Ce site utilise JavaScript. Veuillez activer la fonction JavaScript dans votre navigateur et recharger la page pour voir le site complet.

Prix du livre d’Ottawa

À propos des Prix du livre d'Ottawa

Depuis 1985, Les Prix du livre d’Ottawa reconnaissent les meilleurs livres publiés en français et en anglais au cours de l’année précédente. Chacune des langues comprend des catégories distinctes pour la fiction et la non-fiction. Les finalistes sélectionnés reçoivent 1 000 $ et le lauréat remporte un prix de 7 500 $.

Célébrons le talent et la créativité de nos auteurs passés et présents et applaudissons leurs remarquables réalisations sur la scène littéraire.

Annonce des finalistes 2021

Les finalistes des Prix du livre d'Ottawa 2021 ont été dévoilés le 15 septembre 2021. 

Communiqué de presse : La Ville dévoile les finalistes pour les Prix du livre d’Ottawa 2021

Cérémonie de remise des prix 2021

Les Prix du livre d’Ottawa 2021 ont été remis aux lauréats lors d’une cérémonie virtuelle le mercredi 20 octobre 2021 à 18 h 00. De plus, les prix suivants ont été remis lors de la cérémonie :  

Nous désirons remercier notre partenaire la Bibliothèque publique d'Ottawa / Ottawa Public Library, pour tenir cet évènement en ligne sur leurs réseaux. 

Lignes Directrices 2022

Les Prix du livre d’Ottawa reconnaissent les œuvres littéraires exceptionnelles d’auteurs résidant à Ottawa. Un prix de 7 500 $ est décerné dans les catégories de création littéraire et non-fiction en français et en anglais. Les finalistes reçoivent quant à eu un prix de 1 000 $. 

Les soumissions admissibles doivent :

  • être des livres publiés d’une valeur littéraire qui portent un numéro ISBN
  • avoir un minimum de 48 pages reliées (à l’exception des livres pour enfants)
  • être des œuvres de fiction (incluant romans, nouvelles, poésie ou littérature jeunesse) ou des œuvres de non-fiction (incluant biographies, mémoires, essais, journalisme littéraire ou histoire culturelle)
  • avoir été publiées en 2021
  • être écrites en français ou en anglais
  • être écrites par un ou deux auteur(s). Tous les auteurs doivent être âgés de 18 ans ou plus et doivent résider à Ottawa* ou être membres de la nation algonquine Anishinabeg habitant dans un rayon de 150 km d’Ottawa** 

* Pour remplir les critères de résidence, les auteurs doivent résider à Ottawa au moment de la date limite de soumission ou de la publication de l’œuvre et avoir habité la ville pendant au moins douze mois consécutifs avant la date de soumission ou de publication. Le personnel de la Ville se réserve le droit de demander une preuve de résidence à Ottawa. Nous demandons comme preuve un avis de cotisation personnel de l’ADRC (le document qui vous est envoyé après la déclaration annuelle de revenus) de l’année précédente indiquant une adresse résidentielle actuelle à Ottawa.

Soumissions inadmissibles :

  • traductions
  • nominations faites à titre posthume
  • anthologies et les livres comprenant des œuvres de plus de deux auteurs
  • livres écrits par des auteurs fantômes
  • manuscrits non reliés
  • œuvres publiés en format électronique seulement
  • manuels, catalogues, livres de recettes, manuels de référence, thèses académiques, manuels techniques
  • rééditions ou nouvelles publications d’œuvres publiées antérieurement
  • livres écrits par les employés ou les représentants élus de la Ville d’Ottawa

Un minimum de cinq soumissions doit être reçu chaque année dans une catégorie et une langue donnée. Si ce minimum n’est pas atteint, les œuvres mises en candidature seront considérées au concours de l’année suivante.

Processus de soumission

Les auteur(e)s sont tenus de remplir le formulaire en ligne, et y ajouter toutes informations requises.

