Passer au contenu principal

Galerie Karsh-Masson

Emplacement et horaire

Hôtel de ville d'Ottawa,110, avenue Laurier Ouest
613-580-2424 poste 14167 (ATS 613-580-2401)
facebook.com/KarshMasson

Ouverte tous les jours de 9 h à 20 h, y compris les jours fériés.
Admission gratuite. Accessible en fauteuil roulant. Des places de stationnement sont disponibles.

Profitez de votre visite à l’hôtel de ville pour venir voir la Galerie d’art de l’hôtel de ville où sont exposées des œuvres d’art contemporain réalisées par des artistes professionnels.

En exposition actuellement

Pour souligner le 150e anniversaire du Canada en 2017, la Ville a invité les artistes professionnels, les collectifs d’artistes et les commissaires d’exposition du domaine des arts visuels, des arts médiatiques et des métiers d’art à proposer des expositions portant sur le thème de la cartographie.

« La cartographie est un moyen fondamental de convertir les connaissances personnelles en connaissances transmissibles. »– Arthur Howard Robinson, The Nature of Maps

La cartographie englobe les façons de connaître, de structurer et de présenter le monde et la place que nous occupons dans celui-ci et par rapport aux autres. Elle nous aide à tracer notre passé et notre avenir. Au-delà du sens premier du terme, la cartographie désigne aussi des réalités biologiques, psychologiques et numériques, entre autres. Elle peut être physique, culturelle et affective. Tout comme l’art, la cartographie est un processus en perpétuelle transformation.

 

Mélanie Myers – Ce qui touche au sol 

Du 14 décembre 2017 au 21 janvier 2018 
Vernissage : le jeudi 14 décembre de 17 h 30 à 19 h 30

À travers le dessin et la construction d’objets, Mélanie Myers remanie l'environnement urbain que l’on connaît trop bien. Ce qui touche au sol est une observation des systèmes et incitatifs qui sont mis en place afin de bien gérer la cité. Les espaces assignés à la résidence, au paysage, ainsi qu’à la circulation et à la contemplation sont représentés d’une manière réaliste mais peu probable afin de mettre en évidence quelques écarts de conduite. 

An example of Mélanie Myers`s work

Mélanie Myers, Programme Floral CCN, 2017, crayon de couleur sur papier, 140 x 116 cm. Photo : Valérie Mercier. Gracieuseté de l’artiste.

An example of Mélanie Myers`s work

Mélanie Myers, Ma parole contre la sienne, 2014, crayon de couleur sur papier, 137 x 127 cm. Photo : Valérie Mercier. Gracieuseté de l’artiste.

Biographie

Mélanie Myers vit et travaille à Hull, Gatineau. Elle est titulaire d’une maîtrise en arts visuels du Nova Scotia College of Art and Design (2013) et d’un baccalauréat en arts et design de l’Université du Québec en Outaouais (2008). En production, elle réaménage l’espace et décrit des situations dans les médiums de l’installation et du dessin. Sa démarche touche à divers champs d’intérêt : la sécurité, la réalité, l’erreur et la classe moyenne. Ses projets ont été soutenus par le CALQ et diffusés dans plusieurs galeries et centres du Canada, notamment à la Galerie UQO, à la Forest City Gallery et à l’Anna Leonowens Gallery. Elle a fait des résidences au Centre Bang et à la Maison Scott-Fairview (2017) et travaille comme chargée de projet à AXENÉO7. 

Expositions à venir

Andrew Ooi – Anatomy of Resilience (Anatomie de la résilience)

Du 8 février au 18 avril 2018
Vernissage : le jeudi 8 février, de 17 h 30 à 19 h 30

Extrait du catalogue

Toujours est‑il qu’Andrew Ooi a décidé de travailler avec un matériau sans prétention, même s’il utilise le gampi japonais, fabriqué à la main à partir des tiges écorcées de l’arbuste. Il le découpe en lamelles, puis en petits rectangles avant de le dessiner et de le peindre, pour ensuite le plier, le coller et l’assembler. J’imagine qu’il y a, dans ce patient ouvrage qui se déroule progressivement pendant de nombreuses heures, une part de divertissement, un peu comme l’enfant qui se concentre, assis les jambes croisées au sol. Malgré l’apparente simplicité de ce travail de peinture et de pliage, l’œuvre d’Ooi est loin d’être simple. Il s’agit de la première des nombreuses contradictions de son œuvre.

-Cary Fagan

Un exemple d’une œuvre d’art conçue par Andrew Ooi

Andrew Ooi, Matrix 2, 2015, acrylique sur papier gampi, 25 (diamètre) x 2 cm. Photo : Natalie Shahinian, gracieuseté de l’artiste. 

