  • Le Comité avait des réserves quant à la densité proposée, qui a selon lui une incidence négative sur la distance de séparation des tours, l’espace ouvert et l’aménagement paysager, et qui entraînerait des difficultés opérationnelles – par exemple pour la collecte des déchets. On pourrait réduire la taille ou la superficie au sol des tours, ou repenser la proposition pour n’avoir qu’une seule tour.
  • Le Comité appuie la suggestion du personnel de modifier l’orientation de la tour est pour offrir une meilleure distance de séparation des deux tours.
  • On pourrait envisager de placer la plus haute tour à l’est, et la plus basse à l’ouest.

Conception du bâtiment

  • De façon générale, le Comité appuie l’expression architecturale du bâtiment, et tout particulièrement la simplicité du design des tours, l’étage vitré et les proportions du socle. Le stationnement est habilement camouflé dans le socle.
  • Le Comité recommande au promoteur de poursuivre sa réflexion sur la fonctionnalité de l’intérieur du socle, et plus particulièrement sur la collecte de déchets. À l’heure actuelle, de nombreuses difficultés opérationnelles sont probables.
  • Il faudrait envisager d’autres usages possibles pour le rez-de-chaussée du socle, par exemple une aire d’agrément intérieure ou des logements avec entrée privée. Une trop grande part de l’espace du rez-de-chaussée et de l’extérieur est actuellement réservée à des éléments fonctionnels, comme le stationnement et les déchets.
  • Il faudrait concevoir l’espace de stationnement intérieur de façon à en faciliter la conversion potentielle : il pourrait être sous-utilisé du fait de la proximité du transport en commun.
  • Le Comité recommande de continuer à réfléchir aux mesures d’atténuation possibles des désagréments causés par la proximité du terminus d’autobus, qui risque d’être très bruyant aux heures de pointe.
  • Le Comité a des réserves sur les couleurs sombres de la tour. De telles teintes ont tendance à mal vieillir sous l’effet du soleil.

 

1335 et 1339, rue Bank | Examen officiel | Modification du Plan officiel, modification du Règlement de zonage, et demande d’approbation du plan d’implantation | Lofty Riverside GP inc.; Lloyd Phillips & Assoc.; Hobin Architecture

Résumé

  • L’impression générale du Comité est qu’il s’agit là d’un très beau bâtiment, situé toutefois sur un trop petit terrain, ce qui pourrait avoir des effets négatifs sur les terrains voisins et l’espace public de la rue Bank. Pour limiter ces problèmes, le Comité recommande d’explorer la possibilité de passer une entente sur la distance de séparation avec le voisin, de réduire la taille du socle, d’aménager un espace public appartenant à des intérêts privés et de déplacer la voie d’arrêt et la rampe de stationnement.
  • Plusieurs commentaires visent l’amélioration de l’expression architecturale du bâtiment.

Contexte

  • Le Comité recommande fortement au promoteur d’explorer la possibilité de passer une entente sur la distance de séparation avec le propriétaire du terrain voisin, sans laquelle ce site pourrait ne pas pouvoir accueillir d’immeuble de grande hauteur. La proximité projetée de la ligne de lot deviendrait problématique si le terrain voisin devait être réaménagé.
  • Avec l’aménagement situé de l’autre côté de la rue Bank, ce site fera en quelque sorte office de porte d’entrée du quartier. Il serait dommage que les deux sites ne se fassent pas davantage écho; on pourrait par exemple aménager les espaces publics appartenant à des intérêts privés face à face, chacun en coin, en plus de déplacer la tour vers le sud et de réduire la hauteur du socle à un niveau équivalent à celui de l’autre bâtiment.

Tour

  • Le Comité recommande de réduire la superficie au sol de la tour, ou peut-être de prévoir des logements larges mais peu profonds du côté est, afin d’accroître la distance de séparation avec le terrain voisin. Il faudrait décaler la tour le plus à l’ouest possible.
  • Le Comité aime bien l’effet de lanterne créé par le sommet de la tour, mais soumet plusieurs recommandations visant à en renforcer l’expression :
    • Intrduire dans la tour un élément vertical plus prononcé qui sera couronné par la lanterne;
    • Faire davantage éch au style entrepôt exprimé à la base de la tour;
    • Chisir des couleurs plus claires pour la cabine de machinerie, les couleurs actuelles faisant diversion de la lanterne.
  • Le Comité appuie l’étage vitré, mais considère qu’il devrait être décalé par rapport à la tour plutôt que sur un même plan.
  • On pourrait envisager d’éclaircir les tons de la tour, qui pourrait sinon alourdir la façade sur la rue Bank. On pourrait peindre en blanc la section du milieu pour éclaircir la façade ouest.

