Passer au contenu principal

Galerie Karsh-Masson

Emplacement et horaire

Galerie Karsh-Masson
Hôtel de ville
110, avenue Laurier Ouest
Ottawa (Ontario)
K1P 1J1

613-580-2424 poste 14167
ATS 613-580-2401
@KarshMasson

Ouverte tous les jours de 9 h à 20 h, y compris les jours fériés.

Admission gratuite. Accessible en fauteuil roulant. Des places de stationnement sont disponibles.


Nommée d’après le photographe portraitiste Yousuf Karsh et le peintre Henri Masson, cette galerie municipale présente les œuvres d’artistes professionnels de la région, du pays et de l’étranger, utilisant divers styles et techniques.

Les expositions présentées à la Galerie Karsh-Masson ont été sélectionnées par un jury indépendant composé d’artistes professionnels. Pour chaque œuvre d’art exposée, les thèmes, les points de vue et les commentaires exprimés sont ceux de l’artiste et ne représentent pas ceux de la Ville d’Ottawa.

En exposition actuellement

Pour souligner le 150e anniversaire du Canada en 2017, la Ville a invité les artistes professionnels, les collectifs d’artistes et les commissaires d’exposition du domaine des arts visuels, des arts médiatiques et des métiers d’art à proposer des expositions portant sur le thème de la cartographie.

« La cartographie est un moyen fondamental de convertir les connaissances personnelles en connaissances transmissibles. »– Arthur Howard Robinson, The Nature of Maps

La cartographie englobe les façons de connaître, de structurer et de présenter le monde et la place que nous occupons dans celui-ci et par rapport aux autres. Elle nous aide à tracer notre passé et notre avenir. Au-delà du sens premier du terme, la cartographie désigne aussi des réalités biologiques, psychologiques et numériques, entre autres. Elle peut être physique, culturelle et affective. Tout comme l’art, la cartographie est un processus en perpétuelle transformation.

La galerie est présentement fermée pour installation.

Expositions à venir

Khadija Baker – Behind Walls/Maps (Derrière les Murs/Cartes)

Du 2 novembre au 3 décembre 2017

Vernissage et parcours avec l’artiste (en anglais) :
Le jeudi 2 novembre de 17 h 30 à 19 h 30
Début du parcours à 18 h

Extrait du catalogue

Dans son installation multimédia intitulée Behind Walls/Maps (Derrière les murs/cartes), […] Khadija Baker met en scène l’expérience des Kurdes en Syrie. En 1962, de nombreux Kurdes ont perdu leur nationalité par suite d’un recensement exceptionnel, ainsi que divers droits et privilèges comme le droit d’étudier, de voyager, d’accéder à la propriété et de travailler au gouvernement, pour n’en nommer que quelques-uns. On a aussi interdit aux Kurdes d’utiliser leur langue, et des noms de villes et de villages kurdes ont été rebaptisés en arabe.

Dans Behind Walls/Maps, l’artiste […] illustre la censure culturelle au moyen de repères géographiques et d’une sélection rigoureuse de médias. Au sol sont disposées quatre-vingts sphères de glaise alourdies, sur lesquelles on peut lire des noms de villes kurdes ayant été renommées. Des ficelles tissées avec des vêtements usagés sont rattachées aux sphères et s’entrecroisent jusqu’au plafond, où elles sont suspendues. Simultanément, les noms arabes des villes et villages kurdes sont projetés en fondu sur le sol.

- Extrait du texte par Edwin Janzen

Khadija Baker, Behind Walls/Maps (installation view

Khadija Baker, Behind Walls/Maps (vue de l’installation), 2008, 80 sphères de glaise, des ficelles tissées avec des vêtements, du sable, une composante audio et vidéo, dimensions variées. Photo : Guy L'Heureux. Gracieuseté de l'artiste.

Khadija Baker, Behind Walls/Maps (installation view)

Khadija Baker, Behind Walls/Maps (vue de l’installation), 2008, 80 sphères de glaise, des ficelles tissées avec des vêtements, du sable, une composante audio et vidéo, dimensions variées. Photo : Guy L'Heureux. Gracieuseté de l'artiste.

Biographie

Dans son travail, Khadija Baker explore des thèmes sociaux et politiques liés à la persécution, au déplacement et à la mémoire. Ses démarches actuelles combinent performances, textiles, sons et vidéos en vue de créer des environnements intimes et originaux qui rapprochent l’artiste, l’art et le public dans des lieux actifs mêlant échanges et récits. Elle a exposé ses œuvres au pays et à l’étranger, et elle a reçu de nombreuses subventions. Depuis 2013, l’artiste est membre reconnue du Centre d’histoire orale et de récits numérisés et chercheuse invitée au SenseLab de l’Université Concordia. Née à Amoude, en Syrie, Khadija Baker vit et travaille à Montréal depuis 2001. Elle est titulaire d’une maîtrise en arts visuels de l’Université Concordia (2012).

