Ce site utilise JavaScript. Veuillez activer la fonction JavaScript dans votre navigateur et recharger la page pour voir le site complet.

Circuits et visites guidées

Œuvres d’art public de l’Hôtel de ville

Hôtel de ville d’Ottawa
110, avenue Laurier Ouest
Ottawa (Ontario)  K1P 1J1

Des œuvres sont exposées à chaque étage de l’hôtel de ville, dans les entrées et les cages d’escalier, ainsi qu’à l’extérieur, le long des allées et sur les terrains.

Au sommet du monde

 Trois colonnes

Titre : Au sommet du monde
Artiste : Jim Thomson (1953-2013)
Année : 1990
Matériaux : Grès et béton
Endroit : Rez-de-chaussée
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2001-0363

Pour ajouter une note d’optimisme à l’endroit où les gens paient leurs taxes municipales, l’artiste Jim Thomson a proposé ce groupe de sculptures pour l’entrée de la zone de service à la clientèle de l’hôtel de ville. Les sculptures font référence à diverses traditions mythologiques, et sont fidèles au thème des vases de deux mètres de haut sur lesquels elles sont placées. La carapace ou maison de la tortue représente son histoire, son expérience et sa sagesse, et est liée à son perchoir de fragments archéologiques. Le chien noir est le filou qui tente par la ruse de nous amener à apprendre. Il est régi par les mêmes règles strictes et solides que le vase sur lequel il se trouve. Le bol orné de pierreries, perché sur une spirale d’énergie pure, est l’emblème de la conquête de l’esprit. Le chien et la tortue regardent le bol, qui leur rappelle qu’ils resteront éternellement au sommet du monde. Jim Thomson a étudié l’art en Thaïlande, au Japon et au Centre des arts de Banff.

Le cheval de l’acrobate libéré

 sculpture d'un cheval

Titre : Le cheval de l’acrobate libéré
Artiste : Victor Tolgesy (1928-1980)
Année : 1974
Matériau : Lamellé de contreplaqués
Endroit : Deuxième étage
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 1985-0036

Victor Tolgesy a créé cette sculpture en respectant les principes de simplicité, d’équilibre et de proportions. Originaire de Hongrie, Tolgesy a déménagé au Canada en 1951 et commencé à exposer ses œuvres en 1958. Il a laissé une marque indélébile dans le domaine des arts visuels à Ottawa, par son travail d’artiste, d’éducateur et de leader de la communauté artistique. En 1973, il devient membre de l’Académie royale des arts du Canada. On retrouve des œuvres de Tolgesy dans de nombreuses collections publiques et privées. Il a exécuté la première commande d’art public de la Ville d’Ottawa, une sculpture en papier mâché intitulée Le rêve de McClintock, pour l’édifice du marché By, en 1978.

L’enfant perdu

 sculptures de roches

Titre : L’enfant perdu
Artiste : David Ruben Piqtoukun
Année : 1990
Matériau : Grès de Kingston
Endroit : Cour ouest
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2001-0364

Pour créer ce cairn, qui sert de point de repère, l’artiste s’est inspiré des coutumes centenaires du peuple inuit pour guider les voyageurs. L’assemblage de pierres rappelle l’expérience vécue par l’artiste, enfant errant parmi les grands édifices urbains. La plus grosse pierre représente une sentinelle dont la voix retentit. Ce lieu de rassemblement illustre le triomphe de l’imagination sur le sentiment d’aliénation que suscite le monde urbanisé et sert d’endroit où faire une pause et méditer.

Né près de Paulatuk, dans les Territoires du Nord-Ouest, l’artiste David Ruben Piqtoukun a grandi à Edmonton, en Alberta. À 22 ans, il commence à sculpter la pierre et à rétablir des liens avec la culture inuite en recueillant des contes traditionnels et de l’information sur les modes de vie auprès de sa famille et des aînés de la communauté.