Quatre exemplaires de chaque livre doivent être envoyés par la poste à nos bureaux. L’auteur(e) ou l’éditeur(e) peut soumettre un titre admissible au concours.

Processus de sélection

La Ville d’Ottawa utilise un système d’évaluation par les pairs pour la sélection des lauréats des Prix du livre d’Ottawa et Ottawa Book Awards. Dans chaque langue et catégorie, les œuvres sont soumises à un jury indépendant de trois personnes, composé d’écrivains et de professionnels du milieu littéraire, qui dresse une liste de finalistes et choisit le lauréat.

La liste de finalistes sera annoncée au mois de septembre 2022.

Les noms des lauréats seront annoncés lors d’une cérémonie de remise des prix au mois d’octobre 2022.

Critère d’évaluation

Le critère de sélection est l’excellence littéraire. Ceci est basé sur les qualités littéraires suivantes :

  • Fluidité narrative
  • Style/Technique
  • Ton/Point de vue
  • Perspective/Innovation
  • Idées nouvelles/Recherche
  • Portée

Date de soumission

La date limite de soumission est le mercredi 5 janvier 2022 à 16 h. Toutes les soumissions doivent être déposées en ligne à cette date ou plus tôt. Les soumissions déposées après la date limite de seront pas retenues.

Les exemplaires du livre doivent être postés à l’adresse suivante :

Ville d’Ottawa
Prix de livre d’Ottawa
Section du soutien au financement culturel (26-49)
100, promenade Constellation, 9e étage ouest
Ottawa (Ontario) K2G 6J8

Veuillez noter que les livres ne seront pas retournés.

Formulaire de Demande et Coordonnées

Coordonnées

Renseignements sur le programme

Pour obtenir de plus amples renseignements, ou pour discuter de votre admissibilité, communiquez avec Anik Després, agente de financement culturel, par téléphone au 613-805-3493 ou par courriel à anik.despres@ottawa.ca

Renseignements généraux

Pour des renseignements généraux ou pour commander les formulaires de demande, contactez Infoculture.

Lauréates et finalistes 2021

Fiction en français

Ce prix est décerné pour une œuvre exceptionnelle de fiction, incluant le roman, la nouvelle, la poésie et la littérature jeunesse.

Membres du jury : Pierre-Luc Bélanger, Margaret Michèle Cook, Alain Bernard Marchand  

 *** LAURÉATE *** 

Farida 
par Monia Mazigh
(Éditions David)

Photo de Monia Mazigh avec son livre.
Author photo credit: Jonathan Lorange-Millette

Otage du patriarcat qui régissait la société tunisienne au siècle dernier, Farida va défier le rôle qu’on lui assigne, en résistant à cette culture qui nie tout pouvoir aux femmes. À travers le personnage de Farida, et par la suite celui de sa petite-fille Leila, qui arrive au Canada, on assiste à cette lente affirmation des femmes dans le monde.

Monia Mazigh est romancière, essayiste et universitaire canadienne d’origine tunisienne. Ses écrits ont été primés plusieurs fois, notamment par le Prix du livre d’Ottawa et le Prix littéraire Trillium. En plus d’être une ardente défenseure des droits de la personne, Monia Mazigh est chroniqueuse pour deux émissions de Radio-Canada.

Énoncé du jury pour Farida : Farida, roman à grand souffle, raconte la vie d’une femme tunisienne qui ouvre la porte de la liberté à celles et à ceux qui l’entourent. Cette fresque décrit avec finesse psychologique un monde traditionnel et patriarcal qui évolue vers un monde nouveau grâce aux gestes posés et aux paroles dites par les personnages qui l’habitent.  L’écriture fluide et élégante de Monia Mazigh capte notre attention et la retient tout au long des parcours individuels et collectifs présentés et des transformations sociales et politiques qui ont lieu en Tunisie et aussi au Canada.   