Mélanie Myers – Ce qui touche au sol

Du 14 décembre 2017 au 21 janvier 2018 
Vernissage : le jeudi 14 décembre de 17 h 30 à 19 h 30

À travers le dessin et la construction d’objets, Mélanie Myers remanie l'environnement urbain que l’on connaît trop bien. Cette exposition est une observation des systèmes et incitatifs qui sont mis en place afin de bien gérer la cité. Les espaces assignés à la résidence, au paysage, ainsi qu’à la circulation et à la contemplation sont représentés d’une manière réaliste mais peu probable afin de mettre en évidence quelques écarts de conduite.

Œuvre de Mélanie Myers.
Mélanie Myers, Sans titre (eau), 2015, crayon de graphite sur papier, 152 x 150 cm. Gracieuseté de l’artiste.

Consultation publique : expositions de 2018

Publié le 31 août 2017

La période de consultation publique de 30 jours est maintenant terminée. Le programme définitif des expositions à la Galerie Karsh-Masson et à la Galerie d’art de l’hôtel de ville pour la saison 2018 sera annoncé en ligne en novembre 2017. De plus amples renseignements sur le processus de consultation publique de 30 jours sont présentés dans le paragraphe 4.2 de la Politique d’art public. Nous vous remercions de votre participation à ce processus d’examen.

Appel de propositions : expositions de 2018

Programme d’art public – Galerie Karsh-Masson et Galerie d’art de l’hôtel de ville

Ce concours est maintenant terminé. L’appel de propositions : expositions de 2019 à la Galerie Karsh-Masson et à la Galerie d’art de l’hôtel de ville sera annoncé en février 2018.  Pour recevoir des courriels sur les expositions ayant lieu à la Galerie, la programmation et les appels de propositions, envoyez un courriel à programmedartpublic@ottawa.ca et indiquez « abonnement – expositions » dans la ligne de mention objet.

Une fois l’an, le Programme d’art public de la Ville d’Ottawa invite les artistes professionnels et les commissaires à proposer des expositions. Les propositions reçues sont soumises à un comité d’évaluation par les pairs, et celles retenues sont présentées, l’année suivante, à la Galerie Karsh-Masson ou à la Galerie d’art de l’hôtel de ville.

Les expositions présentées à la Galerie Karsh-Masson et à la Galerie d’art de l’hôtel de ville mettent en vedette le travail d’artistes professionnels du domaine des arts visuels, des arts médiatiques et des métiers d’art. Ces galeries présentent des expositions en solo, en duo ou collectives, ainsi que des expositions préparées par des commissaires, des expositions du monde diplomatique et des expositions itinérantes d’autres institutions. Chaque année, ces galeries proposent des causeries d’artistes, des visites guidées et des groupes de discussion, ainsi qu’une exposition d’œuvres tirées de la Collection d’art de la Ville d’Ottawa et une autre présentant le travail d’un finissant de la maîtrise en arts visuels de l’Université d’Ottawa.

Admissibilité

  • Les artistes visuels et les commissaires d’exposition professionnels, qu’ils soient en début ou en milieu de carrière ou reconnus, qui œuvrent dans les arts visuels, les arts médiatiques, les métiers d’art, le design ou d’autres nouvelles formes d’art. Un artiste professionnel a suivi une formation spécialisée dans son domaine artistique (pas nécessairement dans un établissement d’enseignement), est reconnu par ses pairs comme un artiste professionnel, est dévoué à ses activités artistiques et a déjà exposé ses œuvres.
  • Les personnes ayant déjà exposé leurs œuvres à la Galerie Karsh-Masson ou à la Galerie d’art de l’hôtel de ville dans les deux dernières années ne sont pas admissibles. Il en va de même pour les employés et les représentants élus de la Ville d’Ottawa.

La Ville d’Ottawa appuie les activités culturelles qui sont représentatives de la diversité d’Ottawa sur le plan de l’ascendance, des capacités, de l’âge, du pays d’origine, de la culture, du genre, du revenu, de la langue, de la race et de l’orientation sexuelle. La Ville d’Ottawa reconnaît la nation algonquine Anishinabe comme nation autochtone hôte d’Ottawa. Les propositions d’artistes et de commissaires d’exposition d’origines diverses sont les bienvenues. Nous encourageons notamment les Inuits, les Métis et les membres des Premières Nations à participer. La Ville d’Ottawa accorde les mêmes droits, statuts et privilèges aux deux groupes de langues officielles.

Évaluation

Les propositions admissibles sont toutes évaluées par un comité d’évaluation par les pairs en fonction des critères suivants :

  • valeur artistique et professionnalisme;
  • originalité et importance de l’exposition sur le plan régional;
  • qualité et cohérence de l’échantillon d’œuvres et du texte de la proposition;
  • pertinence de la proposition par rapport à la nature publique des galeries.