Le bloc le plus imposant de l’assemblage, en grès de Kingston, en Ontario, mesure 5,8 mètres de haut et pèse 27 000 kilogrammes.

Fable VII

 sculpture d'un lion

Titre : Fable VII
Artiste : Trevor Gould
Année : 1990
Matériaux : Fonte et bronze, verre dépoli
Endroit : Place-Jean-Pigott et cour Est
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2001-0401

Fable VII est constituée de trois volets : l’inscription intérieure, un élément de bronze dans le bassin extérieur et le lion dans son cadre. L’artiste s’attend à ce que l’observateur découvre le bassin intérieur dans le hall principal et y trouve l’inscription « Ex Oriente Lux » (La lumière vient de l’est) sur le vitrail. Depuis ce point d’observation, le bassin extérieur entre dans le champ de vision de l’observateur, suivi du lion et du cadre. L’œuvre établit une action réciproque entre les espaces intérieur et extérieur, et crée un dialogue entre l’architecture des édifices avoisinants. Alors que le cadre de bronze tient lieu de cadran solaire, l’élément situé dans le bassin anime en permanence les alentours, présentant des notions de renouveau constant grâce à la lumière solaire et à l’alignement directionnel. Pour compléter Fable VII, l’artiste local Philip Fry a créé un jardin paysager avec des airelles hybrides à feuilles étroites, des spirées roses locales et des pierres de granit, aménagées pour évoquer la forme d’animaux allongés. Né à Johannesburg, en Afrique du Sud, en 1951, Trevor Gould est venu s’installer au Canada en 1980.

L’isochrone de Sachi

 sculpture de verre

Titre : L’isochrone de Sachi
Artiste : Warren Carther
Année : 1990
Matériau : Verre
Endroit : Rotonde
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2001-0358

L’isochrone de Sachi, fenêtre permanente installée dans le haut du mur sud-ouest de la rotonde, est une allégorie du temps et des saisons. Grâce au verre dichroïque utilisé, on y aperçoit un soleil jaune le jour et un croissant de lune bleu la nuit. Deux fois par année, à midi, un triangle rouge est éclairé pendant une heure à l’équinoxe de printemps et d’automne. Assisté par un astronome, Warren Carther a obtenu cet effet en installant un dispositif à l’arrière du panneau de verre qui s’aligne mécaniquement au soleil aux équinoxes. Carther a obtenu un baccalauréat en beaux-arts en soufflage de verre au California College of Arts and Crafts en 1978. Ayant plus de 60 projets à son actif, Carther a des œuvres installées en permanence au Japon, à Hong Kong, en France, au Canada et aux États-Unis.

Nautilus

 un mobile

Titre : Nautilus
Artiste : Paula Murray
Année : 1991
Matériaux : Aluminium anodisé, céramique translucide
Endroit : Au plafond, près de l’entrée de la rue Lisgar
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2001-0361

S’inspirant de la coquille en spirale du nautile, Paula Murray célèbre dans Nautilus le rythme simultané qui anime la nature et la société. La composition mathématiquement précise de la spirale symbolique déploie une énergie, une force et une unité remarquables dans l’œuvre. Vue d’en dessous, du rez-de-chaussée, ou sous l’angle normal, au deuxième étage, Nautilus révèle un sens aérien du mouvement grâce au jeu continu de la lumière et de l’ombre. L’aspect brillant et délicat de l’œuvre est obtenu par l’emploi d’arcs en porcelaine translucide. Chaque arc a été moulé séparément et cuit à 1 315 °C (2 400 °F) dans un four céramique électrique pour obtenir la translucidité. Œuvrant dans son atelier de Chelsea, au Québec, Murray est céramiste depuis plus de vingt ans. Elle est une des grandes artisanes contemporaines au Canada.