Socle

  • Le Comité recommande de réduire le socle à quatre étages.
  • Le Comité appuie l’idée de scinder le socle en trois volumes, mais croit que cette orientation pourrait être mise en valeur avec des variations de plans entre les volumes et des hauteurs différentes, même au prix d’une réduction du socle de la tour.
  • Certains membres du Comité suggèrent de ne pas trop accentuer le caractère historique de l’architecture du socle.
  • Le Comité recommande de déplacer la rampe de stationnement, qui créerait un espace mort sur la rue Bank. Il serait préférable à cet endroit d’aménager un commerce.

Espace public

  • Trop d’éléments dans l’espace public de la rue Bank – voie d’arrêt, sentier polyvalent, arrêt d’autobus, arbres de rue et mobilier urbain – nuiront à l’expérience piétonnière.
  • Le Comité conseille fortement de supprimer l’aire de débarquement sur la rue Bank, ou de la placer ailleurs.
  • Un espace public appartenant à des intérêts privés améliorerait considérablement la proposition, surtout s’il était aménagé face à l’espace de l’autre côté de la rue Bank.

Développement durable

  • Le Comité recommande de réfléchir à d’autres mesures de développement durable que les seuls systèmes mécaniques.

Le 1 mai 2020

1399, AVENUE U (ANCIENNEMENT 530, CHEMIN TREMBLAY) | Examen officiel | Demande d’approbation du plan d’implantation | Groupe CLV; Project1 Studio

Synthèse

  • Le Comité confirme qu’il appuie en grande partie le projet. La proposition est un bon exemple d’aménagement intercalaire de faible hauteur, et le concept de rue partagée (de style woonerf) est excellent.
  • Il reste cependant d’importantes faiblesses à corriger dans le plan d’implantation, notamment le décalage entre les bâtiments et la disposition actuelle de l’îlot, l’emplacement du stationnement en surface et des entrées de garage, et la qualité des espaces piétonniers et de l’architecture paysagiste.

Plan d’implantation

  • Le Comité croit fermement que le décalage entre l’avenue T et l’espace piétonnier central entre les deux bâtiments sera perçu comme une erreur et constituerait une occasion ratée.
  • Les membres ont exprimé des réserves concernant la proportion d’espace réservé aux automobiles. L’entrée de garage et l’ampleur du stationnement en surface nuiront aux espaces piétonniers et à la mobilité.
    • Le Cmité croit fermement que l’emplacement proposé pour l’entrée du garage souterrain nuira à la création d’un espace ouvert central.
    • Les sept places de statinnement du côté nord nuiront aussi à la mobilité des piétons; on recommande donc qu’elles soient supprimées ou relocalisées du côté sud des bâtiments.
  • S’il n’est pas possible de supprimer les places de stationnement en surface, le site pourrait être disposé autrement pour régler ce problème, par exemple :
    • Déplacer les bâtiments vers le nrd pour faire place au woonerf et au stationnement en surface du côté sud.
    • Aménager l’allée principale à l’endrit où l’on propose de mettre le woonerf, la longer de places de stationnement sur rue et éliminer le stationnement à l’arrière.
    • Aménager le trttoir du côté sud du woonerf, entre le stationnement et les terrasses (plutôt que du côté nord).

Conception des bâtiments

  • Le Comité appuie l’architecture du projet, une conception exemplaire pour un aménagement de cette taille.
  • Il recommande d’élever les terrasses de quelques marches au-dessus du niveau du sol et d’en adoucir les contours avec des végétaux. Ainsi, les terrasses seront plus accueillantes, et les unités seront protégées de la lumière des phares et des gaz d’échappement.
  • Le Comité confirme sa recommandation concernant les unités résidentielles-professionnelles à deux étages, à aménager principalement du côté nord, face à l’esplanade.
  • Il faudrait reconfigurer le plan d’étage pour que les aires d’agrément intérieures et les halls principaux donnent sur l’esplanade centrale.

