Ce site utilise JavaScript. Veuillez activer la fonction JavaScript dans votre navigateur et recharger la page pour voir le site complet.

Le Programme d’art public de l’O-Train

À propos du Programme d’art public de l’O-Train

Le Programme d’art public de l’O-Train constitue une plateforme grâce à laquelle des équipes d’artistes peuvent créer des œuvres d’art public qui feront d’Ottawa l’une des grandes vitrines de l’art contemporain innovant et rassembleur dans les stations du train léger. Ce programme vise à susciter et à nouer le dialogue sur le rôle de l’art dans notre ville et à rehausser l’expérience offerte aux usagers des transports en commun sur tout le territoire d’Ottawa.

Si la Ville d’Ottawa peut réaliser le Programme d’art public de l’O-Train, c’est grâce à sa Politique sur l’art public, qui consacre aux œuvres d’art public 1 % de son budget de dépenses en immobilisations.

Étape 1 : Ligne de la Confédération

En janvier 2010, la Conseil municipal d’Ottawa a approuvé la conception fonctionnelle de Ligne de la Confédération du réseau de train léger sur rail (TLR) à Ottawa en Ontario. Lancé en juillet 2012, le Programme d’art public de l’Étape 1 de l’O-Train s’est enchaîné, en novembre 2012, avec un appel aux artistes algonquins. Douze artistes ou équipes d’artistes ont été sélectionnés en régime de concurrence pour constituer l’équipe de conception du projet appelée à créer des œuvres d’art intégrées dans chaque station.

Dans le cadre du Programme d’art public de l’Étape 1 de l’O-Train, à la suite d’un autre appel publié en juin 2014 pour des œuvres d’art non intégrées, sept œuvres indépendantes et permanentes ont été réalisées sur commande dans six stations thématiques du centre‑ville d’Ottawa (Bayview, Pimisi, Lyon, Rideau, Parlement et uOttawa). Deux œuvres distinctes ont été réalisées sur commande pour la station uOttawa. La station Pimisi est restée fidèle à sa thématique algonquine : l’ensemble de l’œuvre a été conçu par des artistes algonquins, qui ont été appelés à travailler en étroite collaboration avec les communautés locales de la nation algonquine Anishinabeg.

Présentation de l’art public de l’Étape 1 de l’O-Train

des logos

Prenez le train et découvrez les œuvres de 24 artistes dans 13 stations :

  1. Tunney’s Pasture : œuvre par Derek Root
    two images together, example of artist's light work

     
  2. Bayview : œuvres par Adrian Göllner et Pierre Poussin
     intempéries en acier
      
    sculpture bleue

     
  3. Pimisi : œuvres par Nadia Myre, Simon Brascoupé avec Emily Brascoupé-Hoefler, Sherry-Ann Rodgers, Doreen Stevens et Sylvia Tennisco, mettant en vedette 101 pagaies peintes à la main par des artistes de la Nation algonquine-anichinabée

     trois sculptures ensemble: mur de verre, panier tressé, anguille
           
     trois sculptures ensemble: orignal, pagaies, écorce de bouleau piquant, vitrail

     
  4. Lyon : œuvres par Geoff McFetridge et PLANT
    murale proche d'escalier
      
     sculpture en métal avec des mots découpés

     
  5. Parlement : œuvres par Douglas Coupland et Jennifer Stead
     triangles colorés suspendus au plafond
      
     sculpture en métal vert dans la barrière inter-pistes

     
  6. Rideau : œuvres par Geneviève Cadieux et Jim Verburg
     mur de verre coloré
      
     lignes métalliques encastrées dans un mur noir

     
  7. uOttawa : œuvres par Derek Besant et Kenneth Emig
    portraits encadrés accrochés dans le couloir d'une piste cyclable
      
     sphère réfléchissante en cube clair

     
  8. Lees : œuvre par Amy Thompson
     mur de verre coloré
      
     sculptures d'oiseaux illuminés

     
  9. Hurdman : œuvre par Jill Anholt
     grande sculpture en métal enveloppante avec couleur changeante

     
  10. Tremblay : œuvre par Jyhling Lee
    formes découpées qui sont réfléchissantes

     
  11. St-Laurent : Titre : J’ai tout donné
    I Gave It Everything I Had
     
    J’ai tout donné
  12. Cyrville : œuvre par Don Maynard
     arbre en métal

     
  13. Blair : œuvre par cj fleury et Catherine Widgery
     verre de couleur rectangulaire suspendu

Le Programme d’art public de la Ville d’Ottawa commande des œuvres d’art in situ, financées par une enveloppe représentant 1 % des fonds alloués aux nouveaux projets d’aménagement de la Ville. C’est dans le cadre de ce programme que le Programme d’art public de l’O-Train a lancé en 2012 une série d’appels aux artistes, dont certains lancés spécifiquement aux artistes algonquins-anichinabés pour la station Pimisi. En tout, ce sont 24 artistes qui ont été sélectionnés par des pairs afin de créer des œuvres d’art pour les 13 stations le long des 12,5 km de la Ligne.

Plus de détails sur la Ligne de la Confédération de l’O-Train

Présentation du Corridor 45|75

corridor logo

Corridor 45|75
Station Rideau, Ligne de la Confédération du TLR de l’O-Train, hall ouest, 2e étage (accessible par l’entrée Rideau et Sussex)
ottawa.ca/4575corridor
facebook.com/corridor4575
Ouvert tous les jours. Entrée gratuite pour la galerie.Accessible en fauteuil roulant.

Étape 2 : Prolongement de la Ligne de la Confédération et de la Ligne Trillium

stage 2 logo with white and red

À propos du projet

L’Étape 2 vient enrichir ces deux lignes de 44 kilomètres de voie ferrée et de 24 nouvelles stations. Le réseau de train léger sera ainsi prolongé vers le sud jusqu’au chemin Limebank et jusqu’à l’Aéroport international Macdonald‑Cartier d’Ottawa, puis vers l’est jusqu’au chemin Trim et vers l’ouest jusqu’au chemin Baseline et à la promenade Moodie.

Projets d’art public

Le Programme d’art public de l’Étape 2 de l’O-Train constitue une toile de fond publique pour les artistes du monde entier.

Ce programme fera d’Ottawa une ville phare pour l’art contemporain innovant et rassembleur dans le domaine public. L’objectif est de créer un discours assurant la cohésion des lignes de transport en commun, des régions et de la géographie de la Ville et d’améliorer l’expérience offerte aux usagers des transports en commun, qu’ils soient visiteurs ou résidents. Les équipes menées par les artistes ont l’occasion de se pencher sur l’espace, l’objet et le mouvement piétonnier.

Le Programme d’art public de l’Étape 2 prévoit de faire appel à cinq équipes distinctes pour concevoir et réaliser des œuvres d’art public dans les cinq tronçons distincts du tracé :

      •  
  • Prolongement vers l’est de la Ligne de la Confédération : L’équipe d’artistes intégrera les œuvres et se consacrera à la transformation des stations Montréal, Jeanne d’Arc, Place-d’Orléans, Boulevard‑d’Orléans et Trim du TLR et du paysage environnant.
  • Prolongement no 1 vers l’ouest de la Ligne de la Confédération : L’équipe d’artistes intégrera les œuvres d’art et se consacrera à la transformation des stations Westboro, Dominion, Cleary, New Orchard et Lincoln Fields du TLR.
  • Prolongement no 2 vers l’ouest de la Ligne de la Confédération : L’équipe d’artistes intégrera les œuvres d’art et se consacrera à la transformation des stations Moodie, Bayshore, Pinecrest, Queensview, Iris et Baseline du TLR.
  • Ligne Trillium : L’équipe d’artistes créera des œuvres en faisant appel aux médias numériques dans différents espaces des trois stations phares, soit Gladstone, South Keys et Bowesville.
  • Couloir de l’avenue Byron et du chemin Richmond : L’équipe d’artistes est appelée à concevoir et réaliser un processus d’engagement communautaire misant sur les atouts et le potentiel du couloir de l’avenue Byron et du chemin Richmond comme source d’inspiration, afin de créer un espace public et d’offrir aux usagers une expérience de qualité.

