Ce site utilise JavaScript. Veuillez activer la fonction JavaScript dans votre navigateur et recharger la page pour voir le site complet.

Galerie d’art de l’hôtel de ville

Emplacement et horaire

L'extérieur de la Galerie d’art de l’hôtel de ville

Hôtel de ville d'Ottawa, 110, avenue Laurier Ouest
613-580-2424 poste 28425 (ATS : 613-580-2401)
facebook.com/OttChag

Ouverte tous les jours de 9 h à 20 h, y compris les jours fériés.
Entrée gratuite pour participer aux expositions et aux événements.

Accessible en fauteuil roulant. Stationnement payant disponible.
STATIONNEMENT GRATUIT dans le garage de l’hôtel de ville les soirs de semaine après 18 h et les fins de semaine.

Profitez de votre visite à l’hôtel de ville pour venir voir la Galerie Karsh-Masson où sont exposées des œuvres d’art contemporain réalisées par des artistes professionnels.

Description

Cet espace de 1 600 pieds carrés est l’une des deux galeries d’art coordonnées par le Programme d’art public de la Ville d’Ottawa. Les expositions sont sélectionnées chaque année par un comité d’évaluation par les pairs. En savoir plus.

En exposition actuellement

Kaléidoscope : Ajouts 2018 à la Collection d’art de la Ville d’Ottawa

Du 6 décembre 2018 au 30 janvier 2019
Vernissage : le jeudi 13 décembre, de 17 h 30 à 19 h 30
Joignez-vous au maire Watson et à Annie Smith St-Georges, ainée de la Nation Algonquine Anishinabe, pour les mots d’ouverture, à 18 h.

Un exemple du genre de travail qui fera partie de l’exposition

Nadia Myre, Slit, 2017, épreuve numérique sur papier, 98 x 139 cm, 2018-0030

 An example of the kind of work included in this exhibition

Philip Rose, (Un)Stills, 2018, vidéo numérique, 52 mins, 2018-0041

Un exemple du genre de travail qui fera partie de l’exposition

Komi Seshie, L’Horizon, 2018, pigment sur toile, 113 x 90 cm, 2018-0045

An example of the kind of work included in this exhibition

Jim Logan, Life Goes On…, 1994, acrylique sur toile, 41 x 51 cm, 2018-0024

Kaléidoscope met l’accent sur les œuvres qui ont été ajoutées à la Collection d’art de la Ville d’Ottawa en 2018. À l’issue d’un processus d’évaluation par les pairs, cette collection s’enrichit chaque année de nouvelles œuvres grâce à des achats, des dons ou des commandes passées à des artistes. Cette année, la Ville a acheté 56 œuvres de 33 artistes différents, a reçu 11 œuvres à titre de don et a commandé 1 œuvre d’art public permanente destinée à un site particulier.

Le kaléidoscope symbolise les possibilités et les potentialités. Il défie quiconque d’adapter sa propre perspective lors de l’interprétation et de la réinterprétation de ce qui est perçu à chaque changement subtil de la lentille. Il nous encourage à élargir notre conscience tout en favorisant une perception visuelle active et engagée. L’éventail d’œuvres réunies dans cette exposition décrit des interprétations distinctes de thèmes communs, tels que l’identité et le lieu. Chaque œuvre est toutefois unique, produite au sein de circonstances singulières et complexes. Kaléidoscope représente et expose diverses optiques étonnantes et toute une richesse visuelle.

En 2018, le Programme d’art public de la Ville d’Ottawa a entrepris un projet pilote en réponse aux appels à l’action lancés par la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Un agent de liaison pour les Autochtones a été recruté pour travailler avec des artistes des communautés algonquines, métisses et inuites afin d’encourager les artistes autochtones à présenter davantage de demandes au Programme. La Collection d’art de la Ville d’Ottawa a alors observé une nette augmentation du nombre de demandes présentées par des artistes autochtones. D’ailleurs, 30 % des œuvres d’art achetées par la Ville en 2018 ont été produites par des Autochtones.

Les œuvres d’art de cette collection itinérante sont exposées dans plus de 170 lieux publics et édifices municipaux afin que les résidents et les visiteurs de la ville puissent les admirer et en profiter. Depuis plus de 30 ans, la Ville d’Ottawa et les diverses municipalités qu’elle regroupe aujourd’hui collectionnent diligemment des œuvres signées par des artistes professionnels. Ainsi, la Collection d’art de la Ville d’Ottawa réunit désormais plus de 2 800 œuvres réalisées par plus de 750 artistes. Les personnes qui participent à cette exposition ne représentent qu’une petite fraction d’une communauté d’artistes visuels beaucoup plus vaste qui englobe dans la région de multiples talents.

Liste des ajouts récents à la Collection d'art de la Ville d'Ottawa

Achats

Tiffany April, Untitled (Plant), 2017, acrylique et huile sur toile, 122 x 152 cm, 2018-0008

Shahla Bahrami, Censure IV, 2017, papier et papyrus, 33 x 44 cm, 2018-0009

Shahla Bahrami, Censure V, 2017, papier et papyrus, 33 x 44 cm, 2018-0010

Shahla Bahrami, Censure VI, 2017, papier et papyrus, 32 x 44 cm, 2018-0011

Shahla Bahrami, Censure VII, 2017, papier et papyrus, 33 x 44 cm, 2018-0012

Craig Commanda, The Weight, 2013, vidéo numérique, 4 min 02 sec, 2018-0013

Kristina Corre, Oceans Between Us, 2017, techniques mixtes sur papier, 41 x 51 cm, 2018-0014

Lynda Cronin, Blow, 2018, techniques mixtes sur papier, 53 x 76 cm, 2018-0015

Josée Desjardins, Les nouvelles alliances 9, 2015, techniques mixtes, 215 x 182 x 13 cm, 2018-0016

Sarah Fuller, Big Pine on the Highway on the Way to Temagami, 2018, épreuve numérique sur papier, 112 x 90 cm, 2018-0017 

Sarah Fuller, The Path, 2018, épreuve numérique sur papier, 112 x 90 cm, 2018-0018

David Kaarsemaker, EB Eddy Mill 6, 2017, huile et acrylique sur toile, 62 x 77 cm, 2018-0019

Claude Latour, Nishna and the Offering, 2018, épreuve numérique sur papier, 51 x 114 cm, 2018-0020

Claude Latour, Four Kings, 2018, épreuve numérique sur papier, 33 x 48 cm, 2018-0021

Jim Logan, The Letter, 1993, acrylique sur toile, 77 x 61 cm, 2018-0022

Jim Logan, Loneliness, 1993, acrylique sur toile, 76 x 61 cm, 2018-0023

Jim Logan, Life Goes On…, 1994, acrylique sur toile, 41 x 51 cm, 2018-0024

Drew Mosley, Catch and Release, 2017, acrylique sur toile, 102 x 192 cm, 2018-0025

Drew Mosley, Mosley Manor, 2017, acrylique sur toile, 91 x 122 cm, 2018-0026

Marie-Jeanne Musiol, Plant Cosmos no. 5 (Leaf), 2018, épreuve numérique sur papier, 84 x 64 cm, 2018-0027

Marie-Jeanne Musiol, Plant Cosmos no. 6 (Fern), 2018, épreuve numérique sur papier, 84 x 64 cm, 2018-0028

Mélanie Myers, Sans-titre (sapin-folder), 2014, crayon de couleur sur papier, 107 x 147 cm, 2018-0029

Nadia Myre, Slit, 2017, épreuve numérique sur papier, 98 x 139 cm, 2018-0030

Jay Odjick, Mushkiki, 2018, acrylique sur toile, 76 x 102, 2018-0031

Annie Pootoogook, Having Some Tea, 2006, crayon de couleur sur papier, 51 x 66 cm, 2018-0032