Outreach

 sculpture de fer

Titre : Outreach (Tendre la main)
Artiste : Bruce Garner (1934-2012)
Année : 1985
Matériaux : Bronze et acier
Endroit : Façade sud
Collection Firestone d’art canadien

Les formes abstraites de cette sculpture d’une hauteur de 5,95 m (19,5 pi) sont un symbole de la dimension que l’humanité a pu atteindre en adoptant la technologie. Se déployant vers l’extérieur et vers le haut, les grandes branches de la sculpture sont la projection de la croissance que les humains ont connue grâce à la technologie. Nous mettant en garde et nous rappelant de ne pas oublier les raisons pour lesquelles la technologie existe, les branches sont solidement fixées à un noyau central représentant la force des relations entre les membres de la famille humaine.

Ayant travaillé essentiellement avec le métal et la pierre, le sculpteur Bruce Garner a érigé des monuments inspirants, leur donnant vie, mouvement et une réelle présence physique. L’artiste a appris par lui-même à utiliser la plupart de la machinerie lourde nécessaire pour réaliser des sculptures extérieures et il a mis au point une technique de martèlement du métal distinctive. Bon nombre de ses œuvres les plus populaires se trouvent à Ottawa, rue Sparks, au Centre de conférences du gouvernement et au Campus Général de l’Hôpital d’Ottawa.

Portrait de famille

 sculpture d'un visage en verre

Titre : Portrait de famille
Artiste : Stephen Brathwaite
Année : 1992
Matériaux : Verre et bronze coulés
Endroit : Façade nord
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2001-0362

Stephen Brathwaite appartient à l’école artistique du réalisme social. Bien que son œuvre soit représentationnelle, elle invite à la contemplation par ses sous-entendus et son inspiration. Introduisant une sensation bienvenue d’intimité dans la galerie, Portrait de famille rend hommage aux personnes qui font partie de la « famille régionale ». Brathwaite a moulé les visages de 28 personnes choisies pour leur contribution et leur excentricité, de l’étudiant photographe punk de Nepean au couple d’agriculteurs de Kanata. Ces personnes reflètent la diversité, l’esprit et le caractère de leur municipalité – Cumberland, Gloucester, Goulbourn, Kanata, Nepean, Osgoode, Ottawa, Rideau, Rockcliffe, Vanier et West Carleton –, et ensemble, ces visages constituent une capsule témoin. Natif d’Ottawa, Brathwaite est un artiste verrier bien considéré. Il a obtenu un baccalauréat ès arts de l’Université Carleton en 1971.

Rivières qui reflètent les saisons

 tapisserie sur un mur

Titre : Rivières qui reflètent les saisons
Artiste : Carole Sabiston
Année : 1990
Matériaux : Tissus synthétiques multiples, reliés à la machine
Endroit : Salle Keefer
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2001-0360

Située dans la salle Keefer de l’Édifice historique, cette tapisserie symbolise les rivières Rideau, Gatineau et des Outaouais, représentées sur le drapeau et les armoiries de la région d’Ottawa-Carleton. Les onze pans représentent chacune des anciennes municipalités de la région et évoquent le mouvement et l’énergie des rivières ainsi que les motifs des champs. Les tissus allient l’argent et l’or pour représenter l’eau, la glace, la neige et le soleil dans les paysages des différentes saisons. Carole Sabiston, née à Londres, en Angleterre, vit à Victoria, en Colombie-Britannique, depuis 1952. Elle est membre de l’Académie royale des arts du Canada et a remporté en 1987 le Prix Saidye Bronfman pour l’excellence artistique au Canada.

Salon

 installation extérieur d'un salon

Titre : Salon
Artiste : URBAN KEIOS
Année : 1995
Matériau : Aluminium
Endroit : Cour ouest
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2001-0327

Conçu à l’origine comme un décor de théâtre avec accessoires, ce salon imaginaire offre un espace pour la réflexion personnelle et l’observation publique. Une relation s’établit progressivement entre le corps des visiteurs qui déambulent dans Salon et chacun des objets du site. Une porte, des fauteuils, une fenêtre et un téléviseur ont été disposés à faible distance l’un de l’autre pour recréer l’intimité d’un espace intérieur et rendre compte des frontières spatiales d’un environnement urbain. Les visiteurs sont invités à entrer dans la scène et à réfléchir à l’incidence des événements du monde extérieur sur la formation des idées.

