Ce site utilise JavaScript. Veuillez activer la fonction JavaScript dans votre navigateur et recharger la page pour voir le site complet.

Le Prix de l'esthétique urbaine

Le programme des Prix de l’esthétique urbaine d’Ottawa est un programme de prix bisannuel qui rend hommage aux projets réalisés à Ottawa qui se distinguent par l’excellence de leur design urbain.

Notre programme est dans sa neuvième année, et les prix de 2021 rendront hommage à des projets exceptionnels réalisés à Ottawa entre le 1er septembre 2019 et le 31 août 2021.

Les gagnants d’un Prix de l’excellence auront la chance de représenter la Ville d’Ottawa au concours des Prix nationaux de l’esthétique urbaine 2022. En raison de la COVID‑19, les prix de 2021 seront offerts en ligne seulement.

Les lauréats de 2021

Aménagement des terrains intercalaires, bâtiments de faible hauteur

Maisons en rangée de Bayswater – Prix d’excellence

Maisons en rangée de Bayswater – Prix d’excellence

Situées dans le quartier Hintonburg, les maisons en rangée de Bayswater sont un bon exemple d’habitations jumelées dos à dos récemment autorisées par la Ville. Cet aménagement consiste en une paire de maisons en rangée, dont deux des logements donnent sur l’avenue Bayswater et deux autres, sur la ruelle arrière. Les entrées des logements qui donnent sur la ruelle sont accessibles par une allée commune qui passe entre les deux maisons. Les finitions extérieures, l’éclairage et la palette de couleurs reflètent le caractère historique du quartier dans un style contemporain. De grandes fenêtres donnent sur la rue et une terrasse au troisième étage crée un espace d’agrément extérieur. De plus, la végétation mature présente sur le terrain a été préservée.

Commentaires du jury

Les membres du jury ont salué la capacité de ce projet à augmenter la densité sans compromettre le paysage de la rue ou le caractère du quartier. Ils estiment que les proportions et la conception du bâtiment sont élégantes et qu’elles sont un bel exemple d’architecture et de conception urbaine. Le bâtiment est une réussite tant par sa façade donnant sur la rue que par le respect de la condition liée à la ruelle.

Équipe du projet

Steve Clifford, Hobin Architecture
Barry Hobin, Hobin Architecture
Rheal Labelle, Hobin Architecture
William Ritcey, Hobin Architecture
Jennifer Adams, Hobin Architecture
Eileen Mlikan, Larchwood Urban Developments

Avondale – Prix du mérite

Avondale – Prix du mérite

Avondale est une maison individuelle située sur un lot d’angle à l’intersection des avenues Golden et Avondale, dans le quartier Westboro. Les aires d’agrément extérieures entourent le coin de la maison et une cour privée offre un bel espace pour les repas en plein air. La maison est revêtue de stuc blanc et d’une toiture métallique gris clair et ponctuée de grandes fenêtres et de garde-corps en verre. La conception du bâtiment est mise en valeur par les arbres matures qui ont été préservés sur le terrain.

Commentaires du jury

Ce projet se distingue par le soin apporté à l’aménagement du lot d’angle et par les solutions habiles proposées pour remédier aux difficultés que pose le site. Le jury a salué la finesse avec laquelle l’aménagement tient compte des deux façades donnant sur la rue, de façon à ce que le bâtiment ne tourne pas le dos à celle-ci, ni d’un côté ni de l’autre. Des éléments de conception tels que l’ouverture avec la table de pique-nique contribuent au caractère élégant et soigné du projet.

Équipe du projet

Samantha Schneider, Christopher Simmonds Architect Inc.
Christopher Simmonds, Christopher Simmonds Architect Inc.
Andrew Levitan, Larco Homes

Places publiques et espaces populaires

Réfection de la rue Elgin et transformation de la place Boushey – Prix du mérite

Réfection de la rue Elgin et transformation de la place Boushey – Prix du mérite

Le réaménagement et la reconstruction de la rue Elgin et de la place Boushey constituent un remarquable projet de réfection de rue mené par la Ville d’Ottawa. Ce projet vise à revitaliser une rue principale de 1,2 km de long située au cœur du centre‑ville. Le moteur initial du projet était la nécessité de moderniser l’infrastructure souterraine vieillissante de la rue Elgin. La Ville a profité de l’occasion pour apporter des améliorations à la rue, dont l’élargissement des trottoirs, l’aménagement de quatre intersections surélevées, la plantation de nouveaux arbres, l’installation de jardinières, l’ajout d’œuvres d’art public et la création d’une nouvelle place publique.

