Ce site utilise JavaScript. Veuillez activer la fonction JavaScript dans votre navigateur et recharger la page pour voir le site complet.

Série de conférences sur la faune

Aperçu

Dans le cadre de sa Stratégie de gestion de la faune, la Ville d'Ottawa a lancé une série de conférences sur la faune qui visent à accroître les connaissances des résidents sur la faune, à la leur faire mieux comprendre et à promouvoir une coexistence fondée sur la compréhension et le respect. À chaque conférence, un ou plusieurs conférenciers aborderont un sujet lié à la saison durant laquelle elle a lieu. Une exposition liée à l'environnement et présentée sous la forme d'une séance portes ouvertes aura lieu en même temps. Elle comprendra des présentations par des organismes et groupes locaux et fournira aux résidents d'autres occasions d'en apprendre davantage sur la faune urbaine d'Ottawa et sur l'environnement naturel ainsi que sur des initiatives environnementales locales. Toutes ces activités sont offertes gratuitement.

Deux conférences sont habituellement prévues chaque année dans le cadre de cette série, une ayant lieu au printemps et l’autre à l’automne. Des renseignements détaillés sur chaque conférence de la série seront affichés, deux ou trois semaines à l'avance, sur le site Web de la Ville. Les infolettres des conseillers municipaux, les médias sociaux et des affiches aux installations de la Ville en feront la promotion. Si vous souhaitez que votre nom soit ajouté à la liste de diffusion de la série de conférences sur la faune afin d’être au courant des activités à venir, veuillez communiquer avec nous.

Veuillez nous envoyer un courriel pour nous faire connaître vos commentaires ou vos recommandations au sujet des conférences ou suggérer un sujet de conférence ou le nom d'un conférencier.

Fenêtres d’intervention : rendre nos maisons plus sûres pour les oiseaux

Publié: 
jeudi, 4 mars 2021, 8 h 36
Mise à jour: 
mercredi, 22 septembre 2021, 15 h 05

Dates et heures

mercredi, 31 mars 2021, 19 h 00

Une vidéo de la présentation est maintenant affichée sur:

Conférencière : Willow English, Safe Wings Ottawa

Les fenêtres permettent à la lumière naturelle d’éclairer nos demeures et nos lieux de travail, et ouvrent parfois sur des vues époustouflantes du monde extérieur. Malheureusement, la majorité des oiseaux sont incapables de distinguer la barrière solide que constituent les fenêtres et autres surfaces transparentes ou réfléchissantes. Des milliers d’entre eux se blessent ou meurent chaque année à Ottawa à la suite de collisions avec des immeubles et d’autres structures. La pollution lumineuse, la nuit, se révèle également nuisible aux oiseaux migrateurs et à d’autres espèces sauvages. Nous pouvons tous concourir à l’atténuation de ces risques. Dernièrement, la Ville d’Ottawa a élaboré des Lignes directrices de conception sécuritaire pour les oiseaux à appliquer dans la planification et l’examen de nouveaux immeubles. Grâce à cette présentation de la Série de conférences sur la faune, les résidents sauront mieux reconnaître et atténuer les risques pour les oiseaux autour de leurs maisons. Nous espérons que vous pourrez vous joindre à nous!

Safe Wings Ottawa est un organisme local de bénévoles dévoués qui s’affairent à sensibiliser davantage le public et à faire de notre ville un endroit plus sûr pour les oiseaux. Ces bénévoles ont apporté un soutien essentiel à l’élaboration des lignes directrices de la Ville et continuent de prodiguer des conseils aux résidents, de même qu’aux propriétaires et aux gestionnaires d’immeubles désireux de réduire les risques pour les oiseaux. De plus, ils surveillent les collisions des oiseaux dans la ville et procurent des services de secours aux oiseaux blessés.

Willow English est une candidate au doctorat en biologie de l’Université Carleton dont les travaux portent sur les oiseaux de rivage nicheurs de l’Arctique. Elle œuvre bénévolement au sein de Safe Wings depuis 2017 pour qui elle surveille des immeubles et mène des exercices de sensibilisation dans la collectivité. Elle a également travaillé dans des projets de recherche aviaire partout au Canada, à Hawaï, en Alaska, en Allemagne et au Bélize. Dans le cadre de son travail professionnel et de son bénévolat, Willow s’efforce de rendre le monde plus sûr pour les oiseaux.

Fenêtres d’intervention : rendre nos maisons plus sûres pour les oiseaux - transcript

Bonsoir à vous tous. Je m’excuse pour ce que nous vous avons présenté, mais nous voulions donner l’occasion à tous de se brancher. Nous allons donc passer à la section « Instructions > Mode d’emploi », et nous allons donc vous partager ce mode d’emploi. Le voilà.

Rebonsoir à vous tous et bienvenue à cette série. Je m’appelle Amy MacPherson et je travaille pour l’unité des affaires reliées à l’environnement pour la Ville.

Notre présentation, c’est en anglais, mais si vous voulez, vous pouvez utiliser la fonction « Interprétation » dans le panneau de contrôle, et choisissez « Français ».

Pardon.

Je vais demander à mes amis Guylaine et Braden de partager le protocole et la façon de se brancher à l’interprétation.

Notre conférenci[ère], Willow, est bilingue, si vous voulez poser des questions en français.

La séance sera enregistrée ce soir, et assurez-vous que votre micro soit à « Off »! On va mettre votre micro en sourdine jusqu’à la fin de la présentation et appuyez sur « Réactions » pour lever la main électroniquement parlant, et Elaine et Brian pourront vous permettre de poser votre question, donc nous enlèverons votre sourdine à ce moment-là. Si quelqu’un d’autre pose la même question que vous, baissez votre main ou posez une autre question, et baissez votre main lorsque vous avez posé la question.

Nous vous présentons cette séance de la Ville d’Ottawa, qui reconnaît que le territoire sur lequel nos bureaux sont situés sur le territoire non cédé et non revendiqué de la nation algonquine Anishinabe, dont la présence ici remonte à des temps immémor[i]aux, et nous les remercions de leur contribution à cette terre.

Ce soir, nous avons invité Safe Wings Ottawa [pour] nous expliquer quelles sont les lignes directrices pour rendre nos maisons plus sûres pour les oiseaux en ce qui touche nos fenêtres. Pour l’instant, la conférencière poursuit ses études à l’Université d’Ottawa au niveau du doctorat. Nous avons également Anouk Hoedeman, qui est la fondatrice et coordonnatrice de Safe Wings à Ottawa.

Willow et Anouk ont beaucoup travaillé lorsque nous avons élaboré nos lignes directrices et [elles] nous partageront leurs connaissances. Je demande donc à Willow de commencer sa présentation. Merci.

Très bien, voilà. Merci beaucoup, Amy, de m’avoir présentée. Aujourd’hui, nous allons vous parler du problème de collision des oiseaux. Et je vais vous expliquer comment nous pouvons résoudre ce problème et ce que nous pouvons faire pour éviter ceci.

Nous allons commencer par les chiffres. Environ 1 milliard d’oiseaux sont tués annuellement. Ça ne semble pas être beaucoup, mais c’est lorsque nous voyons autant d’oiseaux tués par une collision que nous nous rendons compte de la situation.

Et ce problème est l’un des plus graves problèmes auxquels les oiseaux font face. Il y a environ 7 000 collisions par année dans les édifices, dans les bâtiments d’Ottawa, et lorsqu’on pense à l’hiver, l’hiver tue moins, beaucoup moins d’oiseaux par année.

Plus précisément à Ottawa, en 2020, selon nos données, plus de 4 701 collisions ont été signalées à Ottawa en 2020, et ce n’est qu’une infime partie, parce que nous n’exerçons pas une surveillance dans tous les bâtiments et dans toutes les maisons de la ville d’Ottawa. En fait, nous ne retrouvons que 5 à 15 % des victimes dans les bâtiments surveillés.

Le total estimé représente plus de 250 000 oiseaux par année, ce qui est énorme. Et ce ne sont pas uniquement les moineaux. Apparemment, 125 espèces ou près de 144 espèces ont été tuées à Ottawa et nous avons maintenant 14 espèces qui sont à risque.

Pourquoi donc ce problème? Eh bien c’est à cause de notre histoire d’amour avec les fenêtres de verre. En fait, nous avons vu qu’il y a eu des changements dans la conception des bâtiments, dans les résidences, dans les condos, les appartements, comme l’on voit à droite, et les bureaux, comme l’on voit sur la photo à gauche.

Il y a de plus en plus de surfaces vitrées dans l’environnement. Encore une fois, ce ne sont pas uniquement les moineaux. Plus de 4 700 oiseaux se sont tués sur des vitres à Ottawa et nous avons aussi plusieurs oiseaux qui migrent vers le Nord.

Plus de quelque 166 sittelles torchepot sont mortes. Il y a aussi 1 174 parulines, plus de 538 moineaux indigènes, 444 mésanges, quelque 298 grives, et nous avons documenté une collision où plus de 60 oiseaux se sont tués en frappant ces fenêtres. Plus de 200 pics, plus de 38 rapaces, dont les hiboux, ce sont surtout des oiseaux de proie, et 46 espèces en péril, dont la population décline, et un certain nombre d’oiseaux tels que les dindes, comme on le voit, des canards, des oiseaux de rivage ainsi que des coucous.

Vous vous demandez donc : pourquoi autant d’oiseaux morts dans une année, pourquoi ne les voit-on jamais? Il y a plusieurs raisons. Nous avons plusieurs charognards à Ottawa, nous avons des renards, des coyotes, mais lorsque les oiseaux frappent les fenêtres, ils tombent dans la végétation, sont cachés dans les herbes folles et quelquefois s’envolent et meurent ailleurs. On en parlera plus tard.

Plusieurs oiseaux qui ne meurent pas sur le coup après la collision s’envolent et meurent ailleurs, et c’est la raison pour laquelle on ne les voit pas. Bon. Lorsqu’il y a une collision, la plupart meurent sur le coup : 70 %. Mais c’est un mythe qu’ils meurent parce qu’ils se cassent le cou. Ce sont surtout des traumatismes crâniens ou des commotions cérébrales, tête première.

Et les oiseaux le font beaucoup plus rapidement, et leur crâne est beaucoup moins dur que le nôtre. Donc quelquefois, ils meurent d’hémorragie interne ou de perte de vision, et beaucoup d’oiseaux survivent à la collision mais meurent après, de blessures, par prédation ou de manque de nourriture.

Pourquoi les oiseaux sont-ils importants? Ils ont une valeur intrinsèque. J’aime les voir et les entendre. Mais ils sont aussi importants pour contrôler les éléments qui représentent une lutte parasitaire. Ils s’occupent de pollinisation, de dépollution environnementale, de dissémination des graines, de sources de nourriture, et les oiseaux-mouches, ou les colibris, sont responsables de la pollin[is]ation.

Lorsqu’ils reprennent ces graines, ils les dispersent [partout]. C’est également une source alimentaire pour la faune et pour plusieurs autres espèces. L’Amérique du Nord perd de plus en plus ses oiseaux. Une étude effectuée par Environnement et Changement climatique au Canada s’est rendu compte que le Canada avait perdu plus de 2,9 milliards d’oiseaux depuis 1970 à cause de la collision contre le verre des bâtiments, qui est l’une des premières causes de mortalité chez les oiseaux.

Et il est fréquent qu’un oiseau tué par un chat ait d’abord percuté une fenêtre. Afin d’empêcher les collisions, il nous faut comprendre pourquoi. Il y a plusieurs raisons, dont deux les plus importantes.

Le verre est un danger invisible pour les oiseaux. Ils ne comprennent pas parce que ça n’existe pas dans leur environnement naturel. Ils ont un problème avec le verre transparent. Lorsqu’ils peuvent voir de l’autre côté, ils essaient de passer au travers. Mais aussi au sujet de la réflexion : lorsqu’ils voient la réflexion d’un arbre dans le verre, ils croient que c’est un arbre véritable et tentent de voler dans cet arbre.

Voici donc les exemples de transparence. Le verre qu’un oiseau tente de traverser, c’est soit une passerelle en verre, comme on voit en haut, à la Galerie nationale. Il est évident que lorsque les oiseaux veulent passer de l’autre côté, ils croient passer au travers de ce mur de verre parce qu’ils voient les arbres de l’autre côté.

On voit en bas que cela représente aussi un problème au niveau des collisions. Et la réflectivité de ce verre est aussi très important[e]. Il y a beaucoup plus de verre dans l’environnement, c’est de plus en plus populaire, mais si l’oiseau tente de voler de l’autre côté, c’est parce qu’il y a une plante sur votre balcon, qu’il y a un garde-corps en verre. Ils ne comprennent pas qu’il y a un verre et s’y frappent.

La végétation à l’intérieur est aussi un problème parce que les oiseaux peuvent voir à travers une fenêtre. Il est difficile pour qu’un oiseau comprenne qu’il y a des plantes à l’intérieur de même qu’à l’extérieur de la paroi de verre puisque le verre reflète la végétation ou le ciel.

Ici, c’est plus subtil, mais lorsqu’on arrive à l’angle d’un édifice où il y a du verre de chaque côté, les oiseaux tentent de prendre un raccourci et donc frappent ce verre puisque les coins sont fabriqués en verre des deux côtés. Il est évident que toutes ces parois de verre dans laquelle se reflète la végétation [et le] ciel n’est pas unique.

On peut les retrouver également dans, par exemple, les arrêts d’autobus. Lorsqu’on peut voir de l’autre côté d’une surface vitrée, c’est un grave danger pour les oiseaux. Pensons à l’aspect réflectivité. On parle ici du reflet des arbres et du ciel. C’est-à-dire que c’est un prolongement de l’habitat. Les oiseaux croient que c’est réel.

Évidemment, toute surface de verre est réfléchissante dans certaines conditions. Elle peut être transparente et réfléchissante. Il est évident qu’il faut tenir compte de tous les angles. En bas à gauche : quelquefois, le verre peut être transparent et réfléchissant à la fois. On voit ici en bas, on voit le reflet d’un arbre qui peut provoquer une collision, mais il y a aussi un coin où l’on voit un pan de ciel bleu.

Nous allons mettre l’accent sur le verre parce qu’il semblerait que ce soit le matériau sur lequel les oiseaux se tuent la plupart du temps, mais ce n’est pas que le verre. On voit [que] sur cette porte de garage en Plexiglas, il y a une réflexion. D’ailleurs, il y a de plus en plus de Plexiglas dans l’environnement depuis la venue [de la] COVID, ce qui provoque des collisions.

J’ai parlé donc de la transparence et de la réflectivité, mais quelquefois, on nous dit : « Je vous jure que cet oiseau fait exprès pour se cogner. » Et très souvent, on le trouve chez les mâles, au début du printemps : ils sont très territori[aux], donc ils voient une réflexion d’eux-mêmes et croient que c’est un autre oiseau, que c’est un rival. Ils voient le reflet de l’oiseau et l’attaquent.

Mais ce problème n’est [qu’]à court terme. Vous pouvez donc couvrir la surface réfléchissante de papier journal ou de papier ciré, de cellophane ou de peinture à chaux. Et il y a aussi les rétroviseurs des voitures qui sont attaqués par les oiseaux qui voient leur reflet.

Passons maintenant à ce qui rend un bâtiment dangereux. Si je vous demande lequel de ces deux édifices, le parlement ou cet édifice de Kanata, est le pire pour les oiseaux, vous direz que c’est celui de droite, mais il y a certaines caractéristiques qui mentent. Donc on voit qu’il y a beaucoup plus de vitres réfléchissantes sur le bâtiment de droite, plus de végétation autour, de même qu’un plan d’eau.

Ce sont des caractéristiques pour lesquelles il risque d’y avoir un plus grand nombre de collisions sur un bâtiment, à droite. Bon. Tentons d’éliminer un mythe. On sait qu’il y a des collisions sur ces gratte-ciel de verre, mais ce ne sont pas les seuls problèmes.

Bien qu’on ne soit pas certains des chiffres parce qu’ils sont difficiles à documenter, comme l’édifice à gauche, l’édifice qui est bas mais vitré est responsable de près de la moitié des collisions mortelles parce qu’ils (les oiseaux) volent assez bas, c’est-à-dire à la hauteur des arbres, donc au sommet, au faîte d’un gratte-ciel se produit moins de collisions.

Maintenant, est-ce qu’on sait qu’un édifice peut être dangereux? Oui. Vous regardez l’édifice près de Dow’s Lake, en haut à gauche, qui a été bâti et où on voit des fenêtres partout. Donc c’est très dangereux pour les oiseaux. De la même façon, à gauche en bas, où il y a beaucoup de surfaces vitrées et on voit jusque de l’autre côté à travers la vitre.

Il y a aussi énormément de collisions, mais il y a beaucoup moins de collisions dans l’édifice parce qu’il y a moins de vitres réfléchissantes. Quel est le contexte environnemental? Si vous regardez la maison en haut, en comparaison à celle du bas où il y a moins de végétation, il y aura moins de collisions sur les surfaces vitrées de la maison d’en bas, mais si vous installez la maison du bas vers le haut, il y a beaucoup plus de collisions parce que même un seul arbre peut représenter une différence.

Il y a peut-être aussi plus d’oiseaux que l’on pense parce qu’ils sont attirés par les arbres, et je vous parlerai de ceci plus tard. Nous allons maintenant parler des pièges qui sont associés à la conception. Parce qu’on voit ici qu’il y a des surfaces vitrées de tous les côtés, et lorsque l’oiseau entre à l’intérieur de ces ouvertures, il se perd et il perd ses repères, et que les lignes parallèles dirigent les oiseaux vers le danger.

Si vous voyez mon curseur, il semble que ce soit une façon de s’éloigner de cette cour intérieure, mais c’est le contraire. On voit ici des endroits avec des parois de verre sur plusieurs côtés, comme des cours ou des alcôves qui sont en fait des pièges à oiseaux.

Il y a aussi des éléments qui sont attirants pour les oiseaux, très attrayants. S’il y a des mangeoires, il y a plus de collisions, comme les plans d’eau, les mangeoires, les sources naturelles de nourriture, la végétation, les plans d’eau, que ce soit des bains d’oiseaux ou des étangs naturels. Donc si vous attirez les oiseaux, assurez-vous que le milieu soit sécuritaire.

J’ai parlé surtout de collisions, mais puisque les oiseaux d’Ottawa semblent faire face à d’autres dangers, je pensais vous en citer d’autres. Le premier, ce sont les haubans qui tiennent des tours ou encore des antennes. C’est très dangereux parce que les oiseaux volent très rapidement.

J’ai trouvé plusieurs oiseaux dont l’aile avait été coupée puisqu’ils étaient passés et avaient frappé ces structures à toute vitesse, tout comme les tuyaux, les conduits de cheminée et les systèmes de ventilation ouverts, les treillis et les filets. Bon, il y a aussi les puits de fenêtres.

On voit que très souvent les oiseaux, lorsqu’ils quittent le nid, ne volent pas très bien, et très souvent, on reçoit des appels au printemps lorsque de jeunes oiseaux qui ne volent pas encore bien se frappent sur ces puits de fenêtre. Donc il faudrait les en empêcher en mettant des barrières.