Annie Pootoogook, Composition (Listening to the Radio with Coffee), 2005, crayon de couleur sur papier, 76 x 105 cm, 2018-0033

Annie Pootoogook, Family Home, 2001, encre sur papier, 51 x 66 cm, 2018-0034

Barry Pottle, Culture Passed On, 2017, épreuve numérique sur papier, 40 x 50 cm, 2018-0035

Barry Pottle, Preparation, 2017, épreuve numérique sur papier, 40 x 50 cm, 2018-0036

Barry Pottle, Silverspoon I, 2017, épreuve numérique sur papier, 40 x 50 cm, 2018-0037

Barry Pottle, Silverspoon II, 2017, épreuve numérique sur papier, 40 x 50 cm, 2018-0038

Ramona Ramlochand, unfallen (boys), 2014, épreuve numérique sur papier, 76 x 114, 2018-0039

Leslie Reid, Resolute I (Cornwallis Island), 2015, huile et graphite sur toile, 83 x 128 cm, 2018-0040

Philip Rose, (Un)Stills, 2018, vidéo numérique, 52 mins, 2018-0041

Mana Rouholamini, zigzager le fleuve (to zigzag the river), 2018, épreuve numérique sur polypropylène, 50 x 233 cm, 2018-0042

Mana Rouholamini, adorer le flux (to adore the flux), 2018, épreuve numérique sur polypropylène, 50 x 233 cm, 2018-0043

Vera Saltzman, Lansdowne Park, 2012, photographie sur papier, 18 x 18 cm, 2018-0044

Komi Seshie, L’Horizon, 2018, pigment sur toile, 113 x 90 cm, 2018-0045

Meredith Snider, reused, 2018, techniques mixtes, 32 x 29 x 18 cm, 2018-0046

Meredith Snider, preserved, 2018, techniques mixtes, 28 x 10 x 20 cm, 2018-0047

Svetlana Swinimer, Life of an Actor, 2016, acrylique et huile sur toile, 132 x 170 cm, 2018-0048

Tafui, Shield, 2018, techniques mixtes sur bois, 61 x 51 cm, 2018-0049

Tafui, Fragile, 2018, techniques mixtes sur bois, 71 x 61 cm, 2018-0050

Katherine Takpannie, Why are you wearing that stupid man suit, 2016, épreuve numérique sur papier, 44 x 61cm, 2018-0051

Katherine Takpannie, Moments to reflect, I can take a few, 2017, épreuve numérique sur papier, 68 x 97 cm, 2018-0052

Katherine Takpannie, Pushing Through, 2016, digital print on, 68 x 97 cm, 2018-0053

John Tenasco, Armoured Figure, 2017, acrylique sur toile, 51 x 41 cm, 2018-0054

John Tenasco, Transforming Shaman, 2005, acrylique sur toile, 81 x 104 cm, 2018-0055

Anne Wanda Tessier, Building Blocks, 2018, linogravure sur papier, 120 x 90 cm, 2018-0056

Douglas Walker, A-545, 2009, huile sur papier, 111 x 81 cm, 2018-0057

Colin White, Yen Fung Ding, 2017, encre sur papier, 36 x 28 cm, 2018-0058

Colin White, Co Châm, 2017, encre sur papier, 36 x 28 cm, 2018-0059

Anna Williams, Leaden, 2017, plomb et bois, 10 x 25 x 20 cm, 2018-0060

Anna Williams, Leaden, 2017, plomb et bois, 10 x 25 x 20 cm, 2018-0061

Anna Williams, Leaden, 2017, plomb et bois, 10 x 25 x 20 cm, 2018-0062

Andrew Wright, Untitled Photographic Picture #5, 2015, épreuve numérique sur papier, 149 x 224 cm, 2018-0063

 

Membres du comité d’évaluation par les pairs dans le cadre du Programme d’achats directs de 2018

Heather Campbell, Neven Lochhead, Natasha Mazurka, Carl Stewart, Melanie Yugo

 

Dons

Tony Fouhse, Guy’s Mom, 2005, épreuve numérique sur papier, 38 x 38 cm, 2017-0072

Tony Fouhse, Murial, 2008, épreuve numérique sur papier, 70 x 56 cm, 2017-0073

Tony Fouhse, Rose, 2008, épreuve numérique sur papier, 64 x 43 cm, 2017-0074

IAMRURIK, untitled, 2005, techniques mixtes sur panneau, 122 x 122 cm, 2018-0002

En Masse, EM x Arboretum, 2014, techniques mixtes sur panneau, 51 x 173 cm, 2018-0003

Hayden Menzies, Dunderhead, 2008, techniques mixtes sur toile, 61 x 61 cm, 2018-0004

Theo Pelmus, Double Self Portrait, 2005, acrylique sur toile, 122 x 122 cm, 2018-0005

Tavi Weisz, Remember Yesterday, 2016, huile sur papier, 52 x 52 cm, 2018-0006

James Boyd, Rupture in Cosmic Egg, 1979, techniques mixtes sur papier, 99 x 67 cm, 2018-0064

Laurence Hyde, Mechano Time Machine, 1980, huile sur toile, 74 x 64 cm, 2018-0065

Bhat Boy, Updraught, 2017, acrylique sur panneau, 122 x 91 cm, 2018-0066

 

Commandes

Patinoire Sénateurs Jim Tubman Chevrolet

Christopher Griffin, Le long de la bande, 2018, acier inoxydable, 2018-0001, commandée pour le projet de Patinoire Canterbury – 2185 rue Arch

Expositions 2019

Nathalie Quagliotto – Safety Measures (Mesures de sécurité)

Du 7 février au 10 avril 2019
Vernissage : le jeudi 7 février, de 17 h 30 à 19 h 30
Causerie avec l’artiste (en anglais) : le dimanche 7 avril à 14 h

Un exemple du genre de travail qui fera partie de l’exposition.

Nathalie Quagliotto, Maturity Correlation, 2008, balançoires jumelles, 250 x 168 x 396 cm. Gracieuseté de l'artiste.

Un exemple du genre de travail qui fera partie de l’exposition

Nathalie Quagliotto, Urban Crib, 2014, chariots métalliques, 122 x 61 x 152 cm. Photo : Fratzel Descadres, Langage Plus, gracieuseté de l'artiste.

Extrait du catalogue

La pratique de Nathalie Quagliotto transforme les espaces de la galerie par l'entremise du jeu, autant physique qu'imaginaire. La façon dont nous percevons les relations par le biais du jeu est indissociable de ses cycles de tension et de résolution, de ses négociations du contact et de la distance, de la prudence et du risque. Nathalie Quagliotto isole ces tensions dans les objets – sucettes, panneaux d'avertissement, balançoires – et les déploie dans l'espace de la galerie. En utilisant de la peinture de couleur jaune sécurité, elle reflète, dédouble et fusionne des éléments, tout en nous mettant au défi de pousser et de tirer.

- Natalia Lebedinskaia

Biographie         

Nathalie Quagliotto est une artiste conceptuelle. Elle est titulaire d'un baccalauréat en beaux-arts de l'Université Concordia et d'une maîtrise en beaux-arts (sculpture) de l'Université de Waterloo. Elle a exposé à l'échelle nationale et internationale, notamment au Museum of Design Atlanta. Ses œuvres se retrouvent dans diverses collections partout en Amérique du Nord, notamment le Urban Institute for Contemporary Arts au Michigan et la Collection Majudia à Montréal. Elle a reçu des bourses du Conseil des arts de Toronto et de l'Ontario. Elle exposera prochainement à travers le Canada et aux États-Unis.