Commentaires du jury

Le jury a reconnu que le projet constituait un précédent en matière de réfection de rues à Ottawa et un modèle pour redécouvrir les possibilités de transformation des rues au‑delà des normes techniques du passé. La priorité accordée aux personnes plutôt qu’aux voitures et la conception axée sur l’accessibilité ont fait l’objet d’éloges. Comme l’a souligné l’un des membres du jury : « Ceci représente l’avenir de nos villes. [...] Ce projet insiste non seulement sur l’importance de l’accessibilité, mais aussi sur le fait que les gens aiment leur ville ».

Équipe du projet

Carina Duclos, Ville d’Ottawa
Danny Palermo, Ville d’Ottawa
Tara Blasioli, Ville d’Ottawa
Ronald Clarke, Parsons Inc.
Mike Keating, Parsons Inc.
David Leinster, The Planning Partnership

Parc Pangishimo – Prix du mérite

Parc Pangishimo – Prix du mérite

Pangishimo est un mot algonquin anishinabe qui signifie « coucher de soleil ». Le nom et le caractère du parc sont liés à son emplacement sur la pointe ouest de l’île Chaudière, le long de la rivière des Outaouais. Le parc fait partie du projet Zibi et a été conçu en tandem avec son jumeau, le parc Mokaham, ou « lever du soleil », proposé sur la rive est de l’île. Le parc Pangishimo comprend une large promenade accessible agrémentée de sièges de détente, de structures d’escalade naturelles et de plantes indigènes. Le parc est le résultat d’un processus de conception collaborative de cinq ans avec des membres de la communauté algonquine, des concepteurs et des promoteurs.

Commentaires du jury

Le jury a aimé l’histoire et l’inspiration de la conception du parc en lien avec l’histoire et le cadre de la chute des Chaudières. Dans ses commentaires, le jury a fait l’éloge de l’utilisation de matériaux naturels, de la structure de jeu naturelle et de l’esthétique architecturale du parc. On a également salué l’importance accordée à la consultation des nations algonquines et à la collaboration avec celles-ci.

Équipe du projet

Shannon Card, CSW Landscape Architects Ltd
Anne‑Claude Schellenberg, CSW Landscape Architects Ltd
Patrick Gauvreau, CSW Landscape Architects Ltd

Éléments urbains

Genius Loci – Prix du mérite

Genius Loci – Prix du mérite

Geniu Loci est une installation d’art public située à l’angle de la rue Wellington Ouest et de l’avenue Parkdale, dans le quartier Hintonburg. Dans ce concept, dix lettres de couleur orange vif sont dispersées de façon ludique pour former le mot « Hintonburg ». L’œuvre a été commandée par la zone d’amélioration commerciale (ZAC) de Wellington Ouest dans le but de « transformer ce coin de rue aménagé de manière peu harmonieuse en un magnifique espace public convivial pour la communauté ».

Commentaires du jury

Le jury a décrit Genius Loci comme un « élément d’art public charmant et joyeux » qui apporte une amélioration visuelle majeure à ce coin de rue, même si la circulation y est un peu moins aisée. Le jury a bien aimé l’installation colorée et a souligné que le projet était adapté à toutes les saisons. Par exemple, l’orange vif contraste merveilleusement avec la neige en hiver.

Équipe du projet

Colizza Bruni Architecture Inc
Studio Red Landscape Architecture Inc
Logement communautaire d’Ottawa
ZAC de Wellington Ouest
Association communautaire de Hintonburg

Initiatives communautaires

Threatened Rhinos of Bayswater (Rhinocéros menacés de Bayswater) – Prix du mérite

Threatened Rhinos of Bayswater (Rhinocéros menacés de Bayswater) – Prix du mérite

Réimaginant en rhinocéros en fuite des taches informes de peinture anti-graffiti sur un passage souterrain, Threatened Rhinos of Bayswater (Rhinocéros menacés de Bayswater) est une œuvre d’art graffiti audacieuse et bouleversante, réalisée de la propre initiative de l’artiste Christopher Griffin. Cette œuvre, qui a été peinte, effacée, puis repeinte, témoigne non seulement du rôle que peut jouer un membre de la communauté en tant que gardien de l’espace public, mais elle expose également les défis et les lacunes de la réglementation gouvernementale du domaine public. Bien que l’entretien des biens publics soit à la fois nécessaire et souhaitable, l’œuvre souligne à quel point la réglementation peut également avoir pour conséquence involontaire d’étouffer la créativité, l’expression publique, l’engagement civique et l’embellissement d’espaces autrement ternes et peu accueillants. Bien que controversée, l’œuvre de Christopher Griffin constitue le point de départ d’une discussion délicate sur une question beaucoup plus vaste et complexe, qui s’avère souvent être le catalyseur nécessaire pour faire progresser le design urbain.