Architecture paysagiste

  • Le woonerf est une excellente idée, mais le plan d’aménagement paysager manque de détail. On pourrait se servir de cette occasion pour bonifier les espaces piétonniers sur l’ensemble du site.
  • Tous les végétaux proposés semblent assez près du sol. Le Comité recommande d’y intégrer des spécimens de grande taille, surtout autour des terrasses au niveau du sol, pour protéger ces dernières des phares et des gaz d’échappement. Des spécimens denses et élevés, comme des cèdres, seraient parfaits le long de l’extrémité sud du site, pour masquer la voie ferrée.
  • Il serait bien de tirer des leçons de la conception du parc Lansdowne en prévoyant plus d’arbres et d’espaces verts et en intégrant des mesures de protection. Sinon, on pourrait ajouter des bordures-caniveaux au woonerf.
  • Il faudrait ajouter plus de passages pour piétons (si l’allée piétonnière n’est pas relocalisée du côté sud). 
  • Le Comité appuie l’intégration d’un thème ferroviaire à l’architecture paysagiste. Les « rails » pourraient aussi être aménagés en direction est-ouest, parallèlement au vrai chemin de fer, pour mieux reprendre le thème.

339-341, RUE GLOUCESTER | Examen officiel | modification mineure du Règlement de zonage et demande d’approbation du plan d’implantation | Roderick Lahey Architects; FOTENN, firme d’urbanisme et de design urbain

Synthèse

  • Le Comité appuie en grande partie l’expression architecturale de la proposition, mais croit fermement que sans les ententes juridiques correspondantes avec les propriétés voisines, la taille de l’édifice sera source de conflits; ce n’est pas le type de bâtiment qui devrait être priorisé à Ottawa.
  • Plusieurs changements ont été proposés pour parfaire l’architecture et renforcer la base de l’édifice.

Masse du bâtiment et contexte

  • Le Comité a d’importantes réserves concernant la taille de l’édifice et les conflits qu’il créerait avec les propriétés voisines. Si ces dernières décident d’adopter une conception semblable, la distance entre les tours ne serait pas assez grande pour favoriser de bonnes conditions de vie.
  • On recommande d’adapter la proposition pour qu’elle respecte mieux les lignes directrices de la Ville pour les édifices de grande hauteur ou de conclure des ententes juridiques avec les propriétés voisines pour assurer une distance de séparation adéquate dans l’avenir.

Conception du bâtiment

  • La base de l’édifice semble trop courte et manque de prestance au niveau de la rue. Il faudrait chercher des moyens de renforcer sa présence pour en faire un vrai socle, par exemple en la prolongeant sur deux étages.
  • Le Comité appuie en grande partie le diagramme de parti net proposé ainsi que l’effet de damier utilisé pour faire alterner les matériaux foncés et clairs sur la façade avant.
  • Pour créer cet effet de damier, il est recommandé d’alterner la profondeur de chaque segment d’au moins un mètre.
  • On recommande d’ajuster l’emplacement des balcons pour que le dessous ne soit pas aligné avec le bord des segments. Le bord de chaque segment du damier devrait être entièrement visible.
  • Le Comité appuie l’effet impressionnant et pourtant léger de la conception pour le haut de l’édifice. On pourrait mettre en valeur l’espace blanc vierge par un effet de lanterne illuminée.
  • On pourrait aussi utiliser d’autres couleurs que le noir et le blanc; ce n’est peut-être pas la meilleure combinaison pour le contexte. De plus, le noir attire la chaleur et pourrait mal vieillir.
  • Le Comité exprime des réticences concernant la taille des unités, qui semble très restreinte.

Le 6 mars 2020

246, rue Gilmour | Examen officiel | Demande de modification du Règlement de zonage, Patrimoine et Demande de réglementation du plan d’implantation | Robertson Martin Architects; Novatech

Synthèse

  • Le Comité est conscient des difficultés exceptionnelles de ce site et souligne les efforts louables de l’architecte du projet.
  • Il recommandait fortement d’améliorer le traitement au niveau du sol et le lien entre la cour latérale et l’immeuble d’appartements voisin.
  • Les autres changements recommandés consistaient à simplifier la matérialité de l’ouvrage et à adopter une approche plus contemporaine dans la conception de l’immeuble.