Il y a aussi un problème d’antennes, de treillis ou encore de filets. Ce sont des oiseaux qui font leur nid dans des arbres. Donc quelquefois, il y a des arbres qui sont pourvus de trous à l’intérieur, où se réfugient les oiseaux. Donc très souvent, lorsqu’ils voient un tuyau ouvert ou encore une cheminée, ils y entrent et ont de la difficulté à en sortir. Donc il faut prévenir et mettre des barrières.

C’est la raison pour laquelle on doit ajouter quelque chose sur le haut de la cheminée. Il y a aussi les gazebos ou les treillis. Il y a un petit trou en haut de chaque poteau [où l’oiseau] peut se nicher et faire son nid dans le gazebo, dans la gloriette.

Très souvent, on retrouve plusieurs oiseaux qui sont morts, dont plusieurs mésanges qui sont mortes parce qu’elles ne peuvent s’échapper de cet endroit.

Il y a aussi les treillis qui empêchent les gens d’avoir accès à un balcon, comme on le voit à gauche. Mais très souvent ils veulent… on se sert de ces treillis, de ces filets pour par exemple protéger les framboisiers ou les fraisiers, où les oiseaux peuvent se prendre. Donc dans les filets, les oiseaux ont de la difficulté à en sortir, peut-être, parce que ces filets sont très dangereux. Donc ne vous servez pas de filets, et si oui, vérifiez régulièrement pour voir qu’aucun oiseau n’est coincé dans ce filet.

Comme j’ai mentionné plus tôt, on a parlé de la pollution lumineuse. Malheureusement, plusieurs des oiseaux migrent la nuit, selon les espèces. Ceux qui migrent la nuit utilisent les étoiles et la lune pour s’orienter. Lorsqu’il y a des lumières importantes, des lumières artificielles, ils sont dé[so]rientés. À ce moment-là, ils peuvent se déplacer de façon dangereuse.

Il y a plusieurs types de lumières qui peu[vent] provoquer cette désorientation, notamment une lumière puissante ou… justement, ici c’est une image qui montre le monument du 11-Septembre. Certains oiseaux sont pris par ces lumières puissantes. Ils tournent en cercle et se frappent, puis ils tombent par terre d’épuisement.

On a des observateurs qui se sont assurés que lorsqu’il y a beaucoup d’oiseaux dans la lumière, ils demandent à la Ville de fermer ces lumières. Alors je ne sais pas si vous voyez les oiseaux. Ce sont les petits points sur l’image. Alors vous pouvez voir à quel point il y a beaucoup d’oiseaux et que le soir ils peuvent être coincés dans une zone en raison de la pollution lumineuse.

Parfois, ce n’est pas nécessairement une seule lampe, mais ce peut être des lueurs, comme des phares de voitures, des maisons, des boutiques. Les oiseaux alors se déplacent dans des zones qu’ils ne fréquenteraient pas habituellement. Alors ils sont attirés durant la nuit dans certaines zones. C’est un problème au centre-ville d’Ottawa ainsi qu’à d’autres endroits. Ils sont donc attirés dans certaines zones. Le matin, ils se réveillent et s’aperçoivent que ce n’est pas le meilleur endroit. Ils essaient de quitter, mais ils percutent les fenêtres.

Que pouvons-nous faire pour réduire la pollution lumineuse? Plusieurs études ont été menées. Et nous nous sommes aperçus qu’une lumière plus forte ou plus vive ne réduit pas les actes criminels ou n’améliore pas la sécurité des gens. Donc si vous utilisez une source de lumière très lumineuse, on n’arrive pas à voir ce qui se passe autour. On n’arrive pas à voir les environs. Rappelez-vous donc qu’on n’obtient pas nécessairement les résultats escomptés avec une ampoule très lumineuse.

La couleur de l’ampoule est aussi importante. Les animaux sauvages, les oiseaux, ne sont pas aussi influencés par des lumières plus chaudes, comme on le voit sur l’image en bas. Ils sont plus influencés par les lumières un peu plus vives de la droite. Nous devons aussi bien concevoir l’éclairage intérieur et extérieur pour éviter l’émission de lumière.

Comme on le voit ici à l’image, celle de gauche, on voit qu’il y a une émission de lumière autant sur le haut que vers le bas. Dans la deuxième image, c’est seulement vers le bas, où on en a vraiment besoin. On peut aussi contrôler l’éclairage avec des détecteurs de mouvements, et qu’on utilise seulement lorsqu’on en a besoin. Ici, à Ottawa, la ville est très grande. Beaucoup d’éclairage. Peut-être [que] vous allez vous dire que ce qui éclaire votre domicile n’est pas si important, mais une simple lampe de véranda peut faire une différence.

Voyons comment nous pouvons prévenir les collisions. La façon la plus simple de prévenir les collisions avec un bâtiment est de rendre ces bâtiments sécuritaires pour les oiseaux. C’est simple : vous n’avez qu’à respecter les Lignes directrices [en matière] de conception sécuritaire pour les oiseaux. Ce sont des règles qui sont fournies aux architectes, aux promoteurs, pour leur dire comment concevoir des bâtiments sans danger pour les oiseaux.

Nous avons déjà ces lignes directrices de conception à Ottawa maintenant, ce qui est une très bonne nouvelle. Malheureusement, elles ne sont pas obligatoires. Nous aimerions bien qu’elles le deviennent. Des villes comme Toronto ont des lignes directrices obligatoires. Autrement dit, tous les nouveaux bâtiments doivent respecter ces nouvelles lignes directrices de conception afin qu’ils soient sécuritaires pour les oiseaux. Nous aimerions bien que ce soit le cas ici à Ottawa.

Dans certaines zones où il n’y a pas de lignes directrices pour les oiseaux, on peut utiliser des standards, des normes plus générales, comme les lignes directrices de l’Association canadienne [de normalisation]. On vous explique alors les différentes caractéristiques d’un édifice pour éviter les collisions.

Nous avons aussi les architectures adaptées aux oiseaux. On n’est pas en train de vous dire que nous devons habiter dans une boîte sans fenêtres. À l’écran, vous voyez des exemples d’architecture adaptée aux oiseaux. Vous verrez que les édifices sont bien illuminés à l’intérieur. Il y a aussi des barres dans le coin gauche supérieur. À droite, c’est l’édifice de l’Université Ryerson. En bas, ce sont des images d’un peu partout sur la planète.

Afin d’avoir des édifices adaptés aux oiseaux, il faut penser aux matériaux de construction. Parmi les matières, il y a des vitres ou du verre poudré. Et cela vise les oiseaux. Vous allez voir, il y a beaucoup d’exemples. Dans le coin supérieur droit, vous allez peut-être le reconnaître. Il s’agit de la bibliothèque qui vient d’être ouverte.

Alors on voyait bien ici une aire de lecture, et on voit qu’il y a un modèle dans le verre. Ce sont les lettres de l’alphabet. [C’est] tout à fait adapté pour une bibliothèque. Ici, à gauche, il y a des ondes sur la fenêtre, et ici, en plein milieu, ce sont des portes vitrées fumées. Ici, on a des blocs de verre texturés pour éviter les collisions.

Mais vous allez voir : les matériaux de construction ne sont pas limités au type de verre. On voit ici, dans le coin gauche inférieur, qu’il s’agit d’un garde-corps sans verre. Et cela aide à protéger les oiseaux des fenêtres derrière. Du verre sécuritaire pour les oiseaux aux différents motifs. À l’écran, on a quelques exemples à droite. Cependant, il faut respecter certaines lignes directrices afin qu’il soit efficace.

On en a trois groupes différents. Tout d’abord, il faut penser à l’espacement du motif. Au maximum, 5 cm entre chaque petite image, entre les éléments. Et l’élément doit être d’un minimum de 6 mm de diamètre. Tout ceci doit être appliqué à l’extérieur de la fenêtre, car de l’[extérieur], lorsqu’il y a un reflet, on n’arrive pas à voir l’intérieur.

De plus, il faut que ce soit bien contrasté. Donc si on a une vitre teintée un peu plus foncée, on ne peut pas utiliser un élément foncé non plus. Pourquoi est-ce que la densité est si importante? Regardez le contraste ici. Ici, on a des verres qui empêchent les gens de percuter le mur. Il y a quatre grandes lignes, à la gauche. À la droite, on a une fenêtre spécialement conçue pour les oiseaux.

Lorsqu’on regarde l’image à gauche en bas, les êtres humains s’aperçoivent qu’il y a du verre un peu partout. Malheureusement, les oiseaux ne comprennent pas le message. Lorsqu’on voit une partie du verre, ils vont l’éviter, mais cela ne les empêche pas de percuter une autre section de la paroi. On doit donc s’assurer qu’il y a peu d’espace entre ces lignes, car sachez que les animaux, les oiseaux, sont habitués à voler entre les branches, entre les petits espaces.

J’ai mentionné auparavant qu’on peut utiliser d’autres types de matériaux, comme les éléments intégrés. On peut avoir ici des vantelles, des grilles, des écrans, comme on le voit en bas. Ce sont quelques exemples d’éléments intégrés. Ce sont des édifices sans danger pour les oiseaux qui n’utilisent pas nécessairement des fenêtres adaptées. Ce ne sont que d’autres outils, d’autres éléments que l’on peut utiliser.

Ici, à Ottawa, on a quelques exemples. On aimerait en avoir davantage. Le complexe STEM de l’Université d’Ottawa a respecté les lignes directrices de construction. Ils ont utilisé une association de verre opaque et à motifs. On voit ici que le motif est très attrayant. Les réflexions sont éliminées, car il y a un motif avec les sections opaques du verre.

Cela permet toutefois à la lumière naturelle de bien pénétrer. Et comme on l’a mentionné plus tôt, c’est un édifice attrayant, bien esthétique. Il y a également la Place Bell. C’est un édifice qui a respecté les lignes directrices. Lors des rénovations, ils ont changé. Qu’ont-ils fait? Ils ont utilisé du verre à motifs. On n’arrive même pas à le voir d’une certaine distance, mais il y a des petites lignes sur ces fenêtres. Et en bas, on a utilisé du verre givré. Cet édifice est adapté aux oiseaux suite aux rénovations.

Comme on l’a mentionné plus tôt, il est beaucoup plus facile et économique de construire de nouveaux bâtiments adaptés aux oiseaux. Cependant, avec les bâtiments existants, on peut aussi éviter les collisions, que ce soit un édifice à bureaux important ou une maison unifamiliale. Je mettrais l’accent sur ce que vous pouvez faire à la maison. Plusieurs de ces solutions peuvent être utilisées à plus grande échelle sur un édifice plus important.

Donc voici ce que vous pouvez faire pour éviter les collisions. Ce sont des solutions rapides qui vous aideront. Donc si jamais vous avez une mangeoire ou un bain pour les oiseaux, assurez-vous qu’ils soient à moins d’un mètre d’une fenêtre. Cela peut être contre-intuitif, mais lorsqu’un oiseau est sur une mangeoire et que c’est près d’une fenêtre, il y a moins de chances qu’il la frappe. Si la mangeoire est plus loin, il risque de se rapprocher de la fenêtre et de [la] percuter.

Éloignez les [plantes] intérieures des fenêtres aussi. Les oiseaux peuvent voir à travers la fenêtre et essayer d’atteindre ces plantes d’intérieur, principalement si vous avez plusieurs plantes qui attirent ces oiseaux. Vous pouvez aussi fermer vos rideaux ainsi que les stores, mais si vous avez des motifs à l’intérieur, malheureusement, avec les réflexions, cela n’aidera pas.

Cela [ne] peut aider que si l’oiseau peut voir d’un côté et de l’autre de la maison. Ce qui est important, c’est d’avoir des marqueurs visuels sur le verre pour aviser l’oiseau qu’il y a une paroi vitrée. Alors on a ce qu’on appelle des marqueurs qui proviennent d’un site Internet qui s’appelle featherfriendly.com.

Ce sont des adhésifs, des petits points. Ce qui est important de voir ici : ils sont espacés, dans l’image de droite, mais ils ne couvrent que 4 % de la surface, donc l’éclairage naturel continue de pénétrer. Vous pouvez aussi utiliser les pellicules pour les fenêtres. On peut utiliser, comme vous le voyez sur l’image, à droite en haut, ou pour remplir au complet la fenêtre, comme l’image en bas à gauche. Mais de l’intérieur, on voit une mangeoire ainsi qu’un bain pour les oiseaux.

Cela permet à la lumière naturelle d’entrer tout en améliorant la protection [de] la vie privée. Les écrans sont excellents pour prévenir les collisions seulement s’ils sont à l’extérieur de la fenêtre. On peut utiliser aussi ce qu’on appelle des paracordes. Il s’agit d’une solution efficace. On le voit ici sur l’image de droite.

On voit ici qu’il y a un peu d’aluminium en haut des paracordes bien espacées. Elles sont fixées en bas. Cela préviendra les collisions. Vous pouvez vous-même en construire un sans trop dépenser. Mais on n’est pas très limités, vous savez. Vous n’avez qu’à respecter les directives. Notamment, faites-le à l’extérieur de la fenêtre, utilisez des couleurs, soyez créatifs, utilisez aussi des images assez denses.

Vous pouvez commencer avec des marqueurs à base de craie liquide. On le voit ici à l’image, à droite, c’est une image bien jolie. À gauche, ce sont des marqueurs à base de peinture à l’huile. Alors on voit qu’il y a un écran, un moustiquaire, au centre, puis deux belles images sur les autres portes.

Dans ces grands projets, on peut en faire soi-même à la maison, mais on peut utiliser les mêmes éléments dans les projets plus importants. Dans le coin supérieur droit, on a un édifice rénové avec des fenêtres adaptées aux oiseaux, ici, à Ottawa. On voit ici qu’il y a des paracordes sur un édifice encore plus grand. Alors il va du haut vers le bas sur ces grandes fenêtres pour éviter les collisions. On a aussi une pellicule qui est appliquée sur la fenêtre en bas.

On voit bien le blanc. Cela permet de voir d’un côté et de l’autre et permet à la lumière naturelle de pénétrer. Et dans le côté gauche, en bas, vous avez peut-être reconnu les passerelles de la Galerie nationale. Alors on est en train de rénover et d’utiliser des fenêtres adaptées aux oiseaux.

Parfois, vous avez besoin d’équipement supplémentaire. Mais on peut quand même adapter vos fenêtres pour être sans danger [pour les] oiseaux. Si jamais vous obtenez de nouvelles fenêtres, cela ne coûte pas très cher d’avoir du verre sans danger pour les oiseaux. C’est une façon attrayante et aussi une solution à long terme. Ce qui est très important si on veut essayer d’éviter les collisions avec les édifices existants, c’est de faire confiance à la science. Nous continuons d’en apprendre davantage à propos des collisions, mais nous savons comment les prévenir.

Lorsque les lignes directrices ne sont pas respectées, on a des édifices qui devaient être adaptés pour les oiseaux mais ne le sont pas. On a un bon exemple à Ottawa. Il s’agit du Centre national des arts. Lorsqu’on a procédé aux rénovations, ça a été conçu par un architecte de Toronto. Comme on l’a mentionné plus tôt, les lignes directrices sont obligatoires. Tous les architectes de la ville de Toronto savent comment préparer ou concevoir un édifice adapté aux oiseaux.

Alors on voit sur cette image que l’espacement est trop large. Tout petit oiseau aura l’impression qu’il peut passer entre deux éléments. Ils sont aussi apposés à l’intérieur de la fenêtre. Ils sont peu contrastés. Ils sont presque beiges. C’est difficile de le voir sur cette photo. [Depuis] cet édifice a été rénové et adapté aux oiseaux, on a eu 46 collisions signalées en 2020, dont des espèces en péril.

La plupart du temps, on ne trouve pas ces oiseaux, ceux qui percutent ces parois. On estime qu’il doit y avoir entre 300 et 450 collisions au Centre national des arts. On essaie aussi de vous montrer ici ce qui ne fonctionne pas. On a aussi des décalcomanies qui sont vendues comme une solution pour éviter les collisions. Elles ne fonctionnent pas car elles n’ont pas la densité voulue pour prévenir les collisions. Un oiseau ne frappera pas le coin supérieur gauche. Mais cela n’empêche pas un oiseau de frapper les autres parties de cette fenêtre.

Les oiseaux ne reconnaissent pas non plus une forme statique comme un oiseau de proie ou comme une menace. Un oiseau de proie ne permet pas de maintenir les oiseaux à distance. Vous devrez en mettre beaucoup dans votre fenêtre et cela bloquera une partie de votre vue. Donc on ne recommande pas ces décalcomanies.

Voici une autre méthode inefficace. On a procédé à des tests et les résultats ne sont pas convaincants. Ce sont des produits UV. Certains oiseaux ont une vision dans le spectre des ultraviolets. Les oiseaux devraient être capables de le voir. Cela semble être une bonne solution. Malheureusement, cela n’a pas survécu à la publicité parce que certains oiseaux n’ont pas de vision dans le spectre des ultraviolets.

Très souvent, je vous dirais que la majorité des collisions ont lieu très tôt le matin. Comme les gens qui ont des coups de soleil très facilement [et qui préféreront sortir à ce moment parce qu’]il y a peu de rayons ultraviolets le matin. Donc il y a très peu de rayons ultraviolets qui se réfléchissent sur les fenêtres, donc les oiseaux ne le voient pas. C’est pour cette raison que les Ailes en sûreté ne recommandent pas cette méthode.

Voyons voir un peu ce que Ailes en sûreté font. Nous allons vous expliquer aussi ce que vous pouvez faire à la maison. Ce qui est important, et ce que nous faisons, c’est de surveiller les bâtiments. Donc ce sont des bénévoles qui se promènent un peu partout, principalement lors de la saison migratoire. Ils essaient de trouver des oiseaux soit blessés, soit morts. Puis, nous tenons des statistiques à savoir à quel endroit, à quel moment… nous ramassons des oiseaux morts, nous ramenons les oiseaux blessés pour les aider.

C’est très important pour essayer d’identifier les bâtiments problématiques et de communiquer avec les propriétaires. Nous collaborons également avec les pouvoirs publics. À la Ville d’Ottawa, nous travaillons en étroite collaboration, comme nous l’avons mentionné plus tôt. Nous avons aidé lors de l’élaboration des lignes directrices. Nous espérons que les nouveaux édifices seront plus sécuritaires pour les oiseaux. Nous travaillons également avec la Commission de la capitale nationale.

Vous reconnaissez peut-être l’édifice dans le coin supérieur. Il s’agit du centre des visiteurs dans le parc de la Gatineau. Et on a procédé à la reformulation des fenêtres avec des motifs. Nous essayons aussi de travailler avec le gouvernement fédéral et avec différents ministères, notamment Environnement et Changement climatique Canada, ainsi qu’avec d’autres ministères et agences.

Nous voulons nous assurer que les édifices utilisés par le gouvernement sont sans danger pour les oiseaux. Il s’agit d’un projet en cours. Ailes en sûreté fait également beaucoup de sensibilisation et de séances d’information. Nous essayons de repérer les différents dangers pour les oiseaux ici, à Ottawa. Nous voulons aussi créer des solutions pour prévenir ces problèmes. Nous avons beaucoup d’activités de rayonnement avec des propriétaires et des gestionnaires immobiliers.

