Ce site utilise JavaScript. Veuillez activer la fonction JavaScript dans votre navigateur et recharger la page pour voir le site complet.

La résilience climatique

Qu’est-ce que la résilience climatique?

Être résilient(e), c’est savoir s’adapter au changement. La résilience climatique, c’est l’art de s’adapter et de se débrouiller en réagissant aux conditions climatiques d’aujourd’hui et de demain. Il peut entre autres s’agir des chocs météorologiques comme les fortes pluies ou les tempêtes et les mutations graduelles de la température, de la pluie et de la neige. La résilience est différente de la maîtrise du changement climatique, notion qui désigne les efforts consacrés à limiter le changement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Veuillez cliquer sur ce lien pour en savoir plus sur notre stratégie de maîtrise du changement climatique : Évolution énergétique.

L’évolution des tendances météorologiques et les chocs météorologiques se répercutent sur notre santé et notre sécurité, sur nos infrastructures, sur l’économie et sur l’environnement. Bien que nous soyons tous et toutes touché(e)s par le changement climatique, certains sont plus vulnérables; il s’agit entre autres des jeunes enfants, des personnes âgées, des ménages à revenu faible et de ceux et celles qui ont déjà des problèmes de santé ou qui passent beaucoup de temps en plein air. Ottawa doit s’adapter aux changements que nous vivons déjà, se préparer à d’autres changements et s’occuper en particulier des personnes les plus vulnérables.

La Ville a déjà adopté des mesures pour protéger notre collectivité et les infrastructures de notre ville contre les chocs météorologiques attribuables aux conditions du changement climatique. Dans le cadre du Plan directeur sur les changements climatiques, la Ville mènera une évaluation de la vulnérabilité au climat et mettra au point une stratégie pour étoffer la résilience aux chocs du changement climatique sur son territoire. La première étape dans l’élaboration de cette stratégie consiste à mieux comprendre l’évolution que le climat d’Ottawa est appelé connaître.

Comment se déroule l’évolution climatique d’Ottawa?

Le temps qu’il fait à Ottawa se réchauffe et devient plus humide et plus imprévisible. En moyenne, l’été est plus chaud et l’hiver est moins froid. Si le total annuel moyen des précipitations (de pluie et de neige) augmente, il varie considérablement en fonction des lieux et des moments où se produisent les précipitations. Dans l’ensemble, la météo d’Ottawa devient plus variable et imprévisible, et dans les dernières années, nous avons connu des chaleurs extrêmes, de très forts vents et de très abondantes précipitations de pluie et de neige. Par exemple, en 2018, à l’heure la plus chaude de la journée, la température ressentie selon le facteur humidex a atteint 47 degrés Celsius. Cette année-là, à partir du jour de la fête du Canada, nous avons connu six jours de chaleur extrême soutenue, suivis de quatre jours de pluie sans précédent, qui ont inondé plusieurs secteurs de la Ville. Et la même année, en septembre, les tornades ont causé des ravages considérables et des pannes d’électricité.

La science du climat nous apprend que ces tendances se poursuivront dans les prochaines décennies. En partenariat avec la Commission de la capitale nationale et Environnement et Changement climatique Canada, la Ville a mis au point, avec des climatologues, des projections climatiques pour la région de la capitale nationale. Les projections climatiques font appel à la science et à la modélisation du climat pour prédire l’évolution de la température, des précipitations, du vent et des chocs météorologiques. L’étude qui a été faite a porté sur les changements projetés jusqu’en 2100.

À quoi ressemblera le climat de demain à Ottawa?

Climat futur dans le région de la capitale du Canada. Des hivers plus courts, des ètes plus chauds, des printemps plus hâtifs, des automne, hiver, printemps plus pluvieux, des automnes plus tardifs, et plus d'événements extrêmes.

D’ici les années 2050, dans un scénario à fortes émissions, la région de la capitale nationale devrait, selon les projections, évoluer comme suit.

