Expositions virtuelles

Sur cette page

En voiture ! L’histoire du transport ferroviaire à Ottawa : de 1850 à 2010

Une brochure sur l'histoire du transport ferroviaire à Ottawa

Signé par Collin Churcher, David Jeanes et David Knowles, chercheurs à la C. Robert Craig Memorial Library, et publié par Signe Jeppesen, En voiture! [PDF - 1.6 MB] fait revivre l’histoire du transport ferroviaire à Ottawa depuis ses tout premiers débuts jusqu’en 2010.

L'Exposition virtuelle : Des liens durables

La famille royale néerlandaise

L’exposition de photos « Des liens durables : l’histoire de la famille royale néerlandaise à Ottawa » [PDF - 4.15 MB] rend hommage aux liens solides de collaboration et d’amitié entre Ottawa et les Pays-Bas. Elle rassemble les récits canadiens et néerlandais de la Deuxième Guerre mondiale, relate le havre qu’offrait Ottawa à la famille royale néerlandaise et présente les portraits emblématiques des membres de la famille royale néerlandaise réalisés par le célèbre photographe portraitiste Yousuf Karsh.

Préparée par les Archives de la Ville d’Ottawa en l’honneur du 75e anniversaire de la libération des Pays‑Bas, cette exposition a été présentée à la Galerie d’art de l’hôtel de ville du 16 mai 2022 au 31 mai 2023.

Témoins du changement : images des photographes de chez Andrews-Newton

Voitures garées autour de la place du marché By, à l'angle de George Street.

Les photographes de chez Andrews-Newton ont fixé sur pellicule la croissance d’Ottawa et tous les changements qu’elle a entraînés. Des années de l’après-guerre à la fin des années 1950, les employés d’Andrews-Newton ont travaillé en tant que photographes officiels du journal Ottawa Citizen, croquant des images de tout, des évènements d’envergure aux catastrophes en passant par des portraits et des fêtes communautaires.

Entre 1945 et 1960, Ottawa traverse une période d’énormes changements. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la capitale du pays est une petite ville devant effectuer la transition d’une économie de guerre à une économie de paix. Après s’être réfugiée durant des années à Ottawa, la famille royale des Pays-Bas retourne en Europe, et les troupes revenant de la guerre doivent se trouver un toit et un emploi. Le gouvernement fédéral embauche alors un urbaniste chargé d’élaborer un plan d’aménagement pour la ville en pleine croissance.

Les images présentées dans Témoins du changement: images des photographes de chez Andrews-Newton [PDF - 6 MB] feront revivre une période trépidante de l’histoire d’Ottawa, une époque qui a façonné l’aspect actuel de la ville et le rôle qu’elle joue aujourd’hui.

L’exposition virtuelle de la famille Billings

Illustration de la maison Billings

L’exposition virtuelle de la famille Billings [PDF - 5.7 MB] présenté par les Archives de la Ville d’Ottawa, nous permet de nous faire une idée de la famille Billings et de son interaction avec le centre-ville en plein essor d’Ottawa et le village de Billings Bridge. Les histoires sont écrites du point de vue d’une famille qui relate ses expériences et ses activités, avec comme toile de fond le développement d’Ottawa comme ville.

Exposition virtuelle : Ottawa devient la Capitale

Bytown vue vers l’est le long de la rue Wellington en 1853

Il y a quelque cent cinquante ans, la reine Victoria désignait Ottawa comme capitale du Canada-Uni. Étant l’une des plus anciennes municipalités du pays, et la quatrième en importance, la ville d’Ottawa a une histoire à raconter qui va au-delà de son rôle de capitale nationale et qui l’englobe tout à la fois. En fait, son statut particulier a contribué à maintenir dans l’ombre l’histoire des nombreuses collectivités qui la composent. Il est indéniable, cependant, que l’histoire d’Ottawa possède un caractère franchement national et concerne à ce titre l’ensemble des Canadiens et des Canadiennes, comme le souligne l’exposition virtuelle intitulée Ottawa devient la Capitale. [PDF- 5.462 Mo]

Le pavilion Aberdeen

Terrain d’exposition du parc Lansdowne, 1898

Construit en 1898, le pavillon Aberdeen est devenu l’un des éléments centraux du parc Lansdowne (ouvert en 1888). L’Exposition du Canada central (ECC) y a tenu sa foire annuelle jusqu’en 2010.