Lien avec l’immeuble d’appartements

  • Le Comité recommande fortement au promoteur de continuer de se pencher sur les moyens d’améliorer l’état de la cour latérale entre le complexe proposé et l’immeuble d’appartements à l’ouest. L’objectif devrait consister à mieux éclairer l’espace et à résoudre les problèmes d’intimité.
  • Il faudrait envisager de déplacer le cœur du bâtiment vers l’est et de rogner des parties de la masse sur la façade ouest. En rognant davantage la masse à l’ouest, on pourrait réorienter les fenêtres pour éviter qu’elles donnent directement sur la propriété voisine.
  • Il faudrait éventuellement réaménager l’espace entre les deux bâtiments, en prévoyant une allée piétonnière sur l’ensemble du site afin de les séparer un peu plus.
  • Il faudrait utiliser un matériau de construction plus pâle sur la façade ouest, ce qui permettrait d’éclaircir l’ensemble.
  • La Ville pourrait éventuellement offrir d’assouplir la marge de retrait du côté de la rue Gilmour si le promoteur augmentait la marge de retrait de la cour latérale sur la façade ouest.

Rez‑de‑chaussée et plan d’implantation

  • Conscient de l’état du circuit de surverse des eaux pluviales sur la rue Lewis, le Comité demande quand même au promoteur d’abaisser éventuellement les élévations du bâtiment pour les rapprocher du niveau du sol sur la rue Gilmour (dans toute la mesure du possible) afin d’accroître la hauteur entre le plancher et le plafond du rez‑de‑chaussée.
  • Il faudrait reconsidérer les entrées en retrait du bâtiment. Le Comité recommande d’enfermer les entrées dans un vestibule et de rapprocher de la rue les portes avant.
  • Il faudrait éliminer l’une des places de stationnement proposées du côté de la rue Lewis afin d’établir un lien plus positif avec le domaine public et le plan d’implantation du rez‑de‑chaussée.

Conception et élévations de l’immeuble

  • Il faudrait se pencher sur une expression plus contemporaine de la conception de l’immeuble, tout en continuant de respecter le caractère patrimonial du secteur :
    • il faudrait augmenter la surface vitrée;
    • il faudrait éliminer la pierre et simplifier l’expression de la façade donnant sur la rue Gilmour en utilisant exclusivement la brique et le verre ou en modifiant les matériaux quand on change de plan;
    • l’appartement-terrasse pourrait éventuellement être traité différemment et être essentiellement vitré;
    • il est recommandé de mettre en retrait l’appartement-terrasse.
  • La corniche évidente de la façade latérale n’est sans doute pas nécessaire. Le Comité recommande de rendre la façade plus discrète en utilisant un seul matériau sur toute la façade jusqu’au toit. Cette façade restera probablement un point de mire pendant encore longtemps.

Architecture paysagiste

  • L’espace prévu pour l’architecture paysagiste est limité dans la marge de retrait; il faudrait par contre envisager de planter des espèces d’arbres colonnaires pour assurer l’intimité, ce qui donnerait l’occasion d’intégrer encore plus de verdure. Ce paysagement s’harmoniserait avec un traitement plus contemporain du rez‑de‑chaussée en augmentant la surface vitrée. On a donné l’exemple de la Maison Casey à Toronto, qui constitue un précédent valable.

1098, chemin Ogilvie et 1178, avenue Cummings | Examen officiel | Modification du Plan officiel et du Règlement de zonage | KWC Architects; Pierre Martin & Associés Architectes; Lapalme Rheault Architectes et Associés

Synthèse

  • Les membres du Comité remercient le promoteur de sa collaboration avec le personnel et le Comité dans le cadre de la séance consacrée à l’examen de la conception. La proposition a été nettement améliorée.
  • Le Comité se dit généralement d’accord avec la proposition : il s’agira d’un complexe important, qui viendra créer un précédent dans un secteur qu’il faut densifier.
  • Il est nécessaire de continuer de mettre au point le réseau piétonnier et d’améliorer l’expérience offerte aux utilisateurs, la conception de l’immeuble de l’hôtel et l’architecture de la plus grande tour.

Contexte

  • Il faudrait continuer d’étudier l’harmonisation de tout le secteur du point de vue de l’aménagement du lieu, des points d’accès et de la lisière et de l’intégration du paysage et de la gestion des eaux pluviales.
  • Puisque le reste de cet imposant quadrilatère continuera d’évoluer, l’espace du parc central et les panoramas spectaculaires de l’église Notre‑Dame‑de‑Lourdes pourraient servir de fil directeur du contexte. Il faudrait éventuellement adapter l’aménagement interne des rues du site afin d’ouvrir, à partir du chemin Ogilvie, un couloir panoramique menant à l’église.