Température

  • La température annuelle moyenne augmentera de 3,2 degrés Celsius.
  • Il y aura quatre fois plus de journées de grande canicule de plus de 30 degrés Celsius : le nombre de ces journées croîtra pour passer à 43 jours par an, contre 11 à l’heure actuelle.
  • Le nombre de journées dans lesquelles la température baissera à ‑10 degrés Celsius diminuera de 35 %.

Saisons

  • Le printemps commencera deux semaines plus tôt.
  • L’automne commencera trois semaines plus tard.
  • L’hiver sera écourté de cinq semaines.
  • Les épisodes de gel‑dégel en hiver augmenteront de 33 %.

Précipitations

  • Les précipitations augmenteront de 8 % au printemps, en hiver et en automne.
  • Les précipitations journalières maximums croîtront de 14 %.
  • Les chutes de neige annuelles baisseront de 20 %.

Chocs météorologiques

  • Il se peut que les pluies verglaçantes soient plus fréquentes.
  • Le réchauffement favorise les conditions propices aux tempêtes, aux tornades et aux incendies de forêt.

Le rythme et l’amplitude du changement climatique dépendront de l’évolution des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Il faudra une intervention mondiale importante pour réduire les émissions en deçà du niveau que prévoit le scénario à fortes émissions.

Pour en savoir plus sur ce que la météo nous réserve dans les années 2030 et 2080, veuillez consulter la synthèse de l’évolution du climat dans la région de la capitale nationale

Le rapport sur les projections climatiques pour la région de la capitale nationale

 L’étude des projections climatiques pour la région de la capitale nationale a été menée en partenariat avec la Commission de la capitale nationale et Environnement et Changement climatique Canada. Elle a recours à une modélisation scientifique perfectionnée du climat pour projeter les changements qui toucheront la température, les précipitations, le vent et la survenue d’événements extrêmes jusqu’en 2100.

  • Synthèse administrative : synthèse de l’étude et des principales constatations
  • Volume 1 : aperçu de la méthodologie, des constatations et des incidences du projet, dont les résultats et leur interprétation pour les principaux indices climatiques.
  • Volume 2 : tracés et données tabulaires pour tous les indices climatiques.

On trouvera sur le portail Ottawa ouverte une version complète et à jour des ensembles de données présentés dans le rapport :

L’ensemble de données en ligne, qui donne davantage de détails que le rapport (par exemple, les indices calculés pour chaque modèle et cellule), comprend les versions Excel des résultats présentés à l’annexe G et au tableau 2.1 ainsi que les fichiers NetCDF. D’autres détails concernant les données sont également indiqués dans les données ouvertes (p. ex. titre des modèles pour chaque indice). Toutes les mises à jour mineures des ensembles de données seront présentées par la suite dans Ottawa ouverte. Veuillez noter qu’il peut y avoir des divergences dans les données entre Ottawa ouverte et le rapport. Le cas échéant, il faut privilégier la version présentée dans le portail Ottawa ouverte.

L’évaluation de la vulnérabilité au climat orientera l’élaboration d’une stratégie à long terme de résilience climatique et le plan à long terme permettant de répondre aux priorités immédiates.

Les incidences de l’évolution du climat

Le changement climatique aura des répercussions sur nous tous au quotidien. Par exemple, il y aura plus de vagues de chaleur, ce qui augmentera les maladies liées à la chaleur, surtout chez les personnes les plus vulnérables. Les hivers écourtés et plus chauds auront des effets négatifs sur les loisirs en hiver. La multiplication des chocs météorologiques pourrait causer plus de dommages aux habitations, en plus de provoquer des pannes d’électricité et de sursolliciter les services d’urgence.

Il se répercutera aussi sur le mode opératoire et la planification de la Ville. La mutation des cycles de gel‑dégel peut endommager les routes et les autres infrastructures, et les pluies plus violentes peuvent congestionner les réseaux d’égout et augmenter le risque d’inondation.