Nous pouvons leur montrer qu’il existe un problème et suggérer différentes solutions. Nous discutons avec des architectes et des constructeurs pour nous assurer que les nouveaux bâtiments sont sécuritaires pour les oiseaux. Nous sommes aussi actifs dans les médias sociaux. Nous vous invitons donc à nous suivre dans les médias sociaux. C’est là où nous fournissons de l’information pour le grand public et que nous faisons la publicité d’événements comme celui de ce soir. Nous avons aussi des expositions d’oiseaux.

Nous le faisons habituellement lorsqu’on a le droit de se rassembler. Nous espérons peut-être pouvoir procéder en toute sécurité cette année. Et nous faisons ce qu’on appelle « Les promenades de Jane ». Alors on se promène au centre-ville d’Ottawa. On fait aussi beaucoup d’activités au sein des écoles et dans les milieux communautaires. Nous voulons sensibiliser les gens à propos des collisions et leur proposer des solutions.

Nous avons également une ligne de soutien Ailes en sûreté. Il s’agit d’un numéro de téléphone qui peut être utilisé si jamais ils ont des questions ou des oiseaux blessés. On peut vous fournir de l’information pour prévenir les collisions ou vous indiquer ce que vous devez faire lorsque vous trouvez un oiseau blessé. Nous pouvons aussi vous aider. Sachez que c’est du travail bénévole et il faut voir qui est disponible à ce moment-là. Dans la photo supérieure à droite, nous sommes deux. On ne voit pas l’oiseau sur cette image, mais c’était une outarde avec une aile blessée.

On a aussi un bénévole qui nous aide à dégager les oiseaux qui se sont emprisonnés dans des branches d’arbres. Puis aussi nous essayons d’aider les gens lorsqu’on trouve de petits oisillons qui sont tombés du nid. Nous avons également deux bénévoles qui ont des licences en réadaptation. Ils ont un établissement de soins à court terme de leur domicile. Ce sont des spécialistes en collisions.

Les victimes de collision ont besoin de soins adaptés, de soins spécialisés. Lorsqu’on a une commotion cérébrale, on peut leur donner de l’oxygénothérapie. Cela [les] aide à obtenir l’oxygène dont ils ont besoin. Puis, on peut les mettre dans un environnement où ils peuvent s’alimenter, où ils sont protégés des charognards et des rapaces. On a aussi un centre de réadaptation comme le Wild Bird Care Centre ainsi que d’autres endroits où nous pouvons offrir des soins à long terme.

Sur ces images, on voit un petit peu de tout. On voit un rapace en bas, un pic. On a aussi un chardonnet ramoneur. Et on essaie de les aider. Donc c’est ce que nous faisons. C’est ce que Ailes en sûreté fait. Mais que pouvez-vous faire pour aider les oiseaux?

Ce qui est important, peut-être, c’est de bien traiter vos fenêtres et vos garde-corps. Comme je l’ai mentionné plus tôt, Feather Friendly offre des bons produits. Il y a aussi beaucoup d’autres détaillants, comme Wild Birds [Unlimited]. Vous pouvez trouver beaucoup de produits en ligne. Vous pouvez aussi utiliser des solutions maison, comme les paracordes, comme on voit à gauche, et notre site Internet vous donnera beaucoup d’information.

Peut-être que vous n’êtes pas dans une situation où vous pouvez modifier l’édifice, votre maison ou le bâtiment où vous travaillez, mais vous pouvez quand même aider les oiseaux. Vous pouvez tout simplement surveiller les collisions chez vous, au travail ou à l’école. Ce sera une très bonne excuse pour aller vous promener une fois de temps à autre. Toutes collisions peuvent être signalées sur notre site Internet. À ce moment-là, on peut découvrir quels sont les édifices à problèmes.

Vous pouvez aussi parler à votre gestionnaire d’immeuble, au conseil d’administration de votre copropriété ou à votre propriétaire. Si vous avez besoin d’aide, on peut vous aider. On peut vous donner de l’information sur comment surveiller votre édifice. Vous pouvez aussi en parler autour de vous. C’est très important. Je suis impressionnée de voir que l’on peut travailler avec la prévention des collisions, parce que tout le monde a une petite histoire. Plusieurs veulent savoir comment peut-on prévenir ces collisions.

Parlez à vos amis, à votre famille, à vos voisins. Dites-leur qu’il existe des solutions, envoyez-les vers notre site Internet. Parlez-en. Dites-leur qu’il existe des solutions. Vous pouvez aussi militer en faveur des constructions adaptées aux oiseaux. Si vous avez besoin d’aide, vous pouvez parler à vos élus, et lorsqu’on a des consultations communautaires, présentez-vous et posez des questions : « Que faites-vous pour protéger les oiseaux? »

C’est très important. Si jamais vous avez des amis qui travaillent comme architectes ou constructeurs, parlez-en. Envoyez-les sur notre site Internet. Alors nous aimerions que tous ceux qui construisent de nouveaux édifices soient au courant. Si vous ne savez pas comment commencer ou où vous devez commencer, suivez-nous dans les médias sociaux. Nous avons souvent des publications vedettes qui vous donnent plus d’information, notamment de signer des pétitions pour changer le Code du bâtiment. Dans l’image ici en bas, les gens ont pu faire des commentaires sur les sites du gouvernement fédéral pour accroître la protection aux oiseaux.

Vous pouvez aussi sauver des oiseaux vivants. C’est très important. Si jamais c’est le cas, n’hésitez pas. Les oiseaux sont souvent attaqués par les charognards et très rapidement. Et très souvent, on n’arrive pas à les retrouver. Vous pouvez habituellement prendre l’oiseau, le mettre dans une boîte ou dans un sac. Appelez-nous pour d’autres directives. Si vous trouvez un animal plus gros, utilisez une serviette ou une couverture. Mettez-le dans une grande boîte.

Ce qui est important, c’est : peu importe l’animal, essayez de ne pas trop le manipuler. C’est très important, car les gens aiment bien jeter un petit coup d’œil dans la boîte, prendre des photos… Ce stress peut malheureusement tuer l’oiseau. Lorsque vous le mettez dans une boîte ou dans un sac, téléphonez-nous et laissez-le tranquille dans le noir. Très souvent, les gens ont peur des oiseaux. Donc si jamais vous trouvez un aigle ou un grand héron blessé, ils ne vous blesseront pas.

Si vous ne vous souvenez de rien d’autre de cette présentation, souvenez-vous de ceci. Quelqu’un trouve un oiseau qui s’est frappé sur une surface vitrée et en prend soin et par la suite le laisse s’envoler. La réponse est non, parce que des oiseaux qui sont vraiment blessés peuvent quand même encore voler, et je vais vous donner deux exemples.

L’oiseau à gauche est un tout petit oiseau qui pèse environ 10 g, qui passe souvent l’hiver à Ottawa, ce qui est étrange. Et il semblait bien aller le lendemain de la collision, mais nous l’avons examiné et nous [nous] sommes rendu compte qu’il était gonflé comme un ballon parce qu’il avait un problème pulmonaire. Donc cet oiseau a dû être dégonflé à plusieurs reprises. Et si on l’avait libéré après sa collision, il serait mort.

L’autre exemple est cet oiseau à droite en bas. Il semble être plein de vie, et le lendemain, on a vu qu’il y avait du sang dans son œil. Donc si on l’avait libéré et laissé s’envoler, il serait certainement mort puisqu’il était aveugle d’un œil. C’est la raison pour laquelle vous devez toujours vous [en] occuper, ne pas laisser s’envoler un oiseau qui s’est frappé sur une fenêtre.

Comment ramasser les oiseaux morts? Il est important de savoir où vous l’avez trouvé, près de quel bâtiment. Nous voulons le savoir. Donc si vous trouvez un oiseau mort, ramassez-le tout de suite. Il y a beaucoup de prédateurs, et quelquefois un prédateur peut vouloir sauter dessus. Mettez-le dans un sac et appelez Ailes en sûreté. Si vous ne pouvez pas le ramasser, cachez-le, par exemple dans une jardinière, et appelez-nous.

Notez la date, l’heure, l’adresse et le côté du bâtiment, ainsi qu’une photo, si c’est possible, et un signalement : c’est beaucoup mieux que rien. Il faut tout simplement vous laver les mains après. Voici ce que vous pouvez faire, mais il est évident que si vous faites du bénévolat, ce sera encore mieux. Nous avons besoin de bénévoles pour la conduite et le sauvetage, la surveillance des bâtiments, pour disséminer notre programme de sensibilisation. Donc si vous le désirez, vous n’avez qu’à remplir le formulaire de bénévolat à safewings.ca, ou vous faites un don à safewings.ca/don.

Vous ne vous rendez pas compte de votre utilité. Donc si vous le voulez, remplissez notre formulaire. Vous pouvez nous faire des dons parce que nous sommes une société caritative. Donc Safe Wings Ottawa, Ailes en sûreté à Ottawa, peut aider à sauver un très grand nombre d’oiseaux, et essayez de nous appuyer. J’aimerais donc remercier tous ceux qui ont assisté à la présentation de ce soir. Il est évident que la plupart d’entre vous êtes fatigués, mais nous sommes ravis que plusieurs personnes soient ce soir [sont] plus au courant de la situation. Donc Anouk et moi-même pourrons répondre à vos questions si vous en avez besoin.

Merci beaucoup, c’était merveilleux. Nous vous invitons à vous servir de [la fonction] « Réactions », si vous voulez nous remercier, ou vous pouvez également vous en servir pour lever la main. C’est une option. Et nous allons donc répondre maintenant à vos questions. Levez la main si vous avez des questions à poser et nous allons brancher votre micro. Je vois qu’on applaudit, merci infiniment. On nous félicite. C’était une excellente présentation. Une main s’est levée.

Souvenez-vous encore une fois : Willow est bilingue, vous pourrez donc poser votre question en français ou en anglais.

Bonjour, je me demandais : la bibliothèque publique aux plaines LeBreton semble être couverte de vitrage. Est-ce qu’on a pensé à faire en sorte qu’elle soit sécuritaire pour les oiseaux?

Écoutez, je vais transférer la question à ma collègue, mais on veut se servir de vitres sensibles aux oiseaux et sécuritaires pour les oiseaux. Mais je crois que ma collègue répondra à la question.

Oui. Ce qui nous préoccupe, c’est la pollution par la lumière, sur laquelle on ne s’est pas penchés. Il est évident qu’il y a eu une amélioration, mais nous croyons que la pollution lumineuse, à moins qu’on n’installe des stores ou des toiles pour atténuer la lumière le soir… Évidemment, il y a beaucoup de vitrage, surtout sur la partie extérieure, et cela peut poser un problème. Il faudrait peut-être commencer à réduire le nombre de vitres. Nous espérons que des améliorations seront apportées. Ce sera certainement beaucoup mieux que le Centre national des arts, j’en suis parfaitement consciente.

Oui, en effet, vous avez parfaitement raison. D’ailleurs, dès le point de départ, nous avions partagé les directives d’Ottawa avec l’équipe de conception et nous continuons à les mettre au courant jusqu’à ce qu’il y ait amélioration. Donc ils sont parfaitement au courant des lignes directrices et sont en contact avec Safe Wings pour tenter d’améliorer la situation.

Il y a aussi une autre question qu’on m’a posée, me demandant si des fenêtres qui ne sont pas propres sont pires que les fenêtres propres. Bien sûr, tout ce qui peut faire en sorte que la réflexion soit plurielle augmente le risque de collision, ou si la vitre est sale, mais ce ne sera quand même pas aussi efficace que l’une des solutions que nous vous avons présentées.

Je vous donne la parole. Bonjour, merci beaucoup [pour] votre présentation fantastique, vraiment. J’ai beaucoup aimé que vous me donniez l’excuse de ne pas laver ma vitre. Cette présentation sera-t-elle enregistrée? Parce que ma communauté serait très intéressée. Je vois que le document sera disponible, et la vidéo peut-être aussi.

Oui. La vidéo sera affichée sur le site YouTube de la Ville d’Ottawa, je ne sais trop quand, mais nous allons faire en sorte que la vidéo soit accessible pour tous, je vous le confirme, sur le canal YouTube de la Ville d’Ottawa, de même que les deux événements qui se sont déroulés [précédemment].

Et nous allons l’annoncer sur les médias sociaux de Safe Wings. Nous allons donc tenter de vous mettre à jour, ne vous inquiétez pas.

Je ne vois aucune autre main levée. Vous avez résumé la situation extrêmement bien.

Eh bien je vous répète : si vous avez des questions à poser sur la meilleure façon de protéger vos fenêtres et vos vitres, n’hésitez pas à entrer en contact avec nous. Nous vous aiderons. De la même façon, si vous voulez parler à la gestion d’un immeuble où vous avez été témoin de collisions d’oiseaux sur les vitres, n’hésitez pas à entrer en contact avec nous.

Une personne me dit que la fonction « Questions » ne fonctionne pas. Encore une fois, vous nous avez envoyé des questions et vous pouvez le faire de nouveau par courriel. On voit que certaines personnes peuvent se servir de la [fonction] « Réactions » en bas de l’écran. Donc vous n’avez qu’à descendre en bas de votre fenêtre Zoom. Voici donc une question, une main levée. À vous la parole.

Bonjour, merci. Une question rapide. Si je veux coller des autocollants sur mes fenêtres – j’ai une maison à deux étages et ce sera difficile pour moi de les coller au deuxième étage –, si je les applique sur les fenêtres du bas uniquement, est-ce que c’est efficace?

Bien sûr! C’est beaucoup mieux que rien. Très souvent, on sait quelles fenêtres sont les pires parce qu’on a peut-être été témoin d’une ou de plusieurs collisions, donc mieux vaut s’en occuper de façon prioritaire. On dit qu’il y a moins de collisions au deuxième étage parce qu’il y a peut-être moins de réflexion. Ça dépend. Il peut quand même y avoir des collisions au deuxième, troisième, quatrième ou cinquième étage. Mais on parle ici du faîte des arbres. Faites-le, et s’il y a collision sur les fenêtres d’en haut, il faudrait peut-être tenter de trouver une façon d’atteindre ce deuxième étage.

Moi, j’ai sécurisé la plupart des fenêtres au deuxième étage. J’ai dû me servir d’une échelle spéciale et je sais que d’autres personnes ont pu également réussir de l’intérieur. Donc on parle ici de fenêtres doubles. Quelquefois, il est possible de le faire mais je crois qu’il y a une vidéo de quelqu’un d’Environnement Canada qui a sécurisé les vitres de sa maison de l’intérieur, ou quelqu’un pourrait le faire pour vous. Nous avons tenté de vous donner une liste de personnes qui pourraient vous aider. Pour l’instant, personne n’est spécialisé en la matière, mais peut-être que les laveurs de fenêtres pourraient s’en occuper.

Oui. J’ai même demandé à plusieurs entreprises de venir chez moi. Nous voulons sécuriser les fenêtres du rez-de-chaussée et éventuellement de l’étage, et je sais qu’il y a des entrepreneurs qui le font à Ottawa. Donc ils existent et pourront vous aider. Si vous cherchez un entrepreneur local, vous trouverez certainement quelqu’un qui pourra vous donner un prix.

Oui. Et pour ce qui est des fenêtres que je n’ai pu atteindre, je me suis servie de paracordes et j’ai pu donc les attacher beaucoup plus facilement avec du velcro à force indus… très, très puissant, très collant. Donc c’est beaucoup plus facile.

Oui. Et nous tentons d’obtenir la liste de ces entrepreneurs, que nous allons afficher sur notre site Web. J’ai reçu également d’autres questions, auxquelles je vais répondre. Quelqu’un me demande : « Qu’est-ce qui définit une espèce à risque, et quelles sont les espèces à risque que nous avons vues à Ottawa? »

Alors il s’agit d’une désignation soit du gouvernement provincial ou du gouvernement fédéral. Alors on essaie d’estimer la quantité de ces oiseaux ici, au Canada, si la population est faible, si elle est en déclin rapide… Ces espèces ont une protection supplémentaire en vertu de la loi. Une bonne partie des oiseaux d’Ottawa en péril – je veux dire, sont protégés par la loi et les espèces en péril ont une protection supplémentaire. Je ne sais pas si je suis capable de vous donner 14 noms complets…

Ils étaient dans la présentation que vous avez donnée.

Alors il y a des hirondelles…

… des mésanges… quoi d’autre? Des hiboux…

Puis la deuxième question est la suivante : « Est-ce que le Centre national des arts va modifier ses fenêtres? » Je vais vous laisser répondre, Anouk.

Pouvez-vous répéter la question?

Pensez-vous que le Centre national des arts modifiera de nouveau ses fenêtres?

J’espère que oui. Nous y travaillons. Ils n’ont rien fait pour l’instant. C’est malheureux. Il y a déjà un oiseau cette année qui s’est percuté sur les grandes baies vitrées. Il y a différentes options que le Centre national des arts peut utiliser, mais ils auraient dû le faire dès le début des rénovations. C’est beaucoup plus facile de le faire lorsqu’on planifie les rénovations plutôt qu’après les rénovations. Et c’est aussi beaucoup plus facile de prévoir les coûts d’entretien. Alors on attend.

J’en rajouterais. Nous nous sommes aperçus qu’ils n’ont pas respecté les lignes directrices. Et souvent, maintenant, avec certains promoteurs, on se fait dire que « Bien pourquoi eux devraient le faire si le Centre national des arts ne l’a pas fait? ». Alors nous essayons d’expliquer qu’ils n’ont pas respecté les lignes directrices, et on ne s’attend pas à ce qu’ils ont mis en place fonctionne, alors on demande au promoteur d’essayer.

Alors on essaie d’inciter les constructeurs à communiquer avec nous pour que nous puissions leur donner des commentaires à ce sujet.

Alors on ne veut tout simplement pas que vous gaspilliez de l’argent sur une solution qui ne fonctionnera pas. C’est évident. Donc nous serions très heureux de vous donner des conseils, et ce, gratuitement.

On a une personne ici… Ismaël. Vous avez la parole, allez-y.

Son microphone, s’il vous plaît?

Si je voulais acheter quelque chose pour faire le projet à la maison, où puis-je aller?

Vous pouvez communiquer avec Ailes en sûreté (alors, sur le site Internet, il y a de l’information) ou aller en ligne sur le site featherfriendly.com. Il y a aussi beaucoup d’information sur la façon de commander.

Merci!

On a une autre question : « Excellente présentation, merci. Quel serait le coût estimé d’installer une des solutions de Feather [Friendly]? Y a-t-il possibilité d’endommager ces petits points? »

Oui, je sais que le coût va toujours influencer la décision. C’est environ 50 $. Alors si vous avez des aires plus importantes à couvrir, on peut les vendre en emballages de trois. Il y a des grands rouleaux. Un rouleau va couvrir une porte coulissante de patio. Je vous dirais qu’il dure assez longtemps. Il y a un endroit à Toronto où l’édifice en a depuis dix ans. Si jamais il y a un petit point qui tombe, j’utilise toujours les restants de mes rouleaux et je les remplace. Pour un projet fait maison, ce n’est pas si dispendieux.