Commentaires du jury

Admirable dans son aspect brut et l’utilisation habile de taches de peinture anti-graffiti, cette installation a séduit le jury par son caractère amusant et inspirant. Le jury a également félicité l’artiste pour le soin apporté à l’embellissement du domaine public. Les parallèles établis entre la suppression continuelle de l’œuvre d’art et la chasse au rhinocéros blanc du Nord jusqu’à l’extinction presque totale de l’espèce sont puissants. « L’œuvre apporte-t-elle une valeur ajoutée au domaine public, s’est interrogé l’un des membres du jury. Tout à fait! Elle peut être très percutante. »

Équipe du projet

Christopher Griffin, Christopher Griffin Art Studio Inc.

Projets étudiants

1770, chemin Heatherington – Prix du mérite

1770, chemin Heatherington – Prix du mérite

1770, chemin Heatherington propose un concept pour le réaménagement d’une parcelle de terrain vague dans le quartier Heatherington. Le projet prévoit la construction d’immeubles de logements abordables qui seront axés sur la communauté et offriront une variété de commodités. Les éléments de design urbain comprennent un parc public central, des bâtiments polyvalents, un centre pour les jeunes, une clinique médicale et un centre d’emploi.

Commentaires du jury

Le jury a reconnu le défi que représente la conception d’un projet de cette envergure pour un étudiant et a jugé favorablement l’objectif du concept. Parmi les points forts de la proposition, citons l’accent mis sur la polyvalence des utilisations et les services communautaires, ainsi que la prise en compte de la communauté locale. Le jury a également aimé les petites vignettes et la qualité de la présentation graphique de la proposition.

Prix de partenariat communautaire

Strata of Belonging (Strates d’appartenance) – Prix de partenariat communautaire

Strata of Belonging (Strates d’appartenance) – Prix de partenariat communautaire

Strata of Belonging (Strates d’appartenance) est un ensemble de cinq installations artistiques qui forment un sentier de sculptures le long de la rue Elgin. Ces installations ont été réalisées dans le cadre du projet de réfection de la rue Elgin. Recourant à un moyen tout à fait exceptionnel de stimuler l’engagement civique, l’artiste et son équipe ont sollicité la participation de plus de 50 membres de la communauté afin d’immortaliser leurs expressions les plus enjouées au moyen de photos et de moulages. L’équipe a ensuite utilisé de nouvelles technologies telles que la numérisation, la modélisation et l’impression 3D pour transposer les moulages les plus expressifs en sculptures de bronze et d’aluminium. La chance de pouvoir contribuer à la création d’une œuvre d’art public avec laquelle ils pourront interagir au quotidien a renforcé le sentiment d’appartenance des participants à ce quartier.

Commentaires du jury

Le projet Strata of Belonging (Strates d’appartenance) se distingue par l’importance qu’il accorde à l’engagement du public et au partenariat communautaire dans la réalisation d’une œuvre d’art public moderne et contemporaine. En adoptant une approche novatrice pour impliquer les résidents dans le façonnement de leur environnement bâti, le processus de mobilisation a permis d’établir un lien avec la communauté de manière amusante et constructive. Le produit final est véritablement « l’incarnation de la consultation ».

Équipe du projet

Hannah Kingscote, Ville d’Ottawa
Tara Blasioli, Ville d’Ottawa
Francis Montillaud, Artiste
Melissa Black, City of Ottawa

Prix de mérite du jury

Centre Ingenium – Prix du mérite du jury

Centre Ingenium – Prix du mérite du jury

Le Centre Ingenium est une installation de conservation conçue spécialement pour abriter 1,2 million d’artefacts culturels provenant de trois musées nationaux du Canada. Il offre des installations de pointe pour la recherche, la préservation, la conservation et la collaboration. L’architecture ludique de l’édifice se présente sous la forme de deux barres le long d’un axe central, la façade nord étant recouverte de motifs d’ondes sonores bleus et la façade sud étant ornée d’ailettes vertes, bleues et rouges (chaque couleur représentant un musée constitutif) qui changent de couleur selon l’angle de vue du spectateur. Le bâtiment est animé au niveau du sol par des vitrines d’exposition et l’expérience des piétons est ponctuée par une place d’entrée, sur laquelle on peut faire rouler des trains historiques en vue d’événements culturels et éducatifs.