Tango
par Daniel Castillo
(Éditions L’Interligne)

Daniel Castillo Durante et la couverture de Tango
Crédit photo : Martine Doyon

Souvent confrontés au malentendu, voire à l’opacité d’une société vouée à la rentabilité immédiate, les personnages des microfictions de Tango, en proie au déchirement d’un mal-être, prennent le chemin de l’exil, autant par-delà les frontières géographiques qu’en traversant des limites intérieures.

Professeur de littérature française et comparée, écrivain et voyageur, Daniel Castillo Durante est l’auteur d’essais, de romans, de nouvelles et de micro-récits qui lui ont valu plusieurs reconnaissances dont le prix Trillium en 2012.

Débris du sillage
par Gilles Latour
(Éditions L’Interligne)

Gilles Latour avec son livre
Crédit photo : Noemi Caamano-Latour

Libre mais inquiète, la poésie de Gilles Latour révèle une appréhension devant la dégradation de l’environnement physique, social et politique. Ses Débris du sillage, mots emportés dans les remous d’un vécu, flottent entre mémoire affective et anticipation de l’avenir, dans un ton tour à tour lyrique, ironique et philosophique.

Né à Cornwall, Gilles Latour grandit à Ottawa, étudie la littérature à Montréal, parcourt le monde à l’emploi d’organisations humanitaires pour gagner sa vie — mais, où qu’il soit, il vit essentiellement de poésie. Il habite à Ottawa où ses cinq recueils ont paru aux Éditions L’Interligne.

Le poème involontaire
par Michel Thérien
(Éditions David)

Michel Therien avec son livre.
Crédit photo : Pierre Dury

Le poème involontaire est une brèche ouverte sur l’interrogation de la poésie. Il est celui qui s’écrit malgré soi et où le lecteur devient à la fois confident et témoin.

Né à Ottawa, Michel Thérien se consacre depuis plus de vingt ans à l’écriture, à l’enseignement et à la promotion de la poésie. Plusieurs de ses livres ont été traduits et ont reçu divers prix et reconnaissances. Le poème involontaire est son onzième recueil de poésie.

Sept nuits dans la vie de Chérie
par Danièle Vallée
(Éditions David)

Daniele Vallee avec son livre.
Crédit photo : Alex Leblanc

Ce roman de l’auteure Danièle Vallée lui a été inspiré de huit tableaux de l’artiste-peintre Suzon Demers. Danièle Vallée brode ici une intrigue déroutante, mettant en scène une prima donna fantasque, entraînant dans sa fougue une banale couturière dans une aventure insidieuse et imprévisible.

Danièle Vallée est une figure connue du domaine de la littérature, tant écrite qu’orale ainsi que du domaine des arts de la scène. Elle a fait paraître dix livres et porte aussi ses textes à la scène en leur conférant une dimension artistique accentuée de musiques variées.

Non-fiction en français

Ce prix est décerné pour une œuvre exceptionnelle de non-fiction, incluant les biographies, les mémoires, les essais, le journalisme littéraire et l’histoire culturelle.

Membres du jury: Yves Antoine, Philippe Bernier Arcand, Lucie Hotte

*** LAURÉATE ***

Niagara…la voie qui y mène
par Nicole V. Champeau
(Éditions David)

Photo de Nicole Champeau avec son livre.
Author photo credit: Nancy Vickers

Niagara, lieu mythique, se voit représenter sous différents tableaux : une reconstruction historique et géographique de ce qui fut autrefois un patrimoine français; la redécouverte d’un toponyme empreint de mystère – Onguiaahra; une matrice exceptionnelle dont la force et la beauté brute inspirent les voyageurs. Tout cela, à l’ombre des chutes qui ont bien failli, un jour, disparaître.

Poète, recherchiste et essayiste, Nicole V. Champeau est l’auteur d’ouvrages où se croisent la poésie et le documentaire. Elle est originaire de Cornwall; Ottawa est sa ville d’adoption. Le fleuve Saint-Laurent, dans sa partie ontarienne, demeure l’objet d’une quête qui a inspiré, entre autres, l’essai Pointe Maligne. L’infiniment oubliée.