 

Gabriela Avila-Yiptong, Rachel Gray et Lea Hamilton – I Came Back and Things Were Different (À mon retour, les choses avaient changé)

Du 2 mai au 26 juin 2019
Vernissage : le jeudi 2 mai, de 17 h 30 à 19 h 30

Un exemple du genre de travail qui fera partie de l’exposition.

(de gauche à droite) Gabriela Avila-Yiptong, Tank #1 - Decomposition Phase I, 2018, verre, eau, argile et bois, 30 x 30 x 30 cm. Gracieuseté de l’artiste.

Rachel Gray, Alidade, 2018, fusain sur cloison sèche, dimensions variables. Gracieuseté de l’artiste.

Lea Hamilton, Studio Stills, 2017, ciment de gypse, dimensions variées. Gracieuseté de l’artiste.

 

À travers des dessins immersifs, des sculptures et des mondes miniatures encapsulés, cette exposition cherche à (re)créer des reflets de la nature au moyen de matériaux synthétiques et organiques que l’on retrouve en milieu urbain. En transposant la nature sauvage dans un environnement humain, ces œuvres définissent la nature comme étant le fruit de nos propres désirs. La nature, qui est en constante évolution, nous rappelle qu’aucun lieu n’est figé.

 

Annette Hegel et Deborah Margo – Le chant des abeilles

Du 18 juillet au 29 septembre 2019
Vernissage : le jeudi 18 juillet, de 17 h 30 à 19 h 30


Un exemple du genre de travail qui fera partie de l’exposition.

Annette Hegel et Deborah Margo, Le chant des abeilles (détail d’installation), 2018, fil métallique, tissu en fibre de verre, cire d’abeille, éclairage et sedum, dimensions variables. Gracieuseté des artistes.

Le chant des abeilles est un projet évolutif collectif des artistes Annette Hegel et Deborah Margo. Réunissant des éléments olfactifs, sonores, lumineux et tridimensionnels, ce projet est la représentation de l’élevage des bourdons. La taille variée des sculptures de l’installation, les variations du volume du son, les odeurs qui se dégagent, les jeux de lumière et la nature tactile des éléments végétaux font de cette œuvre une expérience immersive.

 

Gillian King, Helga Jakobson et Whitney Lewis-Smith – Terramatter (Matières de la terre)

Du 10 octobre 2018 au 3 décembre 2019
Vernissage : le jeudi 10 octobre, de 17 h 30 à 19 h 30

Un exemple du genre de travail qui fera partie de l’exposition.
      

(de gauche à droite) Helga Jakobson, Terramatter (vue de l’installation), 2018, Arduino, Raspberry Pi, haut-parleurs et plantes, dimensions variables. Gracieuseté de l’artiste.

Gillian King, Red Osier Armor (détail), 2018, milieu de cire froide, huile, pigments bruts et matériel végétal sur toile, 152 x 122 cm. Gracieuseté de l’artiste.

Whitney Lewis-Smith, Underbrush 2, 2016, photographie, 139  x 112 cm. Gracieuseté de l’artiste.

Helga Jakobson, Gillian King et Whitney Lewis-Smith s’inquiètent de l’état de l’environnement et de la destruction écologique. C’est pourquoi elles explorent les façons dont nous pouvons reprendre contact avec la nature et les autres êtres vivants par la sympoïèse, ou « en se liant au monde organique ». Les artistes construiront une installation interactive propre au site qui comprendra des peintures, des photos et du son. L’espace servira de laboratoire et de centre de recherche pour les nombreuses chambres de culture abritant des plantes.

 

Benjamin Rodger – Tu peux encore changer le monde

Du 12 décembre 2019 au 29 janvier 2020
Vernissage : le jeudi 12 décembre, de 17 h 30 à 19 h 30

Un exemple du genre de travail qui fera partie de l’exposition.

Benjamin Rodger, Ligne rouge, 2018, acrylique sur merisier, 122 x 91 cm. Gracieuseté de l'artiste.

Cette exposition a comme fil conducteur une résidence d’artistes à Leipzig, en Allemagne, à laquelle Benjamin Rodger a récemment participé. Les œuvres sont basées sur des croquis et des notes que l’artiste a fait ainsi que des expériences qu’il a vécu pendant la durée de cette résidence. Le titre fait référence à une discussion que l’artiste a eue avec un des assistants de Joseph Kosuth.

 

Membres du Comité d’évaluation par les pairs pour les expositions de 2019 : Lisa Creskey, Manon Labrosse, Barry Pottle

Examen de la conformité – Expositions 2019

Publié le 30 août 2018 à 16 h

Le processus d’examen de la conformité, d’une durée de 30 jours, est maintenant terminée. Le programme définitif des expositions à la Galerie Karsh-Masson et à la Galerie d’art de l’hôtel de ville pour la saison 2019 sera annoncé en ligne en novembre 2018. De plus amples renseignements sur le processus de consultation publique de 30 jours sont présentés dans le paragraphe 4.2 de la Politique d’art public. Merci de votre intérêt pour ce processus d’examen.

Appel de propositions : expositions de 2019

Galerie Karsh-Masson et de la Galerie d’art de l’hôtel de ville

Images de Galerie Karsh-Masson et de la Galerie d’art de l’hôtel de ville

(à gauche) Ben Globerman – Call to Prayer (Appel à la prière), Galerie d’art de l’hôtel de ville. Photo : Ville d’Ottawa
(à droite) Mana Rouholamini – … de patience, Galerie Karsh-Masson. Photo : David Barbour

Ce concours est maintenant terminé. L’appel de propositions : expositions de 2020 à la Galerie Karsh-Masson et à la Galerie d’art de l’hôtel de ville sera annoncé en mars 2019.

Une fois l’an, le Programme d’art public de la Ville d’Ottawa invite les artistes professionnels et les commissaires à proposer une exposition. Les propositions reçues sont soumises à un comité d’évaluation par les pairs, et celles retenues sont présentées, l’année suivante, à la Galerie Karsh-Masson ou à la Galerie d’art de l’hôtel de ville.

Description de la Galerie Karsh-Masson et de la Galerie d’art de l’hôtel de ville

Les expositions présentées à la Galerie Karsh-Masson et à la Galerie d’art de l’hôtel de ville mettent en vedette le travail d’artistes professionnels du domaine des arts visuels, des arts médiatiques et des métiers d’art. Ces galeries présentent des expositions en solo, en duo ou collectives, ainsi que des expositions préparées par des commissaires, des expositions du monde diplomatique et des expositions itinérantes d’autres institutions. Chaque année, ces galeries proposent des causeries d’artistes, des visites guidées et des groupes de discussion, ainsi qu’une exposition d’œuvres tirées de la Collection d’art de la Ville d’Ottawa et une autre présentant le travail d’un finissant de la maîtrise en arts visuels de l’Université d’Ottawa.

La Galerie Karsh-Masson et la Galerie d’art de l’hôtel de ville sont situées au rez-de-chaussée de l’hôtel de ville d’Ottawa, au 110, avenue Laurier Ouest. Elles sont ouvertes tous les jours de 9 h à 20 h, et l’entrée est gratuite.

Une galerie publique est une tribune pour l’exploration d’idées diverses. La Ville d’Ottawa expose des œuvres d’art de toutes formes qui peuvent revêtir de l’intérêt et de l’importance pour la collectivité, qui sont des véhicules d’identité et qui sont représentatives des tendances artistiques actuelles. Présentées dans l’espace public, elles nous permettent d’appréhender, de comprendre et d’interpréter le passé et le présent.