En 1991, Nickolas D. Semanyk et Jason Grant-Henley se sont associés sous le nom d’URBAN KEIOS. Tous deux ont étudié l’architecture à l’Université Carleton.

Structure

 sculture avec deux personnages

Titre : Structure
Artiste : Stephen Brathwaite
Année : 1989
Matériaux : Verre, granit et acier
Endroit : Salle Andrew-S.-Haydon (salle du Conseil)
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2001-0365

L’œuvre, composée de fragments de granit poli aux rebords bruts soutenus et unis par une structure d’acier est située dans la salle du Conseil. Toile de fond des décisions prises par la Ville, elle exprime la nécessité de la collaboration. Un personnage moulé en verre semble pousser un fragment de l’œuvre pour qu’il prenne sa place, tandis qu’un autre se sert du support pour y monter. La pierre symbolise la collectivité; elle est divisée en onze fragments représentant les onze municipalités fusionnées d’Ottawa dans leur diversité de taille, de forme et de caractère. Même si les pierres ne forment pas un tout parfait, Structure rend compte des efforts déployés pour unifier l’ensemble et les applaudit. Artiste verrier local, Stephen Brathwaite a réalisé de nombreuses commandes, et ses œuvres figurent dans des collections publiques, privées et de sociétés. Il a créé des œuvres pour le Consulat général du Canada à Chicago, le Pavillon du Canada en Espagne et en Corée, et le parc Strathcona, à Ottawa.

V.I.P.

 sculptures avec haut-parleurs

Titre : V.I.P. (Virtual Instrument Paradigm)
Artiste : Michael Bussière
Année : 1996
Matériaux : Béton, haut-parleurs et composantes électroniques
Endroit : Place Marion-Dewar
Collection d’art de la Ville d’Ottawa : 2001-0549

Constituée de tours de béton qui logent des haut-parleurs et des composantes électroniques, V.I.P. est la première œuvre d’art informatique de la Ville d’Ottawa. Activé par les mouvements sur le sentier, l’œuvre génère sa propre musique ou diffuse des compositions sonores. Conçue par Michael Bussière, compositeur et innovateur dans le domaine des médias électroniques, cette installation interactive combine des formes sculpturales imaginées et construites par Mark West et de surprenants arrangements musicaux. Il s’agit d’une expérimentation artistique qui explore le potentiel de la musique informatique et de la représentation publique.

Art public au Complexe récréatif Richcraft – Kanata

Complexe récréatif Richcraft – Kanata
4101, promenade Innovation
Ottawa (Ontario) K2K 0J3

Cinq œuvres sculpturales sont présentées en permanence au Complexe récréatif Richcraft – Kanata et sur son terrain :

Une plane et une boîte

A Flat and a Box par Alisdair MacRae et Negar Seyfollahy - Photo 1

A Flat and a Box par Alisdair MacRae et Negar Seyfollahy - Photo 2

Titre : Une plane et une boîte
Artistes : Alisdair MacRae et Negar Seyfollahy
Année : 2013
Matériaux : Granit et béton
Endroit : Planchodrome
Collection d'art de la Ville d'Ottawa : 2013-0082

Cette œuvre compte deux éléments fondamentaux : une partie plane et une boîte rectangulaire. Les planchistes utilisent la sculpture pour de nombreuses figures et approches – sa conception convient tant aux novices qu'aux planchistes aguerris.

Pour la conception de la sculpture, les artistes Alisdair MacRae et Negar Seyfollahy ont travaillé directement avec des planchistes, l'Ottawa Skateboard Community Association et la société New Line Skateparks Inc. Ces groupes clés ont eu leur mot à dire sur les dimensions et les matériaux. Une plane et une boîte et le parc de planche à roulettes sont accessibles au public depuis juillet 2014.