Conception de l’immeuble

  • Le Comité est favorable à la hauteur proposée des socles.
  • Il recommande de faire la distinction entre l’immeuble de l’hôtel et le reste du socle et du complexe. Il faudrait concevoir l’immeuble pour donner l’impression qu’il fait partie de la même « famille », en le nuançant architecturalement pour qu’il ressorte et se distingue.
  • Il faudrait éliminer la lourdeur au sommet de la plus haute tour. On devrait plutôt profiter de l’expression de la toiture pour définir la silhouette et en faire le point de mire du complexe. Sous cet angle, la façade donnant sur le chemin Cyrville est mieux réussie.
  • Il faudrait se pencher sur les options permettant de donner à l’hôtel une meilleure présence publique au niveau du sol.
  • Il faudrait éventuellement abaisser le stationnement en deçà du sous‑sol de la piscine afin d’établir une meilleure liaison entre la piscine et les espaces‑jardins.
  • Il serait préférable d’aménager le jardin proposé dans la partie résidentielle du complexe, ce qui permettrait de capter la lumière du jour dans l’avant‑midi et tard dans la journée.
  • Il faudrait peut-être aménager la piscine à l’intérieur, éventuellement au niveau du sol. Elle serait mieux utilisée toute l’année si elle était installée à l’intérieur du complexe.

Expérience piétonnière

  • Le Comité recommande au promoteur de continuer d’étudier le caractère des rues, l’expérience piétonnière et le réseau de sentiers piétonniers sur l’ensemble du site.
    • Les liaisons directes seront absolument essentielles pour atteindre les objectifs de l’aménagement axé sur le transport en commun. Le domaine piétonnier prévoit des tournants, conformément à la proposition.
    • Il faudrait s’assurer que tous les sentiers sont sécuritaires et accessibles au public, qu’ils sont « visibles depuis la rue » et qu’ils sont bien éclairés.
    • Il faudrait éviter les murs aveugles comme celui du garage de stationnement et continuer de profiter des occasions de mieux animer le complexe au niveau du sol.
  • Il faudrait réévaluer la conception de la zone de débarquement pour veiller à ce qu’elle s’apparente davantage à une rue.
  • On devrait envisager de planter une rangée supplémentaire d’arbres à la lisière de l’avenue Cummings pour mieux définir le périmètre de l’hôtel, et d’en planter une deuxième rangée au bord de la rue.

7 février 2020

1050-1060, rue Bank | Examen officiel | Demande de réglementation du plan d’implantation | KWC Architects; James B. Lennox & Assoc.; Holzman Consultants Inc.

Vue en plongée du plan d’implantation entre l’avenue Aylmer, la rue Bank et l’avenue Euclid
Photo conceptuelle de l’immeuble

Résumé

  • Le Comité fait savoir qu’il est très favorable à ce projet, à son évolution et à la contribution qu’il apportera au quartier. Il fait plusieurs recommandations pour mettre au point le plan.

Plan d’implantation

  • Le Comité est favorable au rétablissement de la ruelle arrière et est heureux de constater que la marge de reculement a été augmentée. Il est désormais possible d’aménager un hall d’entrée traversant.
  • Le Comité reconnaît qu’il faut aménager des places de stationnement pour les véhicules; il recommande toutefois de prévoir sur le site d’autres places de stationnement pour les vélos.

Conception de l’immeuble

  • La proposition a bien évolué par rapport à la version précédente; la définition simplifiée de la volumétrie et de l’articulation architecturale s’intègre mieux avec le site. L’harmonisation de la rupture de la façade avant avec l’entrée principale, les proportions affinées des façades latérales et les logements sur deux étages donnant accès au toit affirment avec force les transformations architecturales de la proposition.
  • Il faudrait envisager d’intégrer dans la façade avant une deuxième rupture, comparable à celle de l’entrée principale, éventuellement entre deux établissements commerciaux proposés, si l’« établissement commercial 2 » est fractionné en deux locaux.
  • Les coins en renfoncement et le décollement des matériaux sont justifiés.
  • Le Comité est partagé quant à la nécessité d’installer une enseigne dans l’entrée principale. On pourrait produire un effet comparable en renforçant l’expression architecturale des coins et en traitant la partie supérieure pour lui donner une fonction de repère.
  • Il semble que l’on n’ait pas profité de l’occasion de miser sur les panoramas absolument magnifiques offerts par le bâtiment sur le canal Rideau.
  • Il faudrait s’assurer que les balcons en porte‑à‑faux du coin ne sont pas conçus pour faire des économies. Une colonne de soutènement nuirait à la conception du coin le plus important du bâtiment.