Soumissions et occasions : le Programme d’art public de l’O-Train

Demande de propositions : Réflexion - Inflexion Projet d’intervention artistique

Date de publication : Le 1 octobre 2020
Échéance pour le dépôt des propositions : Le 30 novembre 2020 à 16 h, heure normale de l’Est
Budget : 700 000,00 $ CA, TVH en sus
Personne‑ressource du projet : Katherine Ingrey, agente d’art public Katherine.Ingrey@ottawa.ca

Demande de propositions : Réflexion - Inflexion Projet d’intervention artistique

Project Site Area: Cleary Station, Byron Linear Park and existing surrounding community

Date de publication : Le 1 octobre 2020

Échéance pour le dépôt des propositions : Le 30 novembre 2020 à 16 h, heure normale de l’Est

Budget : 700 000,00 $ CA, TVH en sus

Personne‑ressource du projet : Katherine Ingrey, agente d’art public Katherine.Ingrey@ottawa.ca

Le formulaire en ligne

FAQ

1.0 Introduction

1.1. Déclaration‑hommage

Ottawa est aménagée sur un territoire non cédé de la nation algonquine Anishinabeg.

Les peuples de la nation algonquine Anishinabeg habitent ce territoire depuis des millénaires.

Leur culture et leur présence favorisent et continuent de favoriser l’aménagement de ce territoire.

La Ville d’Ottawa rend hommage aux peuples et au territoire de la nation algonquine Anishinabeg.

Elle rend aussi hommage à l’ensemble des Premières Nations et des peuples inuits et métis pour la précieuse contribution apportée, hier et aujourd’hui, à ce territoire.

1.2. Aperçu du projet

La Ville d’Ottawa lance cette demande de propositions dans le cadre du Programme d’art public afin de sélectionner une équipe d’artistes, un atelier d’artistes ou cabinet d’artistes‑conseils compétents et chevronnés afin d’élaborer et de mettre en œuvre une stratégie complète de l’art citoyen. Cette stratégie de l’art citoyen s’inscrit dans l’évolution communautaire locale qui se déroule dans le secteur du parc linéaire Byron et du chemin Richmond à Ottawa.

La collectivité du parc linéaire Byron et du chemin Richmond est massivement touchée par la construction de l’O-Train, soit le nouveau réseau de train léger sur rail qui remplacera les services d’autobus sur les circuits du Transitway dans tout le territoire de la Ville. L’espace vert (soit le parc linéaire Byron) sera revalorisé, les arbres seront abattus, la station et la voie ferrée seront construites en sous‑sol, et un nouveau parc sera aménagé. En outre, des commerces de détail ont été éliminés, et les paysages urbains sont réaménagés le long du chemin Richmond. Les circuits de transport en commun sont modifiés, et un nouveau complexe de commerces de détail et de logements en copropriété sera construit. Pour les résidents, le quartier et l’expérience des transports en commun seront transformés. Ces bouleversements et ces changements se répercuteront sur la collectivité, ainsi que sur les résidents et les visiteurs, dans les deux ou trois prochaines années.

Le Projet d’intervention artistique Réflexion‑inflexion offre, à l’atelier ou à l’équipe d’artistes sélectionné(e), l’espace et le temps voulus pour mettre en œuvre une stratégie de l’art citoyen grâce au financement et aux ressources offerts par la Ville d’Ottawa. Ce projet s’inspire d’un ensemble de spécifications minimums, qui pourront être étoffées et qui devront rester souples et s’adapter aux résultats permanents du projet et aux enjeux sociaux mondiaux de l’heure.

Ce projet, qui peut être réalisé grâce à la Politique d’art public de la Ville d’Ottawa, est financé grâce à la part de 1 % du budget du Programme d’art public de l’O-Train et est géré dans le cadre du Programme d’art public de la Ville. Ce programme vise à mieux faire rayonner et apprécier les arts visuels à Ottawa, en réunissant, en commandant et en exposant des œuvres d’art et en insistant sur l’importance de promouvoir les relations entre les artistes, les travailleurs culturels et les acteurs du changement.

1.2.1. Vision du projet

Dans le cadre du Projet d’intervention artistique Réflexion‑inflexion de l’O-Train, on adopte une approche globale pour établir des connexions communautaires, étoffer la résilience et promouvoir le bien‑être. Ce projet rendra compte de la diversité raciale, culturelle, genrée, artistique et géographique de la collectivité de l’avenue Byron et du chemin Richmond, ainsi que de son histoire et de ses points de vue.

1.2.2. Valeurs du projet
  1. Intégration dans le lieu en tenant compte de toutes ses particularités
  2. Participation citoyenne authentique et permanente
  3. Respect de l’intégrité culturelle et des relations voulues
  4. Collaboration et cocréation avec la collectivité
  5. Exploration de l’expression culturelle diverse et vaste
  6. Processus ouvert et réceptif
  7. Redevabilité envers la collectivité et la Ville
  8. Renforcement de la capacité et partage des connaissances dans la communauté artistique d’Ottawa
1.2.3. Thème artistique : Les collectivités en transition

Le Projet d’intervention artistique Réflexion‑inflexion de l’O-Train mise sur une approche locale et globale pour explorer la transition de la collectivité du site. Il s’agit entre autres d’analyser et de démontrer, grâce à l’expression culturelle, comment une collectivité évolue dans un environnement en pleine transformation et comment les gens s’adaptent aux bouleversements en établissant des liens nouveaux et en adoptant de nouvelles manières d’être. Ce projet viendra démontrer en quoi les relations sont modifiées ou fortifiées en faisant évoluer les paysages, pour passer d’un territoire à un autre, de même qu’en réfléchissant aux témoignages et aux souvenirs qui émergent du mouvement communautaire et des moyens grâce auxquels les liens sont préservés, modifiés ou noués.

1.2.4. Gouvernance et gestion du projet

Le Projet d’intervention artistique Réflexion‑inflexion est régi par le Comité de consultation du projet, constitué d’artistes, de chefs de file communautaires dans le secteur du site, ainsi que de professionnels des arts communautaires et d’experts du contenu de la Ville d’Ottawa, qui seront épaulés par le personnel du Programme d’art public de la Ville. Les proposants retenus se réuniront à intervalles réguliers, pendant toute la durée du projet, avec le Comité de consultation du projet et le personnel de la Ville.

La Ville d’Ottawa gérera le projet et le contrat conclu entre l’équipe, l’atelier ou le cabinet d’artistes dans le cadre du Programme d’art public. Le personnel du Programme d’art public sera chargé de surveiller et d’évaluer le projet en permanence et assurera la liaison entre les proposants retenus d’une part et, d’autre part, le Comité de consultation du projet et la collectivité.

1.2.5. Perspectives et résultats du projet

La Ville d’Ottawa doit élaborer et mettre en œuvre une stratégie de l’art citoyen assortie d’une vision et d’une approche prépondérantes, d’un plan rigoureux de participation citoyenne, ainsi que d’un plan de travail et d’un budget généraux, qui font état des moyens grâce auxquels la vision se concrétisera sur une durée de deux ans.