La chasse

La chasse par Erin Robertson et Anna Williams - Photo 1

Titre : La chasse
Artistes : Erin Robertson et Anna Williams
Année : 2013
Matériaux : Bronze et acier inoxydable
Endroit : Entrée principale (sept sculptures)
Collection d'art de la Ville d'Ottawa : 2013-0069

La chasse est une installation de bronze représentant le parcours d'un renard roux poursuivant une balle. La chasse reproduit la gestuelle de l'animal interrompu dans son mouvement, offrant à l'observateur une vue soutenue sur une action habituellement trop rapide pour être perçue par l'œil humain.

La chasse communique la grâce et la beauté athlétiques enracinées dans notre relation fluctuante et en perpétuel changement avec le monde naturel. Cette œuvre favorise des relations plus étroites et plus actives avec l'art, les animaux, l'activité et nos environnements partagés, en créant un lien interactif continu avec le sujet.

Robertson et Williams font appel à des éléments conceptuels et visuels pour apporter une touche énergisante et lyrique à l'espace, qui s'étend à l'environnement régional et au boisé Trillium, situé à proximité du Complexe.

Le gantelet

The Gauntlet. Plus d’informations sur l’œuvre d’art sont inclus dans le paragraphe suivant.

Titre : Le gantelet
Artiste : Marcus Kucey-Jones
Année : 2013
Matériau : Calcaire
Endroit : Pelouse est, près du terrain de soccer
Collection d'art de la Ville d'Ottawa : 2014-0102

Le gantelet est une grande sculpture de calcaire qui ressemble à un gant de hockey, sur une base rectangulaire en béton. Cette sculpture est le fruit d'une initiative de collecte de fonds de la conseillère Wilkinson pour la création d'un parc de sculptures au Complexe récréatif Richcraft. La Fondation Taggart-Parkes a financé cette portion du projet de parc de sculptures.

Ligne argentée

Ligne argentée par Maskull Lasserre - Photo 1

Ligne argentée par Maskull Lasserre - Photo 2

Titre : Ligne argentée
Artiste : Maskull Lasserre
Année : 2013
Matériaux : Acier inoxydable, aluminium, bronze et éléments préfabriqués
Endroit : Terrasse, deuxième étage
Collection d'art de la Ville d'Ottawa : 2013-0073

L'œuvre intitulée Ligne argentée s'inspire de la chorégraphie structurée du mouvement de Tai chi « mouvoir les mains comme les nuages », geste gracieux de balayage par ondulation des bras et des mains. Elle évoque un phénomène météorologique et renvoie au lien entre l'humain et la nature qui s'exprime au moyen d'une activité de loisir.

Ligne argentée est une installation en trois parties composée de jumelles, d'un nuage en aluminium et en acier inoxydable et d'un bronze représentant une femme sereine. Vues à travers les jumelles, les trois composantes sculpturales s'alignent. Le nuage semble flotter au bout des doigts de la femme, enveloppés par la vapeur qui s'échappe des cheminées de ventilation du bâtiment.

Skiff

Skiff par Jean-Yves Vigneau - Photo 2

Titre : Skiff
Artiste : Jean-Yves Vigneau
Année : 2013
Matériau : Aluminium
Endroit : Au plafond, dans l'entrée principale
Collection d'art de la Ville d'Ottawa : 2013-0081

Cette installation est inspirée des skiffs, embarcations aux coques effilées sur lesquelles les rameurs se tiennent en équilibre comme sur un fil tendu. Ils se déplacent ainsi à toute allure, effleurant à peine la surface de l'eau. Les longues rames semblent marcher sur l'eau comme les pattes d'un étrange insecte. Suspendues au-dessus de nos têtes dans le hall d'entrée du complexe récréatif, les deux sculptures traversent l'espace et font penser à punaises d'eau ou à des poissons volants.

L'artiste est né sur une petite île et a vécu son enfance au bord de la mer. Le paysage et la culture maritimes ont forgé son regard sur le monde et continuent d'agir comme toile de fond de sa pratique artistique.