Un exemple d’une œuvre d’art conçue par Andrew Ooi

Andrew Ooi, Trinity, 2015, acrylique et encre sur papier gampi, 19 x 35 x 3 cm. Photo : Natalie Shahinian, gracieuseté de l’artiste.

Biographie

Autodidacte dans les domaines de l’art et de l’origami, Andrew Ooi a travaillé dans le milieu du design d’intérieur, qui a rapidement remarqué ses objets illuminés. Ses œuvres ont été publiées dans Illuminate: Contemporary Craft Lighting (Bloomsbury Publishing) et dans 1,000 Product Designs: Form, Function, and Technology from Around the World (Rockport Publishers), après avoir été présentées dans des salons et des expositions en Ontario au Canada et à Jyväskylä en Finlande. Des expositions en galeries lui ont permis de s’initier à la liberté que pouvait lui apporter le métier des arts visuels, ce qui l’a amené à explorer la peinture et le papier, la couleur, et surtout les motifs. Les œuvres d’Andrew Ooi ont été présentées dans des expositions collectives et en solo aux États-Unis et au Canada, où il habite aujourd’hui. Il est représenté par la L.A. Pai Gallery à Ottawa en Ontario et par la BoxHeart Gallery à Pittsburgh en Pennsylvanie. 

Andrew Ooi tient à remercier le Conseil des arts de l’Ontario de leur appui.

 

Jennifer Anne Norman – Forest for the trees (L’arbre qui cache la forêt)

Du 26 avril au 4 juillet 2018
Vernissage : le jeudi 26 avril, de 17 h 30 à 19 h 30

Cette exposition brouille les frontières entre le naturel et l’artificiel en imaginant les enjeux environnementaux par l’arbre qui cache la forêt. Souvenirs prosthétiques des rameaux qu’elles étaient autrefois, les branches vulnérables réassemblées que dessine l’artiste ouvrent en un clin d’œil un monde de possibles et d’espoirs en réponse à l’anxiété écologique.

Un exemple d’une œuvre d’art conçue par Jennifer Anne Norman.

Jennifer Anne Norman, Suspicious, 2017, graphite et techniques mixtes sur papier, 48 x 61 cm. Gracieuseté de l’artiste.

 

René Price – The Art of City Building (L’Art de construire une ville)

Du 12 juillet au 4 septembre 2018
Vernissage : le jeudi 12 juillet, de 17 h 30 à 19 h 30

En réaction aux plans d’aménagement incessants et controversés d’Ottawa, l’artiste satirique René Price érige à la vue du public un modèle de ville utopique, « OTTOWA », au milieu de la galerie – pourvu que le Règlement de zonage et la Commission des affaires municipales le permettent! Le profit, la croissance, l’embourgeoisement, les faiblesses humaines, la chance… Tout participe à bâtir notre avenir collectif.

Un exemple d’une œuvre d’art conçue par René Price.

René Price, Towers of Power, 2012-2017, techniques mixtes, 300 x 500 cm. Gracieuseté de l’artiste.

 

Le Prix Karsh 2018

Du 14 septembre au 31 octobre 2018
Vernissage : le jeudi 13 septembre, de 17 h 30 à 19 h 30

Cette exposition présente les œuvres de la lauréate ou du lauréat du Prix Karsh 2018, décerné tous les deux ans à un artiste établi de la région pour souligner son travail remarquable dans le domaine de la photographie. Ce prix rend hommage aux legs artistiques des célèbres photographes ottaviens, Yousuf et Malak Karsh. Yousuf Karsh a documenté l’histoire en captant les images de milliers de personnes connues. Son frère cadet, Malak Karsh, pour sa part, s’est penché plutôt sur l’architecture et les paysages canadiens; il est surtout reconnu pour ses photographies de la Colline du Parlement et de ses tulipes.

Yousuf et Malak Karsh

Yousuf et Malak Karsh. Photographe inconnu.

 

Barbara Brown et Cynthia O’Brien – Life Cycle Conversations (Conversations sur le cycle de la vie)

Judith Parker, collaboratrice en conservation

Du 8 novembre 2018 au 9 janvier 2019
Vernissage : le jeudi 8 novembre, de 17 h 30 à 19 h 30

Le projet collaboratif de Barbara Brown et de Cynthia O’Brien entremêle objets de céramique et photographies de plantes de manière à créer une installation immersive. Les fleurs et les feuilles en céramique, résistant au temps qui passe, contrastent avec le changement saisonnier des couleurs d’un jardin cultivé ou d’une forêt sauvage. L’ensemble évoque une conversation sur la mort, la fragilité humaine et le jardinage comme memento mori, rappel du caractère inévitable du trépas.

