Ce site utilise JavaScript. Veuillez activer la fonction JavaScript dans votre navigateur et recharger la page pour voir le site complet.

Autres animaux

Les animaux sauvages vous créent-ils des ennuis?

Chauves-souris

Les appels à propos des chauves-souris portant des maladies, des chauves-souris trouvées dans des aires de repos, des chauves-souris touchées par un humain ou qui ont mordu un humain peuvent être dirigés à la Ville au 3-1-1. 

Oiseaux

Ottawa possède l'un des principaux centres d'information sur le soin des oiseaux sauvages. L'Ottawa Valley Wild Bird Care Centre est un organisme de charité enregistré qui mène ses activités avec l'autorisation du ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l'Ontario et du Service canadien de la faune. Le centre prodigue les soins voulus aux oiseaux sauvages malades, blessés ou orphelins avant de les remettre en liberté. Pour de plus amples renseignements, communiquez avec le centre au 613-828-2849 ou visitez son site Web à www.wildbirdcarecentre.org.

Les bernaches du Canada

Merci de ne pas nourrir les oiseaux. Nourrir les oiseaux peut nuire à leur santé, ainsi qu’à l’environnement. Dans plusieurs parcs urbains de la région de la capitale du Canada, les goélands, les canards, les bernaches et les pigeons abondent. 

Raisons pour ne pas nourrir les oiseaux

Nourrir les oiseaux :

  • peut nuire à leur santé. En effet, les oiseaux peuvent souffrir de problèmes diététiques et de problèmes de nutrition – il vaut mieux que les oiseaux constituent leurs réserves en se déplaçant d’un lieu à l’autre à la recherche d’un régime alimentaire naturel et sain;
  • les rend moins farouches, donc plus vulnérables au danger. Les oiseaux deviennent plus agressifs et développent un esprit de compétition entre eux au fur et à mesure que les populations se concentrent. Ils doivent aussi survivre dans un monde plein de dangers (les chiens, les chats, les voitures et les humains);
  • contribue au surpeuplement dans un secteur restreint. L’augmentation des populations pose des risques pour la sécurité humaine et peut entraîner la dégradation de l’habitat – les excréments peuvent compromettre la qualité de l’eau et le surpâturage peut endommager les zones herbeuses.

Faits sur les bernaches du Canada en milieu urbain

  • Les parcs, les pelouses et les terrains de golf biens entretenus qui longent les étangs ou les plan d’eau constituent un habitat idéal où les bernaches peuvent paître.
  • Une bernache adulte mange jusqu’à 1,8 kg (4 lb) d’herbe par jour et libère jusqu’à 0,9 kg (2 lb) de matières fécales quotidiennement.
  • Lorsque les bernaches parviennent à nicher dans un endroit, elles reviennent généralement au même site de nidification année après année tout comme leurs petits. Si ne sont pas contrôlées les populations de bernaches dans les zones urbaines, elles pourraient doubler en quelques années. Les bernaches pondent d’ordinaire de trois à six œufs par année, et leur durée de vie peut atteindre 24 ans.
  • Les bernaches s’adaptent remarquablement bien – on les a observées nichant dans les arbres, les fossés en bordure de la route, à proximité des piscines et même sur des toits plats.

Mammifères

Si un animal sauvage comme un écureuil, un raton laveur ou une mouffette vous crée des ennuis, ne paniquez pas et ne cherchez pas à vous en débarrasser. Visitez le site wildlifeinfo.ca/conflicts.html pour vous renseigner sur les façons humanitaires de régler les problèmes que posent les animaux sauvages. C'est le ministère des Ressources naturelles et des Forêts de l'Ontario qui régit la réadaptation d'animaux sauvages et cette activité nécessite un permis du Ministère. Vous ne pouvez pas soigner des animaux sauvages dans votre demeure. Les appels concernant les animaux sauvages blessés devraient être dirigés vers le 3-1-1.