Plans d’étage des galeries

Admissibilité

  • Les artistes visuels et les commissaires d’exposition professionnels, qu’ils soient en début ou en milieu de carrière ou reconnus, qui œuvrent dans les arts visuels, les arts médiatiques, les métiers d’art, le design ou d’autres nouvelles formes d’art. Un artiste professionnel a suivi une formation spécialisée dans son domaine artistique (pas nécessairement dans un établissement d’enseignement), est reconnu par ses pairs comme un artiste professionnel, est dévoué à ses activités artistiques et a déjà exposé ses œuvres.
  • Les personnes ayant déjà exposé leurs œuvres à la Galerie Karsh-Masson ou à la Galerie d’art de l’hôtel de ville dans les deux dernières années ne sont pas admissibles. Il en va de même pour les employés et les représentants élus de la Ville d’Ottawa.

La Ville d’Ottawa appuie les activités culturelles qui sont représentatives de la diversité d’Ottawa sur le plan de l’ascendance, des capacités, de l’âge, du pays d’origine, de la culture, du genre, du revenu, de la langue, de la race et de l’orientation sexuelle. La Ville d’Ottawa reconnaît la nation algonquine Anishinabe comme nation autochtone hôte d’Ottawa. La Ville d’Ottawa s’engage à appuyer les activités culturelles qui répondent aux appels à l’action du rapport de la Commission de vérité et réconciliation. Les propositions d’artistes et de commissaires d’exposition d’origines diverses sont les bienvenues. Nous encourageons notamment les Inuits, les Métis et les membres des Premières Nations à participer. La Ville d’Ottawa accorde les mêmes droits, statuts et privilèges aux deux groupes de langues officielles.

Procédure et critères d’évaluation

Les propositions admissibles sont toutes évaluées par un comité d’évaluation par les pairs en fonction des critères suivants :

  • valeur artistique et professionnalisme;
  • originalité et importance de l’exposition sur le plan régional;
  • qualité et cohérence de l’échantillon d’œuvres et du texte de la proposition;
  • pertinence de la proposition par rapport à la nature publique des galeries.

Les membres du comité d’évaluation par les pairs évaluent d’abord les propositions admissibles individuellement, puis le comité se réunit pour en discuter. La composition de chaque comité vise un équilibre entre les divers styles, spécialisations, pratiques et philosophies artistiques, ainsi qu’une représentation équitable des langues officielles, des genres, des secteurs géographiques et des communautés culturelles. Les membres sont choisis en fonction de leurs connaissances et de leur expérience, de l’équité de leurs opinions et de leur objectivité, de leur capacité à exprimer des idées et de leur aptitude à travailler en équipe. Les membres du comité changent à chaque appel de propositions. C’est le personnel de la Ville qui choisit les membres du comité. Si vous souhaitez faire partie d’un comité d’évaluation par les pairs, veuillez envoyer un courriel à programmedartpublic@ottawa.ca.

Honoraires

Des honoraires d’exposition seront versés aux exposants en fonction de la grille tarifaire 2019 du CARFAC. Les commissaires d’exposition recevront les honoraires applicables.

Le Programme d’art public de la Ville d’Ottawa ne rembourse pas les frais de déplacement, de transport des œuvres et d’hébergement, et n’accorde pas d’indemnités journalières.

Examen de la conformité 

Après ses délibérations, le comité d’évaluation par les pairs annoncera les expositions retenues à ottawa.ca. Les résidents auront ensuite 30 jours pour communiquer tout commentaire quant au non-respect par le comité des critères et des procédures publiés.

Coordonnées

La Galerie Karsh-Masson et la Galerie d’art de l’hôtel de ville sont gérées par le Programme d’art public de la Ville d’Ottawa. Pour toute question ou demande d’aide, veuillez écrire à l’adresse programmedartpublic@ottawa.ca ou téléphoner au 613‑244‑6852.

Pour recevoir des courriels sur les expositions ayant lieu à les galeries, la programmation et les appels de propositions, envoyez un courriel à programmedartpublic@ottawa.ca et indiquez « abonnement – expositions » dans la ligne de mention objet.

Expositions 2018

Cheryl Pagurek – Fragile

Du 11 octobre au 27 novembre 2018
Vernissage : le jeudi 11 octobre, de 17 h 30 à 19 h 30
Période de questions-réponses avec l’artiste (en anglais) : le dimanche 18 novembre à 14 h

Un exemple du genre de travail qui fera partie de l’exposition

Cheryl Pagurek, Red and Gold Tea Cup / Charlottesville, 2018, épreuve numérique, 61 x 91.5 cm. Gracieuseté de l’artiste et Patrick Mikhail Gallery.

Un exemple du genre de travail qui fera partie de l’exposition

Cheryl Pagurek, Green tea cup: collectivities (plan fixe), 2017, vidéo haute définition avec son stéréo, 6 min 28 sec. Gracieuseté de l’artiste et Patrick Mikhail Gallery.

Les vidéos et les photographies de la série Tea Cups explorent la précarité du monde contemporain. Projections d’images de l’actualité internationale dans de délicates tasses à thé antiques, ces œuvres, par lesquelles les événements internationaux nous touchent de plus près, évoquent la fragilité humaine, l’éclatement des notions ténues de paix et de démocratie sociale, ainsi que la vulnérabilité de la Terre elle-même aux catastrophes naturelles.

Extrait du catalogue

La magie du travail de Cheryl Pagurek tient en ceci : elle s’implique, affronte, va au cœur du problème ; et dans le même temps s’écarte comme un peintre de sa toile le pinceau à la main. C’est à ce va-et-vient qu’elle nous invite. Dans ce mouvement, logent la pensée et la colère, cette énergie qui peut faire de chacun de nous des fabricants de passeports.

- Marc Mercier

Biographie

Depuis l’obtention de sa maîtrise en arts visuels de l’Université Victoria, Cheryl Pagurek a maintes fois exposé ses œuvres dans des galeries ou à l’occasion d’événements d’art public et de festivals de films ou de vidéos, y compris à la MSVU Art Gallery, à la galerie Patrick Mikhail, dans le cadre du Mois de la Photo à Montréal, à la VU Photo, à la Gallery 44, à la Carleton University Art Gallery, à la Galerie d’art d’Ottawa ainsi qu’à l’occasion de projections au Canada, en France, au Brésil, en Colombie, au Maroc, en Égypte et aux États-Unis. En 2011, elle a installé une présentation vidéo permanente commandée dans une station de transport en commun d’Ottawa. Ses œuvres, qui ont fait l’objet de critiques dans des publications canadiennes, américaines et britanniques, se retrouvent dans de nombreuses collections publiques et privées.

Cheryl Pagurek tient à remercier la Ville d’Ottawa et le Conseil des arts de l’Ontario pour leur soutien financier.

Logo de le Conseil des arts de l’Ontario

 

Pierre Richardson - What's Big and Small at the Same Time? (Qu’est-ce qui est à la fois gros et petit?)

Candidat(e) à la maîtrise en beaux-arts de l’Université d’Ottawa – Exposition de thèse

Du 16 août au 23 septembre 2018

Afin de complémenter son programme régulier, la Galerie d’art de l’hôtel de ville est heureuse de s’associer au Département d’arts visuels de l’Université d’Ottawa afin d’offrir un précieux mentorat et une occasion de perfectionnement professionnel.

Un exemple du genre de travail qui fera partie de l’exposition.

Pierre Richardson, Between Cats and Dogs, 2018, installation, dimensions variables. Gracieuseté de l’artiste.

Un exemple du genre de travail qui fera partie de l’exposition.

Pierre Richardson, Between Cats and Dogs, 2018, installation, dimensions variables. Gracieuseté de l’artiste.