Un exemple d’une œuvre d’art conçue par Barbara Brown et Cynthia O`Brien

Barbara Brown et Cynthia O’Brien, Remains of the Day, 2017, impression à jet d’encre d’un détail d’une installation faite d’argile et de compost, 20 x 30 cm. Gracieuseté des artistes.

Consultation publique : expositions de 2018

Publié le 31 août 2017

La période de consultation publique de 30 jours est maintenant terminée. Le programme définitif des expositions à la Galerie Karsh-Masson et à la Galerie d’art de l’hôtel de ville pour la saison 2018 sera annoncé en ligne en novembre 2017. De plus amples renseignements sur le processus de consultation publique de 30 jours sont présentés dans le paragraphe 4.2 de la Politique d’art public. Nous vous remercions de votre participation à ce processus d’examen.

Appel de propositions : expositions de 2018

Programme d’art public – Galerie Karsh-Masson et Galerie d’art de l’hôtel de ville

Ce concours est maintenant terminé. L’appel de propositions : expositions de 2019 à la Galerie Karsh-Masson et à la Galerie d’art de l’hôtel de ville sera annoncé en février 2018.  Pour recevoir des courriels sur les expositions ayant lieu à la Galerie, la programmation et les appels de propositions, envoyez un courriel à programmedartpublic@ottawa.ca et indiquez « abonnement – expositions » dans la ligne de mention objet.

Une fois l’an, le Programme d’art public de la Ville d’Ottawa invite les artistes professionnels et les commissaires à proposer des expositions. Les propositions reçues sont soumises à un comité d’évaluation par les pairs, et celles retenues sont présentées, l’année suivante, à la Galerie Karsh-Masson ou à la Galerie d’art de l’hôtel de ville.

Les expositions présentées à la Galerie Karsh-Masson et à la Galerie d’art de l’hôtel de ville mettent en vedette le travail d’artistes professionnels du domaine des arts visuels, des arts médiatiques et des métiers d’art. Ces galeries présentent des expositions en solo, en duo ou collectives, ainsi que des expositions préparées par des commissaires, des expositions du monde diplomatique et des expositions itinérantes d’autres institutions. Chaque année, ces galeries proposent des causeries d’artistes, des visites guidées et des groupes de discussion, ainsi qu’une exposition d’œuvres tirées de la Collection d’art de la Ville d’Ottawa et une autre présentant le travail d’un finissant de la maîtrise en arts visuels de l’Université d’Ottawa.

Admissibilité

  • Les artistes visuels et les commissaires d’exposition professionnels, qu’ils soient en début ou en milieu de carrière ou reconnus, qui œuvrent dans les arts visuels, les arts médiatiques, les métiers d’art, le design ou d’autres nouvelles formes d’art. Un artiste professionnel a suivi une formation spécialisée dans son domaine artistique (pas nécessairement dans un établissement d’enseignement), est reconnu par ses pairs comme un artiste professionnel, est dévoué à ses activités artistiques et a déjà exposé ses œuvres.
  • Les personnes ayant déjà exposé leurs œuvres à la Galerie Karsh-Masson ou à la Galerie d’art de l’hôtel de ville dans les deux dernières années ne sont pas admissibles. Il en va de même pour les employés et les représentants élus de la Ville d’Ottawa.

La Ville d’Ottawa appuie les activités culturelles qui sont représentatives de la diversité d’Ottawa sur le plan de l’ascendance, des capacités, de l’âge, du pays d’origine, de la culture, du genre, du revenu, de la langue, de la race et de l’orientation sexuelle. La Ville d’Ottawa reconnaît la nation algonquine Anishinabe comme nation autochtone hôte d’Ottawa. Les propositions d’artistes et de commissaires d’exposition d’origines diverses sont les bienvenues. Nous encourageons notamment les Inuits, les Métis et les membres des Premières Nations à participer. La Ville d’Ottawa accorde les mêmes droits, statuts et privilèges aux deux groupes de langues officielles.

Évaluation

Les propositions admissibles sont toutes évaluées par un comité d’évaluation par les pairs en fonction des critères suivants :

  • valeur artistique et professionnalisme;
  • originalité et importance de l’exposition sur le plan régional;
  • qualité et cohérence de l’échantillon d’œuvres et du texte de la proposition;
  • pertinence de la proposition par rapport à la nature publique des galeries.