Énoncé du jury pour Niagara…la voie qui y mène : Niagara… la voie qui y mène s’inscrit dans un cycle d’ouvrages – essai, recueils de poème – que Nicole Champeau consacre à la région qui longe le fleuve Saint-Laurent transformée radicalement par la construction de la voie maritime du Saint-Laurent. Inspiré par une expérience personnelle des lieux, mais alimenté par une recherche poussée qui touche autant à l’histoire de la région, à sa toponymie, sa géographie ou sa population, il est empreint d’émotivité tout en étant très documenté.

Ce que je voudrais dire à mes enfants
par Michel Bastarache et Antoine Trépanier
(Éditions David)

Auteurs Michel Bastarche et Antoine Trepanier avec leur livre.
Crédit photo des auteurs : Michel Bastarache : La Cour Suprême du Canada; ​​​​​​​Antoine Trépanier : Gracieuseté de l’auteur

Dans une lettre qu’il adresse à ses deux enfants, morts d’une maladie incurable, Michel Bastarache se rappelle son enfance en Acadie puis sa carrière, jusqu’à devenir le premier juge acadien à siéger à la Cour suprême du Canada. Me Bastarache raconte sa constante lutte pour l’égalité des communautés francophone et anglophone.

L’honorable Michel Bastarache, C.C., Cr. a occupé tour à tour les fonctions de vice-président et directeur du marketing à l’Assomption-Vie, président et directeur général de l’Assomption-Vie et de ses filiales, professeur de droit et doyen de l’École de droit de l’Université de Moncton, ainsi que doyen associé de la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa, section de common law.

Antoine Trépanier est journaliste à Radio-Canada à Ottawa. Il a été chef de bureau aux affaires provinciales d’un journal au Nouveau-Brunswick, puis reporter à Radio-Canada à Moncton. Il est diplômé de l’Université d’Ottawa.

Mouvements ouvriers, partis politiques et luttes populaires aux États-Unis 1938-2018
par Serge Denis
(Presses de l’Université Laval)

Serge Denis avec son livre.
Crédit photo de l’auteur : Gracieuseté de l’auteur

L'auteur cerne et explique l’intervention politique des syndicats aux États-Unis, envisagée dans ses conjonctures principales et son développement, et en le situant dans l’évolution du système politique de son pays.

Serge Denis est professeur émérite de science politique à l’Université d’Ottawa. Docteur d’État de l’Institut d’études politiques de Grenoble, il a été président de la Société québécoise de science politique et directeur de l’École d’études politiques à l’Université d’Ottawa.

Fiction en anglais

Ce prix est décerné pour une œuvre exceptionnelle de fiction, incluant le roman, la nouvelle, la poésie et la littérature jeunesse.

Membres du jury : Ben Ladouceur, Kagiso Lesego Molope, Ian Roy

*** LAURÉATE ***

We Shed Our Skin with Dynamite
par Conyer Clayton
(Guernica Editions)

Photo of Conyer Clayton avec son livre.
Author photo credit: Nathaniel Larochette

Dans son tout premier recueil de poésie, Conyer Clayton plane dans l'éther, essayant frénétiquement de trouver un éphémère sentiment de certitude. À travers des expériences de toxicomanie et de codépendance, de sexe et d'art, de nature et de mort, elle recherche la transcendance tout en explorant ce que signifie le désengagement.

Conyer Clayton est une artiste et entraîneuse de gymnastique d'Ottawa, originaire de Louisville, au Kentucky. Elle a gagné le Prix Diana Brebner de la revue Arc en 2017 et le concours de poésie Robin Blaser de Capilano Review en 2019. Son premier recueil complet de poésie, We Shed Our Skin like Dynamite (Guernica Editions), a été publié en mai 2020.