Les créations présentées dans cet espace constituent une installation d'improvisation évolutionnaire à grande échelle qui explore le récit, les traumatismes ainsi que la santé mentale. Les divers médiums créent un immense espace que les spectateurs peuvent explorer afin de découvrir les liens entre divers exemples de traits d'esprit, d'humour noir, de photographies, de toiles, de griffonnages et de vidéos. L'oeuvre de M. Richardson s'efforce de capturer le sentiment expérientiel de son existence quotidienne faite de conflits et de luttes. La disposition des toiles est quelque peu architecturale. Elles ont une structure, mais qui donne l'impression qu'elle pourrait s'effondrer à tout moment. Les thèmes de la guerre, de l'obscurité et du désespoir ne sont pas présentés sous un jour négatif, mais comme moyens de privilégier la croissance.

-Extrait de la déclaration de l’artiste 

Artiste multidisciplinaire d'Ottawa, Pierre Richardson détient un baccalauréat en beaux-arts (2016) et prépare actuellement sa maîtrise en beaux-arts (2018) à l'Université d'Ottawa. Aux prises avec des problèmes de santé mentale, il explore les recoins obscurs de l'esprit. Il recherche également un récit là où l'on n’en perçoit aucun, comme moyen de communication avec le subconscient et les spectateurs de ses oeuvres. 

 

Anna Eyler et Nicolas Lapointe – void loop()

Du 31 mai au 8 août 2018
Vernissage :
le jeudi 31 mai, de 17 h 30 à 19 h 30
Causerie avec les artistes (en anglais) : le dimanche 22 juillet à 14 h

Un exemple d’une œuvre d’art conçue par Anna Eyler

Anna Eyler, PAN/PAN (plan fixe), vidéo multi-canaux, 4 min 23 s. Gracieuseté de l’artiste.

Un exemple d’une œuvre d’art conçue par Andrew OoiNicolas Lapointe

Nicolas Lapointe, Regard des mages (détail), 2017, aluminium, Plexiglas et composants électroniques, 150 x 220 x 365 cm. Gracieuseté de l’artiste.

Extrait du catalogue

Exploration d’oasis étrangement définis dans l’univers virtuel, commentaire sur la nature spéculative des écrans, et exploitation de la capacité de la technologie à susciter la crédulité, void loop() est une méditation contemporaine sur la spiritualité, chargée de mises en garde sur la précarité de notre époque. Si ces œuvres représentent seulement une petite partie de l’exploration plus large d’Eyler et de Lapointe dans les enchevêtrements de la technologie, de la transcendance et des phénomènes occultes, elles illustrent notre besoin de complétude et de sens face au vide immatériel, des vastes étendues de l’empyrée jusqu’au vide d’un moniteur.

- Laura Demers

Biographies

Anna Eyler est titulaire d’un baccalauréat en études religieuses et histoire de l’art de l’Université Carleton (2010) et d’un baccalauréat en beaux-arts de l’Université d’Ottawa (2015). Parmi ses distinctions récentes, mentionnons l’Artengine New Media Award (2015), le Spark Box Residency Award (2016) et une bourse du Programme de bourses d’études supérieures du Canada Joseph-Armand-Bombardier (2017). Son travail a été présenté à FILE – Electronic Language International Festival, à São Paulo, au Brésil (2017). Eyler est candidate à la maîtrise en beaux-arts à l’Université Concordia, où elle se spécialise en sculpture.

Nicolas Lapointe est un artiste multidisciplinaire établi à Montréal, au Québec. Il est titulaire d’un diplôme d’études collégiales en arts visuels du Cégep de l’Outaouais (2010) et d’un baccalauréat en beaux-arts de l’Université d’Ottawa (2015). Lapointe a reçu plusieurs distinctions, dont la bourse Dale and Nick Tedeschi Studio Arts Fellowship. Il est candidat à la maîtrise en beaux-arts à l’Université Concordia, où il se spécialise en sculpture.

 

Jordan Seal – Wealth of the Eternal Garden (La richesse du jardin éternel)

Du 22 mars au 23 mai 2018
Vernissage :
le jeudi 26 avril, de 17 h 30 à 19 h 30
Ouverture commune avec la Galerie Karsh-Masson.
Causerie avec l’artiste (en anglais) : le dimanche 25 mars à 14 h

Un exemple d’une œuvre d’art conçue par Jordan Seal

Jordan Seal, Helone Yahbixellis, 2017, acrylique, alcool éthylique, aquarelle, cire, bâton à l’huile et pastel à l’huile sur papier, 46 x 61 cm. Gracieuseté de l’artiste.

Un exemple d’une œuvre d’art conçue par Jordan Seal

Jordan Seal, Aycha Nurilo, 2018, aquarelle sur papier, 43 x 30 cm. Gracieuseté de l’artiste.

Extrait de la déclaration de l’artiste

Je veux créer un jardin pour vous. Il est envahi par la végétation, vivant et grouillant de plantes et d’insectes. La faune et la flore d’un monde secret, un univers intangible. Je souhaite exprimer les principes du divin grâce à une pléthore d’abstractions organiques. Je m’efforce de construire des créations reposant à l’extérieur de notre univers tout en y étant parallèles. La nature renaît dans l’isolement. Je fuis les mesures, les croquis, les références et la géométrie stricte. Je dénonce la vulgarité brutale de la ligne droite et du carré. Je pars de rien et je construis frénétiquement. Je me fais le champion de la courbe, je cède aux textures sensuelles. Je crois en la beauté et en la pureté esthétique.

Biographie

Jordan Seal a grandi à Ottawa, où il a d’ailleurs passé la majeure partie de sa vie. Il se souvient très bien d’avoir dessiné dès le plus jeune âge. L’art lui a permis de conserver et de nourrir le sens de l’émerveillement et la jubilation créative qu’il éprouvait, enfant. Aux arts visuels, il ajoute la poésie, l’écriture, la musique, la danse et le spectacle. Il fut un temps où il organisait lui-même ses expositions et spectacles. L’autonomie est son credo. Il croit aussi à l’échange œuvre d’art contre don. Diplômé de l’École d’art d’Ottawa, où il s’est senti accepté et membre à part entière d’une communauté, Jordan est cofondateur d’Art of the Uncarved Block, une étiquette qui plaît aux amateurs et créateurs de musique punk et indie et aux électrons libres. Une grande part de sa production artistique est associée à la scène musicale. Pour Jordan Seal, l’art est une activité spirituelle et culturelle qui enrichit la société. Il existe un royaume étrange et brillant et il s’emploie à s’en rapprocher.

 

Ben Globerman – Call to Prayer (Appel à la prière)

Du 17 janvier au 14 mars 2018
Vernissage : le jeudi 8 février, de 17 h 30 à 19 h 30
Présentation musicale et période de questions (en anglais) : le dimanche 18 février, de 14 h à 14 h 45

installation d’un dispositif audio à trois haut-parleurs

Ben Globerman, Call to Prayer (vue de l’installation), 2017, installation d’un dispositif audio à trois haut-parleurs, 28:00 minutes. Photo : Lisa Palladini, gracieuseté de l'artiste.

installation d’un dispositif audio à trois haut-parleurs

Ben Globerman, Call to Prayer (vue de l’installation), 2017, installation d’un dispositif audio à trois haut-parleurs, 28:00 minutes. Photo : Lisa Palladini, gracieuseté de l'artiste.

Extrait du catalogue

« Tous les chemins mènent à une maison unique

d’une seule graine jaillissent mille épis de maïs. »

-Rûmî

Selon le mystique et poète persan du 13e siècle Rûmî, c’est par l’unité qu’on accède à la pluralité : différents chemins mènent à la même destination. L’objectif de Call to Prayer (Appel à la prière) est d’explorer ces différents chemins et d’en montrer l’unité par la musique. Call to Prayer est une installation sonore immersive qui puise dans les traditions musicales juive, chrétienne et musulmane. Les voix de trois vocalistes locaux (en ordre d’apparence : Daniel Benlolo, Terri-Lynn Mitchell et Mona Bahumaid), qui se font d’abord entendre distinctement, s’emmêlent graduellement, formant un tissu tonal qui tire son harmonie de ses différences.

