Collections d’artefacts des musées

Sur cette page

Collections

Les musées de la Ville d’Ottawa assurent l’entretien et la gestion d’artefacts témoignant de l’histoire d’Ottawa. Les quelque 200 000 artefacts composant leurs collections racontent l’évolution de la ville et les gens qui en ont marqué l’histoire, des premiers colons aux vedettes locales.

En tant que gardiens de la culture matérielle d’Ottawa, les musées de la Ville d’Ottawa assument la garde de ces artefacts au nom des résidents et les présentent dans le cadre d’expositions permanentes et temporaires, pendant Portes ouvertes Ottawa ainsi que dans les centres d’entreposage des artefacts, sur rendez-vous.

Si vous souhaitez voir certains volets de notre collection qui sont en ligne, consultez ottawa.minisisinc.com.

Adresse courriel : artefacts@ottawa.ca.

[Musique] 

00:28  Bonjour! Bienvenue sur le site Nouvelles sur les collections où nous discutons de tout ce qui concerne l’entreposage, la prise en charge et la conservation des artefacts de musée. Je suis Darren Levstek, conservateur des collections des musées de la Ville d’Ottawa. Aujourd’hui, nous allons effectuer une visite virtuelle des installations d’entreposage des musées de la Ville d’Ottawa. Joignez-vous à nous pour visiter ces sites et examiner certains des artefacts les plus intéressants de notre collection.

La Ville d’Ottawa gère cinq musées :

le Musée-village du patrimoine de Cumberland
le Lieu historique national du domaine Billings
le Musée de Nepean
la Maison historique Fairfields
le Lieu historique de Pinhey’s Point
La Ville gère également deux collections assez importantes :

la Collection de Gloucester
la Collection d’artefacts archéologiques de la Ville d’Ottawa
Notre collection est composée de plus de 300 000 artefacts et spécimens archéologiques. Grâce à la recherche, à la présentation visuelle et aux ressources numériques, ces objets racontent l’évolution de la ville d’Ottawa et des personnes qui l’ont façonnée — des premiers colons aux célébrités locales.

Par exemple, cette chaise de style néo-Renaissance a appartenu à Braddish Billings, le patriarche de la famille Billings. Cette chaise était la préférée de Braddish et, si l’on regarde de près, on peut se faire une assez bonne idée de la façon dont il l’utilisait. Après des années d’une utilisation continue, les huiles naturelles de son corps et de ses cheveux ainsi que la saleté et la sueur de ses vêtements et de sa peau ont taché la chaise, comme on peut le constater notamment sur le dossier et le bras droit de celle-ci. Si l’on s’attarde à la partie supérieure du dossier où repose la tête, on peut voir des taches sur les côtés droit et gauche, mais le côté gauche est beaucoup plus foncé que celui de droite. De même, le bras droit de la chaise est beaucoup plus foncé que le bras gauche. Cela laisse penser que lorsque Braddish était assis sur cette chaise, il se tenait probablement penché sur le côté gauche, laissant reposer son poids sur son bras droit et son dos, probablement en lisant un livre ou en faisant une sieste. Ai-je mentionné que c’est probablement la même chaise que celle dans laquelle il était assis pour sa photo post-mortem, bien que nous ne puissions pas en être certains car la chaise était couverte?

Un grand nombre de nos artefacts sont présentés au public dans le cadre des programmes, des événements et des expositions permanentes et temporaires de nos musées. Même si les artefacts sont exposés, on considère qu’il s’agit d’une méthode d’entreposage des collections.

Lorsque les artefacts ne sont pas exposés, ils sont entreposés dans l’une de nos cinq installations d’entreposage. Les installations d’entreposage de la collection des musées de la Ville d’Ottawa sont stratégiquement situées dans les secteurs sud, centre, nord, est et ouest de la ville. Ces installations, qui sont assez vastes, contiennent en tout 275 000 pieds cubes d’artefacts.

La collection, qui est aussi diversifiée que vaste, va des véhicules et des machines agricoles aux brosses à dents et à l’argenterie; des vêtements et des textiles aux photographies et aux cartes; des poupées et des jouets aux aspirateurs et aux téléphones et des objets archéologiques aux panneaux d’orientation.