Il y aura probablement aussi de bonnes nouvelles. Les saisons plus chaudes et plus longues pourraient faire rejaillir des bienfaits sur l’agriculture et sur la construction. Toutefois, le réchauffement météorologique et l’évolution des tendances dans les précipitations se répercuteront sur les écosystèmes et pourraient augmenter les conditions propices aux maladies, dont la maladie de Lyme et le virus du Nil occidental.

Nous nous pencherons plus attentivement sur les incidences du changement climatique dans le cadre de l’évaluation de la vulnérabilité au climat.

Les étapes suivantes : l’évaluation de la vulnérabilité au climat à Ottawa

La Ville fait appel à des projections climatiques pour recenser les risques que comportent les différents dangers climatiques. Il peut s’agir des chocs météorologiques comme les vagues de chaleur, les inondations et les autres tempêtes. Ces projections peuvent aussi nous aider à cerner le risque de changements graduels comme les hausses globales de la température et des précipitations et la mutation des saisons. Nous pourrons ainsi :

  • évaluer les répercussions du changement climatique sur notre santé et notre sécurité, sur nos infrastructures, sur l’économie et sur l’environnement;
  • examiner les moyens grâce auxquels nous pouvons déjà nous adapter au changement climatique;
  • recenser les lieux où Ottawa est vulnérable par rapport au changement climatique et les collectivités qui seront touchées, savoir dans quelle mesure elles le seront et connaître les répercussions attendues;
  • nous pencher sur les moyens de réduire ces incidences et de protéger nos collectivités, nos infrastructures, l’économie et l’environnement.

L’évaluation de la vulnérabilité au climat orientera l’élaboration d’une stratégie à long terme de résilience climatique et le plan à long terme permettant de répondre aux priorités immédiates.

Consultez la page de la Stratégie de résilience climatique sur Participons Ottawa pour en savoir plus sur la mise au point de la stratégie et les occasions pour le public d’avoir voix au chapitre.

Que fait la Ville pour s’adapter au changement climatique?

Les directions générales de la Ville travaillent de concert pour analyser et réduire les incidences du changement climatique. Les initiatives actuelles de résilience climatique prévoient entre autres :

  • des programmes d’avertissement et d’intervention dans le domaine de la santé environnementale, afin de réduire les maladies et les décès liés aux extrêmes de chaleur et d’humidité, au temps froid et à la piètre qualité de l’air;
  • un plan de gestion des mesures d’urgence, afin de prévoir les besoins de la collectivité et d’y répondre en cas d’urgence majeure, tout en veillant à continuer d’assurer les services essentiels;
  • l’application de l’optique climatique dans le nouveau Plan officiel et dans les documents complémentaires, afin d’intégrer, dans la croissance et le développement projetés, la résilience énergétique et climatique. Dans les orientations stratégiques préliminaires, on recommande d’adopter, dans l’ensemble du plan, des politiques de maîtrise du changement climatique et d’adaptation à ce changement;
  • cartes des îlots de chaleur en milieu urbain pour mieux comprendre les zones où il fait plus chaud et pour donner de l’information concernant les politiques de réduction des effets des îlots de chaleur en milieu urbain, afin de mieux protéger la santé du public;
  • l’application de l’optique climatique dans la gestion des actifs et dans les projets d’immobilisations afin d’étoffer la résilience des infrastructures existantes;
  • l’édification de nos infrastructures pour qu’elles soient résilientes dans les conditions climatiques projetées comme les chocs météorologiques, les plus fortes pluies et la hausse des températures. Ainsi, l’usine d’épuration des eaux usées de la Ville d’Ottawa est actuellement modernisée afin de pouvoir fonctionner indépendamment du réseau public, grâce à de l’électricité produite sur place, et d’être opérationnelle lors d’une panne de courant prolongée. 
  • le développement de la forêt urbaine d’Ottawa et les mesures adoptées pour qu’elle soit plus saine, plus diverse et plus résiliente grâce au Plan de gestion de la forêt urbaine.