Biographie

Ben Globerman est un musicien, concepteur sonore et artiste multimédia établi à Ottawa. Il a obtenu à l’Université Carleton un baccalauréat en études religieuses et une maîtrise ès arts en études européennes, dans le cadre de laquelle il s’est spécialisé dans la question de la migration. Il est également diplômé de la Red Bull Music Academy de New York. Il s’intéresse particulièrement à la traduction sonore d’idées conceptuelles. Ben Globerman a composé de la musique pour des films, des pièces de théâtre et des installations artistiques. Il a réalisé des projets dans différents contextes, comme la santé, la mode et les services publics. Sous le pseudonyme Cabaal, il s’est produit partout en Amérique du Nord et a fait paraître quatre albums. Ses installations explorent les thèmes du pluralisme religieux, les technologies ultra-émergentes et les vertus thérapeutiques du son.

Ben Globerman tient à remercier la Ville d’Ottawa et le Conseil des arts de l’Ontario de leur appui.

Expositions 2017

Longévité : Ajouts 2017 à la Collection d’art de la Ville d’Ottawa

Du 16 novembre 2017 au 7 janvier 2018
Vernissage :
le jeudi 16 novembre de 17 h 30 à 19 h 30

Donald Kwan, Longevity, 2016, techniques mixtes, 76.2 x 55.9 cm, 2017-0023

Jim Logan, Home, 2017, acrylique sur toile, 76.2 x 101.6 cm, 2017-0025

Katy Lopez, Asylum denied, 2016, épreuve numérique sur papier, 50.8 x 76.2 cm, 2017-0027

Natasha Doyon, Living Room, 2013, huile sur toile, 198 x 137 cm, 2017-0012

Dale Dunning, Gyptian 2/7, 2016, acier, 100 x 68 x 23 cm, 2017-0013

Lynda Cronin, Tempus, 2017, aluminium enduit de poudre, 2017-0069, commandée pour Parc-o-bus Innovation – 1321-3043 Innovation Drive, 2017-0069

Intitulée Longévité, cette exposition est fidèle à l’esprit de la Collection, en rappelant essentiellement les intentions qui sous‑tendent les activités menées pour la constituer, à savoir l’acquisition, la documentation, la présentation, la préservation et la conservation. Les œuvres de la Collection d’art de la Ville d’Ottawa constituent d’édifiants documents qui définissent le paysage culturel de notre région et qui sont préservés pour l’épanouissement des générations à venir. Elles jalonnent une histoire ponctuée de faits précis, s’offrent à la contemplation au quotidien et évoquent les notions immatérielles d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

Cette exposition met en lumière 75 nouvelles œuvres venues rehausser la Collection d’art de la Ville d’Ottawa en 2017. Chaque année, cette collection s’enrichit de nouvelles œuvres à l’issue d’un processus d’évaluation par les pairs, grâce à des achats, à des dons ou à des commandes passées à des artistes. Cette année, nous avons acheté 64 œuvres de 44 artistes, reçu en don six œuvres et commandé cinq œuvres publiques permanentes destinées à certains sites.

Les œuvres intégrées dans la Collection d’art de la Ville d’Ottawa sont exposées dans des lieux publics et des édifices municipaux à l’intention des résidents et des visiteurs. Depuis plus de 30 ans, la Ville d’Ottawa et les municipalités d’avant la fusion qui la composent collectionnent assidûment les œuvres signées par des artistes professionnels. C’est pourquoi la Collection réunit désormais plus de 2 700 œuvres d’art réalisées par plus de 750 artistes. Les artistes qui participent à cette exposition ne représentent, dans le domaine des arts visuels, qu’une modeste partie d’une collectivité beaucoup plus vaste, qui témoigne de la multitude de talents artistiques de la région.

Liste des ajouts récents à la Collection d'art de la Ville d'Ottawa

Acquisitions

Fiona Annis, Double Moon Crossing, 2016, photographie sur papier, 75 x 75 cm, 2017-0005

Glenn Bloodworth, Former Gibbs Gas, 2015, épreuve numérique sur papier, 28.6 x 48.3 cm, 2017-0006

Glenn Bloodworth, Former "Blue" Motel, 2015, épreuve numérique sur papier, 28.6 x 48.3 cm, 2017-0007

Glenn Bloodworth, Former Scott Gas Station and Variety Store, 2015, épreuve numérique sur papier, 28.6 x 48.3 cm, 2017-0008

Glenn Bloodworth, Former Hubcap Place – The Kaladar Motel, 2015, épreuve numérique sur papier, 28.6 x 48.3 cm, 2017-0009

Marianne Burlew, Skin (Living Room), 2012, épreuve numérique sur papier, 45.7 x 30.5 cm, 2017-0010

Tim desClouds, Destiny Emerges from Distant Waters, 2017, techniques mixtes, 150 x 130 x 20 cm, 2017-0011

Natasha Doyon, Living Room, 2013, huile sur toile, 198 x 137 cm, 2017-0012

Dale Dunning, Gyptian 2/7, 2016, acier, 100 x 68 x 23 cm, 2017-0013

Rosalie Favell, Facing the Camera: Jim Logan, Ottawa, ON, 2009, 2009, épreuve numérique sur papier, 55 x 43 cm, 2017-0014

Tony Fouhse, End of the Line, 2017, épreuve numérique sur papier, 57.2 x 68.6 cm, 2017-0015

Tony Fouhse, Surveillance Cameras, 2017, épreuve numérique sur papier, 57.2 x 68.6 cm, 2017-0016

Sarah Fuller, Boulder (Shore No.1), 2016, épreuve numérique sur papier, 76.2 x 76.2 cm, 2017-0017

Diane Hiscox, Lees Avenue May 25, 2016, 2016, huile sur toile, 46 x 61 cm, 2017-0018

David Kaarsemaker, The Negative in the Image, 3, 2017, huile sur toile, 91.4 x 122 cm, 2017-0019

Gayle Kells, Botanical Lure, 2014, encre sur papier, 145 x 106 cm, 2017-0020

Gillian King, Tuff, 2017, milieu de cire froide, l'huile, du charbon en poudre et pigments bruts sur toile, 152 x 122 cm, 2017-0021

Mark Knowles, Secret Meeting, 2015, acrylique, peinture au latex et la peinture en aérosol sur bois, 91.5 x 122 cm, 2017-0022

Donald Kwan, Longevity, 2016, techniques mixtes, 76.2 x 55.9 cm, 2017-0023

Natalia Laluq, Lebreton Flats, The Pump House, Ottawa, December 21, 2016, 2016, huile sur toile, 67 x 78 cm, 2017-0024

Jim Logan, Home, 2017, acrylique sur toile, 76.2 x 101.6 cm, 2017-0025

Katy Lopez, Please do not tell me who I am, 2015, épreuve numérique sur papier, 50.8 x 76.2 cm, 2017-0026                                     

Katy Lopez, Asylum denied, 2016, épreuve numérique sur papier, 50.8 x 76.2 cm, 2017-0027

Ramses Madina, Casemate Type 655, 2017, épreuve numérique sur papier, 102 x 127 cm, 2017-0028

Ramses Madina, Casemate VF2a Schnabelstand, 2017, épreuve numérique sur papier, 102 x 127 cm, 2017-0029

Blazej Marczak, Snowdrift, Lewis Street, 2017, épreuve numérique sur papier, 61 x 91 cm, 2017-0030