Énoncé du jury pour We Shed Our Skin Like Dynamite : Ce recueil de poésie vaut vraiment le temps et l’attention que le lecteur ou de la lectrice y consacre. Chaque page jette un regard éclairant et austère que la plupart des recueils initiaux ne font qu’évoquer. Conyer Clayton signe des poèmes sur le deuil, la douleur, l’autonomie et l’art de venir à bout des menus tracas du quotidien : les casseroles sales, les céréales du petit-déjeuner et la « nuée de papillons noirs dans le champ derrière ». Chaque mot et chaque espace libre témoignent de toute la sagesse poétique de l’autrice : la brièveté peut être foisonnante et la vulnérabilité peut être puissante. 

Why Birds Sing
par Nina Berkhout
(ECW Press)

Nina Berkhout avec son livre.
Crédit photo de l’auteur : Hans Berkhout

Un roman charmant qui parle d'une chanteuse d'opéra en disgrâce, de son beau-frère rongé par le cancer, d'un perroquet fantasque nommé Tulip et d'un groupe de siffleurs de compétition appelé The Warblers.

Nina Berkhout est l'auteure de deux romans précédents : The Mosaic, finaliste au Prix White Pine et aux Ottawa Book Awards et nommé meilleur livre pour ados d’Indigo, et le Musée des espèces disparues, classé sur les listes des meilleurs livres par Indigo et Kobo et classé meilleur premier roman par Harper’s Bazaar.

Heart Sister
par Michael F. Stewart
(Orca Book Publishers)

Michael Stewart avec son livre.
Crédit photo de l’auteur : Natasha Stewart

Après la mort accidentelle de sa sœur jumelle Minnie, Emmitt s'efforce de la reconstituer, en esprit, en tournant un film de réalité virtuelle de toutes les personnes que sa sœur a aidées grâce à son don d'organes. Il espère que le fait de voir tout le bien que le geste généreux de Minnie a fait aidera ses parents en deuil à trouver un moyen de surmonter leur peine.

Michael F. Stewart est l'auteur du livre The Boy Who Swallows Flies, lauréat du Prix Claymore, et de nombreux livres pour la jeunesse dans divers genres, y compris Ray Vs. The Meaning of Life. Il est également scénariste et rédacteur pour la télévision et les jeux vidéo. Michael demeure à Ottawa.

Dark August
par Katie Tallo
(HarperCollins Publishers)

Katie Tallo avec son livre.
Crédit photo de l’auteur: Karl Roeder

Augusta Monet erre dans sa vie lorsque son arrière-grand-mère meurt, lui léguant une maison et un chien. Elle retourne à Ottawa et découvre des dossiers de cas non résolus cachés dans un coffre. Les dossiers appartenaient à sa mère, détective de police décédée dans un accident de voiture. « Gus » creuse dans le passé et découvre la terrible vérité sur la mort de sa mère.

Katie Tallo est une scénariste et réalisatrice primée depuis plus de deux décennies. En 2012, Katie a décidé de commencer à écrire des romans. Dark August, son premier roman mystère/à suspense, se déroule dans le quartier de Wellington Ouest où elle vit avec son mari Andy.

Non-fiction en anglais

Ce prix est décerné pour une œuvre exceptionnelle de non-fiction, incluant les biographies, les mémoires, les essais, le journalisme littéraire et l’histoire culturelle.

Membres du jury :  Rick Boychuk, Charlotte Gray, Sylvie Hill

*** LAURÉATE ***

The Taste of Longing: Ethel Mulvany and Her Starving Prisoners of War Cookbook
par Suzanne Evans
(Between the Lines)

Photo de Suzanne Evans avec son livre.
Crédit photo de l’auteur : Alan Cumyn 

Seule Canadienne emprisonnée par les Japonais dans la célèbre prison Changi de Singapour pendant la Deuxième Guerre mondiale, Ethel Mulvany était tellement déterminée à survivre aux horreurs de la famine qu'elle a fait appel à son imagination et a rallié les femmes autour d'elle pour créer un livre de recettes d'aliments dont elles rêvaient – ce n'est là que l'un de ses nombreux exploits de résistance relatés dans The Taste of Longing.