Rage

Il importe de savoir que des règlements provinciaux régissent la gestion de la faune. Renseignez-vous sur la rage en Ontario en consultant le site Web http://rabies.mnr.gov.on.ca/rabieshome.cfm?lang=FR (cas de rage, fiches d'information, réinstallation, etc.). Pour des renseignements sur les règles et règlements relatifs aux animaux sauvages en captivité et sur les autorisations s'y rapportant, veuillez communiquer avec le bureau de district de Kemptville du ministère des Richesses naturelles et des Forêts au 613-258-8204.

Tous les chats et les chiens doivent être vaccinés contre la rage - la loi (Loi sur la protection et la promotion de la santé) l'exige et il est dans l'intérêt de votre santé et de celle de votre animal de compagnie de s'y conformer.

Le coyote

Le coyote est un animal doté d’une remarquable capacité d’adaptation et d’une grande ingéniosité. Il contribue à maintenir l’équilibre naturel dans les zones où les prédateurs traditionnels ne sont plus présents. Le coyote urbain, en particulier, nous rend un précieux service en nous aidant à contrôler des populations d’animaux qui pourraient devenir problématiques, comme le rat et la bernache du Canada. Avec une meilleure compréhension de cet animal et un respect mutuel, nous pouvons coexister avec le coyote.

Les confrontations entre les coyotes et les humains sont souvent liées à la nourriture. Ne nourrissez jamais les coyotes! Cette habitude peut leur faire perdre leur peur naturelle des humains (un processus appelé « accoutumance »), ce qui accroît le risque de conflit.

Les attaques de coyotes envers les humains sont extrêmement rares et mettent presque toujours en cause des animaux dénaturés. Ce n’est pas un comportement normal.

Si un coyote s’approche de vous :

  • tenez‑vous bien droit, agitez vos bras et criez;
  • éviter tout contact visuel direct, car cela pourrait être perçu comme une menace;
  • prenez les petits enfants (ou les petits animaux de compagnie) afin qu’ils paraissent moins vulnérables;
  • ne lui tournez pas le dos et ne courez pas : tout comme les chiens, les coyotes peuvent vous poursuivre si vous courez;
  • reculez lentement tout en continuant à crier et à agiter les bras.

Enseignez à vos enfants à réagir de la même manière et dites‑leurs de vous prévenir immédiatement s’ils ont vu un coyote (n’oubliez pas qu’il est possible que les jeunes enfants ne fassent pas la différence entre un coyote sauvage et un chien du voisinage).

Que faire si vous apercevez des coyotes dans votre voisinage

Si vous apercevez des coyotes près de chez vous, ne leur laissez aucune raison de rôder dans le voisinage :

  • gardez les animaux domestiques à l’intérieur ou sous étroite surveillance, enlevez les mangeoires d’oiseaux, mettez en lieu sûr vos poubelles et tout ce qui pourrait les attirer (p. ex. le barbecue);
  • faites savoir aux coyotes qu’ils ne sont pas les bienvenus en criant après eux et en agitant les bras, en tapant sur des casseroles, en jouant de la musique forte ou (s’ils sont assez près) et en les arrosant avec un boyau d’arrosage;
  • les hochets fabriqués à partir de boîtes de conserve vides et de galets peuvent également être efficaces lorsqu’ils sont secoués ou jetés en direction du coyote (et non directement sur lui);
  • informez vos voisins de la situation, afin qu’ils puissent prendre des mesures semblables;
  • apportez une lampe de poche lorsque vous vous promenez la nuit et évitez les zones boisées, surtout lorsque des coyotes ont été aperçus.

Les coyotes et les animaux domestiques

De nature, les coyotes sont agressifs envers les chiens, qu’ils considèrent généralement comme des proies ou des rivaux. Les chiens de plus petite taille que les coyotes sont généralement perçus comme des proies et peuvent être attaqués à tout moment de l’année. Les chiens de plus grande taille sont particulièrement vulnérables pendant la saison de reproduction des coyotes (de janvier à avril), car ceux‑ci sont alors plus territoriaux et ils cherchent à défendre les femelles et leurs petits. Gardez votre chien en laisse lorsque vous le promenez à proximité de parcs ou d’espaces verts et surveillez‑le de près lorsque vous le laissez sortir la nuit.