Matérialité

  • L’utilisation de matériaux naturels de grande qualité mérite des éloges.
  • Le traitement en pierre du socle dans le coin sud‑est (là où l’on propose d’aménager le café) devrait recouvrir entièrement le coin de la façade donnant sur la rue Bank.
  • Il est recommandé de faire appel à du verre fritté pour les balcons afin de masquer tout ce qui viendra inévitablement les encombrer.
  • Il faudrait envisager de faire appel à un système de murs‑rideaux plutôt qu’à un mur‑fenêtre.

2070, rue Scott | Examen officiel | Demande de modification du Règlement de zonage et Demande de réglementation du plan d’implantation | Azure Urban Developments Inc.; Quadrangle Architecture; Stantec

Plan d’implantation visant l’aménagement d’un immeuble à la hauteur de la rue Scott
Photo de l’immeuble à la hauteur de la rue Scott

Résumé

  • Le Comité est d’accord avec l’expression architecturale générale du bâtiment, mais s’inquiète de constater que selon la proposition, le bâtiment est trop dense et trop haut pour le site et le contexte.

Volumétrie

  • Le Comité estime que la densité et la hauteur proposées pour le bâtiment ne sont pas adaptées à ce site ni au contexte. En théorie, il croit qu’il faudrait favoriser une plus grande densité non loin de la station de transport en commun et que cette densité devrait se réduire en aval de la rue Scott.
  • Le Comité recommande de réduire à trois ou quatre étages la hauteur du socle. Le socle de six étages est moins problématique sur la rue Scott, et peut‑être aussi sur l’avenue Churchill; il faut toutefois l’abaisser sur l’avenue Winona et du côté sud du complexe pour qu’il corresponde au quartier dans lequel les immeubles sont de faible hauteur.

Conception de l’immeuble

  • L’expression architecturale du bâtiment est très élégante; or, elle ne réussit pas suffisamment à réduire la masse apparente ni l’impact sur le contexte. Il faut vraiment rompre l’aspect monolithique de la tour, peut‑être dans un « plan en L ».
  • La façade sud du socle paraît sous‑articulée, compte tenu de la probabilité que les piétons empruntent l’allée piétonnière arrière. Il faut se pencher sur les moyens d’enjoliver cette façade, en intégrant d’autres entrées ou en la dotant d’une certaine transparence.
  • Il sera important de bien paysager les rues qui entourent le bâtiment. Les arbres représentés dans les rendus sont imposants; or, en réalité, il n’y a probablement pas suffisamment de place pour ces arbres.
  • Il faut s’assurer que le toit végétal du côté du complexe donnant sur l’avenue Winona est suffisamment végétalisé. Il est nécessaire d’en faire un espace d’agrément approprié.
  • Il faudrait se pencher sur les moyens de réduire la prépondérance des quais de chargement et des garages de stationnement, qui nuiront au paysage de rue.

10 janvier 2020

1980, chemin Ogilvie (Centre Gloucester - phase 1) | Examen officiel | Demande de modification du Règlement de zonage | First Capital; Roderick Lahey, architecte; FOTENN Planning + Design

Résumé

  • Il s’agit d’un projet important et inédit; le Comité est d’accord avec l’ambition du promoteur de construire une tour résidentielle non loin d’une station de transport en commun.
  • L’aménagement d’un domaine piétonnier plus affirmé devrait constituer la priorité absolue de cette proposition. Le Comité est conscient des défis du contexte; or, puisque la vision à long terme consiste à urbaniser le centre commercial, ce projet devrait définir l’orientation des éventuels projets d’aménagement.