Chaque artefact se voit attribuer un numéro d’identification unique en trois parties, ou numéro d’acquisition. Il s’agit essentiellement d’un code nous indiquant la date à laquelle l’artefact nous a été donné, l’ordre dans lequel il a été reçu et le nombre d’artefacts associés à ce don. Autrement dit, cette chaise a été donnée en 2018. Il s’agissait du premier don accepté cette année-là, et ce don comportait au moins un objet — qui était bien sûr la chaise. L’artefact est décrit en détail et des photographies illustrant chaque caractéristique unique de l’artefact sont incluses dans le dossier. L’artefact est ensuite affecté à un lieu d’entreposage, qui est également documenté. Le numéro d’acquisition est physiquement apposé sur l’artefact, qui est étiqueté et placé dans un endroit sûr.

Ce dernier point, qui concerne un lieu d’entreposage sûr, est peut-être l’élément le plus important de la gestion de la collection. Pour garantir la sécurité et la protection d’un artefact, notre équipe de gestion de la collection doit s’en occuper en permanence, en vérifiant toute irrégularité qui pourrait apparaître. Il s’agit notamment de maintenir une température et une humidité adéquates, d’éliminer les parasites et de mettre en place des plans pour parer à toute urgence, comme une inondation.

Notre installation d’entreposage du secteur est l’une de nos plus vastes installations et sert généralement à entreposer des artefacts de grandes dimensions tels que des voitures, des tracteurs, des moissonneuses-batteuses, des batteuses, des wagons et d’autres véhicules et machines. En général, ces artefacts ne sont pas endommagés par les climats plus froids, mais ils peuvent l’être lorsqu’ils sont exposés à la pluie, à la neige et à un ensoleillement excessif. Cette installation nous permet de conserver les artefacts dans un environnement sec et couvert, et elle est suffisamment grande pour nous permettre de déplacer les véhicules en cas de besoin.

Notre installation du secteur nord dispose d’un système de CVC élaboré qui est idéal pour le stockage de meubles. Les meubles, en particulier ceux en bois, doivent être conservés dans un environnement humide contrôlé. S’il y a trop d’humidité, le bois peut gauchir et prendre une mauvaise forme. Si le milieu est trop sec, le bois peut se fendre. Outre la protection du bois, le contrôle de l’humidité protège également les éléments décoratifs du meuble tels que les incrustations, les broderies et même les piquants de porc-épic qui ornent ce banc de piano. De plus, ces énormes étagères roulantes nous permettent d’empiler les objets lourds et d’optimiser l’espace de rangement.

Le fait de regrouper les artefacts similaires ou de les ranger selon leur nomenclature nous permet d’avoir une meilleure appréciation visuelle de la complexité de notre collection. Cela nous permet également de mieux lutter contre les organismes nuisibles. Les insectes et les rongeurs peuvent causer des dommages incommensurables à une collection — en particulier les textiles et tout objet contenant un élément de protéine, comme le cuir.

Les artefacts en cuir sont généralement placés sur les étagères du haut ou dans des boîtes, ce qui les protège des rongeurs.

Les textiles sont couverts et placés sur des étagères suspendues, dans des boîtes ou dans des armoires scellées, ce qui les met hors de portée des insectes et des rongeurs. Les couettes sont enveloppées dans du papier de soie et roulées sur un tube sono recouvert de mylar. Les tubes sont ensuite suspendus pour optimiser l’espace d’entreposage.

Contrairement au bois, les objets en métal exigent un milieu aride, exempt de toute humidité, ce qui les empêche de se corroder et de rouiller.

L’argent est enveloppé dans un tissu spécial et scellé dans des sacs en polyéthylène pour éviter qu’il s’oxyde, ce qui réduit la fréquence des polissages.

Les contenants de carburant et de produits chimiques sont aérés pour libérer les substances toxiques qui peuvent s’y trouver avant d’être placés dans un lieu d’entreposage de la collection. Cela permet d’éviter à la fois la corrosion du contenant et le risque de contamination d’autres artefacts.

Les objets archéologiques sont conservés en fonction de l’emplacement du site archéologique ou du numéro Borden. Les spécimens sont placés dans des sacs individuels en polyéthylène, puis stockés dans des boîtes. Les boîtes sont étiquetées et classées.

La céramique, la poterie, la porcelaine et le verre sont relativement inaltérables, ce qui signifie qu’ils sont moins susceptibles d’être endommagés par l’environnement. Tant que ces objets sont protégés des éléments et qu’ils ne sont pas soumis à des fluctuations extrêmes de température, ils sont relativement protégés.