La conception et la mise en œuvre de la stratégie d’art citoyen permettront :

  • d’affirmer la présence vigoureuse de l’équipe, de l’atelier ou du cabinet d’artistes dans le quartier grâce à un plan rigoureux et innovant de participation citoyenne pour interagir avec la collectivité;
  • de concevoir des programmes et des ateliers d’information du public afin de rehausser la communication et le rayonnement;
  • d’élaborer et de cocréer toutes sortes de microprojets provisoires ou permanents avec la collectivité en mobilisant et en épaulant les artistes de la localité. Les microprojets seront réalisés dans des formes, des modes, des lieux et des espaces accessibles dans l’ensemble de la collectivité et se dérouleront pendant toute la durée du projet;
  • d’élaborer une stratégie de partenariat pour nouer des liens avec les groupes communautaires, les commerces et les entreprises, les organismes culturels et les artistes locaux afin de mettre en œuvre la stratégie;
  • de produire un plan de travail (calendrier) et des prévisions budgétaires inventifs, viables et globaux, que l’on pourra réaliser dans le respect du budget et du calendrier précisés pour ce projet;
  • d’établir un modèle de documents et de rapports pour le projet et ses éléments constitutifs;
  • de produire une ou plusieurs œuvres d’art public permanentes grâce aux interactions et à l’élaboration du projet;
  • d’adopter, pour les œuvres d’art public permanentes, le plan d’entretien nécessaire, qui constitue un élément à fournir dans le cadre du projet.
1.2.6. Résultats du projet

En élaborant leur proposition pour la stratégie de l’art citoyen, les proposants doivent tenir compte des résultats suivants, mis au point pour le Projet d’intervention artistique Réflexion‑inflexion :

  • les infrastructures communautaires, les enjeux et les anecdotes locales sont recensés, explorés et matérialisés dans l’expression culturelle;
  • les relations entre et parmi les gens et le lieu sont fortifiées;
  • de nouvelles possibilités d’expression culturelle sont établies dans le quartier;
  • la présence de l’art public est rehaussée;
  • les obstacles qui se dressent contre la participation à l’édification de la culture sont réduits;
  • de nouveaux processus sont établis et consignés par écrit pour la mobilisation des communautés en quête d’équité;
  • les artistes de la localité augmentent leur capacité de mener leur pratique de l’art citoyen.
1.2.7. Phases du projet

Phase 1: Affiner la Stratégie de l’art citoyen et mettre au point un plan de mise en œuvre.

Le proposant retenu signera, avec la Ville d’Ottawa, un contrat pour la phase 1 afin de mieux affiner la Stratégie de l’art citoyen à la fin du concours initial mené dans le cadre de la DDP. Il s’agira entre autres d’instituer et d’établir une présence dans le secteur du site à Ottawa, de nouer des partenariats communautaires et de mobiliser la communauté culturelle, ainsi que les résidents et les commerces et entreprises du secteur du site. Pendant toute cette période, l’équipe, l’atelier ou le cabinet d’artistes retenu réunira l’information, mettra au point des idées et continuera de définir le nombre et le type de projets, le nombre de sites, le projet légataire, ainsi que le budget et le calendrier détaillés, qui feront tous partie du plan de mise en œuvre.

Évaluation de la phase 1

Dans la foulée de la période consacrée à l’affinement de la Stratégie de l’art citoyen, l’équipe, l’atelier ou le cabinet d’artistes devra préparer un plan de mise en œuvre détaillé de la Stratégie de l’art citoyen et le présenter au Comité consultatif du projet et au personnel du Programme d’art public. On adressera à l’équipe, à l’atelier ou au cabinet d’artistes, pour qu’ils en tiennent compte, les conclusions d’un examen et les recommandations à adopter éventuellement. Une période de dialogue entre l’artiste et l’équipe du Comité consultatif du projet permettra de finaliser le plan.

Phase 2

Lorsque le plan de mise en œuvre aura été définitivement approuvé, l’équipe, l’atelier ou le cabinet d’artistes signera, avec la Ville d’Ottawa dans le cadre du Programme d’art public, l’accord de la phase 2 pour la mise en œuvre et l’achèvement de la Stratégie de l’art citoyen.

1.3. Contexte du projet

Dans le cadre du Programme d’art public de l’O-Train, la Ville d’Ottawa a réalisé l’Étape 1 du projet de train léger sur rail : deux lignes, soit la Ligne de la Confédération et la Ligne Trillium, sont en service et réunissent un total de 17 stations. Des œuvres d’art public ont été commandées pour 13 des stations de l’Étape 1. L’Étape 2 regroupe trois prolongements qui permettront d’étendre le réseau de l’O-Train dans les sens sud, est et ouest. Dans les cinq prochaines années, l’Étape 2 enrichira le réseau de 44 kilomètres de voie ferrée et de 24 nouvelles stations.

TLes projets d’art public de l’Étape 2, qui se sont inspirés du succès de l’Étape 1, ont été lancés en 2018 et seront achevés en 2023. On a commandé à une équipe d’artistes des œuvres d’art public sur supports numériques dans trois stations de la Ligne Trillium. On a sélectionné trois (3) équipes d’artistes supplémentaires afin de créer des œuvres pour les trois groupes de stations des prolongements est et ouest de la Ligne de la Confédération, qui regroupent 16 stations, à savoir :

  1. pour le prolongement de la Ligne de la Confédération dans le sens est : une équipe d’artistes travaille à l’intégration des œuvres d’art et à la transformation d’un groupe de cinq stations, soit les stations du chemin de Montréal, Jeanne‑D’arc, Place d’Orléans, Trim et boulevard Orléans, ainsi que du paysage environnant;
  2. pour le prolongement no 1 dans le sens ouest no 1 de la Ligne de la Confédération : une équipe d’artistes travaille à la transformation d’un groupe de cinq stations, soit les stations Westboro, Dominion, Cleary, New Orchard et Lincoln Fields;
  3. pour le prolongement no 2 dans le sens ouest de la Ligne de la Confédération : une équipe d’artistes travaille à l’intégration des œuvres d’art et à la transformation d’un groupe de six stations, soit les stations Moodie, Bayshore, Pinecrest, Queensview, Iris et Baseline.

Le projet Réflexion‑inflexion se veut un projet autonome dans l’aménagement des œuvres d’art public de l’Étape 2 pour le prolongement no 1 de la Ligne de la Confédération dans le sens ouest.

En savoir plus sur le prolongement de la Ligne de la Confédération

1.3.1. Secteur du site

Pour ce projet, on a sélectionné la collectivité des quartiers Kitchissippi et Baie à Ottawa dans le cadre du Projet de rues complètes du parc linéaire Byron. Les quartiers municipaux de Kitchissippi et de Baie subissent actuellement d’importantes perturbations et une vaste transformation de leur territoire dans le cadre de la construction de 44 kilomètres supplémentaires de voie ferrée et de 24 nouvelles stations, en plus des stations qui ont été mises en service en septembre 2019.

Obtenir de plus amples renseignements sur le site du projet - Parc Linéaire Byron - Consultation publique [ PDF - 6.26 mo ]

1.3.2. Carte du secteur

Le lecteur trouvera la carte représentant le secteur du site et la cartographie des infrastructures culturelles dans le rapport accessible sur le site Google

2.0 Déroulement de la demande de propositions

2.1. Aperçu

Cette commande d’œuvres d’art public en régime de concurrence sera passée comme suit :

  1. Les propositions seront transmises au Comité consultatif du projet, qui examinera et évaluera les propositions des artistes conformément aux critères d’évaluation.
  2. Lorsque les propositions auront été déposées, on dressera la liste abrégée des propositions retenues, qui seront approuvées par le Comité consultatif du projet.
  3. Les proposants retenus devront participer à une entrevue (virtuelle) afin de mieux présenter leur proposition au Comité consultatif du projet et d’y apporter d’autres éclaircissements.
  4. On s’attendra à ce que les proposants retenus se soumettent avec succès à une vérification de leur casier judiciaire, en raison de la nature des travaux prévus dans le cadre du projet. Pour en savoir plus sur la marche à suivre afin de se soumettre à cette vérification, veuillez consulter le site Web su Service de police d’Ottawa
2.1.1. Demandes de renseignements

Les demandes de renseignements portant sur cette DDP doivent être adressées à Katherine.Ingrey@ottawa.ca, en précisant dans l’objet « Demande de renseignements sur le projet Réflexion‑inflexion ».