Suzanne Evans est titulaire d'un doctorat en études religieuses. Ses écrits, publiés dans des revues académiques et littéraires, des journaux, des magazines et des livres, portent sur les femmes et la guerre. Après avoir travaillé, étudié et vécu en Chine, en Indonésie, en Inde et au Vietnam, elle demeure maintenant à Ottawa.

Énoncé du jury pour The Taste of Longing: Ethel Mulvany and Her Starving Prisoners of War Cookbook : L’autrice fait valoir le point de vue de la romancière et la ferveur de l’historienne dans le récit d’Ethel Mulvany, qui vit dans un petit village, nourrit d’audacieuses ambitions et une confiance sans bornes et se lance dans une expédition donquichottesque en Asie-Pacifique à l’aube de la Deuxième Guerre mondiale. Au milieu des périls de la guerre, elle révèle son courage et son adresse de survivante, elle qui a connu la captivité et la faim et qui a subi la torture pendant la guerre. Elle se confie sur la créativité et la débrouillardise de la cheffe d’entreprise qui a récolté les bienfaits de l’existence qu’elle s’est reconstruite pour elle-même au Canada après sa libération. Sous la plume de Suzanne Evans, l’histoire de Mulvaney devient poignante, inspirante et impérissable. 

The Fight for History: 75 Years of Forgetting, Remembering, and Remaking Canada`s Second World War
par Tim Cook
(Penguin Random House Canada)

Tim Cook avec son livre.
Crédit photo de l’auteur: Marie-Louise Deruaz

The Fight for History porte sur les efforts visant à rétablir un portrait plus équilibré de la contribution du Canada au conflit mondial. C'est l'histoire de la façon dont le Canada parlait de la guerre dans le passé, de la façon dont nous avons essayé de l'occulter et de la façon dont elle a été rétablie.

Tim Cook est historien spécialiste de la Première Guerre mondiale au Musée canadien de la guerre et professeur associé à l'Université Carleton. En 2008, il a remporté le Prix J.W. Dafoe pour son livre At the Sharp End et de nouveau en 2018 pour Vimy. Il est membre de l'ordre du Canada.

The Last Goldfish: A True Tale of Friendship
par Anita Lahey
(Biblioasis)

Anita Lahey avec son livre.
Crédit photo de l’auteur: Tom Good

Anita et Louisa traversent ensemble l'adolescence dans une banlieue des années 1980. Carpe Diem est leur crédo et elles échafaudent des plans ambitieux. Mais lorsque la vie de Louisa prend un tournant bouleversant, dans le monde des salles d'hôpitaux, des tests médicaux et des traitements, elles sont confrontées à une nouvelle possibilité, qui modifie, avec une finalité dévastatrice, la perspective de leur avenir.

Anita Lahey a également écrit The Mystery Shopping Cart: Essays on Poetry and Culture (Palimpsest Press, 2013) et deux recueils de poésie à Véhicule Press : Spinning Side Kick (2011) et Out to Dry in Cape Breton (2006). Ce dernier a été en lice pour le Prix de poésie Trillium et les Ottawa Book Awards.

One Good Reason: A Memoir of Addiction and Recovery, Music and Love
par Séan McCann et Andrea Aragon
(Nimbus Publishing)

Auteurs Sean Mccann et Andrea Aragon avec leur livre.
Crédit photo des auteurs : Megan Vincent

Un puissant livre autobiographique co-écrit par le fondateur du groupe Great Big Sea et son épouse, explorant l'alcoolisme, les mauvais traitements subis durant l'enfance et leurs efforts pour sauver leur mariage, leur famille et eux-mêmes.