Même s’ils font l’objet d’une surveillance régulière, les artefacts de notre collection doivent être entretenus de temps à autre. Selon l’objet, ce travail est effectué sur place, à l’extérieur, ou dans le laboratoire situé dans notre installation d’entreposage centrale.

Les objets de notre collection sont détenus en fiducie pour la population d’Ottawa. En tant que gardiens de la culture matérielle d’Ottawa, nous avons la responsabilité de veiller à ce que les artefacts de notre collection durent le plus longtemps possible afin que les générations futures puissent découvrir et apprécier la valeur de la collection des musées de la Ville d’Ottawa.

J’espère que vous avez apprécié cette brève visite des coulisses des installations d’entreposage de notre collection.

Si vous souhaitez voir certains volets de notre collection qui sont en ligne, consultez les Collections archivistiques et muséales d’Ottawa en tapant ottawa.minisisinc.com.

Merci de vous être joints à nous. Si vous avez des questions sur nos installations d’entreposage ou sur tout autre sujet lié à la préservation des artefacts, vous pouvez nous écrire à artefacts@ottawa.ca — et rappelez-vous que si un objet vaut la peine d’être conservé, il vaut la peine d’être préservé. Au plaisir de vous revoir.

Lieu historique national du domaine Billings

La collection éclectique du Lieu historique national du domaine Billings comprend plus de 27 000 artefacts ayant un lien avec le domaine, des meubles ayant appartenu aux différentes générations ayant habité sur le domaine aux spécimens entomologiques, en passant par une Cadillac 1959.

Musée-village du patrimoine de Cumberland

Le Musée-village du patrimoine de Cumberland aborde une période fascinante de notre histoire, soit les années 1920 et 1930. La collection porte principalement sur les changements sociaux, culturels, technologiques et économiques survenus durant l'Entre-deux-guerres et comprend entre autres des tissus, des dispositifs de communication, de l'équipement agricole, des articles relatifs aux loisirs ainsi que des meubles.

Maison historique Fairfields

Acquis par William Bell dans les années 1820, le domaine aujourd'hui connu sous le nom de « Maison historique Fairfields » est demeuré dans la famille Bell durant près de 175 ans. La collection du musée, qui compte 3 000 artefacts, raconte l'histoire de 5 générations de la famille Bell dans le contexte de la grande région d'Ottawa.

Collection de Gloucester

La Collection de Gloucester raconte l'histoire de la colonisation et du développement du canton de Gloucester, de 1792 à 2001, grâce à 16 000 artefacts uniques, dont une bicyclette de bois et des jouets rares. Bon nombre de ces artefacts font partie de l'exposition principale du Lieu historique national du domaine Billings.

Musée de Nepean

Les quelque 20 000 objets de la collection du Musée de Nepean racontent l'histoire de Nepean entre 1792 et 2001 dans toutes ses dimensions : agriculture, industrie, divertissements, mode, exécution de la loi, sports, jouets et jeux, politique. Certains artefacts ont appartenu à Sir Evan Nepean lui-même. Les programmes et expositions du musée se servent de ces objets dans leurs activités de communication avec le public.

Lieu historique de Pinhey’s Point

La collection d'artefacts du Lieu historique de Pinhey’s Point comprend des objets ayant appartenu à la famille Pinhey qui datent de leur vie en Angleterre, puis de leur établissement à Horaceville sur trois et même quatre générations. On y trouve également des objets ayant appartenu aux propriétaires des résidences riveraines voisines. La fondation Pinhey’s Point possède sa propre collection d'artefacts et l'utilise pour ses expositions sur place.

Collection d'artefacts archéologiques

La collection d'artefacts archéologiques est composée d'objets provenant des cinq musées de la Ville d'Ottawa et de ceux ayant été mis au jour durant les travaux d'excavation aux plaines LeBreton. Une partie de ces artefacts sont exposés dans les musées de la Ville d'Ottawa de même qu'à l'hôtel de ville, au 110, avenue Laurier Ouest, pendant le Mois de l'Archéologie, en août.

Transcription française de la vidéo: Faits sur les collections – L’entreposage des artéfacts

[Musique] 

00:28  Bonjour! Bienvenue sur le site Nouvelles sur les collections où nous discutons de tout ce qui concerne l’entreposage, la prise en charge et la conservation des artefacts de musée. Je suis Darren Levstek, conservateur des collections des musées de la Ville d’Ottawa. Aujourd’hui, nous allons effectuer une visite virtuelle des installations d’entreposage des musées de la Ville d’Ottawa. Joignez-vous à nous pour visiter ces sites et examiner certains des artefacts les plus intéressants de notre collection.