2.1.2. Budget

Le budget du projet Réflexion‑inflexion, qui s’établit à 700 000,00 $ CA (TVH en sus), doit tenir compte de tous les coûts relatifs au projet, selon les modalités exposées dans la portée des travaux.

2.1.3. Calendrier de la déroulement de la demande de propositions

Les dates suivantes pourraient être modifiées à la seule et entière discrétion de la Ville.

  Dates prévues
Lancement de la déroulement de la demande de propositions Le 1 octobre 2020
Échéance pour soumettre les questions portant sur la déroulement de la demande de propositions Le 15 octobre 2020
Date de clôture de la déroulement de la demande de propositions Le 30 novembre 2020
Entrevues avec les proposants retenus Décembre 2020
Notification de la sélection définitive Janvier 2020
Lettre d’attribution et période de négociation Février 2021
Signature du contrat Mars 2021
 

2.2. Information sur le dépôt des propositions

2.2.1. Condition d’admission

Cette demande de qualification s’adresse aux artistes interdisciplinaires, équipes de création, ateliers d’artistes et cabinets d’artistes‑conseils, organismes et organisations communautaires (à but lucratif et à but non lucratif) locaux, nationaux et internationaux, qui sont traités sur un pied d’égalité.

La Ville d’Ottawa finance les activités culturelles représentatives des communautés diverses d’Ottawa, dont les gens de tous les horizons, de tous les niveaux d’aptitude, de tous les groupes d’âge, de tous les pays d’origine, de toutes les cultures, de tous les genres, de tous les niveaux de revenus, de toutes les langues, de toutes les origines raciales et de toutes les orientations sexuelles. Les Premières Nations, les Inuits et les Métis sont cordialement invités et encouragés à déposer des propositions. La Ville d’Ottawa donne les mêmes droits, statuts et privilèges aux deux langues officielles (soit le français et l’anglais).

2.2.2. Préparation des propositions

Les propositions doivent être claires et concises et comprendre suffisamment de détails pour permettre de les évaluer efficacement et de justifier la validité des affirmations qui y sont faites. Dans les propositions, il ne faut pas se contenter de reprendre ou de répéter les exigences; il faut plutôt fournir des arguments convaincants afin d’expliquer les moyens qu’entend prendre le proposant pour répondre aux exigences exprimées.

Les proposants doivent supposer que l’équipe chargée de l’évaluation n’a aucune connaissance de leur expérience et qu’elle s’en remettra, dans son évaluation, à l’information présentée dans les propositions. Les propositions doivent être déposées dans le format Word ou PDF et être compatibles avec un ordinateur personnel, en plus de comprendre une table des matières. Les propositions doivent donner suite à la déroulement de la demande de propositions en reprenant le système de numérotation qui y est reproduit.

2.2.3. Dépôt des propositions

Seules seront acceptées les propositions déposées électroniquement dans le formulaire en ligne. Toutes les autres propositions déposées par d’autres moyens ne seront pas acceptées.

Les propositions doivent être déposées au plus tard à 15 h, heure avancée de l’Est, le 30 novembre 2020.

Il ne sera pas donné suite aux propositions déposées après la date et l’heure d’échéance ci‑dessus.

Il appartient au proposant de demander des précisions sur les points ambigus ou incertains du texte de la déroulement de la demande de propositions au plus tard cinq jours ouvrables avant la date de clôture, en communiquant avec Katherine Ingrey (dont les coordonnées sont reproduites ci‑dessus). La Ville d’Ottawa peut, à sa seule et entière discrétion, éliminer les propositions qui ne respectent pas le format et les autres critères reproduits dans les exigences relatives au dépôt des propositions.

Les propositions pourront être déposées en français ou en anglais.

Les prix indiqués dans les propositions doivent être exprimés en dollars canadiens, TVH en sus.

Chacun des proposants est seul responsable de veiller à ce que sa proposition parvienne au Programme d’art public au plus tard à la date et à l’heure de clôture précisées. La date et l’heure de clôture devront être respectées rigoureusement, et à moins que la Ville proroge la date de clôture en publiant une annexe, toutes les propositions déposées après cette date et cette heure ne seront pas étudiées.

Cette demande de propositions n’est pas un appel d’offres, et la Ville d’Ottawa n’a pas l’intention d’appliquer les lois sur les marchés publics attribués en régime de concurrence.

2.2.4. Exigences minimums
  1. Pratique culturelle - Le groupe ou l’équipe retenu(e) doit justifier d’une pratique établie et de connaissances confirmées dans au moins un des secteurs de pratique culturelle suivants :
    1. Art and social practice
    2. Civic arts
    3. Arts-based placemaking
    4. Creative placemaking and community planning
    5. Indigenous Placemaking
    6. Community arts
    7. Inclusive and meaningful community engagement
  2. ExpérienceLe chef de l’équipe du proposant a au moins 10 années d’expérience professionnelle se rapportant expressément :
    1. à l’encadrement, à la gestion et à la mise en œuvre des arts innovants et des projets culturels permettant de transformer les collectivités (conformément aux pratiques culturelles énumérées ci‑dessus);
    2. à la mobilisation des organismes, des commerces et entreprises et des intervenants communautaires divers sur différentes plateformes de participation en faisant appel à des approches non traditionnelles.
  3. DisponibilitéLe groupe ou l’équipe retenu(e) doit être disponible pour toute la durée du projet. Veuillez indiquer la disponibilité de tous les membres de l’équipe. .

2.3. Format de la proposition

Les proposants doivent déposer une proposition qui comprend les documents et éléments d’information suivants :