Il y a d’autres options : vous savez, les marqueurs à l’huile, à la peinture à l’huile ou les marqueurs à la craie liquide. Lorsqu’on a un édifice commercial, c’est peut-être un peu plus coûteux, principalement en raison de la main-d’œuvre, et si jamais il faut avoir un élévateur pour atteindre les sections plus élevées.

Un rouleau couvre environ 16 pieds carrés. Ce serait à peu près l’équivalent d’une porte.

Merci beaucoup. Une autre question : « Si on utilise l’encre pour dessiner à l’extérieur, que pouvez-vous utiliser pour les nettoyer? »

Tout dépend du type de marqueur. Lorsque vous avez un marqueur à l’huile, à la peinture à l’huile, vous devriez être capable de l’essuyer facilement. Un marqueur à la craie liquide s’efface plus facilement, plus facile à enlever.

Commentaire. Rappelez-vous : il y a non seulement la maison, mais aussi le chalet. Très souvent, le chalet est entouré de végétation, donc pensez aussi à vos chalets. Je sais que les écrans sont très utilisés au chalet, alors c’est bien de l’avoir à l’extérieur. Alors ça empêche non seulement les oiseaux de se percuter, mais cela empêche les insectes d’entrer.

Très souvent, il y a plusieurs oiseaux qui meurent lorsque vous êtes absent du chalet. Elles sont – j’ai des amis qui souvent s’aperçoivent qu’une de leurs fenêtres est brisée durant l’hiver, et c’est à tous les ans. Mais ils n’étaient pas au courant des collisions puisqu’ils ne les voient pas. Les charognards ramassent les oiseaux morts.

Merci beaucoup! Excellentes questions, très bonnes réponses. Merci. S’il n’y a pas d’autres questions, à ce moment-là, une autre bonne main d’applaudissements, que ce soit virtuel ou en direct. Encore une fois, merci beaucoup, Willow English, d’avoir été avec nous ce soir, de nous avoir fait cette excellente présentation. Très apprécié. Alors nous allons nous presser de le mettre sur le canal YouTube. Près d’une centaine de participants ce soir : merveilleux.

C’est vraiment un sujet qui touche bien des personnes à cœur, principalement au cours de la dernière année. Les gens ont peut-être remarqué davantage, car on fait beaucoup de télétravail à l’heure actuelle. Je sais que personnellement, je me suis aperçue qu’il y avait un oiseau qui avait frappé ma fenêtre, et ça m’a inspirée à agir. Alors j’ai été impliquée à l’élaboration de ces lignes directrices, alors je les ai mises en œuvre chez moi. Merci beaucoup! Bonne soirée!

 

Découvrir la nature : il existe une appli pour cela!

Publié: 
vendredi, 23 octobre 2020, 8 h 18
Mise à jour: 
mardi, 2 février 2021, 10 h 30

Dates et heures

jeudi, 19 novembre 2020, 19 h 00

Conférencier : James Pagé, Fédération canadienne de la faune (FCF)

La nature est tout autour de nous – dans la ville, dans nos espaces verts et dans nos arrière-cours. Cette année, de nombreux résidents d’Ottawa ont exploré leurs espaces naturels et espaces verts locaux, et y ont fait la connaissance de certains de leurs voisins, les animaux sauvages. Grâce à leurs téléphones avec appareil photo et à des ressources en ligne comme iNaturalist.ca, les résidents peuvent enregistrer leurs observations, identifier les choses et animaux qu’ils observent et en apprendre davantage à leur sujet. iNaturalist leur donne la possibilité de collaborer à la conservation en collectant des millions d’observations au Canada et dans le monde entier. Des chercheurs et des naturalistes peuvent accéder à ces données pour examiner les tendances en ce qui concerne l’observation et la présence d’animaux sauvages. Cette information est utile pour le rétablissement des espèces en péril et l’évaluation des impacts sur l’environnement. Notre conférencier, James Pagé, parlera de la façon dont iNaturalist aide les gens à se rapprocher de la nature ainsi que de nouvelles découvertes canadiennes et tentera d’établir si la nature a tiré profit ou non du confinement et de la diminution de l’activité humaine.

James Pagé est responsable des initiatives de la FCF en matière de conservation des espèces en péril, ainsi que des discussions de la FCF avec les gouvernements provinciaux et fédéral concernant la protection des espèces menacées. À la FCF, il travaille à divers projets portant sur les espèces en péril et la biodiversité, notamment le rétablissement des tortues, les relevés des espèces rares, le rétablissement des chauves-souris et la science citoyenne. En collaboration avec l’équipe d’iNaturalist.org, James a également joué un rôle de premier plan à la FCF dans la création d’iNaturalist.ca, de concert avec des partenaires du Musée royal de l’Ontario, de Parcs Canada et de NatureServe Canada.

Une vidéo de la présentation est maintenant affichée sur YouTube

Découvrez iNaturalist Canada et jetez un coup d’œil aux tutoriels vidéo qui vous guideront.

Cohabiter avec les coyotes – Le 6 février 2020

Publié: 
mardi, 7 janvier 2020, 8 h 39
Mise à jour: 
mercredi, 22 septembre 2021, 9 h 59

Dates et heures

jeudi, 6 février 2020, 19 h 00

Emplacement

Hôtel de ville d’Ottawa
110, avenue Laurier Ouest
Ottawa, ON K1P 1J1

Conférencier : Stan Gehrt, Université d’État de l’Ohio

Exposition sur le thème de la nature : 19h

Mot d’ouverture et présentation : 20 h

L’entrée est gratuite et sera accordée selon le principe du premier arrivé, premier servi. Aucune inscription n’est requise.

 

Les coyotes d’Amérique du Nord se sont adaptés à la vie en ville, si bien qu’il n’est pas rare que leurs voisins humains ignorent leur présence jusqu’à ce qu’ils aperçoivent des traces dans la neige ou les entendent hurler la nuit. Certains s’inquiétant de cette cohabitation, il est important de leur enseigner à coexister sans danger avec ces bêtes. À l’occasion de cette 15e présentation, la Ville a réinvité le premier participant de la série de conférences sur la faune, Stan Gehrt. Étudiant les coyotes de la grande région métropolitaine de Chicago depuis l’an 2000, M. Gehrt a fait de nombreuses découvertes intéressantes sur la façon dont ces canidés interagissent avec les humains et les autres animaux dans différents environnements. Vous aurez aussi l’occasion de visiter les kiosques d’organismes locaux. Au plaisir de vous croiser!

Vue latérale d'un coyote

Notre conférencier

Professeur en écologie de la faune à l’Université d’État de l’Ohio et président du centre de recherche sur la faune de la Max McGraw Wildlife Foundation, Stan Gehrt étudie les diverses caractéristiques de l’écologie mammalienne, surtout dans les systèmes urbains, les dynamiques des maladies animales et les conflits humains-carnivores. Il est chercheur principal de l’une des plus importantes études sur les coyotes à ce jour : la capture et le pistage sur 20 ans de plus d’un millier de ces bêtes dans la région de Chicago. Son travail a été présenté par maintes publications et chaînes de radio et de télévision, notamment PBS, ABC Nightline, NBC Nightly News, National Geographic et History Channel.

Pour en savoir plus

Amy MacPherson, urbaniste
Ville d’Ottawa
Direction générale de la planification, de l’infrastructure et du développement économique
Tél. : 613-580-2424, poste 14873

Cohabiter avec les coyotes - transcript

En anglais seulement.

Good evening everyone.

Welcome to this fifteenth session of the city's Wildlife Speaker series.

I am very pleased to see many of you made it out here tonight despite the weather forecast very impressive thank you.

My name is Amy McPherson and I work in the city's natural systems and rural affairs unit here at city hall.

[Speaking french]

Tonight's presentation is being broadcast live on YouTube and we would like to welcome all those who may be listening at home.

For those of us in the room little bit of housekeeping please note that if there is any kind of an emergency.

We have 3 exits in this room.

The one where you came in.

And then there's also 2 doors at the front of the room with the bright red exit signs there.

Also in this room you may notice, we have flags representing the peoples of our Algonquin and Anishanabe host host nation.

We recognize here at the city of Ottawa that is built on the unceded territory of the Algonquin nation.

The people of the Algonquin and Anishanabe nation have lived on this territory for millennia and their culture and presence has nurtured and continue to nurture the city.

We would like to honor the peoples and lands of the Algonquin Anishanabe nation and we would also like to honor all First Nations and Metis people their elders our ancestors and their valuable past and present contributions to this land.

The goal of the speakers is to highlight the co-existence with wildlife by increasing residents understanding of the animals that we share our city with our wild neighbors.

Mutual respect is a key part of co existence particularly where predators and those large animals are concerned.

There's an old saying about good fences making good neighbors.

And in some cases with wildlife that's literally true if you're trying to protect your garden or your livestock.

In other cases it simply means that we need to respect each other's boundaries and personal space.

And for coyotes at this time of year personal space is particularly important.

Our speaker tonight Dr. Stan Gehrt from the Ohio State University will explain what that is in his presentation.

Dr Gehrt was actually our very first speaker in this series back in 2014.

He and his team has been studying coyote populations in Chicago.

In and around the city of Chicago for 20 years now.

It's an extraordinary program of research which has produced incredible insights into how our coyotes have adapted to living in and among our cities and urban suburban and rural settings and we're very pleased to have him here back in Ottawa.

To share his findings he'll address some common misconceptions and help us all understand how to reduce the risk of conflicts with coyotes.

So I'd like you please welcome Dr. Stan Gehrt.

[Applause]

[Dr Stan Gehrt:]

Thanks for having me.

Good evening everyone can hear me okay?

And hopefully the YouTubers can hear this this is a new experience for me as well don't know if I like being live on YouTube.

I'm lucky to be here because I had an issue last last night coming through your customs, I got delayed I got sent to the back room for a couple hours.

It turns out that when I was explaining to them why am coming into our country the person did not think, he did not understand why there would be someone studying coyotes in cities he had never heard of such a thing.

He definitely didn't understand why someone would go to different cities and talk about this stuff.

He also didn't understand why the city of Ottawa would have any interest in having me come and speak about this subject area, so he didn't believe that part and then the final part he didn't believes that even thank time I will be giving a presentation to the general public and he said who would want to hear your give any kind of topic.

So I had no chance at all.

I was a could send him a picture.

So then I did notice he didn't believe anything I told and he did he's told me over and over again he says I don't think you're being forthright and they're being truthful and I did start to think well out there something about me - I may give off this very shady kind of character or something which is kind of disappointing because you like to think of yourself as being very honest looking person and maybe I have the wrong view of myself.

 

I was thinking about this last night and I thought that will only be talking about a pretty controversial animal, a lightning rod for people's emotions always deal with us every time I talk about this animal there's always some people that really love them a lot of people really don't love them.

I'm gonna be talking about them and just to get this out there I will do everything I'd talk about will be the truth. As far as I know.

I'll be sharing with you results from my research.

And as Amy mentioned I've been very fortunate to be the PI of a long term project is very rare to for any animal and to be able to study them continuously for 2 decades and have that kind of support and we have had that kind of support it's been pretty amazing and I will be sharing with you what the things that we've learned.

Everything I talk about is totally supported by years of data.

In some cases it's more years in other cases it's less if it's a new subject area.

I promise you that that's what I'll be talking about if there's something we don't know I will say we don't know that.

Even from giving up the shady appearance at least the information on the sides as was trustworthy.

What I'm gonna do is start off I need to talk a little bit about the animal itself.

I'm going to test this to see if it works.

Good.

We'll talk a little bit about the coyote just a couple characteristics so that we're on the same page.

Every time now I have to give a talk there's always this question about what kind of coyote do we have here.

Definitely up here in the northeast there's a lot of talk about in articles in shows about coywolves or a different kind of coyote that you might have seen.

I have to talk about that first because some of you will be saying well you study coyotes in Chicago what does that have to do with these huge humongous scary animals we have up here.

I'll touch the ultimate first once we understand we're talking about the same animal then I will share with you some things we learned about them in Chicago.

A lot of that will start off with the ecological stuff.

The idea here is the if you understand more about how the animal functions and works, then you can actually understand why certain actions and responses are more effective than others when we talk about the last part which is the actual confilcts we will get the conflicts.

And those often that's why people are here this one coyotes and well how do you get rid of him.

How do I protect my dog.

The we have to go through this other stuff before we can get to that, so you just have to bare with me, but we will get to that.

The coyote is a uniquely north American species it's not found in other parts of the world.

Prior to European colonization that was basically the ancestral range of of coyotes.

They were western species especially a wide open space kind of species, but then in the last 50 to 60 years they've expanded the range to take over most of North America and in fact I haven't updated that slide I've been showing that same side for almost 20 years now and I've cut off parts of Canada there.

In fact I cut of part of my own study area over Nova Scotia.

Nova Scotia and Newfoundland definitely have coyotes.

They're found everywhere from the Arctic Circle down.

In fact, in the most recent years they are expanding the range even further.

You think well how can that be, there's not much left, but they just crossed the Panama Canal.

Now there's a whole new kind of environment just waiting for coyotes to come in.

And that'll be an interesting story down south.

That huge expanse of in that range expansion during those decades took place also during the decades where especially in the US we had the greatest amount of predator control and removal taking place.

And more coyotes are killed in any other mamillian predator even though the the targets wolves and mountain lions and bears, more coyotes were killed but unlike those larger kind of animals that were actually exterminated from most of the west, coyotes increased in number.

It's an important lesson there and even today we're still talking about coyotes and that's a current picture.

Over in the US we have a federal agency USDA Wildlife services in charge or is charged with the responsibility of controlling predators for livestock predation.

So they kill about 80,000 coyotes or a little bit more each year that's reported and is probably more that aren't for one reason or another.

In addition to the the the governmental agency that we have, the actual fur harvesting and hunting takes place in most states.

It's year round hunting you can you can kill coyotes any day of the year.

You can you can kills many as you want.

There's for game animal they are the least protected animal in the states.

And of course if your bounties and things like that.

If we just look it pelts that are turned in and you're looking at a little over 300,000 annually but that's not including all the animals that are not turned in terms of pelts it's an underestimate.

These numbers don't include all of the the nuisance kills inadvertent kills and other things and there's thousands of those as well.

Then finally if you combine all those together and you put in a few other finagle factors most people agree that somewhere between 500,000 to 800,000 coytoes are killed every year in North America.

They handle that just fine.

That's no problem for coyotes.

They don't need that kind of, any kind of protection.

That's what's going on in fact I'm not responsible for this estimate I haven't verified it I haven't done the math but it does seem about right that roughly a half a million killed it's about one every minute throughout the year.

That's the kind of pressure that they're experiencing from us on a regular basis and they've been experiencing out for many many decades.

What we've done is we created in an animal that was already well adapted for that kind of persecution even before European colonists came here but we've made it even made them better and they're really good at it.

And it also primed them to be able to exploit new novel environments like cities.

So that's a picture of one of our our urban animals mousing and they're really good at variety of different things but hunting and chasing rodents is actually one of the best things that they do.

That does make up most of their diet across the range including in city's.

But it's a good example I want to show you one of our animals mousing.

This is gonna be just outside of what we call Medieval Times.

That's a restaurant that's a castle and if you've ever heard of Medieval Times but this is the medieval times coyote.

She is mousing across from the parking lot.

I'll start it I want you to know this is an in the middle of winter and when I start this video she's looking for rodents well she's listening for them look at the snow.

The snow's completely undisturbed and then this is what she does.

She can't see anything.

When they're in the mood and when the food is good when it's a good year, that's a vole, that's their favorite rodent, they can take about one vole every 15 minutes or sometimes markets around a wood pile.

That's an urban coyote but they still have those skills they're really good what they do.

They're also the perfect size for having a very broad niche.

If they were smaller say about a fox size they would have to live off of rodents exclusively which is what they're capable of doing many of them do that.

If they were bigger than a coyote, they put wolf size now they have to kill big things and they can't live off of small things for any length of time.

But because of the perfect size energetically, they can live off of a wide range of prey items and they do.

Voles are their favorites.

This is an alpha pair of animals or in our study area in Chicago.

They killed that doe.

The doe is perfectly healthy the 2 of them together took her down and I'm not you those pictures because it's never pretty when canids kill, but they're capable of doing that and this is again and in the Chicago area.

They're doing it to a certain extent here in the northeast as well.

They're nich is even bigger than deer though.

These are actually pictures of another project that I conducted in Cape Breton island in Nova Scotia.

This is a few years ago and we're just starting to publish some papers from that.

That's where there is a series of major conflicts between coyotes and people there.

We did study and we realize we found on Cape Breton island in the island in the national park the primary food item was moose.

That's a picture of me in the winter there with a moose leg.

And that moose that they killed that winter and it's a 900 pound animal.

Usually it's only 2 or 3 of them that's doing it.

They're not packing up like wolves but it's usually about the pair.

They use certain tricks to do it.

I don't have time to go into that.

That's actually a moose that was stuck in the snow they become vulnerable to coyotes that way.

And gray seals never been documented for but they were the attacking gray seals that's a 400 pound seal.

Basically there's a certain technique that they use I'm not going to go into it it's not pretty but it's just an example of how adaptable they are in terms of exploiting new novel food sources such as what what we might see a note in the city.

In a few years ago it was actually a Canadian production company.

That filmed this a documentary and I was in it actually.

They came to Chicago and then I also we're in Nova Scotia for a little bit.

I didn't know, well the title I was originally told was going to be was not that.

After the fact a suit picked up on it with some of the questions but anyway.

This is the documentary that came out.

It really kind of started this process of introducing this term "coy wolves" into the literature and it's been a frustration for us scientists ever since.

The deal about this is that as coyotes expanded the range to the east, they either went south of the Great Lakes or went north of the Great Lakes.

At some point when they went north of the Great Lakes there was an ancestral interbreeding that took place and what came out of the back end was primarily coyotes with a tiny bit of of Algonquin wolf gene.

I don't know I don't mean to be disrespectful but your Algonquin wolves are not very big.

They are on the tiny side.

Even though it's a wolve gene it's a tiny wolf.

Everyone takes a bit makes a big deal out of this first of all that little the the percentage that's wolf is very small and of that, it's a small wolf.

People need to get you know kind of move past full sized thing because it's exaggerated.

That's we call them eastern coyotes.

It turns out that now that there's been some recent genetic work what they found is a basically all coyotes east of the Mississippi all the way down to the southeast of the US have a small amount of wolf DNA and varying degrees of dog DNA.

Your coyotes have a small amount of dogs DNA as well.

The point is is that the coyotes they may have a little bit of this a little bit about but there are all coyotes.

Even our Chicago coyotes.

Our Chicago coyotes are the same size as yours.

How big is it? We're talking about average size is somewhere between for females low thirties, males maybe around mid thirties.

Pounds sorry 14 kilograms something like that 13 or 14 kilograms.

They can get up to the mid forties the largest one I've ever pounds sorry, the largest one I've ever handled was in Chicago was 49 pounds and that was a giant animal.

I had to stand on a chair to weigh him because I couldn't get him off the ground.

The tiniest coyote I've ever for its age the tiniest coyotes I've handled, I've trapped myself and handled, came from that study in Nova Scotia.

Those are supposed to be the big bad eastern kind and it was so small.