Skiff a été réalisé en collaboration avec la Forge ornementale Lapointe.

Œuvres d’art public à la succursale Rideau

Bibliothèque publique d'Ottawa
377, rue Rideau
Ottawa (Ontario) K1N 5Y6

La succursale Rideau, qui compte parmi les plus anciennes bibliothèques de la ville, regorge d'œuvres d'art datant de 1945 à 2015.

Le Boa émeraude

Le Boa émeraude. Plus d’informations sur l’œuvre d’art sont inclus dans le paragraphe suivant.

Titre : Le Boa émeraude
Artiste : José Mansilla-Miranda
Date : 1994
Technique : Huile sur toile
Endroit : Premier étage
Collection d'art de la Ville d'Ottawa : 1995-0032

Le boa émeraude, Corallus caninus, est une espèce de serpent non venimeux de la forêt amazonienne pouvant atteindre 1,8 m (6 pi) de long. Au sens de l'artiste, le boa est un symbole des cultures autochtones en Amérique. Une citation en latin extraite de la Bible est affichée dans le haut du tableau : Prophetae tui videerunt tibi falsa et stulta (« Tes prophètes ont eu pour toi des visions vaines et fausses »). Artiste renommé d'Ottawa, José Mansilla-Miranda a souvent exposé en Amérique du Nord et du Sud, ainsi qu'en Europe. À la fois Chilien et Canadien, il enrichit ses œuvres de son héritage culturel et utilise des symboles politiques et religieux pour comparer les institutions de différentes cultures.

L'Ensemble de Ghent

L’Ensemble de Ghent. Plus d’informations sur l’œuvre d’art sont inclus dans le paragraphe suivant.

Titre : L'Ensemble de Ghent
Artiste : Evergon
Date : 1985
Technique : Polaroid sur papier
Endroit : Premier étage
Collection d'art de la Ville d'Ottawa : 1986-0057

Dans les années 1980, Evergon a beaucoup travaillé avec des images Polaroid. On compte parmi ses œuvres de petits imprimés comme de grands collages allant jusqu'à plus de 213 cm (7 pi) de largeur, comme l'Ensemble de Ghent. Le caractère immédiat de l'impression instantanée permettait à Evergon d'explorer la spontanéité, la maîtrise et l'interaction avec ses sujets, qu'ils soient inanimés ou vivants, et qui devenaient partie intégrante du processus de création. Né à Niagara Falls, ce photographe renommé a vécu et travaillé à Ottawa, et a enseigné à l'Université d'Ottawa pendant plusieurs dizaines d'années. Il vit aujourd'hui à Montréal, enseigne la photographie à l'Université Concordia et poursuit son audacieux travail. Dès le début des années 1970, pendant ses études au Rochester Institute of Technology, à New York, Evergon privilégie la photographie comme technique artistique. Depuis, il s'est bâti une renommée internationale comme artiste et enseignant, particulièrement pour son utilisation d'une vaste gamme de techniques de photographie traditionnelles et novatrices, allant de l'exploration de techniques d'impression historiques longtemps boudées, jusqu'à son utilisation novatrice de la photocopie couleur, du Polaroid et de l'holographie. Les pièces de l'artiste ont souvent été exposées au pays comme à l'étranger, et sont le reflet d'une carrière prolifique d'une quarantaine d'années.

Marie-Rose Turcot

Marie-Rose Turcot. Plus d’informations sur l’œuvre d’art sont inclus dans le paragraphe suivant.