Maryse Maynard, Wild & Precious, 2012, techniques mixtes, 43 x 84 x 7 cm, 2017-0031

Kelsey McGruer, Motif of a Mother, 2016, épreuve numérique sur papier, 116.8 x 82.5 cm, 2017-0032

Andrew Morrow, Canadian Pastille, 2017, huile sur papier, 22 x 28 cm, 2017-0033

Andrew Morrow, Baths There, 2017, huile sur papier, 28 x 22 cm, 2017-0034

Colin Muir Dorward, Talking About What To Do Tonight, 2013, aquarelle sur papier, 76 x 55 cm, 2017-0035

Mélanie Myers, Sous-sol bulle, 2016, graphite sur papier, 94 x 104 cm, 2017-0036

Mélanie Myers, Sous-sol bulle, 2016, crayon de couleur sur papier, 58 x 66 cm, 2017-0037

Mélanie Myers, Sous-sol bulle, 2016, crayon de couleur sur papier, 60 x 71 cm, 2017-0038

Cheryl Pagurek, Navy Tea Cup / Crimea, 2016, épreuve numérique sur papier, 43.4 x 65 cm, 2017-0039

Lise Presseault, School Lane (#3760), 2017, épreuve numérique sur papier, 104 x 76.2 cm, 2017-0040

Lise Presseault, Woodbine Lane (#5229), 2017, épreuve numérique sur papier, 104 x 76.2 cm, 2017-0041

Lise Presseault, School Lane (#4964), 2017, épreuve numérique sur papier, 104 x 76.2 cm, 2017-0042

Lise Presseault, Avon Lane (#0714), 2017, épreuve numérique sur papier, 104 x 76.2 cm, 2017-0043

Lise Presseault, Woodbine Lane (#5846), 2017, épreuve numérique sur papier, 104 x 76.2 cm, 2017-0044

Lise Presseault, Avon Lane (#0621), 2017, épreuve numérique sur papier, 104 x 76.2 cm, 2017-0045

Komi Seshie, La Sensation d’Hiver, 2016, vidéo, 4 min 5 sec, 2017-0046

Daniel Sharp, Homo bulla (Just like my father), 2017, huile sur panneau de bois, 84.3 x 90.5 cm, 2017-0047

Daniel Sharp, Snowdrift, 2017, techniques mixtes sur panneau de bois, 90 x 121.1 cm, 2017-0048

Zelia Soares, Simultaneous Patterns, 2017, épreuve à jet d'encre sur papier, 91.4 x 91.4 cm, 2017-0049

Zelia Soares, In Stripes, 2012, épreuve à jet d'encre sur papier, 72.4 x 73.7 cm, 2017-0050

Cindy Stelmackowich, Canticle Tear Duct, 2015, perles de verre sur papier et papier marbré, 73.6 x 58.4 cm, 2017-0051

Carl Stewart, Springwell Suite (196 Metcalfe Street), 2005, techniques mixtes, 46 x 46 cm, 2017-0052

Sanjay Sundram, You are richer than you think, 2016, aquarelle sur papier, 76 x 56 cm, 2017-0053

Norman Takeuchi, Tall Falls, 2016, acrylique sur toile, 101.6 x 81.3 cm, 2017-0054

Laura Taler, Brush Dust Against the Wind no.1923 (blur), 2017, épreuve numérique sur vinyl, 183 x 223.5 cm, 2017-0055

Amy Thompson, Bryce Canyon, 2016, feuille de métal sur papier, 29 x 36 cm, 2017-0056

Amy Thompson, Monument Valley, 2016, feuille de métal sur papier, 29 x 36 cm, 2017-0057

Amy Thompson, Death Valley, 2016, feuille de métal sur papier, 29 x 36 cm, 2017-0058

Amy Thompson, Apache Trail, 2016, feuille de métal sur papier, 29 x 36 cm, 2017-0059

Guillermo Trejo, Grey Composition, 2015, laine, 198 x 127 cm, 2017-0060

Zoltan Veevaete, Computer Brain II, 2016, huile sur toile de lin, 51 x 40 cm, 2017-0061

Justin Wonnacott, Photograph of “The Hunt” (detail) by Christopher Keene 1986, 2017, épreuve numérique sur papier, 61 x 51 cm, 2017-0062

Shirley Yik, Athrop-o-scene 5, 2016, encre sur papier, 107 x 244 cm, 2017-0063

Jinny Yu, Black Matter, 2014, encre sur aluminium, 152 x 122 cm, 2017-0064

 

Membres du comité d’évaluation par les pairs dans le cadre du Programme d’achats directs de 2017

Victoria Henry, Nneka Nnagbo, Andrew Smith, Meredith Snider, Eric Walker

 

Dons

Peter Hoffer, untitled, 2007, techniques mixtes sur panneau, 61 x 122 cm, 2017-0001, don anonyme (2016)

Peter Hoffer, untitled, 2007, techniques mixtes sur panneau, 30.5 x 152.4 cm, 2017-0002, don anonyme (2016)

Malak Karsh, Man’s Creation Outdone by Nature, 1949, photographie sur papier, 49 x 38.5 cm, 2017-0003, don anonyme (2016)     

François Proulx, Pas de dieux, 1981, photographie sur papier, 58.4 x 40 cm, 2017-0004, don anonyme (2016)

Bhat Boy, Fall Flea Market at the Glebe Community Centre, 1992, acrylique sur toile, 63.5 x 83.4 cm, 2017-0070, de Richard et Mary Ellen James en mémoire de Tom et Bea Mascaro (2017)

Gwen Dawson, Ship Shape, 1973, gravure sur papier, 53.4 x 63.5 cm, 2017-0071, don de Melba Cuddy (2017)

Commandes

Jonathon Anderson et Dave Kemp, Flux + Reflux, 2017, acier, 2017-0066, commandée pour le projet de vestiaire et de bassin à la piscine Crestview – 56, rue Fieldrow

Amy Thompson, Almanach, 2017, aluminium enduit de poudre et acier inoxydable, 2017-0065, commandée pour le projet d’agrandissement du Centre récréatif François-Dupuis – 2263, boulevard Portobello

Adrian Göllner et Joanna Swim, chandelier Winston, 2017, aluminium enduit de poudre, 2017-0067, commandée pour l’aménagement de l’esplanade de la place Winston – 399, avenue Winston

Lynda Cronin, Tempus, 2017, aluminium enduit de poudre, 2017-0069, commandée pour Parc-o-bus Innovation – 1321-3043, promenade Innovation

Stuart Kinmond, Main2, 2017, fritte céramique sur verre, aluminium, acier et béton, 2017-0068, commandée pour le projet de réfection de la rue Main – 223, rue M

Expositions 2014 - 2017

De janvier 2014 à septembre 2017, la Galerie d’art d’Ottawa (GAO) présentait ses expositions à la Galerie d’art de l’hôtel de ville en tant d’annexe de la GAO.

Expositions 2013

Du 29 novembre 2013 au 12 janvier 2014
David Barbour - Home (Chez moi)

Découvrez la quiétude d'un paysage urbain hivernal au fil de ces photographies panoramiques des nuits d'Ottawa, en noir et blanc, que David Barbour a prises à l'aide d'un appareil grand format, à distance de marche d'où il vit. 

Du 11 octobre au 17 novembre 2013
Raymond Aubin - Au jour le jour

Raymond Aubin a endossé le rôle de cyberflâneur en observant pendant un an le flot quotidien des passants d'un trottoir de Times Square à partir d'une caméra web publique en continu. Il a réalisé des milliers d'arrêts sur image marqués des artéfacts de la compression numérique. Il propose des modes d'exposition de la photographie qui s'étendent dans l'espace. 