La Ville d’Ottawa gère cinq musées :

  • le Musée-village du patrimoine de Cumberland
  • le Lieu historique national du domaine Billings
  • le Musée de Nepean
  • la Maison historique Fairfields
  • le Lieu historique de Pinhey’s Point

La Ville gère également deux collections assez importantes :

  • la Collection de Gloucester
  • la Collection d’artefacts archéologiques de la Ville d’Ottawa

Notre collection est composée de plus de 300 000 artefacts et spécimens archéologiques. Grâce à la recherche, à la présentation visuelle et aux ressources numériques, ces objets racontent l’évolution de la ville d’Ottawa et des personnes qui l’ont façonnée — des premiers colons aux célébrités locales.

Par exemple, cette chaise de style néo-Renaissance a appartenu à Braddish Billings, le patriarche de la famille Billings. Cette chaise était la préférée de Braddish et, si l’on regarde de près, on peut se faire une assez bonne idée de la façon dont il l’utilisait. Après des années d’une utilisation continue, les huiles naturelles de son corps et de ses cheveux ainsi que la saleté et la sueur de ses vêtements et de sa peau ont taché la chaise, comme on peut le constater notamment sur le dossier et le bras droit de celle-ci. Si l’on s’attarde à la partie supérieure du dossier où repose la tête, on peut voir des taches sur les côtés droit et gauche, mais le côté gauche est beaucoup plus foncé que celui de droite. De même, le bras droit de la chaise est beaucoup plus foncé que le bras gauche. Cela laisse penser que lorsque Braddish était assis sur cette chaise, il se tenait probablement penché sur le côté gauche, laissant reposer son poids sur son bras droit et son dos, probablement en lisant un livre ou en faisant une sieste. Ai-je mentionné que c’est probablement la même chaise que celle dans laquelle il était assis pour sa photo post-mortem, bien que nous ne puissions pas en être certains car la chaise était couverte?

Un grand nombre de nos artefacts sont présentés au public dans le cadre des programmes, des événements et des expositions permanentes et temporaires de nos musées. Même si les artefacts sont exposés, on considère qu’il s’agit d’une méthode d’entreposage des collections.

Lorsque les artefacts ne sont pas exposés, ils sont entreposés dans l’une de nos cinq installations d’entreposage. Les installations d’entreposage de la collection des musées de la Ville d’Ottawa sont stratégiquement situées dans les secteurs sud, centre, nord, est et ouest de la ville. Ces installations, qui sont assez vastes, contiennent en tout 275 000 pieds cubes d’artefacts.

La collection, qui est aussi diversifiée que vaste, va des véhicules et des machines agricoles aux brosses à dents et à l’argenterie; des vêtements et des textiles aux photographies et aux cartes; des poupées et des jouets aux aspirateurs et aux téléphones et des objets archéologiques aux panneaux d’orientation.

Chaque artefact se voit attribuer un numéro d’identification unique en trois parties, ou numéro d’acquisition. Il s’agit essentiellement d’un code nous indiquant la date à laquelle l’artefact nous a été donné, l’ordre dans lequel il a été reçu et le nombre d’artefacts associés à ce don. Autrement dit, cette chaise a été donnée en 2018. Il s’agissait du premier don accepté cette année-là, et ce don comportait au moins un objet — qui était bien sûr la chaise. L’artefact est décrit en détail et des photographies illustrant chaque caractéristique unique de l’artefact sont incluses dans le dossier. L’artefact est ensuite affecté à un lieu d’entreposage, qui est également documenté. Le numéro d’acquisition est physiquement apposé sur l’artefact, qui est étiqueté et placé dans un endroit sûr.

Ce dernier point, qui concerne un lieu d’entreposage sûr, est peut-être l’élément le plus important de la gestion de la collection. Pour garantir la sécurité et la protection d’un artefact, notre équipe de gestion de la collection doit s’en occuper en permanence, en vérifiant toute irrégularité qui pourrait apparaître. Il s’agit notamment de maintenir une température et une humidité adéquates, d’éliminer les parasites et de mettre en place des plans pour parer à toute urgence, comme une inondation.