Lien avec le domaine public

  • Le Comité recommande de renforcer la contribution apportée par l’édifice au domaine piétonnier en animant les premiers étages de l’immeuble sur la façade nord. L’objectif devrait consister à donner l’impression que le domaine piétonnier évoque moins l’arrière de l’édifice et rappelle davantage un paysage urbain.
    • Prévoir une plus grande marge de reculement du côté nord de l’immeuble afin d’aménager un espace assez vaste pour planter des arbres sur le bord de la rue (au lieu de les adosser à l’immeuble) et pour élargir le trottoir.
    • Déplacer le stationnement souterrain intérieur du rez‑de‑chaussée ou le décaler du côté sud de l’immeuble afin d’accroître la surface de verre de la façade et d’aménager d’autres îlots d’animation du côté nord.
    • Se pencher sur la possibilité de construire un pavillon de verre au premier et au deuxième étages. Un établissement de détail dont la hauteur serait doublée permettrait de mieux mettre en valeur le commerce de détail.
    • Envisager de repenser le hall résidentiel de l’immeuble pour en faire un hall d’entrée traversant, doté d’une entrée imposante du côté nord.
    • Animer la passerelle piétonnière du deuxième étage en la vitrant.

Conception de l’immeuble

  • Il faudrait prêter une attention particulière au deuxième étage de l’immeuble, à la liaison piétonnière qui traverse le centre commercial et à la passerelle prévue pour les piétons. Il faudrait mettre en évidence la passerelle et le deuxième étage et en faire des points de mire en ajoutant du verre. Il faudrait assouplir la conception : le deuxième étage pourrait éventuellement devenir un espace d’agrément.
  • Se pencher sur les possibilités de reproportionner la tour pour qu’elle soit plus en pointe en pointe et moins rectangulaire.
  • Abriter la zone de dépose des véhicules du côté sud pour éviter qu’elle soit à ciel ouvert. On pourrait ainsi encadrer le couloir de transport de l’électricité voisin et améliorer le style urbain de ce projet d’aménagement.

Haut-commissariat du Royaume-Uni (140, promenade Sussex) | Examen officiel | Demande de réglementation du plan d’implantation | HOK Architects Corporation; CSW Landscape Architects; Novatech Engineering Consultants Ltd.

Résumé

  • Le Comité félicite le promoteur pour sa vue d’ensemble du contexte historique, son approche rationnelle dans l’implantation de l’immeuble et sa description détaillée du traitement proposé pour la façade. Il est généralement favorable à l’approche conceptuelle et à l’orientation adoptées à cette étape.
  • Il recommande d’approfondir l’étude de l’impact contextuel du projet d’aménagement proposé et de sa matérialité, surtout en ce qui a trait aux panoramas offerts à partir du pont Macdonald-Cartier et de la rivière.

Considérations contextuelles

  • Le Comité se demande comment la couleur blanche éclatante de la porcelaine, la taille et le coloris de la salle mécanique du toit et la très grande horizontalité de la proposition s’intégreront dans le paysage et sur l’avant‑scène de l’édifice Lester‑B.‑Pearson.
  • Le promoteur devrait déposer des rendus photoréalistes du projet d’aménagement à partir du point de vue panoramique du pont Macdonald‑Cartier et de la rivière des Outaouais pour permettre d’étudier l’impact visuel du projet d’aménagement sur le paysage et sur la toile de fond.

Conception de l’immeuble

  • Le Comité voit généralement d’un bon œil l’approche moderne adoptée dans la conception de l’immeuble et les liens entre les deux volumes et la résidence Earnscliffe.
  • Il faut continuer de se pencher sur les possibilités de réduire l’impact visuel de la salle mécanique du toit.
    • En réduire la taille grâce à un ascenseur à étrier de cabine supporté, en installant la salle des machines de l’ascenseur en sous-sol ou en installant l’équipement au rez‑de‑chaussée.
    • Repenser les moyens de masquer la salle mécanique, de l’habiller d’un parement et de la doter d’un coloris particulier.

Matérialité

  • Le Comité félicite le promoteur d’avoir choisi des matériaux de parement d’aussi grande qualité; il se demande toutefois comment ces matériaux s’intégreront visuellement dans le contexte. Il faudrait se pencher sur d’autres palettes de coloris, par exemple le gris ton sur ton, ce qui permettrait d’améliorer également les jeux d’ombres.
  • Il faudrait penser à mieux établir le lien avec la résidence historique Earnscliffe grâce à la matérialité. La pierre calcaire, rythmée avec de la céramique, pourrait peut‑être évoquer une interprétation de l’immeuble dans le style du XXIe siècle.

Architecture paysagiste

  • Il faudrait s’assurer d’étudier attentivement l’impact de ce projet d’aménagement sur les arbres existants. Il serait préférable d’enlever et de remplacer les arbres dans la phase des travaux de construction, au lieu de les laisser dépérir lentement et aussi longtemps.