  1. Lettre de présentation - Une page (250 mots) présentant l’équipe, l’atelier ou le cabinet d’artistes et la proposition. La lettre de présentation doit donner un aperçu de la proposition et faire état de ce que le proposant comprend des services demandés. Cette lettre doit aussi comprendre une déclaration précisant si des conflits d’intérêts potentiels pourraient surgir dans le cadre des services demandés.
  2. Compréhension du projet - Veuillez donner un aperçu de votre compréhension et de l’approche que vous adopterez pour réaliser les perspectives et les résultats du projet (exposés dans la section 1.2.5).
    1. Vous devez vous inspirer des questions suivantes pour vous guider dans la rédaction de votre proposition. Veuillez ne pas répondre directement à ces questions.
      1. Qu’y aura‑t‑il de différent, dans cette collectivité, à la fin de ce projet?
      2. Comment notre plan de participation citoyenne démontre‑t‑il que nous pouvons concevoir des œuvres d’art en fonction des nouvelles réalités de notre collectivité pendant la COVID-19, en tenant compte de la distanciation sociale et des gestes barrières?
      3. Comment devons‑nous concevoir les œuvres d’art pour tenir compte de tous et de toutes, sans égard à l’âge, aux aptitudes ou aux incapacités, au genre, aux origines raciales, à l’ethnicité, au statut socioéconomique, à la langue, à la sexualité et à la localisation géographique?
      4. Quelle stratégie adopterons‑nous pour veiller à ce que nos partenaires communautaires participent sur un pied d’égalité à la cocréation, grâce à un plan décisionnel et à des moyens de participation clairs et faciles d’accès?
      5. En quoi ce projet changera‑t‑il l’expérience et la perception des citoyens en ce qui concerne leurs échanges entre eux, ainsi que leur espace et leur place physiques et sociaux dans leur collectivité?
      6. Comment ferons‑nous pour recenser les ressources existantes, exprimer nos réactions collectives et discuter des projets, les recommander et y attribuer des priorités afin de miser sur les travaux réalisés selon le rapport de recherche communautaire?
      7. Comment ferons‑nous pour concevoir l’inclusion des artistes, créatifs et artisans locaux d’Ottawa, afin d’accroître leur capacité à élaborer des projets avec la collectivité et de nous permettre de mener et de consigner par écrit notre échange de connaissances.
  3. Expérience et compétences du chef et des principaux membres de l’équipe
    1. Veuillez dresser brièvement le profil des personnes, du groupe ou de l’organisme, en donnant les grandes lignes de leur évolution et de leur approche. Veuillez nommer un chef d’équipe.
    2. Veuillez déposer la liste complète des principaux membres du personnel qui seront affectés à ce projet. Il faut entre autres indiquer l’expérience et les compétences pertinentes du chef de l’équipe, ainsi que des membres de cette équipe. Veuillez décrire, dans leurs grandes lignes, les principaux rôles et les grandes responsabilités. La composition de l’équipe doit respecter les recommandations exposées dans la Politique sur l’équité et la diversité de la Ville d’Ottawa.
    3. Veuillez joindre les curriculums vitae abrégés des membres de l’équipe proposée.
  4. Exemples de projets pertinents - Veuillez téléverser 10 fichiers d’images numériques ou un fichier de 10 minutes au total de contenu de médias temporels (ou une combinaison des deux) pour trois projets réalisés qui font état de votre compréhension des exigences et qui démontrent que vous possédez l’expérience nécessaire, en vous inspirant des lignes directrices ci‑après.
    1. Toutes les images doivent se rapporter à des projets déjà réalisés. Vous pouvez reprendre tous les créneaux‑images attribués afin de présenter différentes images sur les trois projets déjà réalisés que vous soumettez dans votre proposition ou vous inspirer de vos créneaux‑images pour présenter d’autres projets déjà réalisés. Vous devez déposer au moins une image pour les trois projets réalisés que vous soumettez dans votre proposition.
    2. Vous devez limiter le nombre de fichiers à un maximum de 10.
    3. Les proposants qui souhaitent présenter à la fois des images numériques et des fichiers médias doivent soumettre au plus 10 fichiers dont le total du contenu n’est pas supérieur à 10 minutes. Pour chaque minute de contenu vidéo ou audio, veuillez enlever une image numérique (autrement dit, faites‑nous parvenir six images en format JPG et un fichier vidéo de quatre minutes ou six fichiers JPG et deux fichiers vidéo d’une durée de deux minutes chacun).
    4. Il est nécessaire de respecter rigoureusement la convention de désignation exposée ci‑après pour téléverser les images dans notre base de données afin que l’on puisse réussir à les consulter pendant la réunion du comité de coévaluation.
  5. Liste des images et des supports médiatiques - Veuillez compiler et déposer la liste des images et des supports et des renseignements détaillés sur les images numériques ou les vidéos déposées pour les projets déjà réalisés, en reprenant le nom du fichier selon les exemples ci‑dessus. Veuillez indiquer le titre, la date, le budget, le lieu, le procédé et les autres renseignements pertinents sur les projets déposés en exemples. Cette liste ne doit pas dépasser deux pages..
    1. Les fichiers d’images doivent :
      1. être enregistrés en format JPG selon une résolution de 72 points par pouce et ne pas avoir une taille supérieure à 1 Mo pour chacun des fichiers.
      2. être nommés selon le numéro, le titre, la date, le support et les dimensions de la liste d’images correspondantes; chaque élément d’information doit être séparé par un trait de soulignement. Il ne faut pas laisser d’espace avant ou après les traits de soulignement. Les noms de fichiers ne doivent pas dépasser 150 caractères.
    2. Format à respecter dans la désignation des fichiers d’images : 01_Titre de l’œuvre_année_support_dimensions.jp
      1. Examples:
        1. 01_La montagne _2014_graphite, acrylique et métal_243,8 cm x 269,2 cm.jpg
        2. 02_Sans titre 3 détails_2013_impression numérique chromogène sur papier_206 cm x 122 cm.jpg
        3. 03_Sans titre in situ_2005_supports mixtes_dimensions variables.jpg
    3. Les fichiers médias temporels doivent être :
      1. consultables à l’aide d’un lien Web donnant accès à chaque fichier vidéo ou audio. Si le lien Web ne fonctionne pas, le contenu ne sera pas visionné;
      2. repérés selon l’extrait que vous souhaitez présenter au Comité. (Vous pouvez aussi donner, dans le champ de la description, des instructions détaillées sur les repères à consulter.) 
  6. Références - Vous devez soumettre des références pour chacun des trois projets soumis dans votre proposition. Vous devez fournir au plus trois références (une par projet). La Ville se réserve le droit de communiquer avec les personnes dont vous donnez le nom en référence afin de vérifier les renseignements fournis.
  7. Budget - Veuillez déposer une prévision budgétaire pour la conception et la mise en œuvre de votre stratégie de l’art citoyen, d’après la section 1.2.5 sur les perspectives et les résultats du projet. Veuillez reproduire un tableau indiquant la ventilation des frais et des tarifs pour les personnes qui travailleront au projet, en faisant état de tous les coûts du projet et en tenant compte des débours. Les coûts doivent être exprimés en dollars canadiens et comprendre les taxes applicables (TVH).

3.0 Processus d’évaluation

3.1. Équipe chargée de l’évaluation

Une équipe d’évaluateurs constituée de membres du Comité consultatif du projet passera en revue toutes les propositions déposées pour savoir si elles répondent aux conditions d’admission et les notera selon une approche consensuelle. La Ville se réserve le droit de faire appel à des experts‑conseils professionnels externes ou internes pour l’aider à évaluer les propositions. Conformément à la Politique d’art public de la Ville, le Comité consultatif du projet est considéré comme un comité de coévaluation.

3.2. Déroulement de l’évaluation

3.2.1. Aperçu

En menant l’évaluation des propositions déposées, la Ville d’Ottawa pourra, sans toutefois en avoir l’obligation :

  • demander des précisions sur l’un quelconque ou la totalité des renseignements déposés par les proposants en ce qui a trait à la déroulement de la demande de propositions ou vérifier ces renseignements;
  • demander, avant de donner au proposant l’occasion de passer à l’étape suivante, des renseignements précis sur les compétences du proposant.

Les proposants disposeront du délai en jours précisé dans la déroulement de la demande de propositions par la Ville d’Ottawa afin de donner suite à toutes les demandes se rapportant à l’un quelconque des points ci‑dessus. À défaut de donner suite à cette demande, la proposition sera déclarée irrecevable.

La Ville d’Ottawa se réserve le droit de rejeter l’une quelconque des propositions, en totalité ou en partie, ou encore d’annuler ce projet ou de le relancer. La décision du Comité consultatif du projet est définitive.

3.2.2. Examen préalable

La Ville peut, à sa seule et entière discrétion, mener une phase d’examen préalable pour revoir la rigueur, la vraisemblance et l’exhaustivité des propositions. Elle pourra demander des éclaircissements sur l’un quelconque des éléments reproduits dans les propositions et communiquer avec les personnes dont les noms sont cités en référence afin de confirmer les renseignements fournis. On s’attend à ce que les proposants collaborent en apportant des éclaircissements sur tous les éléments de leur proposition. Les propositions qui ne respecteront pas les conditions de la phase de l’examen préalable seront rejetées d’emblée.