The Parks Canada biologist refused to take a picture of me with that.

The point is there's just a lot of size ranges even within a population you can have a big coyotes you can have a little coyotes.

No one ever calls me and tells me "I saw the tiniest coyotes I've ever seen".

Real quick if you wanna see what it looks like it's the Mississippi River that section of the division here.

Coyotes to the east of the Mississippi River are the ones that have varying degrees of a small percentage of wolf or dog or both.

Including our Chicago animals.

In terms of size you won't be able to see this very well, you don't really need to.

These are actually average weights of coyotes taken from different parts of the continent including Canada and I just have them structured by region and you don't have to see the individual ones, just note that it is true that the northeast does have on average, heavier larger coyotes and then they get much smaller when you go to the southwest that's true.

It's mixed up in its there's a lot of overlap between the midwestern kind it's again does that are east of the Mississippi and your northeast.

In fact my Chicago animals are not in there yet.

I'll put them in right now.

They're on the left hand side there in the following on right along pretty nicely with your northeastern coyotes.

They're about the same size.

We're talking about the same animal, but ecologically they may function differently depending on what's available to them.

They can be doing different things but it's still basically the same animal.

As they expanded the range then moved down that and filled up every gap on the eastern part of North America and now they're filling in the last remaining gap and that would be the urban cities.

This is a relatively new phenomenon for parts of of North America.

From the central part to the eastern part it's not that new in the southwest.

That's what we're focusing on.

This is Chicago and I'm not going to go through all these but as Amy mentioned we've been conducting this research for the last 20 years and we're addressing a wide range of different questions and we have been for quite awhile.

Some are older some are newer and you won't be able see these but population dynamics, their space use, their parasite or disease dynamics, their diet is a really important component I'll talk about that in a second and their social structure we'll talk about that because that's actually related to some of the conflicts that you have especially this time of year.

The ecological role - how do they affect other species.

Then the population genetics and finally the newest thing that we're focusing on now what's hopefully I'll have a little bit of time at that and to get to it we'll see 5 time it's been a real syndromes and whey I say behavioral syndromes I'm talking about personalities.

We're trying to measure personalities of individual coyotes.

The ideas is that the personality is actually genetically determined type of behavior and the idea or the question is do cities tend to select for a certain kind of personality and over time you start to see more of the of a certain kind of personality than another? That's what we're trying to do right now.

These questions are kind of the basic ones and we want to know how to coyotes live in the cities? How do they do that? And what does that mean for us when they do? What's the risk for people and pets and then the the co existence versus conflict how much of it's about is actually taking place?

If we have time, another part that we've been focusing on quite a bit it's not just the risk that they pose for us but also what benefits to the pose.

No one really talks about that and part of it is that it's a sad fact that for many mammilian predators, the funding that's available to do work on them is driven by conflict.

It's very it's very hard to get funding to look at the ecological role that a predator.

It's a little better for the charismatic species like the loans to lesser extent wolves but for something like a coyote it's not that charismatic it's hard to get funding to look at the ecological role or the potential services are provided.

But we have been doing that.

My funding agencies allowed me to diverge a little bit here there and over the years we've chipped away at it and maybe I'll be able to maybe touch on a little bit tonight if you let me.

How do we do our work?

We live trap the animals we used to stand the same kind of techniques that the fur trappers use.

The same kind of traps.

They are modified to reduce any potential injuries to the animals.

We take them to the lab and we measure of a variety of things.

This is an animal in a trap about to be processed.

We we take them out of the the area that's a thing that you have to do in urban settings because it can't process an animal out in in basically an open lab.

Up there we take them in, we measure them, weigh them.

That's my team and I'm about to get a fecal sample.

You'll notice that I'm at the proper end of the animal.

There's certain advantages to being in charge and that's one of them.

That's an animal getting measured and we look at the teeth.

The teeth tells a lot about the animal we can look at their health but also their age and and how well they're doing.

Another animal getting processed.

That one 's about to be released I would put a radio collar on them.

The radio collars basically open up a window into their life so that we can follow them but we can also document their survival in the mortality as well.

We tracked in a variety of different ways but old standbys still the one that we spend most of our time doing which is that's a VHF collar.

There's a team of people the track these animals day and night every week of the year.

We know a lot about how these animals move and now we also use GPS collar.

So satellites are tracking a subset of the animals.

Those in those collars are expensive in the data or expensive taking late though you will repent those we put those on animals that are downtown.

There is one I was jealous my team caught a beautiful male this morning and he is in a prime spot, right on the edge of the north and northwest side of Chicago.

Anyway that's the name of the get the GPS collars.

And then in addition to marking the adults, and we also go into the dens.

Coyotes are seasonal breeders and they only produce a single letter and it's always in the spring and late April and throughout most of May.

We're going into the dens once for each litter and micro chipping the the pups.

We do that for a variety of reasons.

One is to look at the reproductive rate of the population because coyotes scale their reproduction based off of resources as well as their own population densities.

We also are curious about the social structure and mating system I'll talk more about that and second.

That looks like a really nice scenic natural setting for them to raise a litter.

If we turn the camera to the side, then that's what we see and they're actually raising letters within just a few meters of of people.

This is actually the most challenging thing for coyotes to do in an urban area is to raise a litter.

It's when they’re the most vulnerable.

Coyotes are never tied to a single point in space if they're healthy.

They don't use dens themselves unless they are hurt.

This is the one time and this is when they are most vulnerable.

It's also where you also tend to get a lot of conflicts too.

We'll talk about that a little bit later.

Here's just a few examples of pups just because a really cute.

This is just outside of O'Hare.

It's an industrial setting with those cement things.

That litter was horrible to try to get to.

We were literally calling through the concrete after these pups.

They always have their litters at the mid to late April.

Usually April is the prime months to some more urban pups and we we do a lot of things with them as well this is your typical 4 week old pup their eyes have been turned yellow yet and they haven't really devote their not expressing personalities are easy to handle.

At 5 weeks that's a 5 week old are beginning to look more like a coyote in their eyes are beginning to change this is another 5 week old.

Personalities are starting to be expressed by these guys within the letter you start to see some some bold and some side individuals and then that's a 6 week old pup and now it will look like a coyote.

At that age then they're going to be taken out of the den or they will themselves enough they'll begin following the parents about at that point and they will come back to the den after that that's it's 6 week window where they're really venerable and once they get to that stage I can't wait to get away from there.

Where are the parents? they're around they're definitely around and it just depends on which parents

you're talking about so some of them are more bold and so they will be standing there barking and pacing what we're what we're doing that most of the parents though, they're there just circling around but you don't see them.

but they are there you can hear them on the receiver on we can hear them because they're out there, we know that they're watching us but we can't see them.

They don't ever come after us no.

A good question.

In addition to all that I'm not gonna have time to really swing into this with the other little thing that we do, that you may or may not see everyone's on a program this these pop up every now and then we have collaborated with National Geographic.

And they send an engineer when you're to develop the special critter can put under the neck that tracks their face.

So where they are looking then they can we can see what they're saying what they're doing and.

This is what we're looking at.

This is a camera it's hanging down just below the chin of a female as she's walking.

It kind of allowed us to see certain parts of the coyote's life that you wouldn't be able to see and it's actually been kind of interesting and you know I won't be able to show you much of this but you will see these every once a while.

We have the National Geographic stamp on there.

We basically are able to

Again, we recorded those and then we send another National Geographic and they pick and choose what they want to use.

You'll see her snout coming down from above.

I will fast forward those for just a second.

But can do this.

Sorry I won't be able to do that but anyway, you get the the feeling here in terms of what we're able to do.

One of the cool things about this and we I'm not going to wait to get the service but we can separate scavenging from predation.

In this case in this video clip she'll eventually come across a bird and if you're using scat analysis for stomach content analysis to look at diet, bird would show up there and you would think you think because he killed a bird but they don't they're actually scavenging.

In this case is she finds a dead bird and then she procededs, this little songbird, she takes about 30 minutes to eat 1 leg.

She has to take every further off the bird.

We were laughing.

We're watching this is like ours is the serious? Is she really gonna pluck every feather off?

 

When it comes to birds they're really picky.

Now you'll notice that on that rodent, that vole, they don't care.

The whole thing goes down, but beacause it's a bird, they have to take every little thing off.

We're learning in a kind of useless things like that too.

This is where we're at.

We actually the animal that we caught this morning, I believe that was number 1290.

We're almost at the third of the 1300 coyotes that we captured and marked so far.

A large portion of those are the pups from this litter, but we've also captured a lot of the adults.

It's a massive study.

Then there are a couple couple dogs and a couple of people unfortunately.

That's just working in urban areas.

Real quick, some details.

Even though you often see coyotes alone they are a packed animal.

They do live together in groups it's just that they don't spend a lot of time together.

The howling that you hear is actually really important in terms of maintaining the social cohesion of an animal that often is not able to see each other.

It's the territorial defense is probably the most important aspect of them then living together in groups they rarely come together as a group.

They are territorial.

This is an example of what we do.

Those red dots and those yellow dots, are the locations of an alpha male.

He's the dominant male of a group living and in a park on the northwest side of Chicago.

In the yellow locations are daytime and the red are night time and that that doesn't really matter.

I just want to see that just looking at it even from a distance it's really easy to see the delineation of their territory.

I mean they basically draw out for us.

That's how I guess faithful they are to their sites.

They patrol those edges.

Those that just happened to correspond with roads and it turns out in urban areas in particular, they use the roads to find those boundaries.

They also do the same thing on the country, although, in some cases it might be a road or also might be a fence line or it could be a stream or creek.

They're using features of the landscape took took mark and maintain their boundaries.

In this case roads are not a barrier for them at all physically, that male he could easily cross those roads, he could easily across them anytime of the day.

There's another reason why he doesn't.

For the most part is because of other coyotes.

Those red dots up there are his locations.

Then if we look to the south those yellow dots are the locations of an alpha individual of the neighboring pack.

Then if we move over to the east, then those blue dots are the locations of an alpha animal over to the east, and they're all using the same roads for those boundaries.

It's also the social boundary that's keeping them from crossing the road.

It's not the difficulty of crossing on the road.

That's one part of the of the population.

That's the groups and that's the territorialism and they basically behave a lot like us.

You can't see it because we're up to high, but those are subdivisions are are communities that are adjacent or even within those territories.

In each one of those communities you have a house and have a yard.

Then those are all marked by property lines to varying degrees.

They're just doing the same things we do is just bigger.

Those are the territorial boundaries like I said they do it for us.

The another example this is within a large park.

They have increased in size.

The population in abundance.

How they do that often give up parts their territory to their adult offspring.

There's only one breeding pair in a group.

That's the the parents.

The other members of the group or their offspring and as they become sexually mature, then they have to leave.

These dots represent the mother and the son of the pack early in our study and at that time there were clearly together and they were sharing that territory.

The father was there as well.

Then after a year or so, another pack took over part of their territory and he became sexually mature.

He took over little tiny part of the original territory, his mom took over the the the northern part.

They separated and then eventually he basically lived, to became an alpha male, he lived in that area it's about 1 square kilometers for over a decade.

He had a single mate and they produce a variety of different litters and eventually his offspring became alphas in different parts of that same park.

Today, we actually have seven packs.

Of the 7 packs 5 of them are from his offspring.

The adults.

Each one of those colors represents another pack.

Originally the park was one single pack.

Now again we have 7.

This is another picture of the most recent grouping so, again even when they're really packed together like this, even when the densities are super high they still maintain their territorialism.

Even when the neighbors are their relatives they still maintain their territorialism.

It's a very strong feature of the behavior.

Not each dot.

The dots represent the location of that animal.

The color represents an animal.

That color represents 3 to 5 individuals, that's their territory.

If you're looking at 7 colors are you looking at 35 minimum coyotes and that's not counting pups.

There's actually 60 to 70 coyotes in there.

Real quick, howling is one of the ways that maintain these territories as well as marking.

They spend a lot of time doing that marking and I won't go into all the details about how, but we've actually done a lot of research on that.

Not all coyotes howl at the same rate and other howling bouts actually kind of, they sounds chaotic, but they're actually pretty ordered.

There's certain types of communication that are transferring, but I'm not gonna go into that.

This time of year is actually really important to them.

This is a big month for coyotes.

Here's a alpha pair, they are actually tied.

They're just like dogs.

I don't know if you've had the good fortune or misfortune depending on how you look at having a dog mate, well they get tied together and that's what's happening here.

The do have another thing in common with us, in addition to the territorialism they become romantic at the same time that we do.

It turns out that this part of North America their mating area peaks right around February 14.

And I told you, I'm only telling you facts.

I'm not making things up.

It's not just a bad joke.

That's actually the truth.

But their hormone levels begin increasing in preparing for this event weeks in advance.

They actually start for the males, will start in December.

Testosterone levels will start to build up and they'll start producing sperm in January in preparation for the female coming into estrus.

Female, her hormone levels are sifting altering quite a bit.

She's only going to become, like a dog, only come into estrous for a few days.

And that's it, that's it for the mating.

At other times of the year after the done, hormone levels drop and they can't mate even if they're in the mood.

This is it.

It's a really important time.

This is one reason why they're extremely territorial and you may have a an increase in some conflicts.

A characteristic of the dog family is that they are behaviourally monogamous.

Monogamy is not common in the mammilian world.

Most mammals are not monogamous at all.

They want to try may with as many partners as possible.

The Canaanites, the wolves, the coyotes and the foxes are behaviorally monogamous.

It turns out that when, just like with birds which also be heavily monogamous, once geneticists started testing one they find all kinds of cheating going on.

Actually the monogamy becomes even more rare once the geneticists get into it.

No one had looked at coyotes.

They looked at foxes and they looked at wolves and ensuring there are plenty of cheating that goes on with those.

Foxes as are the worst.

If you want to look at it that way.

The highest levels of cheating goes on with especially red foxes.

They're just crazy.

I just showed you maps of our animals and that's just one example across Chicago.

We're seeing these territories just packed right next to each other and we also solitary animals that are floating through.

There's all kinds of opportunities to cheat.

I mean if they want to have multiple partners they don't have to go very far.

We expected to find, just like every other study has found for monogamous species, to find cheating going on and we thought that this is a perfect test.

That's not what we found.

It's the largest genetic studies been done for coyotes and in fact for canines in general.

There's an alpha pair we happen to catch them together.

It is quite common touch to catch a pair at the same time because they don't want to leave each other.

One of them gets caught the other one stays and often gets caught as well or they're there when we when we show up.

They can actually ride in the same cage together because they're so tight.

what we found, we genotyped almost 900 animals.

It's a really huge sample.

Over 300 have been genotyped.

and of those three-hundred pups, it makes up almost 70 litters.

That was over a year ago.

We're even above that now.

This would be about an 18 year period.

What we found was that of all of that, we found no evidence of any kind of cheating, no what we call extra pair parentage at all.

None.

We also found that the longest mate pair was over a decade long.

In fact, we never documented a divorce.

We still haven't documented divorce.

There's no voluntary separation of an alpha pair.

Only when one of them dies will one take on another mate.

What does that mean to me? It's a pretty fascinating thing, and this is not a major objective of our research, it is not what we're getting funded, I have to be careful about how much time you spend on this but just think about the vast majority of the animals that we've monitored are only going to mate with one animal in their life.

One animal in their life.

That means that you better be really careful about who you pick.

There must be some major mate selection going on but we have no idea what they're doing.

I have no idea.

They could be random.

We do know that they're not related.

We've only document of one alpha pair that shared a relatedness with each other.

All the rest of them are the only unrelated individuals in the pack.

They do avoid that to some extent.

They also occasionally will adopt.

Here's an example of den sharing where the alpha pair somehow ended up with other pups in their den.

So it's still monogamy they were actually the parents of the little tiny pups.

Actually four the little ones and three of the bigger ones.

We've documented that occurring at least three different times now.

They have a really strong parenting instinct both the female and the male.

Very strong parenting instincts.

It's not surprising that they would readily take on another pup if they didn't realize

it's not their own.

I mentioned that they can scale the reproduction based on resources, so this is an example.

This is very typical of our litters in Chicago.

You'll find this is typical in many cities where resources are really abundant.

So that's a litter of 11 pups.

Again genetically tested so they're all coming from a single female and a single male.

That's an example of what a monogamous species can do.

The female doesn't have to raise all those completely by herself, the male's helping.

In fact the subordinates are helping as well.

If they weren't monogamous, so for example if you look at a litter of raccoons or a litter of Bobcats, those are solitary animals the male provides no help, subordinates provide no help.

Their litter sizes are small.

Four animals typically for a cat, for a bobcat, four to five would be typical for a raccoon.

It's only what the mother or herself can raise because they're monogamous they can actually pull off huge litters.

And that's one reason why we haven't been able to exterminate them.

Finally before I move on, we have the different colors.

So I mentioned that we have a little bit of mix of a tiny bit of wolf and dog because they can interbreed so they share the same number of chromosomes.

This is from our litter these are all related they're all littermates, they have the same parents but you see a striking difference in coloration.

Brindle pups in that particular one.

The male was brindle he's the only brindle we've had that that's a sign of the historic or ancestral breeding with dogs with that dark color.

It's been rare.

That was one of the few examples that we have.

The question would be why don't we have more coy dogs? or that hybrid between coyotes and dogs in a city that has in our case we have over 300,000 dogs just in Cook County alone?

Why wouldn't that be more common?

Well there are reasons why we don't.

In the US and in Canada as well I mean most of your dogs are fixed in the cities.

The physical differences in some breeds and coyotes will prevent all that kind of breeding.

It's just hard for some breeds they're just too tiny or whatever.

Then dogs with owners are not free-ranging so the coyotes for the most part are going to avoid dogs with people.

The biggest thing is the dogs are not seasonal breeders.

Dogs come into heat at any time of the year.

I mentioned coyotes are only physically able to make during a very small window.

It has to be time just perfectly.

There's other reasons the hybrids are less vigorous, the sperm and they're asynchronized so they actually come into breeding condition out of season.

That's another kind of barrier between them.

Then I'd like to say that coyotes have standards.

So we just talked about that.

I showed you parks and these animals being territorial in parks, they're not restricted to parks, so they also live out in the developed areas.

These are packs living among people.

You'll notice the way that they use them a lot different so there's gaps and so they're trying to use every bit of green space that can find, and avoiding the areas that are used by people as much as possible.

That's what you see in other parts of the landscape.

This is what it looks like at night.

For them to be able to get from green space or green space, they have to become nocturnal.

This is one of our coyotes 571 who lives in a completely developed are or she did.

This is just her at night trying to avoid people as much as possible.

I'd like to show this because most of these people have no idea about the coyote in the neighborhood.

These people are actually inadvertently feeding the coyote with food on the front porch and I don't know if you can see but that's a cat staring at that coyote.

So the cat knows there's a coyote there but the people don't.

So this is what we see every night.

This is an example of coyotes avoiding people.

They've restricted their activity to night which they don't normally do in rural areas and then even at night they're trying to avoid people as much as possible.

Like what she's going to do here.

This is coyote number one.

This is me recapturing her ten years later.

She started the project off in March of 2000 and fortunately just by fluke, she also happens to be one of the longest living pilots in our study.