Qui devrais‑je appeler lorsque j’aperçois un coyote?

Le comportement agressif d’un coyote envers un être humain doit être signalé immédiatement au Service de police d’Ottawa en composant le 9‑1‑1.

Si vous avez été mordu ou griffé par un coyote, veuillez appeler Santé publique Ottawa (ou composez le 3‑1‑1 en‑dehors des heures de bureau) pour parler à un inspecteur de la santé publique.

Toute autre situation impliquant des coyotes doit être signalée au 3‑1‑1, afin que la Ville puisse les retracer.

Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez les liens suivants :

Bétail, lapins et pigeons

Dans les secteurs urbains et dans les banlieues d'Ottawa non zonées agricoles, il est interdit de posséder des animaux de ferme domestiques et de la volaille (comme des chevaux, des ânes, des mules, du bétail, des chèvres, des porcs, des poules, des canards et des oies). Dans les secteurs où leur présence est autorisée, ces animaux ne peuvent pas être laissés en liberté. La possession de lapins et de pigeons dans les secteurs urbains est aussi réglementée, certaines normes concernant leur possession et certaines limites quant à leur nombre ayant été établies.

Animaux interdits

Les résidents d'Ottawa ne sont pas autorisés à posséder certains animaux exotiques ou sauvages qu'on désigne « animaux interdits » . 

Consultez le  Règlement sur le contrôle et le soin des animaux pour obtenir la liste complète de ces animaux (Annexe B). Les règlements interdisant la garde de certains animaux exotiques étaient en vigueur dans la plupart des anciennes municipalités et sont nécessaires à la santé et à la sécurité du grand public ainsi qu'au bien-être des animaux, plus particulièrement en ce qui concerne les soins appropriés aux espèces ayant des besoins très spécialisés. 

Signaler la présence d’animaux exotiques interdits

Signaler la présence d’animaux exotiques interdits

Pour obtenir plus de renseignements

Pour obtenir une liste détaillée des animaux interdits, veuillez consulter l’annexe B du règlement municipal sur le contrôle et le soin des animaux.

Pour d’animaux d’élevage en liberté appelez 3-1-1.

Pour les demandes urgentes concernant la faune ou un cygne royale malade ou blessé, veuillez appeler le 3-1-1.

Cygnes royaux

En juin 2019, le Conseil municipal a offert les cinq cygnes royaux qu’il lui restait au Parc Safari de Hemmingford, au Québec, le but étant de veiller à ce que les oiseaux vieillissants reçoivent les soins nécessaires.

La Ville d’Ottawa administre le Programme des cygnes royaux depuis 1967, année où Sa Majesté la reine Elizabeth II lui a offert six couples de cygnes tuberculés en l’honneur du centenaire du Canada. En 1974, la Ville a reçu un couple de cygnes noirs australiens dans un échange avec le zoo de Montréal.

Depuis, ces cygnes et leurs descendants vivaient sur la rivière Rideau au printemps et en été. À l’automne et en hiver, ils étaient hébergés dans des installations intérieures. Depuis 2016, le Parc Safari s’occupait avec grand soin des cygnes royaux en hiver.

Le don des cygnes royaux au Parc Safari est la meilleure option pour la santé et le bien-être de la bande. On leur évite ainsi le stress de longs déplacements semi-annuels.

Au Parc Safari, les cygnes recevront, entre autres, des traitements vétérinaires préventifs et d’urgence et de la nourriture de qualité. On leur offrira également des zones aquatiques protégées et un environnement calme et privé.

De plus, une plaque commémorative installée au Parc Safari relatera l’histoire des cygnes royaux et soulignera le don de la Ville d’Ottawa.