Les proposants pourraient être appelés à fournir, à la demande de la Ville, des renseignements supplémentaires sur leur proposition et devront le faire avec diligence. En règle générale, ils devront fournir ces renseignements dans les 48 heures de l’avis donné par la Ville.

En déposant une proposition, le proposant s’engage à respecter le processus défini dans la présente en ce qui concerne le déroulement de cette déroulement de la demande de propositions et l’évaluation des propositions.

3.2.3. Critères d’évaluation

On sélectionnera le proposant retenu, dans le cadre de cette déroulement de la demande de propositions, d’après la proposition qu’il aura déposée sur support imprimé. Les propositions seront évaluées conformément aux exigences cotées ci‑après. Les proposants devront répondre à ces exigences en donnant, dans leur proposition, suffisamment d’information pour permettre de faire une évaluation complète de leurs compétences.

Les renseignements supplémentaires qui ne sont pas réputés faire partie des exigences minimums (comme les adresses des sites Web à consulter pour l’information complémentaire, ainsi que les références pour les projets distincts des trois projets soumis) n’entreront pas en ligne de compte dans l’évaluation des propositions. On commencera à évaluer les propositions après la date de clôture de la déroulement de la demande de propositions.

Les propositions seront évaluées selon le barème reproduit ci‑après.

Critères d’évaluation Pondération
A. Compréhension du projet 40 %
B. Expérience et compétences du chef et des principaux membres de l’équipe 25 %
C. Travaux antérieurs 15 %
D. Budget 20 %
Total 100 %
3.2.4. Cotation

Les propositions seront cotées d’après le barème ci‑après pour chacun des critères énumérés dans chaque section.

Cotation Description
10 La proposition répond largement aux attentes; le proposant comprend parfaitement les exigences; excellente probabilité de réussir.
8 La proposition répond assez rigoureusement aux attentes; le proposant comprend très bien les exigences; très bonne probabilité de réussir.
6 La proposition répond aux attentes; le proposant comprend bien les exigences; bonne probabilité de réussir.
2 La proposition ne répond pas aux attentes ou ne montre pas que le proposant comprend les exigences; faible probabilité de réussir.
0 La proposition ne répond pas du tout aux attentes; le proposant ne comprend pas toutes les exigences; aucune probabilité de réussir.

La note à attribuer à chaque critère sera calculée en multipliant le coefficient de pondération du critère par la cote. La somme de toutes les notes correspondra à la note totale.

3.2.5. Liste abrégée des proposants

On pourra retenir au plus trois proposants à l’issue de l’évaluation des propositions selon les critères exposés dans la section 3.2.3. La Ville d’Ottawa se réserve le droit de retenir le nombre de proposants qu’elle voudra. Les proposants retenus pourront être invités à une entrevue virtuelle avec l’équipe chargée de l’évaluation.

3.2.6. Confidentialité de l’évaluation

Les notes d’évaluation et le classement sont confidentiels, et hormis l’identité du proposant le mieux coté, on ne donnera pas aux proposants de détails sur la proposition retenue, ni sur la note ou le classement d’un proposant, quel qu’il soit.

3.3. Clauses et conditions générales

3.2.1. Acceptation

En déposant une proposition pour donner suite à cette déroulement de la demande de propositions, chaque proposant en accepte les clauses et les conditions. En outre, en déposant sa proposition, chaque proposant renonce à l’ensemble des demandes d’indemnités, droits, revendications et avantages des dispositions des lois, des règles de droit ou des règlements qui pourraient contredire les droits de la Ville d’Ottawa dans le cadre de cette déroulement de la demande de propositions.

3.2.2. Conflits d’intérêts

Chaque proposant doit divulguer intégralement tous les conflits d’intérêts réels ou potentiels découlant d’activités ou de liens personnels existants. Il doit communiquer par écrit, dans sa proposition, tous ces conflits d’intérêts réels ou potentiels.

3.2.3. Frais de préparation

Le proposant est seul à supporter les frais engagés dans la préparation de la proposition qu’il dépose pour donner suite à cette déroulement de la demande de propositions.

Les candidats retenus pourraient être invités à participer à une entrevue. La Ville d’Ottawa ne paiera pas les heures consacrées ni les frais engagés pour participer à l’entrevue.

3.3.4. Questions et éclaircissements

Les questions administratives ou techniques doivent être déposées par écrit, dans un courriel, et doivent rappeler le numéro de la section et de l’article de la déroulement de la demande de propositions. Selon leur nature, les commentaires ou les réponses seront adressés par courriel ou dans une annexe, si l’information s’adresse à tous les proposants.

Les modifications apportées à cette déroulement de la demande de propositions seront valables et n’entreront en vigueur que si elles sont confirmées dans des annexes imprimées. Ces annexes pourront être publiées pendant la durée de la déroulement de la demande de propositions. Toutes les annexes font partie du contrat, et les proposants doivent en accuser réception dans leur proposition. Toutes ces annexes seront publiées selon la méthode à laquelle on a fait appel pour publier cette déroulement de la demande de propositions.

Il appartient au proposant de demander des éclaircissements sur tous les points qui ne sont pas clairs ou qui sont ambigus dans le texte de la déroulement de la demande de propositions au plus tard cinq jours ouvrables avant la date de clôture, en communiquant avec le ou la responsable du Programme d’art public selon les modalités indiquées ci‑dessus.

3.3.5. Droit d’auteur et droits moraux

Le droit d’auteur, ainsi que tous les droits sur les modèles, dessins et œuvres d’art finales continueront d’appartenir à l’artiste, qui en conservera les droits moraux.

3.3.6. Confidentialité de l’information

L’information fournie par le proposant pourra être consultée par le personnel de la Ville d’Ottawa, les comités et les membres du comité de sélection. Les renseignements personnels reproduits dans la proposition seront traités avec une discrétion absolue, conformément à la Loi sur l’accès à l’information municipale et la protection de la vie privée.

3.3.7. Absence d’engagement

La Ville d’Ottawa ne prend aucun engagement en vertu de cette déroulement de la demande de propositions, tant que le proposant ne reçoit pas la confirmation imprimée officielle de la Ville selon laquelle il a été sélectionné pour réaliser les travaux.

3.3.8. Limitation de la responsabilité

La Ville d’Ottawa n’assume aucune responsabilité, à l’endroit de toute personne physique ou morale, au titre des dommages‑intérêts, y compris, sans s’y limiter, les dommages‑intérêts directs, indirects, extraordinaires ou punitifs attribuables directement ou indirectement à cette déroulement de la demande de propositions, à la participation du proposant à cette déroulement de la demande de propositions ou aux actes ou omissions de la ville dans le déroulement de cette déroulement de la demande de propositions. Cette limite s’applique à toutes les revendications éventuelles du proposant, qu’elles découlent du contrat, d’un acte extracontractuel, du principe de l’équité ou d’un autre type de droit, y compris, sans toutefois s’y limiter, les revendications au titre de la rupture, par la Ville d’Ottawa, d’une obligation de justice ou se rapportant à l’incapacité de la Ville d’Ottawa de respecter les conditions reproduites dans cette déroulement de la demande de propositions.

3.3.9. Conservation des propositions

Les propositions devront être irrévocables pour une durée de 90 jours suivant la date de clôture de la déroulement de la demande de propositions et seront conservées par la Ville d’Ottawa.

3.3.10. Modifications

Les documents constituant la proposition doivent être rédigés conformément aux exigences de la demande de propositions, et les modifications ou changements apportés aux propositions ne seront pas acceptés après la date et l’heure de clôture de la déroulement de la demande de propositions.