Commentaires du jury*

Le Centre Ingenium est sélectionné comme lauréat du Prix du mérite du jury, qui reconnaît sa fonction civique exceptionnelle et sa nature distincte par rapport à toutes les autres candidatures. Le jury a reconnu le Centre Ingenium comme un bâtiment accompli qui crée un contraste réussi avec le Musée des sciences et de la technologie. La place publique, l’utilisation des couleurs et la réponse au contexte industriel sont remarquables.

*En raison d’un conflit d’intérêts, le membre du jury Donald Schmitt s’est abstenu d’examiner et de commenter ce projet.

Équipe du projet

Duncan Higgins, Diamond Schmitt Architects
Donald Schmitt, Diamond Schmitt Architects
Peggy Theodore, Diamond Schmitt Architects
Maurizio Martignago, KWC Architects Inc.
Nathalie Sanschagrin, DTAH

Évaluation et membres du jury 

Les candidatures aux Prix de l’esthétique urbaine d’Ottawa seront évaluées en septembre 2021 par un jury composé d’experts indépendants. Nous communiquerons par courriel avec le candidat dont le nom figure sur le formulaire de présentation du projet gagnant en octobre 2021. Il incombe au candidat du projet gagnant d’informer tous les membres de son équipe, y compris le propriétaire foncier.

Un Prix de l’excellence peut être remis à un projet exceptionnel dans chaque catégorie. Les gagnants d’un Prix de l’excellence auront la chance de représenter la Ville d’Ottawa au concours des Prix nationaux de l’esthétique urbaine 2022.

Un certificat de mérite peut également être remis dans chaque catégorie aux créateurs de projets dignes d’être soulignés. Plus d’un certificat de mérite peut être décerné par catégorie.

Un Prix du mérite du partenaire communautaire peut être décerné pour un projet primé de toute catégorie, qui illustre le mieux le résultat positif des efforts de collaboration entre l’équipe du projet et la collectivité. Les lauréats seront des projets publics ou privés, de petite ou de grande envergure, qui soulignent l’importance capitale d’établir un dialogue constructif entre tous les intervenants et d’obtenir d’eux une coopération et une participation exceptionnelles afin de parvenir à une forme urbaine judicieuse, à un design d’excellence et à une bonne intégration au contexte.

Important : Le jury pourra décerner le nombre et le type de prix qu’il entendra, et sa décision sera irrévocable. Il n’est pas tenu de remettre un prix dans chacune des catégories et il peut évaluer le projet dans une autre catégorie qu’il juge mieux appropriée.

Membres du jury

Matthew Hickey
B. design, M. Arch, OAO, MIRAC, LEED AP
Associé, Two Row Architect

Matthew Hickey

Matthew est Mohawk, clan du loup, de la réserve des Six Nations de la rivière Grand. Titulaire d’une maîtrise en architecture de l’Université de Calgary et d’un baccalauréat en design de l’École d’art et de design de l’Ontario, son parcours continue d’influencer grandement son travail. Pratiquant l’architecture depuis 14 ans chez Two Row Architect, situé dans la réserve des Six Nations, il supervise actuellement la conception et le développement du cabinet. Le cabinet se concentre sur le design et l’architecture autochtones et conçoit des bâtiments, des paysages et des installations, dans les réserves et en dehors, sur toute l’île de la Tortue.

En matière de durabilité, Matthew s’intéresse surtout à la conception régénératrice et réparatrice, qui englobe les principes écologiques, culturels et économiques. Son travail met en avant les concepts de paysage intégré, d’inclusion universelle, d’équité alimentaire, d’importance de l’eau et de préservation des lieux pour toutes les espèces, y compris les humains. Les recherches de Matthew portent notamment sur l’histoire autochtone en architecture de l’Amérique du Nord et de l’Amérique centrale et sur le réalignement de l’idéologie occidentale vers des technologies historiques durables pour le climat nord-américain contemporain.