We've followed her throughout her whole life for almost 12 years.

This is me.

It was darn hard to recapture her by the way.

The point why I'm picking her out, besides the fact that she was very long lived, is this is where she lived she lived among people for over a decade.

Those pink dots are her locations during about six months of the last year of her life and that's again the community that she lived on for over a decade.

She had one mate in her life.

That's her mate.

He's affectionately called melon head, or he was, because he have this big head.

They had a variety they had eight different litters and so they produced about 70 pups between the two of them, all living among other people.

These are his purple locations.

You can see that they are perfectly lined up they were always together and then she died of natural causes,she had kidney failure and then he he upgraded and got a younger mate.

He was able to get one more litter out before he also died of natural causes too.

This is him during his last year of life.

That's a 12 year old coyote.

You don't see 12 year old coyotes in the natural world very often.

This is after he had lost his mate he was just, he had just taken on new one.

This is another Canadian film crew.

This is a videographer that set up a blind.

He's actually living in a marsh right behind a Walmart.

It looks like a natural area but that's a Walmart.

He wanted to film one of our animals I said well this guy is living in a marsh completely surrounded by people so just set up your blind and should be able to get him.

So, he's set up his blind and that's the first morning at 6 o'clock in the morning he was still setting up his camera and he realized, he looked up when that film started that was the start of his filming because Melon Head was already staring at him.

He already knew he was there.

This is his reaction.

I just I'm spending valuable time on this to point out that one of the things that we've been looking at over the years is: are these animals that have been living among people year after year after year, raising litters year after year after year, are they losing the fear of people?

He's an example of an animal that never did.

I mean he's passed now, but he never lost his fear.

His pups all grew up and never showed a change.

Some of them do.

It's more because of feeding so if they're not getting fed, it is possible for them to live among people without conflicts.

Finally I'm moving downtown.

I've been out in suburbs now we're gonna move into this urban core.

This is the last phase the last six years and what we've reallybeen focusing on because no one had done any work on coyotes in the urban core of a major metropolitan area.

This is the same Chicago area at night and you can see just visually I like it because you can see that the urban core, the downtown area, is you could argue that the ecosystem is different there than it is in the suburbs.

Maybe the Coyotes, maybe they can't even live there or if they are living there are they doing something completely different.

We moved down there it was very hard to do and we're still doing that.

I mentioned that guy that we caught this morning is on the north side of Chicago.

Here's an example of the map.

If we move over to the right that's when we're moving into the urban core.

Those are territories of those super urban coyotes and this is what it looks like.

Just zooming in for some of those packs.

Some of those alpha animals.

They still maintain their territorialism but the way that they move through the landscape becomes even more linear.

I could imagine that it's a place like Ottawa you have some nice linear features to it that might move quite a bit similarly.

This is the territory of coyote 748 one of our super urban animals.

They actually raised a litter right across from Soldier Field, this NFL stadium.

That little picture of that coyote that's on top of the parking garage across from the stadium and the Sears Tower is in the background.

They raised a litter on top of that parking garage.

It's just an example of how adaptable they are.

In terms of survival rates I'm not going to go exactly into all these numbers, but in general your your typical urban coyote, because they're not hunted and trapped in cities, immediately experiences a higher survival rate.

For our animals that annual s represents the proportion of animals that survive a year and so it's somewhere between 60 and 70% for coytoes that's a huge number.

If you were out in the country, in say the the Midwestern U.

We have hunting and trapping, the survival rate is 33% so it's half of what our adults are.

Then if you go down to the bottom, our pups the survival rate of pups is about 60% during the course of the year.

In a rural environment or they exposed to hunting and trapping it's only 13% only 13% so you can imagine that life is really good for coyotes in an urban setting.

One of the reasons why they have such a high survival rate is that they learn how to cross roads.

I'm not going to go into all the details about how we analyze that, but we can actually model that.

We can actually calculate the risk that each coyote has in terms of being hit by a car.

For example, those polygons are packs they're living just outside of O'Hare.

If we overlay the road system, you can see the different packs have a different number of roads that they might have to cross as they're going through their territory.

So you would imagine that they have different levels of risk or different probability of getting hit by a car.

I can tell you that not only for these animals but across Chicagoland, they all have the exactly the same probability of getting hit which is low.

It doesn't matter how many roads that have in their territory, it doesn't matter what their traffic volumes are, they scale their ability to move across roads based on risk.

They all have the same level of risk.

Here's an example of one of those uber urban animals crossing roads.

This is at night because they have to be nocturnal.

[Music]

This is our Lincoln Park animal and they have to use the sidewalks and the roads just like we do.

This is her going down one of the sidewalks and in just a second she's gonna cross the road in front of us.

This is a just one block off of a major thoroughfare.

There's not much traffic here so this is not this is not too exciting.

She can easily move across and not worry about traffic here, but the next frame, so there she moved in front of us the next frame.

She's going to actually move across a very busy road this is just off of Lakeshore Drive.

To do that it's just going to take a different approach.

Here she's been across the road she's gonna move over to the sidewalk actually, approaches that street and you may or may not be able to see this but there's the traffic's coming from one direction as she approaches that stop sign she's looking to the left in the direction of the oncoming traffic.

In this case, the traffic is a constant flow so she saw a gap and so she shot across immediately.

She did not hesitate.

I'm gonna show you a different strategy.

This is the same animal same night a different part of our territory.

You're gonna see a guy passing us on a bicycle.

He's staring at us because of we have a big antenna coming off the top of our truck.

Right behind him is her she's been sitting there watching the traffic and she waited until it was stopped at the light.

Then she could cross on her own.

That's the same animal you just saw using a completely different strategy for a different road.

Where there's stoplights she knows she doesn't have to hurry across she just has to wait at the corner just like all of us, so they do learn how to do this.

Real quick on diet.

I showed you at the very beginning that rodents make a large part of our or their diet.

That's true pretty much everywhere.

That's the stomach content from a single coyote in our area.

It's nine rodents.

That's a big part but our big question is human foods: like how much are they relying on us for their food both in terms of our refuse as well as for our pets?

There's a variety of different techniques for doing that.

We're the first study to actually use a technique called unstable isotopes.

What we can do is we can snip a whisker from their muzzle, one whisker and we can section that whisker into little sections and we could analyze each one of those little sections for their diet.

By doing that we can actually look at an individual animal where we know their age, their sex, their size, their condition and we can follow their diet through the length the window of time that takes to grow that whisker.

We can look at each section to see if it's recent diet or old diet.

I'm not going to go into a lot of detail here, but it turns out that we look at carbon and nitrogen (carbon is on the x-axis) that's the important one because our human foods are all carbon-based.

More specifically it's corn based.

That's a different signature than natural foods for them.

Those gray circles are their food items and where they show up on the isotopes and what we wanted to see our human foods different on that x-axis then the natural foods.

It turns out all of those great things over on the left that's all natural food.

Then what's over on the right is all human food or pets.

That polygons up on the top are pets.

Those little colored dots scattered around there are individual coyotes.

Where they fall out on that landscape reflects what their general on diet item was.

Now that's just pooled across their segments.

So, there's more detail there, but the point is is that we show that there are some coyotes that

are using human foods, some of them are on the right-hand side of that line, that line that goes down the middle is what we call the anthropogenic line or the human food line.

There are some coyotes that are eating over there but many of them, the majority, are still eating natural foods even in the most urban parts.

These are the urban animals the ones that are really downtown and you can see that there's a huge range.

Some of them are eating human foods others are eating natural foods.

You'll see up at the top rats.

None of them are eating rats.

We have yet to document a single coyote eating a city rat.

We wish they would but they don't and it's actually it's probably pretty smart for them because there's a huge rodenticide program in Chicago to poison rats.

It's probably a good move on their part.

I just want to point out a couple of quick things.

These are two animals 740 and 748.

You actually saw one of them, 748, he's a super urban one that was raising the litter on top of the garage.

His diet is almost exclusively rabbit.

He has a completely urban, the most urban, territory you can have and yet his food is almost completely rabbit.

On the other hand you have 740 over on the right-hand side his diet is basically human or pretty close to human.

That's 740 and I caught him in a cemetery and I've shown you all these maps or all these extensive movements that these animals have made.

He got one of those really expensive $5,000 GPS collars because we thought he would be moving through the city.

This is just on the north side of the city and it turns out that he never left the cemetery.

Ever.

So that's like thousands of dollars spent all in that cemetery.

The reason and this is really important, the reason was that he's getting food.

He was getting fed by two little old ladies that adopted him and they put food out for him every day they honked their horn and he eventually will come out and eat, but he's also never lost his fear of people surprisingly.

That's what happens if you feed them you change their movement patterns and all of a sudden they are focused in a certain area thought they were not necessarily focused in before.

That's an example of that this is 740 again he's the one eating rabbits in a completely urban environment.

So you can't predict necessarily what their diet is depending on where they are.

Let me see.

Here's an example of some of that urban life.

Here's an alpha pair.

That's the metro train and that makes up the boundary for their territory.

That coyote in there is actually one of the Alpha pairs and they're marking.

That's this time of year and so that's the, yeah, the female is marking.

She's the heavier one and then the male is gonna come and mark on top of her just to give you an example of again the monogamy is expressed in terms of really tight bond.

So he's going to mark on top.

Right off of the metro.

Let me see.

This another alpha pair this is over by Lincoln Park.

You'll see one of them she's actually taking a poop right on the street and the mate is in the background.

They're actually, they're marking on the roads just like they're traveling and that's how they maintain their territorialism.

And among people.

Again that's also at night.

Then one last one and then here.

They have been getting fed by people so this is if.

We have to pick one.

I'm going to transition to conflicts real quick.

If we have to pick one particular item that is most important in terms of contributing to conflicts between coytoes and people its food.

In some cases it's people that are intentionally feeding coyotes and in other cases it's unintentional feeding.

So this will be unintentional.

This is one of our favorite coyotes going to get fed by people inadvertently this is at night.

It looks like daytime, but that's an example of inadvertently feeding them.

What happens is that when they're fed, then they change their behavior.

If it's, if it takes place over and over again they will start seeing people in places as sources of food as opposed to something to avoid terms of conflicts.

Through 2018 less than four percent of our animals generated any complaints whatsoever.

So it means 96 percent of them are living among people and doing what they're doing without even getting a complaint.

Four percent.

Generally a complaint in most cases it was just simply being seen at the wrong place at the wrong time.

We've only only 1% actually created a severe conflict like attacking a dog so it's pretty rare.

They do take cats.

This is your classic case of maybe a coyote living in a neighborhood is when a cats go missing.

I don't have time to talk about much we did a massive cat study and I was telling someone earlier it's a more complicated than that cats are actually pretty smart and they actually figured out where coyotes are if they're outside a lot if they're indoor/outdoor cats they don't have an opportunity to.

Kind of what's going on with coyotes.

So they're a bit more vulnerable.

The more important conflicts start with dogs.

This is the time of year when we do see a spike in coyote attacks on dogs.

Medium to large sized dogs, generally, are not hurt that badly either usually or nicked up a little bit if it happens.

Most of time it's not.

So what we found is that they're not using dogs as food.

They're basically, their instinct is to remove a competitor so if this is a natural environment coyotes definitely kill foxes or they remove foxes because they're competitors, not because of food.

It could be defensive.

Sometimes dogs attack coyotes and so you can have a conflict there.

Then again it's rarely for food.

This is the seasonality of the coyote attacks on dogs.

There's a big spike in February.

There's another little spike in April.

We have litters and then there's a drop-off, and then it starts increasing again in the winter.

This is the time again when there are territorial instincts are the strongest.

Here's a quick list of some of the breeds in Chicago that have been attacked by coyotes and the numbers reflect, I think it was a 16 year period. where they documented these.

What I want you to notice is that the smaller dogs tend to be more frequent especially small noisy dogs like the Shih Tzu's and the terriers.

It's not restricted to small dogs.

There are some large breeds up there.

There can be under certain circumstances a larger dog being attacked by a coyote as well.

In the most extreme form of conflict is when they attack people and it's rare when it happens though it does happen.

This is actually data that we analyzed a few years ago on a paper and we're again as they move into cities you get to see a bit more of a higher frequency of attacks on on people.

In most cases are very minor but there have been a few cases of more serious attacks.

Coyotes bite people for a wide range of reasons.

What we found there some of them are because of rabies.

There was a recent rabies case in the States over in New Hampshire that was a coyote attacked three different people, that it was infected with raccoon strain of rabies.

It can be pet related, so it often what happens in fact this happened over in Chicago last year there's a altercation between a dog and a coyote and the owner tries to protect the dog and gets bitten.

There's predatory so that is unprovoked attack on a usually small child, so there are predatory attacks and then there's one called investigator that we came up with we didn't know what to call it these are cases where the coyote and the person seemed to be mutually surprised when they getting up.

They're always minor and usually it's when the person is lying on the ground asleep.

So they're lying on the ground asleep and the coyote comes along and bites them and they wake up and it scares the crap out of both of them.

That's investigative.

There's a wide range of reasons why my coyotes might bite someone, it's not always the same.

In terms of preventing this again food is one of the biggest issues.

Pet management is a big one so especially this time of year.

You want to keep pets on leash, especially if you're walking them around green spaces.

At least have them in view of you so that you can scare coyotes off if they happen to to be in the picture.

If they are a small dog you can always, if there's a coyote around, you can pick up your dog and and walk away.

Hazing is always a good idea.

Hazing is is basically acting large toward the animal.

Not running away.

That's the opposite of hazing.

 

Yelling at them, shaking, we've used coffee cans filled with rocks or other things to scare a coyote away.

And then finally, this is an example of what happens when people feed coyotes.

That coyote, that is Justin my former grad student, he caught this coyote in this little marsh surrounded by a subdivision.

So you know what these maps are now, but those green dots are her locations over a one-year period.

Just look, there were no conflicts with her she avoided people's yards in fact none of those yards had any fences but she was doing everything she could to avoid people's yards for a year.

The only complaints about the Coyotes, and she was one member of a pack that was living in that Marsh, the only complaints was the noise they were making.

Because they howled.

So that was the biggest complaint.

She matured.

She left that area.

Floated as a transient across the landscape and eventually settled in his cul-de-sac in a community.

Those red locations are just to her floating around and then she eventually settled down here.

So why did she settle down there?

It turns out that but there's a sequence of three houses that were all feeding wildlife.

I mean putting a lot of food out.

So that's a picture of her I'm taking a piece of bread they're putting out bread for raccoons.

This is actually, prior to this when she lived in that marsh without any conflicts, she was exclusively nocturnal and she avoided yards that's why there were no conflicts, but once she became older and she moved into this area where they're feeding animals she completely changed her behavior and now she became a nuisance animal.

She was never aggressive, but she began to see their yards as a source of food so she spent all of her time around their yards and she became diurnal, she became active during the day.

So they wanted to have her removed.

So as an example of how feeding can change the behavior of an animal and it goes from an an animal that totally avoided a people and all conflicts with them, to now all of a sudden it's taking the first steps toward conflict.

Feeding is, if you have to point to one thing, that's one of the most important things.

One that we have control over, so we can influence how much time coyotes spend in certain areas.

How much time do they spend, how close do they come to us and how do they behave toward us.

Those are all things that we can control.

Managing the pets.

The harassment coyotes.

The hazing.

This is just another video.

I'm going back to that critter cam.

This is a cemetery that had a, they closely regulated or they thought, wildlife feeding in that cemetery.

In other words they had signage telling people not to do that and when we went, I talke to the cemetery director I asked if we could trap and put up a critter cam on a coyote, she said absolutely we'd love to be able to see that.

She assured me there was no feeding going on in that cemetery.

The very first thing that we saw once we put that camera on an animal was that animal going to a spot that had dog food.

So they were doing everything they could, but there's a lot of feeding that takes place.

In this case it's intentional so that's, those are people are intentionally feeding coyotes.

That contributes to the conflicts.

When you do have an animal that becomes aggressive, often their only solution really it's to lethally remove it.

We definitely recommend that if they they're showing a repeated pattern of a lack of fear of people and they haven't bitten anyone.

They should think about possibly removing it.

If they've bitten someone then they should definitely be removed we don't we don't there's no data no one's ever done a study to see if you can change an animal's behavior once they've gotten to the point where they attack someone.

No one wants to do that study.

Really quick, the bottom line here the coyotes are successful in cities, in spite of us, so no one introduced coyotes in the cities, no one's protected coyotes in cities, so they've come in.

In fact in Chicago and like every other city when they first appeared every municipality tried to get rid of them and all they did was succeed in being able to stay anyway.

So there it's just successful in spite of us but their ability to live with us relies on they're maintaining a certain level of fear.

We have to be able to maintain that fear and the public actually has a lot of have influence over that.

So as I mentioned, this is, we've had of a lot of support.

These are the short list of some of the people involved if you are interested in more information.

That's our website urbancoyotesearch.

So a lot of the stuff that I've talked about is even is there on even more detail.

At that it's that time I'll take questions.

If you want me to.

I know it's late.

[Speaker 1]

yeah I mean it is almost 20 after 9:00, but if we have a couple of questions that I can well just see if we can get the microphone.

[inaudible question]

Right, so the question you're noticing the size of area that we reported you know it varies quite a bit.

It depends on where they are in the landscape.

Those downtown animals need more space, the ones that are in the really high high quality habitats in the suburbs need very little space, but we're still there's pushing the boundaries on how much, how little space can they get by on.

We're already exceeding in terms of the smallness of their territories anything that's been published in the literature.

So we have some that are living in an area that's less than one square kilometer in size.

That's a full pack raising litters.

That's the bare minimum there.

That's a high quality habitat.

Those urban animals what we've discovered is that if you just look at the usable space the green space within those highly urbanized sites it actually the it accumulates.

If you just look at that you measure out it ends up being about the same amount of space so it looks like there may be a minimum threshold for them, but again it's influenced by whether or not they're getting any human food or not.

Human food can make them shrink even further like that guy in the cemetery.

[Audence member]

A few days ago a friend of mine told me about an episode with his labrador dog he let it out and there in a little green space and the dog didn't come back.

He went to find out what was going on and there were two coyotes standing over his dead body.

 

So they got a Labrador.

I didn't see a Labrador up when you're on your list there.

Just to comment about you're crossing the border episode.

I had the same problem going the other way and you know what I really think they're interested in.

But the one thing you don't say is I'm giving a talk because they're interested in how much money you're getting.

They think you're Barack Obama or somebody, you're getting three hundred thousand bucks and at least that's what that was my impression on the American side.

[Dr Stan Gehrt]

As an American these days I'm in no position to comment on other countries border policies at all.

[laughter]

[Audience member]

Thank you for the talk.

It's very informative.

I was wondering what the strategies you have to dispel some dangerous myths surrounding coyotes for example during our denning season where there's the myth that's going around in social media that coyotes lure dogs to predate upon and make food for the litter which is a very dangerous myth.

I was wondering what kind of strategies you have to dispel those myths?

[Dr Stan Gehrt]

Strategies to dispel the myths?

All i can do is provide the information for people to try to be informed.

So we either like, in giving talks such as these, publishing the results that we have.

The social media is a difficult thing.

I don't really know I have a good answer for that.