3.3.11. Acceptation ou rejet

La Ville d’Ottawa se réserve le droit de rejeter l’une quelconque ou la totalité des propositions. Sans limiter la portée générale de ce qui précède, elle pourra rejeter toutes les propositions qu’elle juge :

  1. incomplètes, nébuleuses, irrégulières, irréalistes ou irrecevables;
  2. ambigües, incohérentes ou dont les données sont masquées ou corrigées;
  3. incomplètes parce qu’elles ne comprennent pas l’information à déposer pour donner suite aux dispositions de cette déroulement de la demande de propositions.

En outre, la Ville d’Ottawa pourra rejeter toute proposition sur la foi de ce qu’elle sait des œuvres antérieures du proposant, de sa notoriété générale, de sa capacité financière, de ses délais d’achèvement ou de son incapacité à respecter les lois en vigueur.

L’objectif de la Ville d’Ottawa consiste à réunir les propositions qui répondent le mieux au Projet d’intervention artistique Réflexion‑inflexion et à promouvoir les intérêts de son Programme d’art public et de ce qu’elle souhaite accomplir en réalisant ce projet.

La Ville d’Ottawa pourra donner sur demande des explications aux proposants non retenus.

3.3.12. Propriété des propositions

Toutes les propositions appartiendront à la Ville d’Ottawa et ne seront pas retournées à leur expéditeur. Elles seront réceptionnées et feront l’objet d’une discrétion absolue de la part des responsables du Programme d’art public, sous réserve des dispositions de la Loi sur l’accès à l’information et la protection de la vie privée. Les propositions non retenues seront versées au dossier de la déroulement de la demande de propositions et seront conservées pendant une durée de deux ans suivant la date de la décision rendue dans l’attribution du contrat de la déroulement de la demande de propositions.

3.3.13. Contrat

La Ville d’Ottawa fera parvenir au proposant retenu une lettre d’adjudication et un accord pour la phase 1 du projet afin de réaliser les travaux décrits dans cette demande de propositions. Le contrat à signer entre la Ville d’Ottawa et la personne morale du proposant retenu (l’« entrepreneur ») s’apparentera à un accord conclu entre le maître d’œuvre et le maître de l’ouvrage.

3.3.14. Assurances à déposer et exigences de la Commission des accidents du travail

Pour les projets de mise en œuvre du train ferroviaire léger de la Ville d’Ottawa, il faut souscrire une assurance de responsabilité générale d’au moins deux millions de dollars pour quiconque travaille dans un site de la Ville. On peut consulter de plus amples renseignements sur les assurances exigées par la Ville.

3.3.15. Accord de libre‑échange canadien

Conformément aux exigences de l’Accord de libre‑échange canadien (2017), cette déroulement de la demande de propositions et les contrats d’achat correspondants sont soumis aux conditions du chapitre cinq de cet accord sur les marchés publics.

3.3.16. Retenue d’impôts pour les non‑résidents

Conformément à la Loi de l’impôt sur le revenu, une retenue de 15 % est exigée à même le paiement des honoraires, des commissions ou des autres sommes versées ou consacrées à un non‑résident en ce qui a trait aux services fournis au Canada.

Les non‑résidents peuvent s’adresser à l’Agence du revenu du Canada pour demander une dispense au titre de l’application de l’article 105 du Règlement de l’impôt sur le revenu avant le début du contrat ou sont passibles d’une retenue d’impôts sur toutes les factures qui font état des frais des services rendus au Canada. En février dans l’année suivant la retenue, les non‑résidents reçoivent le formulaire T4A‑NR de la Ville d’Ottawa pour pouvoir déposer une déclaration de revenus au Canada auprès de l’Agence du revenu du Canada. L’artiste doit déposer la répartition des services fournis au Canada par rapport aux services fournis à l’étranger afin de permettre de calculer cette retenue.

L’artiste doit consulter le site Web de l’Agence du revenu du Canada pour de l’information sur les services rendus au Canada.

4.0 Annexes

Annexe A - Glossaire

Accord : contrat conclu entre la Ville d’Ottawa et l’artiste sélectionné pour ce projet de marché public.

Aménagement de l’espace : approche comportant plusieurs volets dans la planification, la conception et la gestion des espaces publics. Cette approche mise sur les infrastructures, l’inspiration et le potentiel de la collectivité locale, afin de créer des espaces publics qui font la promotion de la santé, du bonheur et du bien‑être des citoyens.

Aménagement de l’espace autochtone : activité qui consiste à travailler en collaboration avec les communautés autochtones, les jeunes, les organismes du secteur public, les conseils scolaires, les différents ordres de gouvernement et les institutions publiques et privées pour intégrer et restaurer, dans les collectivités, les villages et les villes, la présence et le savoir autochtones. Il s’agit essentiellement de reconquérir les lieux publics comme sites de réconciliation en aménageant des collectivités inclusives, pérennes et culturellement adaptées.

Aménagement des espaces à vocation artistique : approche intégrative qui, dans l’urbanisme et l’édification des collectivités, stimule l’économie locale et conduit à un accroissement de l’innovation, de la diversité culturelle et de la participation citoyenne. Puisque la créativité rehausse l’importance du « lieu », les avantages du recours aux arts et à la culture pour étoffer le caractère exceptionnel d’un lieu débordent largement l’univers de l’art. Dans l’ensemble des secteurs et à tous les niveaux, les dirigeants et décideurs modernes doivent de plus en plus reconnaître que les projets d’aménagement de l’espace à vocation artistique permettent de promouvoir simultanément leur mission dans le domaine des transports, du logement, de l’emploi, des soins de santé, de la durabilité environnementale et de l’éducation.

Aménagement des espaces culturels : pratique fondée essentiellement sur la valeur et qui consiste à édifier des collectivités et à créer des lieux publics qui nous permettent d’interagir et qui contribuent au bien‑être individuel et communal. Il s’agit essentiellement d’un moyen d’explorer et de mettre en cause notre relation avec le lieu et ce que nous voulons qu’il soit. Il se fonde sur la transformation, peut se dérouler selon un plan ou spontanément et porte aussi bien sur l’environnement bâti que sur l’environnement culturel et psychologique. L’aménagement de l’espace culturel doit se dérouler selon une approche globale, en devenant un élément essentiel de l’aménagement du lieu. L’animation culturelle peut déborder le cadre de la programmation pour s’étendre aux éléments fonctionnels et conceptuels et créer une identité locale distinctive et mémorable, en plus d’explorer le domaine numérique comme moyen d’établir des liens.

Artiste : terme générique qui comprend tous les praticiens créatifs, sauf indication contraire.

Arts : sauf indication contraire, par exemple dans l’expression « arts de la scène », ce terme désigne collectivement les différents secteurs d’activité des professions créatives.

Arts citoyens : terme adopté en 2012 dans le domaine des arts de la scène. Par opposition à la pratique sociale, les projets d’art citoyen sont conçus en collaboration avec les résidents, les organismes communautaires et municipaux et les commerces et entreprises et font intervenir des artistes qui font appel à leur pratique et à leurs talents créatifs dans leur art afin de répondre aux besoins autodéfinis de la collectivité selon des modalités établies grâce à un dialogue permanent, fondé sur des relations. C’est la collectivité qui définit l’orientation des arts citoyens.

Arts communautaires : il s’agit aussi de ce qu’il est convenu d’appeler l’« art communautaire engagé »; ce terme désigne la pratique de l’art dans un contexte communautaire. Les œuvres qui se présentent sous cette forme peuvent être réalisées sur n’importe quel support et être caractérisées par une interaction ou un dialogue avec la collectivité. Les artistes professionnels peuvent collaborer avec les collectivités qui ne participent sans doute normalement pas aux arts. Ce terme a été adopté à la fin des années 1960; le terme « art communautaire » désigne plus souvent les projets d’art contemporain.