Titre : Marie-Rose Turcot
Artiste : Raymonde Gravel
Date : 1945
Technique : Copie d'un tableau original
Endroit : Foyer
Bibliothèque publique d'Ottawa : Cadeau de Bibliothèque et Archives Canada

Née à Laurierville, au Québec, Marie-Rose Turcot (1887-1977) s'est installée à Ottawa vers l'âge de 20 ans pour travailler pour la fonction publique. Elle devient plus tard journaliste, et écrit pour le quotidien Le Droit et pour quelques autres journaux quotidiens et hebdomadaires d'Ottawa et de Montréal, en utilisant parfois le pseudonyme Constance Bayard. Elle travaille également comme journaliste à la radio francophone CKCH de Hull, au Québec. Auteure d'un roman, de nouvelles et de poèmes, elle a été pionnière de la collecte et de la publication de récits folkloriques franco-ontariens. Elle a aussi travaillé au sein de nombreux organismes culturels canadiens-français à Ottawa, comme Le Caveau, ainsi que dans des associations professionnelles. Elle a vécu à Ottawa pour la plus grande partie de sa vie, et est décédée à Orléans.

Une plaque de la Fondation du patrimoine ontarien commémorant la vie de Marie-Rose Turcot est située de façon permanente devant la succursale Rideau. Son portrait a été peint par Raymonde Gravel, une artiste née à Montréal en 1913 qui a mené des études aux États-Unis et en France.

La série Correspondance

La série Correspondance no 3. Plus d’informations sur l’œuvre d’art sont inclus dans le paragraphe suivant.

Titre : La série Correspondance
Artiste : Adrian Göllner
Date : 2002
Technique : Épreuve numérique sur nylon
Endroit : Quatre œuvres au premier étage
Collection d'art de la Ville d'Ottawa : 2002-0013

La série Correspondance est une transcription en morse de mots et de passages extraits de la correspondance entre l'ancien président américain Kennedy et l'ex-président du Conseil des ministres de l'URSS Khrouchtchev pendant la crise des missiles de Cuba de 1962. Résultat? Une séquence de points et de traits, rouges pour les mots de Khrouchtchev, et bleus pour ceux de Kennedy, illustrant, en quelque sorte, le climat de secrets et de tensions qui régnait à l'époque de la guerre froide. Notons que l'artiste a respecté à la lettre la syntaxe du morse.

La série Correspondance. Plus d’informations sur l’œuvre d’art sont inclus dans le paragraphe suivant.

Cette série a été créée pour une exposition à Norfolk, en Virginie, soulignant le 40e anniversaire de la crise des missiles de Cuba. Sculpteur de formation, Adrian Göllner a exploré pratiquement toutes les techniques d'art possibles. Il a produit des pièces pour les ambassades du Canada à Moscou et à Berlin. On peut voir ses œuvres dans de nombreuses collections publiques, notamment celles du Musée des beaux-arts de l'Ontario et du Musée canadien de la guerre.

La série Pacifique 2 : Tshawytscha

 Tshawytscha  et Vents et marées. Plus d’informations sur l’œuvre d’art sont inclus dans le paragraphe suivant.

Titre : La série Pacifique 2 : Tshawytscha (à gauche)
Artiste : Blair Sharpe
Date : 1986
Technique : Acrylique sur toile
Endroit : Premier étage
Collection d'art de la Ville d'Ottawa : 1988-0018

Comme Vents et marées (à droite), ce tableau est peint selon les principes de l'art abstrait. Blair Sharpe exploite la tension entre structure formelle et geste spontané. Il s'intéresse à la planéité de la toile et aux formes, aux lignes et aux couleurs de la peinture. Cette œuvre présente une profonde affinité avec la nature. L'artiste utilise le motif triangulaire pour illustrer le tshawytscha, une espèce de saumon du Pacifique. Né à Montréal en 1954, Blair Sharpe connaît une enfance nomade, allant d'un endroit à l'autre au Canada et à l'étranger, avant de s'installer à Ottawa en 1973. Il a beaucoup exposé en solo à Ottawa et à Toronto, notamment dans le cadre d'une importante rétrospective de mi-parcours à la Galerie d'art d'Ottawa en 1989, et en groupe, au Canada et à l'étranger. Son travail est représenté dans de nombreuses collections. On lui a commandé des œuvres d'art public à Ottawa, comme la murale Ouananiche au centre communautaire Jack-Purcell et Invitation de la rivière à la station de Transitway Smyth.