Séan McCann était membre fondateur de Great Big Sea. Aujourd'hui, Séan est un porte-parole dans les domaines de la santé mentale, de la dépendance et du rétablissement. Il continue de chanter et de partager son histoire de survivant à 25 ans d'alcoolisme. Andrea Aragon est la fille d'un ancien combattant de la guerre du Vietnam et la mère de deux jeunes garçons.

The Age of Fentanyl: Ending the Opioid Epidemic
par Brodie Ramin
(Dundurn Press)

Brodie Ramin avec son livre.
Crédit photo de l’auteur: Todd Langille

Le Dr Brodie Ramin transpose l'histoire de l'épidémie d'opioïdes à l'ère du fentanyl, qui est la principale cause de décès par surdose en Amérique du Nord. De son point de vue en tant que médecin spécialiste de la toxicomanie travaillant aux premières lignes de l'épidémie, le Dr Ramin discute de la maladie et du traitement.

Brodie Ramin est médecin de premier recours et spécialiste de la dépendance. Il est professeur adjoint à l'Université d'Ottawa et médecin agrégé de l'American Board of Addiction Medicine. Le Dr Ramin demeure à Ottawa.

Prix du livre d'Ottawa : Lauréats des années précédentes

Année

Prix du livre d'Ottawa

FICTION

Prix du livre d'Ottawa

NON FICTION

Ottawa Book Award

FICTION

Ottawa Book Award

NON FICTION

2021 Monia Mazigh, Farida Nicole V. Champeau, Niagara…la voie qui y mène Conyer Clayton, We Shed Our Skin Like Dynamite Suzanne Evans, The Taste of Longing: Ethel Mulvany and her Starving Prisoners of War Cookbook
2020 Véronique Sylvain, Premier quart s.o. Henry Beissel, Footprints of Dark Energy Beverley McLachlin, Truth be Told: My Journey Through Life and the Law
2019 Andrée Christensen, L'Isle aux abeilles noires Yvon Malette, Entre le risque et le rêve : Une brève histoire des Éditions David Kagiso Lesego Molope, This Book Betrays My Brother Tim Cook, The Secret History of Soldiers: How Canadians Survived the Great War
2018 Alain Bernard Marchand, Sept vies, dix-sept morts s.o. Shane Rhodes, Dead White Men Roy MacGregor, Original Highways: Travelling the Great Rivers of Canada
2017 Andrée Christensen, Épines d'encre s.o. John Metcalf, The Museum at the End of the World Charlotte Gray, The Promise of Canada: 150 Years - People and Ideas That Have Shaped Our Country
2016 Pierre-Luc Landry, Les corps extraterrestres Patricia Smart, De Marie de l'Incarnation à Nelly Arcand Nadine McInnis, Delirium for Solo Harp Tim Cook, Fight to the Finish: Canadians in the Second World War, 1944-1945
2015 Blaise Ndala, J’irai danser sur la tombe de Senghor s.o. Scott Randall, And to Say Hello Heather Menzies, Reclaiming the Commons for the Common Good

2014

s.o.

Philippe Bernier Arcand, La dérive populiste David O'Meara, A Pretty Sight

Paul Wells, The Longer I'm Prime Minister: Stephen Harper and Canada, 2006 -

2013

Marie-Josée Martin, Un jour, ils entendront mes silences

s.o. Missy Marston, The Love Monster

Michael Petrou, Is This Your First War? Travels Through the Post - 9/11 Islamic World

2012

Estelle Beauchamp, Un souffle venu de loin

s.o. Jamieson Findlay, The Summer of Permanent Wants

Ruth B. Phillips, Museum Pieces: Toward the Indigenization of Canadian Museums

2011

s.o.