L’art communautaire est une approche populaire axée sur la collectivité, souvent utile dans les secteurs économiquement déprimés. Quand les membres de la collectivité locale se réunissent pour exprimer des inquiétudes ou des enjeux en faisant appel à cette pratique artistique, les artistes ou acteurs professionnels peuvent également intervenir. Cette pratique artistique peut servir de catalyseur pour déclencher des événements ou des changements dans une collectivité ou à l’échelle nationale ou internationale.

Comité de coévaluation : groupe compétent dans les différents volets du secteur des arts et qui a par exemple des connaissances disciplinaires et d’autres compétences. Ces comités examinent et revoient les propositions dans le cadre des projets de marché d’art public.

Créatifs : terme inclusif servant à définir un groupe plus vaste de praticiens créatifs travaillant dans le secteur de la création, de même que les praticiens qui travaillent dans le domaine du patrimoine vivant et autre, notamment les artistes, les musiciens, les concepteurs, les artistes de la scène et les conteurs. Ce terme désigne aussi les artistes à vocation commerciale, par exemple les créateurs de jeux, les auteurs d’émissions de télévision et de films, les rédacteurs, les concepteurs et les architectes.

Édification de la collectivité : ce terme a été défini de différentes manières. Il peut désigner le processus d’édification des relations qui permet de réunir les membres de la collectivité dans une communauté d’objectifs, d’identité et de sentiment d’appartenance, ce qui peut constituer le capital social ou communautaire. Différentes pratiques permettent de promouvoir l’édification de la collectivité, par exemple les repas-partage, les fêtes de quartier, les clubs de lecture, les événements commémoratifs, les festivals, les projets de pratique artistique et les projets de construction communautaire. L’édification de la collectivité s’apparente à la notion de participation citoyenne, soit le processus qui consiste à améliorer la qualité de vie dans un quartier ou une collectivité en renforçant la capacité des résidents, des associations et des organismes à définir les priorités.

Planification communautaire de l’aménagement de l’espace créatif : le terme « aménagement de l’espace créatif » établit le lien entre les arts et la culture d’une part et, d’autre part, la notion d’aménagement de l’espace en urbanisme. Ce concept, qui est axé sur la formation et les incidences du lieu, sert depuis longtemps à décourager la planification descendante à grande échelle. Il exhorte plutôt à concevoir et à promouvoir des approches humanocentriques localement éclairées. Un document publié en 2010 (Markusen et Gadwa, 2010; Schupbach et Ball, 2016; Gallup International, 2016) a officialisé l’aménagement des espaces créatifs en tant que pratique, ce qui a eu pour effet d’établir des liens stratégiques entre le secteur des arts et les programmes et politiques fondés sur le lieu, en plus d’accroître la recherche portant sur les facteurs qui attirent les gens dans les quartiers où ils habitent.

Pratique artistique et sociale : support artistique axé sur la participation grâce à l’interaction humaine et au discours social. L’art socialement engagé vise à créer le changement social et politique dans le cadre de la collaboration avec les particuliers, les collectivités et les institutions dans la création de l’art participatif. Cette discipline valorise le déroulement des travaux portant sur les produits ou les objets finis. C’est l’artiste qui en définit l’orientation. Les artistes qui travaillent dans la pratique sociale créent en collaboration leurs œuvres avec un public cible précis ou proposent des interventions critiques dans les systèmes sociaux existants afin de susciter un débat ou de catalyser l’échange social. Les travaux de la pratique sociale mettent l’accent sur l’interaction entre l’auditoire, les systèmes sociaux et l’artiste.

Appendix B - Documents du projet
  1. Rapport de recherche communautaire
    La Ville d’Ottawa a fait appel à une équipe locale de chercheurs et d’experts‑conseils du domaine des arts pour rédiger un rapport de recherche communautaire qui donne aux proposants le profil de la collectivité et un cadre contextuel pour la demande de propositions dans le cadre du Projet d’intervention artistique de Réflexion‑inflexion.
    Ce rapport porte essentiellement sur les atouts culturels de la collectivité du secteur du site et sur la démographie culturelle, en plus de comprendre des données de recherche quantitative et qualitative et la synthèse des résultats des consultations et des recommandations. Il comprend aussi la liste des coordonnés des organismes et des particuliers qui ont exprimé de l’intérêt pour rester en contact et pour participer au projet à différents degrés.
  2. Projet de rues complètes du parc linéaire Byron
    Le Projet de rues complètes de la Ville d’Ottawa intègre les éléments physiques grâce auxquels les rues offrent à tous leurs usagers, quel que soit leur âge, leur capacité ou leur mode de transport, la sécurité, le confort et la mobilité. Cette approche fait appel à tous les projets de transport comme catalyseurs pour les améliorations à apporter selon l’étendue des projets afin d’offrir à tous les utilisateurs des conditions d’accès sécuritaires, confortables et sans obstacle.

Série d’apprentissage

La Série d’apprentissage sur l’art public, présentée par la Ville d’Ottawa dans le cadre du Programme d’art public de l’O-Train, vise à fournir aux artistes et aux professionnels des arts les connaissances qui leur permettront de concrétiser, dans les œuvres d’art public, les idées nées dans l’atelier. Les séances nos 2 et 3 sont présentées en partenariat avec la Galerie d’art d’Ottawa.

La série d’apprentissage sur l’art public est offerte grâce au financement du Programme d’art public pour l’Étape 2 du projet de train léger de l’O-Train.

Nouveau! Entrée gratuite! La première séance a eu lieu en novembre 2018. Vous pouvez vous inscrire : Séance no 2 et Séance no 3.

Séance no 2 : Positionner l’art public d’Ottawa à l’ère d’aujourd’hui

Sculpture - vert et bleu

Cette conférence publique célébrera et mettra en contexte l’art public contemporain, qu’il s’agisse de commandes permanentes à grande échelle ou de petits projets communautaires. Adrian Göllner dirigera l’atelier au cours duquel les artistes locaux Jesse Stewart et Cara Tierney, qui ont adapté leurs pratiques d’atelier pour créer de l’art dans le domaine public, parleront de leurs expériences, et Ryan Stec d’Artengine expliquera comment ce centre d’artistes autogéré s’est consacré à créer des œuvres d’art public basées sur la technologie. Cette présentation sera suivie d’une conférence par Jennifer Marman et Daniel Borins, de Toronto, qui ont généré une dynamique selon laquelle les œuvres réalisées en studio et les œuvres d’art public se façonnent et s’enrichissent continuellement les unes les autres.

La séance sera présentée en anglais, et une traduction simultanée en français sera offerte.

Inscription préalable obligatoire.

Photo : Jennifer Marman and Daniel Borins, The Water Guardians, 2015, acier galvanisé, peinture-émail polyuréthane, surfaçage caoutchouté, pavés, 24’h x 14’w x 5’d. Commande de Waterfront Toronto. Image gracieuseté des artistes.

Séance no 3 : Atelier d’art public

verre sur plafond

L’Atelier d’art public s’adresse aux artistes qui ont une pratique en atelier, mais qui ont peu d’expérience en art public. Cet atelier présentera aux participants le processus d’art public et les défis à relever pour voir son talent sollicité dans le cadre d’une commande. L’artiste Adrian Göllner dirigera l’atelier qui comprendra des présentations d’un gestionnaire professionnel de l’art public et de Mike Bilyk, fabricant spécialisé dans l’art public.

Inscription préalable obligatoire.

Photo: Adrian Göllner, North, 2005, verre dichroïque et aluminium, anneau, anneau de 6,2 m. Ambassade du Canada, Berlin. Photo : Karen Mills.