Notre installation d’entreposage du secteur est l’une de nos plus vastes installations et sert généralement à entreposer des artefacts de grandes dimensions tels que des voitures, des tracteurs, des moissonneuses-batteuses, des batteuses, des wagons et d’autres véhicules et machines. En général, ces artefacts ne sont pas endommagés par les climats plus froids, mais ils peuvent l’être lorsqu’ils sont exposés à la pluie, à la neige et à un ensoleillement excessif. Cette installation nous permet de conserver les artefacts dans un environnement sec et couvert, et elle est suffisamment grande pour nous permettre de déplacer les véhicules en cas de besoin.

Notre installation du secteur nord dispose d’un système de CVC élaboré qui est idéal pour le stockage de meubles. Les meubles, en particulier ceux en bois, doivent être conservés dans un environnement humide contrôlé. S’il y a trop d’humidité, le bois peut gauchir et prendre une mauvaise forme. Si le milieu est trop sec, le bois peut se fendre. Outre la protection du bois, le contrôle de l’humidité protège également les éléments décoratifs du meuble tels que les incrustations, les broderies et même les piquants de porc-épic qui ornent ce banc de piano. De plus, ces énormes étagères roulantes nous permettent d’empiler les objets lourds et d’optimiser l’espace de rangement.

Le fait de regrouper les artefacts similaires ou de les ranger selon leur nomenclature nous permet d’avoir une meilleure appréciation visuelle de la complexité de notre collection. Cela nous permet également de mieux lutter contre les organismes nuisibles. Les insectes et les rongeurs peuvent causer des dommages incommensurables à une collection — en particulier les textiles et tout objet contenant un élément de protéine, comme le cuir.

Les artefacts en cuir sont généralement placés sur les étagères du haut ou dans des boîtes, ce qui les protège des rongeurs.

Les textiles sont couverts et placés sur des étagères suspendues, dans des boîtes ou dans des armoires scellées, ce qui les met hors de portée des insectes et des rongeurs. Les couettes sont enveloppées dans du papier de soie et roulées sur un tube sono recouvert de mylar. Les tubes sont ensuite suspendus pour optimiser l’espace d’entreposage.

Contrairement au bois, les objets en métal exigent un milieu aride, exempt de toute humidité, ce qui les empêche de se corroder et de rouiller.

L’argent est enveloppé dans un tissu spécial et scellé dans des sacs en polyéthylène pour éviter qu’il s’oxyde, ce qui réduit la fréquence des polissages.

Les contenants de carburant et de produits chimiques sont aérés pour libérer les substances toxiques qui peuvent s’y trouver avant d’être placés dans un lieu d’entreposage de la collection. Cela permet d’éviter à la fois la corrosion du contenant et le risque de contamination d’autres artefacts.

Les objets archéologiques sont conservés en fonction de l’emplacement du site archéologique ou du numéro Borden. Les spécimens sont placés dans des sacs individuels en polyéthylène, puis stockés dans des boîtes. Les boîtes sont étiquetées et classées.

La céramique, la poterie, la porcelaine et le verre sont relativement inaltérables, ce qui signifie qu’ils sont moins susceptibles d’être endommagés par l’environnement. Tant que ces objets sont protégés des éléments et qu’ils ne sont pas soumis à des fluctuations extrêmes de température, ils sont relativement protégés.

Même s’ils font l’objet d’une surveillance régulière, les artefacts de notre collection doivent être entretenus de temps à autre. Selon l’objet, ce travail est effectué sur place, à l’extérieur, ou dans le laboratoire situé dans notre installation d’entreposage centrale.

Les objets de notre collection sont détenus en fiducie pour la population d’Ottawa. En tant que gardiens de la culture matérielle d’Ottawa, nous avons la responsabilité de veiller à ce que les artefacts de notre collection durent le plus longtemps possible afin que les générations futures puissent découvrir et apprécier la valeur de la collection des musées de la Ville d’Ottawa.

J’espère que vous avez apprécié cette brève visite des coulisses des installations d’entreposage de notre collection.

Si vous souhaitez voir certains volets de notre collection qui sont en ligne, consultez les Collections archivistiques et muséales d’Ottawa en tapant ottawa.minisisinc.com.

Merci de vous être joints à nous. Si vous avez des questions sur nos installations d’entreposage ou sur tout autre sujet lié à la préservation des artefacts, vous pouvez nous écrire à artefacts@ottawa.ca — et rappelez-vous que si un objet vaut la peine d’être conservé, il vaut la peine d’être préservé. Au plaisir de vous revoir.