That's a tough one that it's gonna take someone smarter than me to try and figure out how to battle that, but that's a really good example.

So that is a myth that has been around forever.

The Coyotes lure dogs in and then the pack is hiding around and in they attack the dog.

There is certainly behavior that they exhibit that's similar to that and I can certainly understand where that myth comes from but in many cases what's just happening is that coyotes spend a lot of time by themselves but the pack mates are in proximity to them when they're chased by dog.

They're gonna go as close as fast they can to safety often there's other coyotes there already, and so it's not necessarily they're luring it that's just happens to be a coincidence that that's where they're taking them.

That myth will never go away and you'll never convince people, so I tell them that and they choose to not believe me so so I'm just trying.

[Audience member:]

At what point like you consider nuisance because right now we have coyotes are coming to our fence daily after our dog and we've done everything and this is daytime, morning, night, it doesn't matter the time of day.

We're seeing them five to six times a week like daily coming.

So at what point do you consider them a nuisance?

Second, we've done the like loud noises we've done everything and they still continue and they're not they're getting to the point where we can be within two three feet of our back fence before they'll take off like they're no longer afraid of us.

[Dr Stan Gehrt:]

Right well it's not it's not necessarily up to me to determine whether there are nuisance because I'm not the one that's living in your house.

It's not my dogs.

When I recorded those animals like the percentage that were nuisances that's those were coyotes that were reported as nuisances by the public.

I didn't determinate they're a nuisance.

It was the public determinants they were nuisance.

So you strictly decide when there are nuisance or when they're too much of a nuisance.

Not necessarily me.

It's also very difficult for me to make a decision like that when I'm not actually seeing what's the behavior is actually taking place.

Sometimes people misinterpret what they're seeing and unless they describe something to me it may or may not reflect it so it's very hard for me to provide like a definite response when I'm not actually there.

But what I can say is that if it's something that you're if it becomes threatening and you're worried about it and that's something that you should be reporting to your animal control agencies.

Your neighbors, hopefully, they would also be reporting out and if there's a shift in their behavior and they're becoming more aggressive then they may have to be removed.

Just know, and the one thing I didn't talk about when you do a removal it's always you want to try and understand why are they behaving that way because they will be replaced by other coyotes.

So if you don't understand what the root cause is, doing the removal itself may or may not answer that question.

So it's important to try and understand that.

You might check to see with neighbors and see if there's anyone that's actually doing anything that contributes to the problem as opposed to solution, such as inviting them into the problem onto their properties and things like that.

So often what we're finding is that a whole community and neighborhood everyone can be doing exactly the right things, it takes one or two people that aren't and then it's it basically minimizes all the work that you're doing.

And sorry, I don't have a better answer for you than that, but but if you're do you determine whether or not that they are nuisance not not me and it sounds like you have a building problem there.

[Speaker 1:]

Locally they if you didn't know where to call it would be 3-1-1.

[inaudible speaking]

[Speaker 1:]

I know and yeah we'll have to work on that.

If there's an imminent sense of threat then you know that it is a call for the police.

You know, if someone is feeling directly personally threatened then then it is a matter for the police.

And yes we would be talking about you know if there was an animal that attacked anyone within the city boundaries then we would be looking at addressing that obviously.

We're running very late but I know there were a couple people, so I'm just going to take two more questions, so I'm sorry everyone, we'll take two more questions after that it's up to Stan's goodwill.

I'll have a couple closing remarks after these last two questions.

[Audience member]

Hi there.

Earlier you mentioned that in the Northeast coyotes were bigger than they were in the southeast.

Does that have to do because of the temperature?

Like it often gets more colder up northeast.

Is that one of the factors?

[Dr Stan Gehrt:]

Well, we don't know for sure, but most people are leaning more toward there's a there is a slightly higher percentage of the wolf gene in your northeast as opposed to the southeast so you usually attribute that that size difference to that, but we don't really know for sure exactly.

You do have a slightly higher percentage of wolf.

It turns out that even though that was historic, there is still some hybridization taking place in Ontario between our Algoniquin wolves and coyotes.

In fact it's one of the biggest threats to your Algonquin wolves is the breeding of coyotes.

There are some recent wolf genes being introduced as well.

[Audince member]

First thank you for the really thoughtful an excellent talk.

Very informative.

North of Ottawa sort of north end of Gatineau Park and north of there there's talk of red wolves or Algonquin wolves there and overlap with coyotes as well, and I'm wondering if there's ways you can tell them apart through their vocalizations?

[Dr Stan Gehrt:]

Through the vocalizations?

I don't know.

So that's actually a really good question because we know that grey wolves and coyotes have dramatically different vocalizations and there's actually some reasons for that.

But the Algonquin wolves, I don't, I have not seen any actually measures to see how much how different they are so I don't have a good answer for that.

If you ever heard I'm sure you've heard wolves howl and coyotes.

We call wolves the opera singers of the canid world and the coyotes are the rappers.

I don't know where the Algonquin wolf is on that, which way they lean.

[laughter]

[Speaker 1:]

I'd like to thank you Stan.

Thank everyone for coming out tonight.

Unfortunately Councillor El Chantiry had to step out, but we're very grateful to all of you for coming downtown on such a snowy day.

We weren't sure what the weather would be at this time of year but it is an important time of year to talk about coyotes because as you've heard this is a big time of year for them and they're out there.

So we would just like to present Stan with a little token of our appreciation.

Thank You Stan and we hope thank you we hope you don't have any trouble getting it across the border

[Music]

Comme un poisson dans l’eau : une immersion dans l’univers sous-marin d’Ottawa - 27 novembre 2019

Publié: 
lundi, 28 octobre 2019, 11 h 36
Mise à jour: 
jeudi, 14 mai 2020, 15 h 35

Dates et heures

mercredi, 27 novembre 2019,
19 h 00 au 21 h 00

Emplacement

Ben Franklin Place
101 Centrepointe Drive
Ottawa, ON

Conférencier:  Steven Cooke, Ph. D., Université Carleton

Heures: 19 h : Exposition sur le monde aquatique  20 h : Mot d’ouverture et présentation

Droit d’entrée:  Amenez un don de denrée non périssable pour la Banque d’alimentation d’Ottawa et vous pourrez entrer. Le nombre de places étant limité, les participants seront admis selon le principe du premier arrivé, premier servi.

Ottawa possède un vaste réseau de rivières et de cours d’eau, dont bon nombre sillonnent nos quartiers et s’écoulent près des points d’intérêt au cœur de la ville. Lorsque vous pédalez ou marchez au bord du canal Rideau, ou que vous contemplez le coucher de soleil sur la rivière des Outaouais, vous ne pensez probablement pas à la vie marine qui grouille sous la surface. Si les pêcheurs à la ligne locaux sont bien au fait de l’abondance et de la diversité des espèces de poisson qui fréquentent même les zones les plus urbanisées, ce monde sous‑marin mystérieux échappe aux regards des observateurs moins expérimentés. La Ville invite donc les résidents à en apprendre davantage sur les espèces de poisson qu’abritent les cours d’eau d’Ottawa, comme le maskinongé et l’achigan, des poissons prédateurs, ainsi que les ménés et les dards, qui sont joliment colorés, et sur les techniques fascinantes que ces poissons emploient pour survivre et se développer dans ces eaux. Il y aura, à l’occasion de cet événement, des présentoirs tenus par des organismes locaux et une présentation donnée par Steven Cooke, un chercheur reconnu dans le domaine des pêcheries. Au plaisir de vous y voir!

À propos du conférencier invité

Steven Cooke, Ph. D., est professeur et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en écologie piscicole et en physiologie de la conservation à l’Université Carleton. Les travaux de recherche de M. Cooke portent sur de nombreuses disciplines dans les domaines de l’écologie piscicole ainsi que de la physiologie et du comportement chez les poissons, en plus d’explorer des dimensions humaines, la mobilisation du savoir et les politiques. En 2015, il a créé le Canadian Centre for Evidence-Based Conservation, qui a pour mandat de résumer de l’information sur la conservation à l’intention des décideurs. Les résultats de recherche de M. Cooke (plus de 700 publications évaluées par des pairs) se rattachent à de multiples volets, notamment l’élaboration de solutions au chapitre des passes à poissons, les activités de restauration de l’habitat, de même que l’examen de questions liées aux prises accessoires et à l’innovation dans la gestion de la pêche récréative. M. Cooke a travaillé sans relâche pour mieux faire connaître les poissons et la pêche en eau douce et, ainsi, voir à ce qu’on mette en valeur les ressources de ce milieu à l’échelle internationale. Son dévouement au travail, ses approches novatrices et sa capacité à nouer des partenariats de recherche lui ont permis de recevoir plusieurs prix, dont le Prix Roderick Haig‑Brown, le prix Latornell Leadership et le prix E.W.R. Steacie du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada. Steve est Fellow de la Société géographique royale du Canada et secrétaire du Collège de la Société royale du Canada.

Pour en savoir plus :

Amy MacPherson, urbaniste
Ville d’Ottawa
Direction générale de la planification, de l’infrastructure et du développement économique
Courriel : amy.macpherson@ottawa.ca
613‑580‑2424, poste 14873

Les pollinisateurs : ces superhéros méconnus – 26 avril 2019

Publié: 
lundi, 25 mars 2019, 14 h 54
Mise à jour: 
jeudi, 16 janvier 2020, 15 h 11

Dates et heures

vendredi, 26 avril 2019,
18 h 00 au 21 h 00

Emplacement

Ben Franklin Place
101 Centrepointe Drive
Ottawa, ON

18 h : Exposition sur le thème de la nature
19 h : Mot de bienvenue et présentation

Admission is free and will be on a first come, first served basis.

Conférenciers :

Jessica Forrest, Ph. D., Université d’Ottawa
Jeff Skevington, Ph. D., Agriculture et Agroalimentaire Canada

L’entrée est gratuite; les places seront accordées selon le principe du premier arrivé, premier servi.

Tellement de pollinisateurs vivent parmi nous! Beaucoup savent que les abeilles mellifères et les papillons sont des pollinisateurs; peu réalisent cependant qu’il existe aussi des centaines d’espèces d’abeilles indigènes. Parmi les autres pollinisateurs d’ici, on compte les mouches, les papillons nocturnes, les guêpes, les fourmis, les coléoptères et même certains oiseaux. Encore une fois, ils travailleront fort ce printemps et cet été, ce qui est une bonne nouvelle pour toutes les plantes et tous les animaux (y compris les humains) qui dépendent de leurs services. La Ville invite les résidents à en apprendre davantage sur les pollinisateurs indigènes et sur l’importance qu’ils ont pour nous. Lors de cet événement, des kiosques seront tenus par des organismes environnementaux, et des présentations seront offertes par les chercheurs Jessica Forrest et Jeff Skevington. Au plaisir de vous y voir!

Nos conférenciers

Jessica Forrest est professeure agrégée en biologie à l’Université d’Ottawa. Elle s’intéresse à tous les aspects de l’écologie et de la biologie évolutive des abeilles. Dans son laboratoire, on mène des recherches sur les facteurs limitant les populations d’abeilles sauvages, sur les effets qu’ont les changements climatiques sur les interactions entre les plantes et les pollinisateurs, sur le rôle des abeilles sauvages pour les cultures agricoles et sur l’histoire naturelle de la pollinisation (site Web). Mme Forrest a obtenu son doctorat à l’Université de Toronto en 2011. Elle a mené des observations en milieu ouvert en Californie, dans les montagnes Rocheuses du Colorado, et dans les environs moins montagneux, mais non moins intéressants, d’Ottawa.

Jeff Skevington est un naturaliste dans l’âme : il observe les insectes et les oiseaux depuis sa tendre enfance. Il est chercheur et directeur de la division des diptères (mouches) à la Collection nationale canadienne d’insectes, d’arachnides et de nématodes d’Agriculture et Agroalimentaire Canada.

Abeille - fleur

Il se consacre principalement à la taxonomie et à la phylogénétique des mouches de l’ordre des syrphidés et de la bombyle à grosse tête (Pipunculidae). Il a publié plus de 100 articles scientifiques sur ces animaux et a formé de nombreux étudiants aux universités Carleton, Trent et de Guelph, où il est professeur auxiliaire. Un de ses projets actuels, l’ouvrage Field Guide to the Flower Flies (Hover Flies) of Northeastern North America, devrait être publié chez Princeton University Press à peu près à la même date que cet événement, qui fera donc office de lancement de livre.

N’hésitez pas à venir poser vos questions sur les insectes pollinisateurs à Jeff et à Jessica avant ou après la présentation. Si vous avez des photos d’insectes pollinisateurs, apportez-les! Jeff nourrit également une passion pour le jardinage avec les plantes indigènes afin d’encourager les espèces sauvages indigènes (notamment les pollinisateurs) : vous pourrez donc lui poser une panoplie de questions à ce sujet!

Renseignements :

Amy MacPherson, planificatrice
Ville d’Ottawa
Direction générale de la planification, de l’infrastructure et du développement économique
Tél. : 613-580-2424, poste 14873

 

Conférencier : Michael Runtz, Université Carleton

Le mercredi 24 octobre 2018
Place-Ben-Franklin, 101, promenade Centrepointe
18 h – Exposition sur le thème de la faune
19 h – Mot de bienvenue et présentation

L’entrée est gratuite ; les places seront accordées selon le principe du premier arrivé, premier servi.

Les jours raccourcissent, et l’hiver est à nos portes. Tout comme nous, les animaux sauvages se préparent à affronter le rude hiver ottavien. Certains fuient l’hiver en migrant au sud, mais d’autres ont recours à diverses stratégies pour survivre au froid. La Ville invite les résidents à apprendre comment les animaux de chez nous passent l’hiver. L’activité comprend des expositions d’organismes environnementaux locaux et une présentation de Michael Runtz, naturaliste renommé et professeur à l’Université Carleton. Nous espérons que vous pourrez vous joindre à nous!

À propos de notre conférencier

Michael Runtz se passionne pour l’ornithologie depuis l’âge de cinq ans. Il a travaillé comme naturaliste interprète au Parc provincial Algonquin et au Parc national de la Pointe-Pelée. M. Runtz a fait partie des administrateurs fondateurs des Ontario Field Ornithologists et du Macnamara Field Naturalists’ Club d’Arnprior, dont il demeure le président. Il est également auteur, éducateur, animateur de télévision et photographe accompli, son travail ayant été récompensé par de nombreux prix en éducation, en conservation et en photographie. Son dernier livre, intitulé Algonquin Wild, célèbre les beautés et les merveilles du Parc provincial Algonquin qui se succèdent au fil des saisons; il paraîtra cet automne. M. Runtz enseigne l’histoire naturelle et l’ornithologie à l’Université Carleton d’Ottawa, où ses cours très visuels et accrocheurs continuent de susciter un nombre record d’inscriptions.

Pour en savoir plus, veuillez communiquer avec :

Amy MacPherson, urbaniste
Ville d’Ottawa
Direction générale de la planification, de l’infrastructure et du développement économique
courriel : amy.macpherson@ottawa.ca
tél. : 613-580-2424, poste 14873

La faune en hiver – Le 24 octobre 2018

Publié: 
jeudi, 5 avril 2018, 17 h 27
Mise à jour: 
lundi, 28 octobre 2019, 11 h 51

Dates et heures

mercredi, 24 octobre 2018,
18 h 00 au 20 h 30

Emplacement

Place-Ben-Franklin
101, promenade Centrepointe
Ottawa, ON

Conférencier : Michael Runtz, Université Carleton

Le mercredi 24 octobre 2018
Place-Ben-Franklin
101, promenade Centrepointe
18 h – Exposition sur le thème de la faune
19 h – Mot de bienvenue et présentation

L’entrée est gratuite ; les places seront accordées selon le principe du premier arrivé, premier servi.

Les jours raccourcissent, et l’hiver est à nos portes. Tout comme nous, les animaux sauvages se préparent à affronter le rude hiver ottavien. Certains fuient l’hiver en migrant au sud, mais d’autres ont recours à diverses stratégies pour survivre au froid. La Ville invite les résidents à apprendre comment les animaux de chez nous passent l’hiver. L’activité comprend des expositions d’organismes environnementaux locaux et une présentation de Michael Runtz, naturaliste renommé et professeur à l’Université Carleton. Nous espérons que vous pourrez vous joindre à nous!

À propos de notre conférencier

Michael Runtz se passionne pour l’ornithologie depuis l’âge de cinq ans. Il a travaillé comme naturaliste interprète au Parc provincial Algonquin et au Parc national de la Pointe-Pelée. M. Runtz a fait partie des administrateurs fondateurs des Ontario Field Ornithologists et du Macnamara Field Naturalists’ Club d’Arnprior, dont il demeure le président. Il est également auteur, éducateur, animateur de télévision et photographe accompli, son travail ayant été récompensé par de nombreux prix en éducation, en conservation et en photographie. Son dernier livre, intitulé Algonquin Wild, célèbre les beautés et les merveilles du Parc provincial Algonquin qui se succèdent au fil des saisons; il paraîtra cet automne. M. Runtz enseigne l’histoire naturelle et l’ornithologie à l’Université Carleton d’Ottawa, où ses cours très visuels et accrocheurs continuent de susciter un nombre record d’inscriptions.

Pour en savoir plus, veuillez communiquer avec :

Direction générale de la planification, de l’infrastructure et du développement économique
Courriel : amy.macpherson@ottawa.ca 
Tél. : 613-580-2424, poste 14873

Nous joindre

Amy Mac Pherson

Célébrons les arbres et les fleurs emblématiques du Canada - Le 26 septembre 2017

Au programme : exposition des œuvres de Mary Margaret Land sous le titre « Les fleurs du Canada » 

Conférencier : Ken Farr, Service canadien des forêts

Mardi 26 septembre 2017
Hôtel de ville d’Ottawa, 110, avenue Laurier Ouest
19 h : Exposition des œuvres et Salon de la nature 
20 h : Mot d’ouverture et présentation

L’entrée est gratuite et sera accordée selon le principe du premier arrivé, premier servi.

Dans le cadre du 150e anniversaire du Canada, de la Semaine nationale de l’arbre et des forêts et de la Journée nationale de l’arbre (le 27 septembre), la Ville invite les résidents à mieux connaître les arbres et les fleurs emblématiques du Canada. À cette occasion, des organismes locaux présenteront leurs produits et leurs services, Mme Mary Margaret Land, artiste canadienne, exposera ses œuvres et M. Ken Farr prononcera une allocution. Au Canada, les arbres et les fleurs, comme tant d’autres végétaux, font partie de nos plus précieuses richesses naturelles et façonnent l’histoire de notre pays et ainsi que nos cultures. Bien des espèces végétales indigènes sont même devenues les symboles officiels des provinces et des territoires du Canada. Apprenez à mieux connaître nos arbres et nos fleurs emblématiques!

À propos de l’artiste

Mme Mary Margaret Land est une artiste qui habite l’Île du Prince Édouard. Elle est diplômée en biologie de l’Université de Guelph, où elle a été illustratrice d’ouvrages de botanique pendant plusieurs années. C’est sa passion pour les fleurs, exprimée dans la plupart de ses peintures, qui l’a amenée à imaginer l’exposition « Les fleurs du Canada : Une célébration de l’unité canadienne » pour souligner le 150e anniversaire du pays. Elle a consacré plus de dix ans à la série d’aquarelles et de textes explicatifs qu’elle présentera sur les fleurs officielles des provinces et des territoires du Canada. Cette exposition fera le tour du Canada dans les prochains mois.