Du 30 août au 29 septembre 2013
Nouveaux ajouts 2012 à la collection d'oeuvres d'art de la Ville d'Ottawa

Mettant en vedette nombre de ces œuvres récemment acquises, y compris les commandes propres à un emplacement et les dons d'importance, cette exposition est à ne pas manquer! Une fois l'exposition terminée, les œuvres seront installées dans les édifices municipaux dans tous les quartiers d'Ottawa. 

Du 14 juin au 28 juillet 2013
Karina Bergmans - Ligaments and Ligatures (Ligaments et ligatures)

L'exposition Ligaments and Ligatures (Ligaments et ligatures) unit quant à elle des sculptures d'organes textiles et des mots associés à des maladies courantes. La gravité du sujet et la tangibilité des matières induisent une tension certaine. 

Du 26 avril au 2 juin 2013
Charles Stankievech - The Soniferous Æther of The Land Beyond The Land Beyond (L'éther sonifère des terres au-delà des terres au-delà)

Présentée par la Ville d'Ottawa et le Centre national des Arts en collaboration avec SAW Video et la Galerie d'art d'Ottawa, cette exposition montre un film tourné autour de l'établissement le plus septentrional de la Terre : la Station des Forces canadiennes ALERT, au Nunavut. 

Du 8 février au 7 avril 2013
Lorraine Gilbert & Christopher Varady-Szabo - Arbor Vitae

Animés par un intérêt commun pour la vie des arbres et leur rôle essentiel dans l'acheminement des flux d'énergie visible ou cachée, Lorraine Gilbert et Christopher Varady-Szabo présentent le fruit de leur collaboration : des photos d'arbres et des plaques photographiques au dessin inspiré d'arbres qui habitent la galerie, voire dialoguent, parfois, dans un même espace pictural.

Expositions 2012

Du 30 novembre 2012 au 20 janvier 2013
Véronique Chagnon-Côté - La capture
Le jardin est un lieu clos, un aménagement, une structure où l'homme a choisi d'organiser la nature. Il s'agit d'un espace naturel créé de toutes pièces, construit et façonné par l'humanité pour capturer le paysage. 

Du 21 septembre au 18 novembre 2012
Pedro Isztin - The River (La rivière)

L'œuvre photographique de Pedro Isztin dévoile des moments de beauté naturelle sacrée dans une approche multiple, avec sensibilité et profondeur. L'un de ses projets les plus récents (2004-2011), The River (La rivière), présente des scènes de la rivière des Outaouais entre Ottawa, Aylmer et Hull. 

Du 13 juillet au 9 septembre 2012
Près de chez soi : Nouveaux ajouts à la collection d'œuvres d'art de la Ville d'Ottawa

Cette exposition présente des œuvres acquises en 2011 par la collection d'œuvres d'art de la Ville d'Ottawa par le biais de commandes, de dons et d'acquisitions. 

Du 11 mai au 1er juillet 2012
SAW Video - Tape Heads: Video Art & Technology in the 1980s (Têtes mixtes : l'art et la technologie vidéo dans les années 1980)

Cette exposition historique, marquant le 30e anniversaire de SAW Video (1981-2011), mettra l'accent sur les balbutiements de l'art vidéo à Ottawa. 

Du 16 mars au 29 avril 2012
Jonathan Hobin - Little Lady / Little Man (Petite femme / petit homme)

Cette exposition de photographies offre une réflexion sur le décès d'un couple par le biais de photographies anciennes et de portraits de lits de mort grandeur réelle, avec en toile sonore une berceuse. 

Du 20 janvier au 4 mars 2012
Donna Legault - Cymatic Imprints (Empreintes de cymatique)
Rendant visible le son par la matière, Cymatic Imprints (Empreintes de cymatique) est une amplification délicate et poétique qui génère une expérience acoustique subtile.

Expositions 2011

Du 11 novembre 2011 au 8 janvier 2012
Ramses Madina - Night for Day: Road Crews (La nuit pour le jour : Équipes routières)

Œuvre que l'on peut définir comme une œuvre en cours de progression, Night For Day a pour objet d'étude la lumière artificielle dans le cadre du travail de nuit en milieu industriel. L'œuvre Road Crews, qui constitue la première partie présentée, a pour thème le travail de nuit dans le domaine de la construction routière. 

Du 2 septembre au 23 octobre 2011
Andrew Smith - Of the Appearance of Bees (De l'apparence des formes faites par des abeilles)
La peinture abstraite permet de créer un espace vaste et sans limites dans lequel nous pouvons projeter notre réflexion et appréhender notre perception d'un univers qui échappe à nos sens. Ces peintures sont des métaphores spatiales du lien que nous tissons avec le monde des abeilles et comment nous le percevons. 

Du 1er juillet au 21 août 2011
kipjones - interstices : l'entre-espace
Pour élaborer une réflexion sur l'espace et pouvoir mieux le comprendre, nous devons à la fois tenir compte des environnements que nous avons créés et de l'expérience que nous en avons. 

Du 22 avril au 12 juin 2011
Lieu et circonstance : Nouveaux ajouts à la collection d'oeuvres d'art de la Ville d'Ottawa

Cette exposition présente les récentes acquisitions, commissions et dons à la collection d'œuvres d'art de la Ville d'Ottawa. 

Du 28 janvier au 3 avril 2011
Paul Roorda - Take Notice

Des images originales d'encyclopédie et des photos polaroïd du ciel sont épinglées à des poteaux électriques, qui s'abîment avec le temps. Découverts sur place ou regardés en tant qu'objets de collection dans la galerie, ces éléments reflètent l'anxiété grandissante face aux changements climatiques qui ont remplacé la baisse d'optimisme envers le progrès durable.

Expositions 2010

Du 3 décembre 2010 au 16 janvier 2011
Perceptions : Réinterpréter la collection d'œuvres d'art de la Ville d'Ottawa

Cette exposition enlevant sortira des sentiers battus quant aux modes d'appréciation des œuvres d'art en faisant appel à tous les sens, du toucher à l'ouïe, afin de démontrer comment rendre l'art et la culture accessibles à tous. L'exposition, dont l'ouverture coïncidera avec la Journée internationale des personnes handicapées, présentera des œuvres de la collection des beaux arts de la Ville d'Ottawa avec la collaboration du Programme des arts communautaires d'Ottawa et d'autres partenaires communautaires. 

Du 8 octobre au 21 novembre 2010
Susan Feindel et Paul Walde - Melting the True North (La fonte du Grand Nord)

La science et l'art s'unissent pour animer cette exposition d'un même respect du Grand Nord, présenté non pas comme une entité abstraite, mais comme une réalité vécue. Après avoir voyagé à plusieurs reprises en Norvège et dans le Nord du Canada, les artistes Susan Feindel et Paul Walde ont créé des œuvres illustrant la fragilité des éléments naturels du paysage de l'Arctique. 

Du 23 juillet au 26 septembre 2010
Louis Helbig - Beauté et destruction : Photographies aériennes des sables bitumineux de l'Alberta

À mi chemin entre le documentaire et l'art abstrait, les photos aériennes de Louis Helbig sont animées d'une tension entre leur beauté et ce qu'elles représentent, soit l'altération et la destruction d'un paysage par la main de l'homme. Elles font réfléchir tout en stimulant l'imagination. 

Du 11 mars au 2 mai 2010
Jennifer Stead - A long, drawn out story

Cette exposition évolutive aboutira à la création d'une image dont la version définitive surprendra aussi bien l'artiste que le public. Ainsi, de la mi mars à la fin d'avril, l'artiste Jennifer Stead transformera la Galerie d'art de l'hôtel de ville en un studio où elle créera en direct un paysage au fusain.