Il enseigne actuellement à l’Université de l’École d’art et de design de l’Ontario et joue le rôle de critique à l’Université de Toronto. Il est convaincu que la transmission des connaissances et l’encouragement des jeunes générations sont essentiels pour faire progresser les modes de pensée autochtones en matière de design et d’architecture. Matthew a donné des conférences partout au Canada, notamment, tout récemment, dans le cadre de la série Architecture Now à l’Université de Lethbridge. L’art coulant dans ses veines, il est fier de siéger au conseil d’administration d’Artscape Toronto Inc. et d’être membre du Comité d’examen de la conception du secteur riverain de Toronto.

 

Meg Graham
B. Env, B.Arch, M. design, OAO, FIRAC
Directrice, Superkül

Meg Graham

Avec plus de 20 ans d’expérience, Meg est très respectée au sein de la vaste collectivité de l’architecture et de l’immobilier du Canada. Elle est connue pour son sens aigu du design, sa diligence rigoureuse, son approche pratique et son style de communication chaleureux et honnête. Aux côtés de son partenaire Andre D’Elia, elle dirige la pratique florissante de Superkül et supervise les projets résidentiels, universitaires, institutionnels, commerciaux et polyvalents du cabinet.

En tant que militante, éducatrice et mentor, Meg joue un rôle de premier plan dans la collectivité du design et au-delà. Depuis 2001, elle enseigne à la Faculté d’architecture, d’aménagement du paysage et de design John H. Daniels de l’Université de Toronto. Elle est régulièrement invitée à donner des conférences et à formuler des critiques dans les écoles d’architecture d’Amérique du Nord. Meg apporte également son expertise en occupant des postes de bénévole et de membre de conseils d’administration, notamment en tant qu’ancienne présidente de la Toronto Society of Architects et coprésidente actuelle du Comité d’examen du design de la Ville de Toronto, ainsi qu’au sein du Comité d’examen de conformité à l’excellence du design du TLR de Hamilton de Metrolinx et du Conseil des anciens élèves de la Graduate School of Design de l’Université Harvard. Depuis 2015, Meg est membre du conseil d’administration des écoles de l’Université de Toronto ainsi que du comité directeur pour le renouvellement du campus scolaire de la rue Bloor.

Meg a obtenu son baccalauréat à l’Université de Waterloo, remportant la médaille d’or de l’American Institute of Architects, et est titulaire d’une maîtrise en études de design de l’Université Harvard. Elle est architecte inscrite auprès de l’Ordre des architectes de l’Ontario et a été nommée membre de l’Institut royal d’architecture du Canada en 2015. En 2020, Meg a reçu le prix H. J. Crawford des écoles de l’Université de Toronto en reconnaissance de ses contributions à l’avancement de l’école par son engagement, son dévouement et son bénévolat, et d’une vie pleine de réalisations importantes contribuant à la société dans son ensemble.

 

Donald Schmitt
CM, OAO, FIRAC, AIA
Directeur, Diamond Schmitt

Don Schmitt

Don Schmitt est directeur de Diamond Schmitt et architecte agréé au Canada et aux États-Unis. Diplômé de l’Université de Toronto, Don a plusieurs décennies d’expérience dans la planification, la programmation et le design d’une architecture primée.

Membre associé de l’Institut royal d’architecture du Canada et membre de l’American Institute of Architects, M. Schmitt et son cabinet ont remporté plus de 400 prix de design, dont sept Prix du Gouverneur général.

Les récents projets notables de Don à Ottawa comprennent la transformation du Centre national des Arts, l’édifice du Sénat du Canada et le Centre de conservation et de collection du Musée des sciences et de la technologie. Parmi ses autres réalisations, mentionnons le Centre Gilgan pour la recherche et l’apprentissage au Sick Children’s Hospital, l’Emily Carr University of Art + Design à Vancouver, le pavillon Lazaridis à l’Université Wilfrid Laurier, le Geffen Hall au Lincoln Centre à New York et la Place SmartCentres compacte, à usage mixte, reliée au transport en commun et axée sur les piétons à Vaughan, qui, avec ses 20 millions de pieds carrés, est l’un des nouveaux quartiers urbains les plus importants en Amérique du Nord.

Don est le président fondateur de la Commission d’art public de Toronto, ce qui lui a valu la Médaille civique. Il a été membre du Comité consultatif de l’urbanisme, du design et de l’immobilier de la Commission de la capitale nationale à Ottawa pendant 12 ans (2004-2016) et membre du Comité d’examen du design du secteur riverain de Toronto (2006-2016). Don siège au Comité consultatif de la Canadian Art Foundation et est professeur à l’Académie royale des arts du Canada. Donald Schmitt est membre de l’Ordre du Canada.