À propos de notre conférencier

M. Ken Farr est gestionnaire des sciences et conseiller principal en politiques auprès du Service canadien des forêts de Ressources naturelles Canada. Ses fonctions actuelles s’étendent au commerce international des produits forestiers, à la science de la foresterie urbaine, aux parasites forestiers envahissants et aux mesures de mise en quarantaine des végétaux. Il est le représentant de l’autorité scientifique du Service canadien des forêts pour la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées (CITES).

Au Canada, M. Farr a enseigné l’horticulture, la foresterie urbaine et l’arboriculture au département d’horticulture du Collège Algonquin, à Ottawa en Ontario, et la dendrologie à l’école d’architecture et d’architecture paysagère de l’Université de Toronto. Dendrologue dans le cadre du projet d’ouvrage de référence Les arbres Canada, de John Laird Farrar, il est l’auteur de la publication Les forêts du Canada du Service canadien des forêts.

Pour en savoir plus, veuillez communiquer avec :

Amy MacPherson, urbaniste
Ville d’Ottawa
Direction générale de la planification, de l’infrastructure et du développement économique
Courriel : amy.macpherson@ottawa.ca
Tél.: 613-580-2424, poste 14873

Une célébration de la faune du Canada - 6 avril 2017

Conférencier : Michael Runtz, Université Carleton

Le jeudi 6 avril 2017

Place-Ben-Franklin
101, promenade Centrepointe
18 h Exposition sur le thème de la faune
19 h Mot d'ouverture et présentation
 

Entrée libre.

À l’occasion du 150e anniversaire du Canada et en prévision de la Semaine nationale de la conservation de la faune (du 9 au 15 avril), la Ville invite les résidents à en apprendre davantage sur les animaux emblématiques du Canada. Des organismes locaux présenteront une exposition et le naturaliste réputé Michael Runtz fera un exposé. La riche diversité de la faune canadienne fait partie de notre patrimoine national et continue de façonner l’identité de notre pays. Les castors, les huards et les orignaux sont reconnus comme des symboles du Canada, et les trois ont élu domicile sur le territoire d’Ottawa. Venez rendre hommage à ces animaux qui sont aussi nos voisins.

À propos de notre conférencier :

Michael Runtz se passionne pour l’ornithologie depuis l’âge de cinq ans, et il a travaillé comme naturaliste interprète au Parc provincial Algonquin et au Parc national de la Pointe-Pelée. M. Runtz a fait partie des administrateurs fondateurs des Ontario Field Ornithologists et du Macnamara Field Naturalists’ Club d’Arnprior, dont il demeure le président. Il est également un auteur, éducateur, animateur de télévision et photographe accompli, son travail ayant été récompensé au moyen de nombreux prix en éducation, en conservation et en photographie. Son plus récent livre, intitulé Dam Builders: the Natural History of Beavers and their Ponds, lui a valu d’être mis en candidature pour la Médaille John-Burroughs, et il a été finaliste pour l’obtention du prestigieux Prix Lane-Anderson. M. Runtz enseigne l’histoire naturelle et l’ornithologie à l’Université Carleton d’Ottawa, où ses cours très visuels continuent de susciter des inscriptions record.

L’inscription est terminée.

Pour en savoir plus :

Amy MacPherson, urbaniste
Direction générale de la planification, de l'infrastructure et du développement économique
Courriel : amy.macpherson@ottawa.ca
tel: 613-580-2424, poste 14873

Arbres en santé - Ville en santé : Une célébration de la Journée de l’arbre - 21 septembre 2016

Conférencier, professeur Marc Berman, Université de Chicago

Le mercredi 21 septembre 2016
Édifice de l'horticulture, parc Lansdowne
18 h Exposition sur le thème Communautés en santé
19 h Discours d'ouverture et présentation

Entrée libre.

La forêt d'Ottawa purifie notre air, améliore la santé de nos résidents, embellit nos quartiers et améliore notre qualité de vie. Vous êtes invités à en apprendre davantage en participant à cet événement où des organisations tiendront des stands portant sur l'environnement et la vie saine et une présentation par professeur Marc Berman. Son étude, réalisée par une équipe de chercheurs des États-Unis, du Canada et de l'Australie, a porté sur les répercussions d'une augmentation du nombre d'arbres dans la ville de Toronto, faisant en sorte que les résidents se sentent mieux.

L'événement coïncidera avec l'inauguration de l'exposition de photographies intitulée PhotoSynthesis 2, présentée dans le cadre du festival Tree Fest Ottawa. Soyez parmi les premiers à admirer cette exposition.

Cet événement est présenté en association avec Tree Fest Ottawa et Santé publique Ottawa.

À propos de notre conférencier :

Marc Berman est professeur adjoint au département de psychologie de l'université de Chicago. Ses recherches portent notamment sur la capacité des environnements naturels à améliorer l'attention et la mémoire. La compréhension du rapport entre le traitement psychologique et neuronal et les facteurs environnementaux se situe au cœur de ses recherches.

Pour en savoir plus :
Lise Guevremont, urbaniste
Ville d'Ottawa
Service de la planification, de l'infrastructure et du développement économique
Courriel : lise.guevremont@ottawa.ca
613-580-2424, poste 27784

Les citoyens et la science - 12 avril 2016

Le mardi 12 avril 2016

Place-Ben-Franklin
101, promenade Centrepointe

18 h à 19 h Exposition de projets de la science citoyenne
19 h à 20 h Présentations

La science citoyenne est une méthode d’étude scientifique de plus en plus populaire et importante. Encouragée par les nouvelles technologies, en particulier les médias sociaux, elle permet aux chercheurs de recueillir et d’analyser des données scientifiques à des échelles et dans des quantités qu’il n’aurait pas été possible d’atteindre auparavant ou qui auraient été inabordables. Depuis l’analyse des bruits des océans au suivi de la migration des papillons, du changement planétaire aux « bio-blitz » d’arrière-cour, la science citoyenne entraîne les gens ordinaires vers l’une des formes de recherche les plus importantes et transformatrices du XXIe siècle.

Deux orateurs d’envergure seront présents à cet événement.

Jeremy Kerr (Université d’Ottawa), cofondateur de Bumblebeewatch.org et pionnier de la « science citoyenne », discutera de son expérience et fournira un aperçu de comment le public peut participer aux programmes de recherche en cours. M. Kerr est un conférencier engagé, dont le travail et les rapports de recherche sont publiés dans différents forums, comme les prestigieux journaux Science and Nature, CBC’s Quirks and Quarks, The National et le Rick Mercer Report.

Andy Kenney, professeur émérite de l’Université de Toronto, sera sur place pour présenter une nouvelle approche axée sur la communauté visant à faire l’inventaire des forêts urbaines : le programme Neighbourwoods. Le programme s’appuie sur une approche d’inventaire détaillé, qui peut être appliquée par des bénévoles en vue de contribuer à l’élaboration d’une stratégie d’intendance de voisinage.

Des expositions seront proposées par des organisations d’Ottawa actives en science citoyenne. Les participants à cet événement apprendront comment ils peuvent s’investir dans toute une gamme de projets fascinants.

Une petite fille tenant un coléoptère.

La faune et la viabilité en milieu urbain - 2 mars 2015

Journée mondiale de la vie sauvage 

Estampes de l'homme et l'oiseau dans la neigeLe lundi 2 mars 2015
18 h - Exposition environnementale
19 h 30 - Discussion de groupe
Place-Jean-Pigott, hôtel de ville d'Ottawa
110, avenue Laurier Ouest

Inscrire ici!

Le saviez-vous?

  • Le Canada est fier de se joindre à 170 autres pays pour célébrer la Journée mondiale de la vie sauvage afin de sensibiliser davantage la population à la faune et à la flore de notre planète.
  • Ottawa dispose de plus de 2 660 hectares d'espaces naturels sur son territoire.
  • Ottawa est la terre d'accueil de plus de 500 espèces sauvages.

La Ville d'Ottawa vous invite à participer à cette activité interactive qui portera sur les secteurs urbains et la conservation de la faune, plus précisément sur :

  • La façon dont les animaux parviennent à vivre en ville;
  • La façon de gérer la croissance de la ville tout en aménageant des espaces verts où la faune peut vivre;
  • Les nombreuses possibilités qui s'offrent à nous si nous travaillons ensemble.

Spécialistes du domaine :

Ce groupe respecté de leaders d'opinion et de spécialistes de la conservation de la faune partagera son expérience sur la façon dont les villes et les communautés peuvent contribuer à la conservation de la faune.

David Chernushenko
Conseiller, quartier Capitale
Président du Comité de l'environnement

Janet Mason
Présidente du Conseil de l'intendance environnementale d'Ottawa

Brenda Van Sleeuwen
Biologiste, Conservation de la nature Canada

Envoyez vos questions et vos idées à wildlife-faune@ottawa.ca et nous ferons notre possible pour qu'elles soient abordées au cours de la séance.  Inscrire ici!

Lise Guèvremont, MCIP RPP
Urbaniste, Politiques relatives à l'utilisation des sols et aux systèmes naturels
Urbanisme et Gestion de la croissance
613-580-2424, ext. 27784

Les Oiseaux hivernaux - 9 décembre 2014

Mardi 9 décembre 2014
Exposition environnementale et diaporama sur les oiseaux d'Ottawa : de 18 h à 21 h
Présentation officielle : 19 h
Place Ben-Franklin
101, promenade Centrepointe

Mésange sur une branche

De nombreux résidents aiment observer, nourrir et photographier les oiseaux sauvages. Bien qu'un bon nombre de nos oiseaux locaux s'envolent vers le sud en prévision de l'hiver, d'autres restent ici toute l'année. De plus, certains oiseaux des régions nordiques s'installent à Ottawa pour y passer l'hiver!

L'événement était axé sur les oiseaux d'Ottawa et comment ils survivent (et même prospèrent!) en hiver. Il s'agissait de notre dernière activité de 2014.

L'ornithologue local renommé Bruce di Labio nous a expliqué comment les oiseaux d'Ottawa passent l'hiver à Ottawa ou aux alentours de la ville. M. di Labio dirige des groupes d'observation des oiseaux à l'échelle locale et internationale depuis de nombreuses années. Il est aussi l'auteur de diverses publications, notamment la rubrique hebdomadaire « World of Birds » dans le Ottawa Citizen.

Un diaporama sur la nature ainsi qu'une exposition environnementale ont été présentés aux résidents afin qu'ils aient l'occasion d'en apprendre davantage sur les espèces sauvages, les paysages naturels et les initiatives environnementales locales d'Ottawa. La soirée a été très réussie et plus de 200 personnes étaient présentes.

Résultats du concours de photos

La Ville avait organisé un concours de photographies en collaboration avec l'événement Les Oiseaux hivernaux de la Série de conférences sur la faune.

Les résidents étaient invités à soumettre leurs photographies d'oiseaux sauvages prises à Ottawa ou ailleurs dans la région de la capitale nationale. Les 227 photos reçues ont été présentées sous forme de diaporama public avant et après la conférence de la Série de conférences sur la faune le 9 décembre dernier. Les cinq meilleures photos, sélectionnées par un jury, ont été imprimées par un professionnel, encadrées et remises comme présent aux gagnants, en plus d'être exposées pour un certain temps à l'hôtel de ville. Nous vous les présentons également ici, sur ottawa.ca, avec la permission de chacun des photographes.

PREMIÈRE PLACE

Petit héron vert qui chasse au lac Mud

« Petit héron vert qui chasse »
Photo prise par Al Robinson au lac Mud, à Ottawa. 

DEUXIÈME PLACE

Chouette lapone sur une branche

« L'observateur »
Photo prise par Daniel Parent au ruisseau Green, à Ottawa 

TROISIÈME PLACE

Grèbe à bec bigarré qui nage avec ses deux oisillons sur le dos

« Grèbe avec ses oisillons »
Photo prise par Jim Cumming à l'étang Aquaview, à Orléans 

MENTION HONORABLE

Corneilles qui volent dans une tempête de neige

« Corneilles dans une tempête de neige »
Photo prise par Sandy Sharkey sur le chemin Leitrim, à Ottawa

MENTION HONORABLE

Grand héron qui survole des quenouilles

« Grand héron »
Photo prise par David White à l'île Petrie, à Ottawa 

Pour plus de renseignements :
Amy MacPherson
Urbanisme et Gestion de la croissance
613 580-2424, poste 14873
Courriel : amy.macpherson@ottawa.ca

Les cerfs de Virginie – 18 septembre 2014

Jeudi 18 septembre 2014
De 19 h à 21 h
Place-Ben-Franklin
101, promenade Centrepointe  

Dans le cadre de sa Série de conférences sur la faune urbaine, la Ville d'Ottawa présentera une troisième séance le jeudi 18 septembre à 19 h à la Place-Ben-Franklin, située au 101, promenade Centrepointe. Cette séance portera sur les cerfs de Virginie.

White-tailed deer

Les humains et les cerfs vivent au contact les uns des autres depuis longtemps. Le cerf de Virginie est prisé comme gibier, et nous admirons sa grâce et sa beauté, mais il peut s'avérer nuisible pour les producteurs agricoles et les jardiniers. De plus, les risques de collisions entre des véhicules à moteur et des cerfs constituent une importante source de préoccupation, spécialement à l'automne.

La Ville a invité des spécialistes du ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l'Ontario à présenter de l'information sur l'écologie et la biologie du cerf de Virginie afin que nous puissions mieux connaître cet animal qui vit près de nous.

Michael Gatt est le biologiste en chef du Ministère pour notre région. Il a collaboré avec différents intervenants publics à l'élaboration de stratégies clés pour la prévention et la gestion des conflits avec les cerfs et les autres animaux sauvages.

M. Brent Patterson est chercheur scientifique au ministère des Richesses naturelles et professeur auxiliaire à l'université Trent. Il a consacré de nombreuses années à l'étude de l'écologie du cerf et de ses prédateurs canins (loups et coyotes).

En plus de l'exposé, il y aura un diaporama sur la nature et une exposition à caractère environnemental de 18 h à 21 h à la Place-Ben-Franklin, afin de permettre aux résidents de se renseigner davantage sur la faune et l'environnement naturel d'Ottawa ainsi que sur les initiatives locales en matière d'environnement. La Ville présentera aussi de l'information sur la sécurité routière (La vitesse, ça coûte cerf) et la santé publique (maladie de Lyme).

La Ville tiendra une autre séance dans le cadre de la Série de conférences sur la faune de cette année. Ces conférences visent à permettre aux résidents de mieux connaître et comprendre la faune et à promouvoir la coexistence par la compréhension et le respect. Elles sont toutes gratuites.

Pour obtenir de plus amples renseignements:
Amy MacPherson
Service de l'urbanisme et de la gestion de la croissance
613-580-2424, ext. 14873
Courriel : amy.macpherson@ottawa.ca

La biodiversité dans votre jardin – 11 avril 2014

Le vendredi 11 avril 2014
19 h à 21 h
La salle du Conseil, de l'hôtel de Ville
110 avenue Laurier Ouest

La faune d’Ottawa - la faune dans les milieux résidentiels.

La Ville d'Ottawa célèbrera la Semaine nationale de la conservation de la faune avec la deuxième rencontre de la Série de conférences sur la faune. Elle se déroulera le vendredi 11 avril à 19 h à la salle Andrew-Haydon (salle du Conseil) de l'hôtel de Ville, au 110 avenue Laurier Ouest. Le titre de cette rencontre sera : La biodiversité dans votre jardin : Accueillez la nature dans votre cour et non dans votre maison.

Les conférenciers invités seront Sarah Kirkpatrick-Wahl, de Nature Canada, et Bill Dowd, président-directeur général de Skedaddle, une entreprise de contrôle sans cruauté de la faune, la plus grande entreprise de contrôle de la faune au Canada.

Mme Kirkpatrick-Wahl est biologiste de la conservation et travaille actuellement au programme CommuNature, qui vise à sensibiliser les gens à la nature dans les milieux urbains, comme leur cour arrière.

M. Dowd aide les gens à éviter les conflits avec la faune dans les milieux résidentiels depuis plus de 25 ans. Il est respecté comme spécialiste dans le milieu.

En plus d'assister à cette présentation, les résidents pourront visiter des kiosques d'information entre 18 h et 21 h à la Place-Jean-Pigott pour en apprendre davantage sur la faune et les milieux naturels d'Ottawa ainsi que sur les initiatives locales en matière d'environnement. Les organismes participants seront notamment la Fédération canadienne de la faune, Conservation de la nature Canada, l'Ottawa Field-Naturalists Club et le Rideau Valley Wildlife Sanctuary. Ontario Electronic Stewardship aura également un kiosque et acceptera le vieil équipement électronique afin de le recycler.

La Ville organisera deux autres événements cette année dans le cadre de sa Série de conférences sur la faune. Ces conférences visent non seulement à favoriser les connaissances et l'appréciation des résidents par rapport à la faune, mais aussi à promouvoir la cohabitation dans la compréhension et le respect. Tous ces événements sont gratuits.

Les coyotes - 28 février 2014

Apprenez à connaitre nos rusés voisins

Les coyotes

Le vendredi 28 février 2014
18 h à 21 h
La Place-Ben-Franklin (101, promenade Centrepointe)

Écologiste de la faune de renommée internationale, monsieur Stan Gehrt, Ph.D., de la Ohio State University, présentera un aperçu de la coexistence possible entre les coyotes et les humains dans les milieux urbains et ruraux, lors de la toute première Série de conférences sur la faune de la Ville.

Monsieur Gehrt, Ph.D. est enquêteur en chef pour le Cook County Coyote Project (projet sur les coyotes du comté de Cook). Il étudie les populations de coyotes de la grande région métropolitaine de Chicago depuis 2000. Ce projet a permis de découvrir de nombreux faits intéressants sur le comportement des coyotes dans différents milieux et sur leur façon d'interagir avec les humains et les autres animaux.

Monsieur Gehrt, Ph.D., partagera ses vastes connaissances et son expérience afin que nous puissions mieux comprendre les coyotes, notamment les raisons pour lesquelles ils vivent dans les secteurs aménagés par l'humain. Il nous informera également des façons de faire pour éviter tout problème avec les coyotes, ainsi que de simples mesures préventives à adopter sur notre propriété.

En plus de la présentation, il y aura des kiosques d'information sur place, de 18 h à 21 h, afin que les résidents puissent en apprendre davantage sur la faune et le milieu naturel d'Ottawa.

Cette année, la Ville organisera trois autres activités dans le cadre de la Série des conférences sur la faune. Cette série vise à informer les résidents des enjeux de la faune, de développer chez eux un respect et une compréhension de la nature qui leur permettent de coexister avec elle tout en l'appréciant.

La prochaine activité est prévue en avril, sur le sujet de la biodiversité dans notre cour arrière. 

Pour de plus amples renseignements

Amy MacPherson
Urbanisme et Gestion de la croissance
613-580-2424, ext. 14873
E-mail: amy.macpherson@ottawa.ca