Treillis

Treillis. Plus d’informations sur l’œuvre d’art sont inclus dans le paragraphe suivant.

Titre : Treillis
Artiste : Mark Thompson
Date : 2015
Technique : DEL, verre, acier
Endroit : Rue Rideau
Collection d'art de la Ville d'Ottawa : 2015-0185

Devant la succursale Rideau de la Bibliothèque publique d'Ottawa, les multiples couleurs de Treillis représentent l'interrelation des connaissances. À l'intérieur de chaque œuvre, des languettes de verre sont illuminées grâce à un éclairage préprogrammé. Cet éclairage change lentement de couleur et d'intensité, ce qui fait varier notre perception lorsque nous nous déplaçons autour de l'objet. Le soir, les sculptures transforment le paysage urbain et amplifient l'expérience vécue par nos sens. Dans l'œuvre de Mark Thompson, la lumière passe avant tout. La façon dont le verre réfracte la lumière et dont l'œil la perçoit le passionne. Mark Thompson travaille la lumière en studio au moyen de techniques de verrerie contemporaines et traditionnelles depuis plus de 30 ans. Treillis fait partie de l'œuvre Cube, treillis, sphère et vague, un ensemble de quatre sculptures ornant la rue Rideau, et explorant notre façon de percevoir la couleur, la lumière et le mouvement.

Triangle Rayures et lunes

Le triangle Rayures et lunes. Plus d’informations sur l’œuvre d’art sont inclus dans le paragraphe suivant.

Titre : Triangle Rayures et lunes
Artiste : John Ikeda
Date : 1983
Technique : Céramique
Endroit : Foyer
Collection d'art de la Ville d'Ottawa : 1986-0057

Céramiste d'art de renommée mondiale, Ikeda est reconnu pour son travail sur les formes modernes et les couleurs vives. S'il aspire résolument à la vérité, à la beauté et à la simplicité dans sa vie comme dans son art, sa tendre enfance y est pour beaucoup. Ikeda est né à Lethbridge, en Alberta, dans une famille nippo-canadienne qui a connu les affres de l'internement et du déplacement dans les années 1940. L'artiste habite actuellement à Saint-Bernardin, en Ontario, près d'Ottawa, et il s'inspire des paysages et du calme de la campagne. Ikeda est titulaire d'un baccalauréat de l'Université de Lethbridge, où il a étudié les beaux-arts. Certaines de ses œuvres font partie des collections de la Banque d'œuvres d'art du Conseil des Arts du Canada, du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, de l'Ontario Clay & Glass Association, de l'Alberta Foundation for the Arts et du Musée des beaux-arts de Montréal.

Vents et marées

 Tshawytscha  et Vents et marées. Plus d’informations sur l’œuvre d’art sont inclus dans le paragraphe suivant.

Titre : Vents et marées (à droite)
Artiste : Blair Sharpe
Date : 1985
Technique : Acrylique sur toile
Endroit : Premier étage
Collection d'art de la Ville d'Ottawa : 1988-0027

Blair Sharpe est voué aux principes de l'art abstrait. Il s'intéresse à la planéité de la toile et aux formes, aux lignes et aux couleurs de la peinture. Il tire son inspiration du rythme, de la présence et de la grandeur de la nature. Pour créer ce tableau, Sharpe a utilisé des lignes et des formes rappelant le dynamisme de l'eau, et des textures épaisses pour illustrer l'agitation des vagues et faire contraste à une surface plane, sombre et inquiétante percée de pigments rouge vif et mauves. Le contraste entre les surfaces, les lignes et les couleurs opposées donne de la stabilité à l'ensemble. Le nom de l'œuvre, Vents et marées, renforce l'idée de stabilité dans le chaos et les bouleversements. Formé en Angleterre, en Allemagne et au Canada, Sharpe enseigne aujourd'hui à l'École d'art d'Ottawa.