La gestion des risques d’inondation

  • La Ville met chaque année sur pied un Groupe de travail spécialisé dans les crues printanières afin de surveiller le risque d’inondations printanières et d’intervenir en conséquence.
  • Elle travaille de concert avec les offices de protection de la nature afin d’adopter des mesures préventives pour protéger les habitations contre la fonte des neiges ou les crues du printemps. Il s’agit entre autres de dynamiter la glace dans certaines parties de la rivière Rideau et d’aménager des systèmes de surveillance et d’avertissement en cas d’inondation. La Ville enlève aussi les débris qui encombrent les égouts pluviaux afin d’éviter d’inonder les terrains.
  • Elle conçoit les infrastructures de gestion des eaux pluviales pour tenir compte de la hausse des débits et pour protéger la rivière des Outaouais dans le cadre du Plan d’action de la rivière des Outaouais. Par exemple, le tunnel de stockage des égouts unitaires viendra réduire la fréquence des surverses d’eaux usées dans la rivière des Outaouais pendant les tempêtes.
  • Elle offre des subventions aux propriétaires pour réduire le risque d’inondation dans le cadre du Programme d’installation de dispositifs protecteurs sanitaires résidentiels.
  • Elle met à jour la cartographie des plaines inondables et les profils de risque de la collectivité afin de mieux cerner et réduire les risques potentiels des inondations riveraines et urbaines (dans les sous‑sols ou en surface). Cette carte interactive indique les secteurs d’Ottawa situés dans une plaine inondable une fois en cent ans (crue centennale).
  • Encourager et soutenir les résidents afin qu’ils prennent des mesures sur leur propriété en vue de réduire les effets néfastes du ruissellement de l’eau de pluie grâce au programme pilote Parés pour la pluie Ottawa.

Que pouvez-vous faire en prévision du changement climatique?

Il y a plusieurs mesures que vous pouvez prendre afin d’améliorer votre résilience et de mieux vous protéger contre les répercussions de l’évolution des tendances et des chocs météorologiques.

Protégez votre habitation contre les inondations

  • Gérer l’eau de pluie sur votre propriété en réorientant vos gouttières vers des surfaces perméables comme la pelouse ou le jardin. Les résidents peuvent également utiliser des citernes pluviales, aménager un jardin de pluie et remplacer leur entrée de cour par une solution de rechange perméable. Le programme de la Ville Parés pour la pluie Ottawa offre des conseils et des réductions pouvant aller jusqu’à 5 000 $ aux résidents admissibles.
  • Veillez à dégager les égouts pluviaux en enlevant les débris et la neige pour que les eaux de pluie puissent s’y déverser, ce qui permet d’éviter d’inonder nos rues et nos habitations. Consultez cette carte interactive en hiver pour savoir où se trouve le puisard le plus proche.
  • Gérez les eaux de pluie de votre propriété en réorientant vos tuyaux de descente pluviale pour que l’eau s’écoule sur la pelouse ou dans les jardins, en captant les eaux de pluie dans une citerne pluviale et en paysageant votre terrain pour favoriser l’infiltration des pluies dans le sol. Veuillez cliquer sur ce lien pour savoir comment mieux gérer les eaux de pluie.
  • Plantez un arbre dans votre jardin et protégez les arbres existants. Ils drainent les eaux de pluie, créent de l’ombre et rafraîchissent nos quartiers.
  • Assurez‑vous de souscrire l’assurance voulue. Il faut souvent souscrire une assurance distincte pour le refoulement des eaux d’égout et les inondations. Pour en savoir plus, veuillez consulter le site du Bureau d’assurance du Canada.

Protégez-vous pendant les chocs météorologiques

Protégez-vous en plein air

Les activités et les loisirs en plein air produisent de nombreux bienfaits sur la santé. Or, il est important de prendre des précautions.

La hausse des températures et les précipitations plus variables sont propices aux maladies à propagation vectorielle comme le virus du Nil occidental et la maladie de Lyme. Réduisez vos risques :