Lucie Joubert, L’envers du landau Gabriella Goliger, Girl Unwrapped

Eric Enno Tamm, The Horse that Leaps Through Clouds

2010

Claire Rochon, Fragments de Sifnos (Éditions du Noroît)

s.o. Craig Poile, True Concessions

Andrew Horrall, Bringing Art to Life: a Biography of Alan Jarvis

2009

Margaret Michèle Cook, Chronos à sa table de travail

Maurice Henrie, Esprit de sel Andrew Steinmetz, Eva’s Threepenny Theatre

Kerry Pither, Dark Days: The Story of Four Canadians Tortured in the Name of Fighting Terror

2008

Andrée Christensen, 
Depuis toujours, j’entendais la mer

s.o. Elizabeth Hay, Late Nights on Air

Tim Cook, At the Sharp End: Canadians Fighting the Great War 1914-1916

2007

Daniel Poliquin, La Kermesse

s.o. Janet Lunn, A Rebel’s Daughter

Charlotte Gray, Reluctant Genius: The Passionate Life and Inventive Mind of Alexander Graham Bell

2006

Gilles Lacombe, Trafiquante de lumière

Réjean Robidoux, D’éloge et de critique

John-James Ford, Bonk on the Head

John Geddes, The Sundog Season

Heather Menzies, NO TIME: Stress and the Crisis of Modern Life

2005

Maurice Henrie, Les roses et le verglas

Michel Thérien, L’aridité des fleuves

s.o. Frances Itani, Poached Egg on Toast

Valerie Knowles, From Telegrapher to Titan: The Life of William C. Van Horne

2004

Maurice Henrie, Mémoire Vive

Mila Younes, Ma mère, ma fille, ma sœur Elizabeth Hay, Garbo Laughs

Madelaine Drohan, Making A Killing: How And Why Corporations Use Armed Force To Do Business

2003

Jean Mohsen Fahmy, Ibn Kaldoun : l'Honneur et la Disgrâce

Nancy Vickers, La Petite Vieille aux poupées

  Brian Doyle, Mary Ann Alice

 

2002

 

Françoise Lepage, Histoire de la littérature pour la jeunesse  

Anna Heilman, Never Far Away

2001

Nicole Champeau, Dans les pas de la louve

Michèle Matteau, Quatuor pour cordes sensibles

  Alan Cumyn, Burridge Unbound

 

2000

 

Patricia Smart, Les femmes du Refus Global

 

Roy MacGregor, A Life in the Bush: Lessons From My Father

1999

Pierre Raphaël Pelletier, Il faut crier l’injure

  Alan Cumyn, Man of Bone

 

1998

 

René Dionne, Histoire de la Littérature Franco-Ontarienne des origines à nos jours  

Dr. Isaac Vogelfanger, Red Tempest

1997

Maurice Henrie, Le Balcon dans le ciel

  Patrick Kavanagh, Gaff Topsails

 

1996

 

Dr. Elisabeth J. Lacelle, L’incontournable échange. Conversations oecuméniques et pluridisciplinaires  

Clyde Sanger, Malcolm MacDonald: Bringing an End to Empire

1995

Andrée Christensen, Noces d’ailleurs

 

John Barton, Notes Towards a Family Tree

Frances Itani, Man Without Face

 

1994

 

Gilberte Paquette, Dans le sillage d’Élizabeth Bruyère  

Penelope Williams, That Other Place: A Personal Account of Breast Cancer

1993

Maurice Henrie, Le Pont sur le temps

Gabrielle Poulin, Petites Fugues pour une saison sèche

 

Rita Donovan, Daisy Circus

Nadine McInnis, The Litmus Body

 

1992

 

s.o.  

John Sawatsky, Mulroney: The Politics of Ambition

1991

Daniel Poliquin, Visions de Jude

  Rita Donovan, Dark Jewels

 

1990

 

   

Roy MacGregor, Chief: The Fearless Vision of Billy Diamond

1989

Maurice Henrie, La chambre à mourir

   

 

1988

 

   

Patricia Morley, Kurelek: A Biography

1987

 

  John Metcalf, Adult Entertainment

 

1986

 

   

Joan Finnigan, Legacies, Legends and Lies

Jean Bruce, Back the Attack! : Canadian Women During the Second World War