Ce bâtiment d’exposition, construit par la Dominion Bridge Company, a été conçu par l’architecte d’Ottawa Moses E. Edey, inspiré par le Crystal Palace de Londres. Le bâtiment est composé d’une série de grandes arches en acier, de grandes fenêtres en verre et d’ornements en métal pressé et offre un espace ouvert sans colonne. Ce bâtiment de la fin de l’ère victorienne a été nommé en l’honneur de l’ancien gouverneur général, Lord Aberdeen, qui était un adepte des foires agricoles et des marchés de producteurs. À l’origine, le pavillon était surtout utilisé pour les expositions agricoles, d’où son surnom de « Palais bovin ». Le pavillon Aberdeen est l’un des derniers bâtiments d’exposition du XIXe siècle encore debout et en service aujourd’hui, témoin de la tradition agricole d’Ottawa.

Une patinoire a été aménagée dans le pavillon en 1902 par le Ottawa Hockey Club (aujourd’hui les Sénateurs d’Ottawa). En 1904, l’équipe y a disputé toute sa saison et a participé aux séries de la Coupe Stanley.

La structure a été adaptée pour servir d’installation militaire importante en temps de guerre. Elle a accueilli le régiment Lord Strathcona’s Horse pendant la guerre des Boers, le Princess Patricia’s Canadian Light Infantry, le Cameron Highlanders of Ottawa et le 4th Princess Louise Dragoon Guards pendant la Première Guerre mondiale.

En 1973, la Ville d’Ottawa a repris la gestion du site. Le pavillon, désigné structure patrimoniale en vertu de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario en 1982, a ensuite été reconnu comme lieu historique national du Canada en 1983, bien qu’il ait nécessité d’importants travaux de restauration. En 1991, il a été fermé au public et menacé de démolition. Le Conseil municipal d’Ottawa est toutefois revenu sur sa décision de démolir le pavillon, et le pavillon a rouvert ses portes en 1994, après avoir fait l’objet d’une restauration.

Au tournant du nouveau millénaire, le pavillon Aberdeen a été choisi par l’Institut royal d’architecture du Canada comme l’un des 500 meilleurs bâtiments construits au cours du dernier millénaire. Le projet de revitalisation de 2012-2014 a renforcé l’importance du bâtiment en associant des installations modernes et dynamiques à l’histoire de la communauté.

Voir d'autres images datant de 1888 à 2015 de l'exposition du pavillon d'Aberdeen.

La tempête de verglas de 1998 – Beauté Terrible

branches verglacées et de camions

Durant l’hiver 1998, l’état d’urgence a été déclaré lorsqu’une tempête de verglas d’une férocité sans précédent s’est abattue sur la région. Beauté Terrible [ PDF - 2.25 MB] met en lumière les efforts des membres de la collectivité qui ont mobilisé les Ottaviennes et les Ottaviens afin d’assurer leur protection, leur gîte, leur couvert et leur sécurité pendant cette catastrophe météorologique.

Préparée par les Archives de la Ville d’Ottawa avec le concours de différents médias d’information, cette exposition a été présentée à la Galerie d’art de l’hôtel de ville du 24 septembre au 26 octobre 2003.

Application Voyageur dans le temps

En s’inspirant de la célébration du 150e anniversaire du Canada, les Archives de la Ville d’Ottawa ont créé Voyageur dans le temps, une application mobile donnant accès à l’histoire d’Ottawa et de ses lieux d’intérêt. L’application vous permet de voyager dans le temps en découvrant des lieux, des événements et des personnes qui ont façonné la ville d’Ottawa depuis la Confédération. À l’aide d’une carte interactive, les utilisateurs peuvent choisir une histoire en fonction d’un lieu, d’une ligne de temps ou tout simplement au hasard.

En raison des technologies qui ne cessent d’évoluer, l’application n’est plus prise en charge. Elle sera progressivement éliminée sur les deux plateformes d’ici la fin de 2021.

Si vous voulez en apprendre plus sur l’application, veuillez communiquer avec nous.